Dans l’ombre de Paris

69451Titre : Dans l’ombre de Paris

Autrice : Morgan of Glencoe

Illustrateur : Benjamin Zariel Chaignon

Éditeur : ActuSF (collection Naos)

Genre(s) : fantasy urbaine

Nombre de pages : 456

Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux. 
Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. » 
Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

Mon avis

Je dois avouer que je n’étais pas très emballée par la couverture de ce roman, mais par contre, le résumé me tentait énormément, et j’adore découvrir de nouvelles plumes francophones. Heureusement que je n’ai pas jugé ce livre sur sa couverture, car je serais passée à côté d’une histoire incroyable, un coup de cœur inattendu ! Je remercie les éditions ActuSF, déjà pour l’envoi de ce livre, mais aussi pour leurs publications de jeunes talents francophones, nouvelles plumes pleines de promesses, qui prouvent encore une fois la richesse des genres de l’imaginaire.

On va suivre Yuri, princesse japonaise, promise contre son gré au premier dauphin de France. L’héritier du trône semble un parti parfait, mais elle ne l’aime pas. Elle va saisir la première occasion pour s’échapper, n’hésitant qu’un instant avant de suivre son guide dans les profondeurs de Paris. Elle va alors se retrouver au cœur d’un nouveau monde, dans lequel les humains côtoient les êtres magiques. Une société dans laquelle tout le monde est égal et travaille pour contribuer au bien commun, bien loin de ce que la princesse a connu. Va-t-elle réussir à s’adapter ou les mènera-t-elle à leur perte ?

J’ai trouvé la présentation du monde par l’autrice particulièrement fascinante. Elle nous décrit mille détails, règles, coutumes sans pour autant que cela paraisse long. Il y a la vie dans Paris, mais aussi sous la capitale et sur le Rail : trois façons de voir le monde totalement différentes qui pourtant nous semble presque intuitives tellement on est plongé dans le récit et on découvre les choses en même temps que Yuri. Bien qu’au départ, on ne voit pas très bien pourquoi on nous expose autant certains personnages du Rail, tout est lié, les pièces du puzzle se mettent en place et forment un tout complexe, mais très fluide et dynamique.

L’autrice oppose dans ce récit différentes visions du monde : celle de la ville de Paris est la plus sombre, totalitaire, répressive, avec famine, pauvreté et surtout fossé social important entre les aristocrates, les gens et les fées, rebuts de la pire espèce. Le Rail est l’entre-deux : un petit monde plus juste, dirigé par une personne qui veille au bien de tous. Une gestion de famille, où la violence envers les fées n’est pas encore tout à fait réprimée. Sous Paris existe un endroit parfait, utopie cachée dans laquelle tout le monde est égal, tous participent à la communauté grâce à leurs compétences propres, chacun a un toit, de la nourriture, de quoi se vêtir, et bien que des actes répréhensibles y soient encore perpétrés, les peines encourues sont décidées par tous. Une vision qui fait rêver à un monde meilleur.

La richesse de ce livre, c’est aussi ces personnages. Ils ont une telle profondeur, on a l’impression de connaître chacun personnellement tellement on se sent proche et on s’attache à eux. Il y en a pourtant beaucoup, mais chacun ressort à sa façon. J’ai d’ailleurs plusieurs fois eu la larme à l’oeil tellement certaines scènes étaient prenantes et pleines d’émotions ! Yuri va explorer un nouveau monde et surtout découvrir la force de la confiance et de l’amitié. Elle va devoir désapprendre son éducation pour devenir un membre de cette communauté particulière.

Quand les fées, le barde ou encore Sir Edward parlent un dialecte compris d’eux uniquement, l’autrice a fait le choix d’écrire  les phrases en anglais. Aucune traduction n’est cependant proposée en note de bas de page. Cela ne m’a pas posé problème personnellement, mais je me suis quand même demandé si ça n’allait pas être un souci pour certains lecteurs qui ne parlent pas anglais. 😮

Sur la quatrième de couverture, il est mis que l’autrice est barde. Je trouve que cela se ressent dans sa manière d’écrire à la fois légèrement poétique, musicale, très dynamique et rythmée. Il n’y a pas un moment où on s’ennuie, on est happé dans ce récit et on ne peut que continuer notre lecture pour connaître enfin le dénouement de cette histoire. Et quel dénouement ! Je n’en dirai pas plus, mais ce fut un passage très intense et bouleversant ! J’ai maintenant hâte de savoir ce qui va se dérouler dans la suite, car oui, il y aura un tome 2 : « L’héritage du Rail ».

Citations

« Nous sommes des fées. Ce que je t’ai donné de plus dangereux, fils, c’est la vie. Nous sommes des Fourmis, et si le Rail tombe, nous tombons avec. Naît sur le Rail, meurt sur le Rail. »

« Pourtant, pas la moindre émotion ne transparaissait sur son visage lisse et docile, elle le savait. Cette prouesse l’étonnait elle-même : une folle envie de hurler l’emplissait toute entière, tendant à craquer le corset de son éducation rigide. Une éducation dont elle avait intégré toutes les astreintes, sans pour autant en discerner les leçons fondamentales…
La première règle qu’apprenait un aristocrate était : « Ne fais confiance à personne. » Naïvement, elle avait cru que son père n’était pas « personne », qu’il était son père, qu’il… »

« – Excusez-moi, mais…tout le monde ici est vraiment sur un pied d’égalité?
– Oui. Sur ce point, Sir Edward est très strict avec les nouveaux arrivants. Au début, nous avons tous du ma à trouver cette place vis-à-vis de l’autre, pourtant si simple, si évidente… Un égal, voilà tout. Qu’importe son espèce, son sexe, son âge ou son rôle. »

Conclusion

Un coup de cœur pour ce roman de Morgan of Glencoe : elle y défend des valeurs essentielles comme la liberté de choix, la tolérance, l’égalité pour tous, avec une multitude de personnages profonds, vrais, auxquels on s’attache énormément, et une dynamique de narration prenante, entre découverte de l’univers du roman et action rythmée. Un premier chant sombre, mais plein d’espoir pour l’avenir !

coup de coeur

#FungiLumini

6 réflexions sur “Dans l’ombre de Paris

  1. Pingback: Dans l’Ombre de Paris par Morgan of Glencoe – Le monde d'Elhyandra

  2. Pingback: La Dernière Geste T1 : Dans l’ombre de Paris, Morgan of Glencoe | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Pingback: Bilan 2019 Livraisons Littéraires | Livraisons Littéraires

  4. Pingback: La dernière geste, deuxième chant : l’héritage du rail | Livraisons Littéraires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s