#44 C’est lundi ! Que lisez-vous ?

11885228_1108891765822087_8734220511729122092_n


Ce que j’ai lu

51sbebaipdl

gregory-sand-01

1c

couv_irl_330

41hdenmiurl

ob_d0e875_darkmuseumt1-2

Ce que je lis

telechargement

lake-preview.jpg

Ce que je lirai ensuite

monstresst1

J’ai lu pas mal d’avis négatifs sur « La Maison des Morts », mais comme le résumé et l’objet livre me tentaient énormément, j’avais envie de me faire ma propre opinion !

91d87stljbl

Et vous ?

Quelles sont vos lectures actuelles ? Que comptez-vous lire par la suite? Dites-le nous en commentaire 🙂


text

 

 

I.R.L.

The Sun Is Also A Star

Marked Men – tome 1 : Rule

Calendar Girl – Janvier

La Horde du Contrevent – Lecture commune 02

Alena

Livres et Gourmandises : Montres enchantées (13/17)

Bonne semaine de lecture !

#FungiLumini

Livres et Gourmandises : Montres enchantées (13/17)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Montres enchantées

Éditeur : Éditions du Chat Noir

montres-enchantees_1403707772

Nouvelle : L’agonie des aiguilles

Auteure : Marine Sivan

Résumé : une archéologue fait une découverte importante qui change la perception de l’Histoire.


Bière de la semaine

La bière belge est maintenant classée au patrimoine culturel de l’Unesco ! Un peu de culture en plus chaque semaine en découvrant les spécialités belges 😉

dsc00043-4

St. Bernardus Tripel

La Tripel St. Bernardus présente une mousse onctueuse et satinée et se distingue par son arrière-goût bien équilibré et long en bouche (8%vol.alc.). Une bière qui se déguste comme apéritif, qui peut accompagner toute réception grâce à son amertume discrète.


Jeanne est archéologue. Elle vient de découvrir un site important au niveau historique : un lieu datant du règne de Melkior, avant la Peste qui ravagea la ville et surtout avant l’âge de la suprématie des mages, qui ont sauvé la ville grâce aux Particules. Elle voudrait obtenir plus de fonds pour continuer ses recherches, mais les mages font barrage. Une trouvaille incroyable va changer la donne : la dépouille de Melkior lui-même, dans la poche duquel se trouve une montre pas comme les autres. Une course aux informations est lancée et Jeanne va devoir surmonter bien des dangers dans sa quête de vérité historique !

Jeanne est une jeune femme passionnée par son métier. J’ai beaucoup aimé ce personnage : à la fois douce et attentionnée avec son mari, elle est aussi dure en affaires et ne se laisse pas marcher sur les pieds quand il s’agit de sa passion ! Elle est douée pour les beaux discours mais n’a pas sa langue dans sa poche non plus quand elle doit défendre ses idées.Elle a une très belle relation avec son mari, qui la soutient dans ses choix et qui n’hésite pas à mettre sa carrière en jeu et à faire jouer ses relations quand il s’agit d’aider sa femme.

Le monde décrit est assez différent du nôtre : des mages gouvernent la ville, grâce à  une magie « technique » plutôt que féerique; les Particules. Ils gardent précieusement le secret de la maîtrise des Particules afin de maintenir leur suprématie sur la ville. Leur obstination à gêner les recherches de Jeanne les font paraître malhonnêtes et suspects tout au long du récit. On retrouve des éléments typiques de la vague steampunk comme les funiculaires aériens à vapeur, les métaux dans la décoration, les robes à corset, etc.

Cette nouvelle est la plus longue du recueil, pourtant, je l’ai lue en très peu de temps ! Les événements se déroulent assez rapidement, les révélations captivantes se succèdent et la plume fluide et rythmée de l’auteure donne une grande facilité et rapidité de lecture. Un récit captivant qu’on a du mal à lâcher avant la fin !

Extrait

« Elle relut ses documents et son discours. Elle adorait ces joutes verbales, où elle se dressait devant une assemblée indécise et devait convaincre, conquérir, susciter une émotion et une adhésion. Ses armes? Une intonation soudaine basse, une allitération, une envolée, une scansion précise des mots. Jamais encore elle n’avait manœuvré sur un tel champ de bataille, pourtant elle sut, avec une certitude absolue, que sa stratégie serait la bonne. Que ses paroles feraient germer les graines du doute chez son auditoire. »

Conclusion

Une histoire passionnante, bien rythmée et prenante. Des mystères à la pelle qui trouvent réponse à la fin du récit. Une héroïne qui ne se laisse pas faire et qui va mener sa quête de vérité, quoi que cela lui en coûte. J’ai beaucoup aimé cette nouvelle !

extra1

13/17

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’une bière ) par semaine 😉

  1. Et depuis, je compte les heures – Geoffrey Legrand
  2. Comment meurent les fantômes – Sophie Dabat
  3. Le Toquant – Clémence Godefroy
  4. Allergène – Hélène Duc
  5. Tourbillon aux Trois Ponts d’Or – Fabien Clavel
  6. The Pink Tea Time Club – Cécile Guillot
  7. Je reviendrai – Laurent Pendarias
  8. Le Club des érudits hallucinés – Marie-Lucie Bougon
  9. When time drives you insane – Lucie G. Matteoldi
  10. Derrière les engrenages – Marie Angel
  11. Pacte mécanique – Esther Brassac
  12. La mécamonstruosité de Monsieur Helpiquet – Adeline Tosello

Alena

1cTitre : Alena

Auteur et illustrateur : Kim W. Andersson

Éditeur : Glénat

Genre(s) : roman graphique d’horreur

Nombre de pages : 144

Mots-clés : adolescence, amour, mort, harcèlement, violence.

La vie d’Alena est un enfer. Depuis qu’elle est entrée à l’internat, elle se fait harceler tous les jours par Philippa et les filles de sa bande. Mais Joséphine, sa seule amie, n’a pas l’intention de la laisser subir ce calvaire plus longtemps. Puisqu’Alena ne rend pas les coups, puisqu’elle ne peut pas compter sur l’aide du conseiller d’orientation ou du directeur de cette maudite école, Joséphine va devoir prendre les choses en main elle-même. Mais il y a un problème : ça fait un an que Joséphine est morte.

Récompensé en 2012 par le Adamson Award (le plus prestigieux prix de bande dessinée suédois), Alena est un roman graphique teinté d’horreur sur la cruauté de l’adolescence et le passage à l’âge adulte. Le récit d’un parcours initiatique puissant et émouvant qui révèle le talent de Kim W. Andersson, équivalent scandinave de Craig Thompson. Sa récente adaptation au cinéma a fait sensation au Santa Barbara International Film Festival 2016.

Mon avis

J’ai flashé sur la couverture d’Alena et j’ai craqué en lisant les premières pages en preview sur le site de la maison d’édition. La première scène nous montre une dispute entre Alena et sa meilleure amie Josefin sur un pont. Un lourd secret les lie et Josefin voudrait l’exposer alors qu’Alena veut le garder enfoui et oublier. On retrouve ensuite notre protagoniste seule, car Josefin se serait suicidée lors de leur altercation sur le pont. Enfin, pas si seule que ça puisque Josefin continue d’apparaître à Alena sous forme de fantôme/zombie.

Pour surmonter la perte de sa meilleure amie, Alena change d’école et doit passer dans l’enseignement privé. Elle n’y est pas bien vue, car elle est différente : elle est timide, ne fait pas d’effort pour s’intégrer au groupe et surtout elle est pauvre en comparaison à tous ses collègues de classe. Fabian est le seul à s’intéresser vraiment à elle pour qui elle est, mais il était aussi le garçon que Filippa, la peste blonde super populaire, rêvait d’avoir pour elle. Filippa va donc se venger du rejet de Fabian sur Alena en lui faisant vivre un enfer…et Josefin ne compte pas rester les bras croisés !

Alena est une jeune fille fragile psychologiquement. Elle est le souffre-douleur de l’école et laisse tout passer, même quand elle se fait presque violer. Sa passivité est un peu exaspérante : on a qu’une envie, la secouer pour qu’elle réagisse ! Heureusement, Josefin est là et va défendre – parfois avec des méthodes un peu trop rudes- son amie quand elle voit que celle-ci n’y parvient pas seule. Filippa est un des autres personnages que j’ai eu envie de secouer, mais pas pour les mêmes raisons. :p Elle est égoïste, narcissique, croit que tout lui est acquis et se trouve de fausses excuses pour maltraiter les autres lorsqu’ils ne vont pas dans son sens. Je crois que je n’aurais jamais tenu et que je l’aurais assassinée après cinq minutes en sa compagnie. 😀

Si je vous parle de cette bande dessinée pour la semaine de l’amour, c’est qu’il y a quand même un peu de romance dans ce livre. :p L’histoire tourne autour du trio Alena-Josefin- Fabian. Alena tombe sous le charme de Fabian avec qui elle passe de plus en plus de temps. Cela ne plait pas à Josefin, car si son amie l’oublie, elle risque fort de cesser d’exister. Il y a une tension dans ce duel invisible pour l’attention et l’amour d’Alena et notre protagoniste se retrouve au centre de ce conflit, ce qui n’arrange pas sa situation déjà compliquée.

Les thèmes de cette bande dessinée sont assez durs : le suicide, le deuil, le harcèlement, l’amour, l’adolescence, le mal-être, le manque de confiance en soi. Toutes ces choses qui sont déjà difficiles en soi, Alena doit les affronter seule, ce qui donne un récit assez poignant. Je m’attendais un peu à la fin, mais ça reste une très belle découverte quand même. 🙂 Attention, certaines scènes sont sanglantes : ce livre n’est donc pas à mettre entre toutes les mains.

J’ai beaucoup aimé le graphisme de ce roman graphique. Les illustrations sont un peu plus arrondies qu’habituellement dans ce genre de dessin. J’ai aussi bien aimé le fait que certaines scènes soient mises dans des ambiances de couleurs. Par exemple, une scène gore va être dans les tons rouges, le sexe dans les tons violets, etc. J’ai été étonnée de découvrir que l’auteur de ce roman graphique était  suédois. Je trouve que la manière qu’il a de raconter l’histoire et ses dessins ont un style plutôt américain. Je pense que c’est la première fois que je lis une bande dessinée d’un auteur suédois et ce fut une très bonne surprise !

Citations

planches_547909782344020814_p_4

Conclusion

Alena est l’histoire touchante d’une jeune fille qui a perdu sa meilleure amie et qui s’en sort comme elle peut. Entre moqueries et violences physiques, elle doit faire face aux filles de son école. Un récit qui traite de thèmes intéressants, avec un élément surnaturel et pas mal de sang ! J’ai beaucoup aimé le récit et les illustrations : je recommande ce roman graphique suédois !

extra1public averti horreur

#FungiLumini

saint-valentin

Bonus

Un film a été réalisé en Suède, basé sur ce roman graphique. Si ça vous intéresse, voici la bande-annonce 😉

La Horde du Contrevent – Lecture commune 02

twitter-post

« Le courage pour eux a cessé d’être un mot, il est devenu une certaine consistance du sang, un acte quotidien, une certaine qualité d’os : le Fer ! »

Avis de Fungi Lumini

On retrouve la Horde cinq semaines après les événements des trois premiers chapitres. Ils vont faire la rencontre des Fréoles, un peuple avec une technologie avancée qui parcoure également la planète, mais à bord d’un grand vaisseau. Ensemble, ils vont faire la fête pour célébrer leur rencontre fortuite. Mais l’étau se resserre autour de la Horde : on leur annonce que le chemin qu’ils voulaient emprunter est habité par un vent impossible à contrer et une ombre meurtrière plane sur le groupe.

Le premier chapitre raconte surtout la prestation du troubadour Caracole. Il présente de façon épique tous les membres de la Horde. C’était assez intéressant pour bien comprendre la fonction de chacun au sein de la Horde, mais j’ai personnellement trouvé que ça tirait un peu en longueur pour pas grand chose. Après, c’est un raconteur d’histoire, donc c’est son boulot de divertir :p

Dans le chapitre suivant, les Fréoles simulent la puissance du vent impossible à contrer avec des éoliennes pour tester la Horde. J’ai bien aimé ce passage assez prenant et qui annonce une suite du voyage palpitante ! Par contre, on retombe peu après dans une ambiance de fête et de jeux assez peu passionnante et assez frustrante. La Horde a trois ans d’avance sur la précédente, pourquoi encore perdre une soirée et ne pas continuer?Heureusement, l’ombre cachée intervient et c’est un combat épique qui commence au début du dernier chapitre de la semaine. Ce duel pourrait avoir des conséquences mortelles pour la Horde et c’est ce qui le rend captivant, bien qu’encore une fois, je trouve que l’auteur fait un peu trop durer le tout. Je pense que cette impression de longueur vient de la superposition de deux scènes en continu : Caracole, Larco et un vieux Fréole discutent près de la fête alors que d’autres membres de la Horde assistent au combat en direct. Les incursions de la conversation calme dans le combat plombent un peu le rythme de l’action.

On arrête encore une fois la lecture à un moment clé, à partir duquel on ne sait pas du tout où on va aller et c’est grisant ! 🙂

Avis de Yuixem

Il faut croire que les premiers chapitres de chaque étape ne me plaisent pas pour l’instant. J’ai eu l’impression d’avoir mis autant de temps à lire le 4e chapitre que le 5e et le 6e réunis ! La présentation des divers membres de la Horde me paraissait sans fin et je m’endormais sous l’afflux de mots du troubadour. De plus à ce moment-là, je trouvais la troupe ridicule face aux Fréoles qui possèdent une avancée technologique importante. Ceci n’arrangea donc en rien mon impression du groupe.

Par la suite, j’ai plutôt aimé comprendre que le Contre et la technologie étaient avant tout deux points de vue différents d’aventure et d’analyse du Vent. Un peu comme le livre papier et le livre numérique ou plus largement comme l’homme et le robot. Personnellement, je pense que les deux groupes feraient mieux de s’allier et d’avancer main dans la main… Enfin, soit ! Ce passage, plutôt philosophique, n’a pas été l’unique dans ces trois chapitres. Bien qu’un peu compliqué, j’ai apprécié également la discussion entre le vieux Fréole et Caracole sur les différences entre la vitesse, le mouvement et le vif qui se rapportent aussi bien au Vent qu’à la vie des gens.

Les deux moments les plus intéressants furent sans aucun doute la performance de la Horde face au vent artificiel des éoliennes du navire fréole ainsi que le combat entre Erg et Silène, un terrible guerrier faisant partie des Poursuiveurs, un groupe qui s’en prendrait délibérément à la Horde. Pourquoi ? Cela nous l’ignorons encore, mais j’ose espérer qu’il y aura une bonne raison (sinon je serai sans pitié xD). J’ai également trouvé que cette étape est plutôt bien tombée pour notre semaine spéciale Saint-Valentin car Sov et Larco courent durant toutes les festivités après leurs dulcinées :p

Quoi qu’il en soit, je ne suis pas encore convaincue par La Horde du Contrevent. J’ai toujours l’impression que cette marche vers l’Extrême-Amont est dénuée de sens et que cette ombre qui plane maintenant sur la Horde l’est tout autant. Enfin, j’ose espérer avoir des réponses qui me satisferont par la suite et qui arriveront enfin à me faire aimer ce livre. Rendez-vous dans deux semaines pour le savoir !

Avis de Coco

J’ai bien aimé ces trois chapitres même si j’ai été beaucoup moins passionnée que lors des trois premiers. Dans le quatrième chapitre, la Horde rencontre les Fréoles, un peuple qui bénéficie d’une certaine avancée technologique et qui voyage par bateau. Caracole va alors procéder à la présentation de la Horde, et ce, de façon épique, comma à son habitude. Personnellement, j’ai bien aimé ce passage puisqu’il nous permet de mieux connaitre la Horde mais surtout les fonctions que chacun exerce à l’intérieur de celle-ci.

Les chapitres 5 et 6, par contre, m’ont paru très très très longs… On est plongés dans l’ambiance festive qui règne sur le bateau et à laquelle participe bien volontiers la Horde mais ça n’apporte pas grand-chose à l’histoire. J’ai également trouvé que les conversations entre Oroshi et Pietro au sujet de Silène n’avaient pas vraiment d’intérêt puisque de toute façon, Erg savait très bien que c’était un Poursuiveur et qu’il allait se faire attaquer… D’ailleurs, ce combat a tiré en longueur d’une façon assez impressionnante, ça m’a un peu ennuyée, je suis assez d’accord avec Fungi Lumini, cette impression vient peut-être du fait que le combat est coupé par les passages de la discussion entre Caracole et le vieux Fréole. À l’instar de Yuixem, j’ai également envie de savoir pourquoi la Poursuite existe, pourquoi sont-ils si opposés à la réussite de la Horde et j’espère également que ce sera une bonne raison.

Par contre, je n’ai pas été plus emballée que ça par la démonstration de la Horde face aux éoliennes fréoles, j’ai l’impression qu’elle n’a pas servi à grand-chose puisque seul Golgoth est resté debout mais est-ce que la Horde va vraiment chercher à se servir de cette expérience pour le moment où elle sera réellement face à ce vent ? J’ai des doutes… En parlant de Golgoth, ma première impression se confirme, le personnage est très lourd, très cliché dans sa brutalité qui devrait être typiquement masculine selon les stéréotypes et un peu beaucoup misogyne dans ses commentaires. Pour ma part, au moins il parle, au mieux ce sera. Heureusement Golgoth mis à part, j’aime toujours autant les personnages et j’ai vraiment hâte de savoir ce qu’il va leur arriver.

  Ω
∆ >
) ¬ π
^ ‘, )- ̌ₒ
∞ x (.) ‹› ∞
¿’ ∫ ◊ ~ ∂
≈ ]] √


Les blogs qui participent

A touch of blue Marine

Voyages Imaginaires

Lectoplum

Avez-vous déjà lu ce livre? Dites-nous ce que vous en pensez 🙂 N’hésitez pas à nous rejoindre !

#Yuixem #FungiLumini #Coco

Calendar Girl – Janvier

saint-valentincalendar-girl-tome-1-janvier-848488-264-432

 

 

Titre : Calendar Girl
Sous-titre : Janvier
Auteur : Audrey Carlan
Editeur : Hugo Roman
Genre : romance érotique
Nombre de pages : 153
Mot-clés : romance, escort girl, dette, érotisme

Quatrième de couverture

Mia Saunders rêve de devenir actrice, elle a quitté Las Vegas où elle vivait avec sa sœur et son père pour s’installer à Los Angeles. Mais elle va devoir revoir ses projets, car Mia a besoin d’argent, de beaucoup d’argent. Elle doit en effet rembourser les dettes de jeu de son père. Un million de dollars. Son ex-petit ami est celui qui a prêté de l’argent à son père, l’a fait tabasser et l’a envoyé à l’hôpital où il est dans le coma. Bref, il faut qu’elle protège son père et sa petite sœur qui est la prochaine sur la liste de Blaine. Elle ne voit qu’une issue, contacter sa tante qui possède une agence d’escorts. Celle-ci, trop heureuse de pouvoir aider sa nièce, lui propose un accord. Elle sera l’escort d’un homme différent par mois pendant un an. Chaque contrat lui rapportera 100 000 dollars. La jeune femme accepte et se prépare donc à sillonner les États-Unis et à rencontrer les hommes qui s’offrent ses services.

De mois en mois, nous allons suivre Mia dans ses différentes missions. Une Mia déterminée, sexy, drôle et généreuse. Une Mia qui s’est promis de ne pas tomber amoureuse, mais qui aura du mal tenir sa promesse.

Mia relèvera-t-elle le défi de sauver sa famille ?

Mon avis

Pour cette semaine spéciale Saint-Valentin, je n’avais lu qu’un seul roman en rapport avec le thème. J’ai donc cherché un deuxième, un peu plus court que le premier afin de le terminer dans les temps. En cherchant longtemps sur la toile, je suis finalement tombée sur la série Calendar Girl qui vient tout juste de commencer en janvier ! Je dois avouer que le pitch ne me tentait que moyennement, mais j’ai finalement beaucoup apprécié ma lecture qui s’accorde parfaitement avec le thème de la semaine !

La série Calendar Girl raconte l’histoire de Mia, une jeune femme dont le père doit un million de dollars à son ex-petit-ami sous peine d’être tué. Après un premier avertissement qui l’a envoyé dans le coma à l’hôpital, notre héroïne n’a d’autre choix que de trouver cet argent par elle-même. Sa seule solution : être une escort girl pendant une année. Grâce à sa tante qui est dans le milieu, Mia sera envoyée chaque mois en mission chez un client différent pour répondre à ses besoins : faire la modèle, jouer la petite amie ou la fiancée, etc. Chaque mois, nous découvrirons ainsi avec elle un nouvel homme avec lequel elle passera des moments inoubliables. Pourtant, notre fleur bleue parviendra-t-elle à protéger son cœur en ne tombant pas amoureuse ?

Mia est, un peu contre toute attente, assez sympathique bien qu’elle incarne tous les stéréotypes de la fille méga canon. Grande, plutôt mince mais avec des formes aux bons endroits, long cheveux noirs, regard de déesse… On n’aimerait pas trop se retrouver à côté d’elle :p Pourtant, elle a un caractère adorable. Elle est gentille, avenante, romantique, douce et un peu timide. Mais elle est surtout sûre d’elle, sociable, chaleureuse et a l’air d’une amie et d’une grande sœur attentionnée. On s’attache assez rapidement à ce personnage qui n’a d’autre choix que de se mettre à travailler dans ce milieu caché. En faisant ce travail pendant un an, elle gagnera rapidement un million de dollars, sans compter les bonus si elle a des relations sexuelles avec ses clients. Bien sûr, rien ne l’y obligeant, Mia a décidé de le faire si le cœur lui en disait !

J’ai trouvé le concept d’un petit livre par mois avec un mec différent intéressant ! On découvre avec beaucoup d’intérêt le nouveau lieu et homme avec lequel Mia va passer 25 jours environ avant que le Don Juan suivant ne nous soit dévoilé en fin de tome. Cela nous permet ensuite d’imaginer et d’attendre la suite avec une certaine impatience. En plus, les livres ne faisant qu’une centaine de pages, ils se lisent très rapidement et nous permettent de passer un agréable moment, sans trop de longueur, tout en se demandant si Mia tombera finalement amoureuse d’un de ses clients.

Le premier d’entre eux, Wes, est sans aucun doute le mec parfait :p Il est gentil, sexy, sportif, artistique, plein aux as, doux, attentif, romantique… Sa famille est également très attachante, faisant passer à Mia de très bons moments. Et puis, le détail qui ne manque pas de séduire la jeune fille : Wes est un dieu au lit ! Sérieusement, il n’a aucun défaut ! Nous sommes, autant que Mia, sous son charme. Le romantisme est au rendez-vous dans ce tome-ci pour mon plus grand plaisir ! J’ai même été quelque peu triste de le quitter pour le prochain client… bien que celui-ci attise également mon intérêt. C’est bien pour ça que je me suis achetée directement le deuxième tome après avoir terminé ma lecture ! :p

Sinon côté sexuel, il y a tout de même pas mal de scènes tout au long du roman. Il ne faut pas mentir, leur libido semble être à son apogée durant ce mois. Ils le font à toutes les occasions possibles et dans tous les endroits imaginables ! On se demande presque où sont passées les règles de Mia :p Enfin, heureusement, ces scènes ne s’étalent généralement pas sur plus de trois pages et s’attachent finalement plus à chauffer l’ambiance qu’à détailler l’acte. L’auteure n’utilise également pas trop de mots crus, ce qui ne nous met donc jamais mal à l’aise pendant la lecture. De plus, comme il y a tout de même un peu de romance dans l’histoire, on n’a pas cette impression que le livre ne tourne autour que de ça.

Citations

« Je ne suis pas une demoiselle en détresse et il n’est pas mon chevalier en armure. Les contes de fées n’existent pas, surtout pour les nanas de Las Vegas avec un bagage émotionnel aussi lourd que le mien. »

« – …Ces hommes peuvent te promettre la lune, ça ne veut pas dire qu’ils la décrocheront pour toi. Crois-moi, j’ai déjà entendu ça. Trop de fois, d’ailleurs.
– Alors, il n’y a rien qui l’interdit ?
– Non, mais… protège ton cœur, ma poupée. Ce métier n’est pas pour tout le monde et tu as déjà beaucoup souffert pour quelqu’un de si jeune. Prends le temps de t’amuser, de te détendre, et goûte à tout ce que la vie peut t’offrir. »

Conclusion

Le premier tome de Calendar Girl fut donc pour moi une agréable surprise et très divertissant. Le concept d’un livre/un mec par mois m’a plu et a attisé mon intérêt pour la série dans son ensemble ! Je me suis également attachée à Mia qui, outre son physique très stéréotypé, incarne une jeune femme douce et gentille. Niveau scènes de sexe, on est servi, mais comme les sentiments sont également au rendez-vous, cela nous fait passer un agréable moment ! Calendar Girl est ainsi un titre qui est parfait à lire en période de Saint-Valentin 😉 ❤

Calendar Girl – Janvier
Calendar Girl – Février (à venir)
Calendar Girl – Mars (à venir)
Calendar Girl – Avril (à venir)
Calendar Girl – Mai (à venir)
Calendar Girl – Juin (à venir)
Calendar Girl – Juillet (à venir)
Calendar Girl – Août (à venir)
Calendar Girl – Septembre (à venir)
Calendar Girl – Octobre (à venir)
Calendar Girl – Novembre (à venir)
Calendar Girl – Décembre (à venir)

Marked Men – tome 1 : Rule

41hdenmiurlTitre : Marked Men – tome 1 : Rule

Auteure : Jay Crownover

Éditeur : Harper Collins Publishers

Lu en VO.

Genre(s) : romance érotique

Nombre de pages : 359

Mots-clés : amour, tatouage, concert, opposé, famille.

Lorsqu’elle était adolescente, les très riches parents de Shaw Landon se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Elle est liée à cette famille plus qu’à la sienne.

Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule, ce qui l’empêche d’avoir de véritables relations avec d’autres hommes. Rule, lui, voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. De plus tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des piercings et les cheveux de toutes les couleurs.

Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change. Les secrets sont révélés et que rien ne sera plus jamais comme avant…

Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent et d’être ce que l’autre attend. Mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule, l’emploi du temps chargé de Shaw et son ex qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver.

Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ?

Mon avis

J’avais envie de me plonger dans une romance contemporaine pour cette semaine de l’amour et j’ai testé la série Marked Men dont je vois le tome 4 partout sur la blogosphère actuellement. Ce n’est pas par hasard si j’ai pris ce livre plutôt qu’une autre romance : j’écoute surtout du rock/métal et je suis passionnée par le monde du tatouage (et suis moi-même tatouée 😉 ). Le fait que l’histoire se déroule dans ce contexte m’a intriguée.

Shaw est la fille parfaite : elle est impeccable, toujours habillée de façon chic et réussit brillamment ses études de médecin. Le portrait que je viens de vous faire, c’est celui qu’elle montre en apparence, pour faire plaisir à sa famille. Au fond, Shaw aime ce qui est simple, un peu rebelle. Elle n’a jamais eu le sentiment d’être aimée par sa famille et s’est réfugiée chez les Archer qui, eux, l’ont élevée comme leur propre fille. Shaw est amoureuse. Ses parents voudraient qu’elle soit avec Gabe, le fils à papa riche et orgueilleux, mais elle n’a d’yeux que pour Rule Archer, mouton noir de la famille Archer et artiste tatoueur aux mœurs légères qui n’a jamais vu en elle qu’une amie d’enfance de son frère jumeau décédé il y a peu. Seulement, le jour de l’anniversaire de Shaw, un événement va bouleverser leur relation.

Le livre se développe sur deux points de vue : celui de Rule et celui de Shaw. J’ai tout de suite adoré Rule. C’est un gars qui assume son style et son mode de vie à 100%. Il ne laisse personne lui dire ce qu’il doit faire et surtout, il se fiche de ce que les autres pensent. Par contre, je n’ai pas du tout aimé le personnage de Shaw. Elle est tout son opposé. Elle ne fait les choses que parce que c’est ce que les autres attendent d’elle. Même quand il s’agit de son ex psychopathe, elle se laisse faire et accepte ce que ses parents lui imposent, même si elle n’en a pas envie. Cette passivité m’a énervée et exaspérée pendant tout le récit ! J’ai aussi trouvé qu’il y avait une dissonance entre la façon dont se comporte Shaw dans ses parties et dans les parties où c’est Rule qui parle. :/

Je n’ai pas été emportée par la relation entre ses deux personnages. Pour moi, cet amour presque immédiat de Rule pour Shaw alors qu’il ne l’avait jamais remarquée avant est irréel et pas vraiment crédible. Si l’auteure nous dit que Shaw n’a pas beaucoup d’expérience au niveau sexuel, elle est pourtant décrite comme une déesse de l’amour qui ne fait jamais un faux pas, jamais une maladresse, ce qui m’a aussi paru assez artificiel.

J’ai bien aimé l’histoire générale, qui met l’accent sur l’importance de faire ses propres choix, de vivre pour soi et surtout d’être soi-même. Les événements qui tournent autour du couple sont aussi intéressants. On y aborde les problèmes liés entre autres au deuil, à la culpabilité, à la dépression et au harcèlement. J’ai un peu regretté le fait que l’univers du métal et du tatouage soit si souvent mis en avant pour décrire cette série alors qu’au final, c’est une très petite part du récit. Les néophytes dans ces deux domaines s’en contenteront, mais pour ceux qui s’y connaissent un peu, c’est assez peu détaillé. J’ai bien aimé ce premier tome, mais je pense que je m’en contenterai, vu que Rule était celui des Marked Men qui me semblait le plus intéressant !

Citations

« Embrasser Shaw s’est révélé une expérience différente. Premièrement, elle le faisait très bien. La plupart des filles étaient perdues à cause de l’anneau sur ma lèvre et de mon piercing à la langue, mais Shaw semblait les ignorer et m’embrassait comme si elle était née pour le faire. »

« Parce que ça a toujours été toi même quand je ne le voulais pas, même quand ça me brisait le cœur encore et encore. Ça a toujours été toi. »

Conclusion

Une série qui a fait beaucoup de bruit. Une histoire d’amour entre deux personnes que tout oppose. J’ai passé un agréable moment de lecture avec Rule mais je ne pense pas continuer la série. Une romance toute mignonne pour la Saint-Valentin.

divertissant rectangle 2public averti erotique

#FungiLumini

saint-valentin

The Sun Is Also A Star

saint-valentin

Yoon_9780553496680_jkt_all_r1.indd

 

 

Titre : The Sun Is Also A Star
Auteur : Nicola Yoon
Editeur : Delacorte Books
Genre : romance
Nombre de pages : 384
Lu en anglais
Mots-clés : Etats-Unis, amour, destin, Corée du Sud, Jamaïque, déportation, immigration, coup de foudre

 

 

Quatrième de couverture

Date de sortie de la version française encore inconnue

Natasha : I’m a girl who believes in science and facts. Not fate. Not destiny. Or dreams that will never come true. I’m definitely not the kind of girl who meets a cute boy on a crowded New York City street and falls in love with him. Not when my family is twelve hours away from being deported to Jamaica. Falling in love with him won’t be my story.

Daniel : I’ve always been the good son, the good student, living up to my parent’s high expectations. Never the poet. Or the dreamer. But when I see her, I forget about all that. Something about Natasha makes me think that fate has something much more extraordinary in store for both of us.

The Universe : Every moment in our lives has brought us to this single moment. A million futures lie before us. Which one will come true ?

Traduction par Yuixem
Natasha : Je suis une fille qui croit en la science et aux faits. Pas au sort. Ni au destin. Ou aux rêves qui ne se réaliseront jamais. Je ne suis définitivement pas le type de fille qui rencontre un garçon mignon dans une rue bondée de New York et tombe amoureuse de lui. Surtout pas quand ma famille est à 12 heures de se faire déporter en Jamaïque. Tomber amoureuse de lui ne sera pas mon histoire.

Daniel : J’ai toujours été un bon fil, un bon élève, réalisant les grandes attentes de mes parents. Jamais un poète. Ou un rêveur. Mais quand je la voie, j’oublie tout. Quelque chose en Natasha me fait penser que le destin a quelque chose en réserve de beaucoup plus extraordinaire pour nous deux.

L’univers : Chaque moment de nos vies nous mène jusqu’à cet instant unique. Un million de futurs se dressent devant nous. Lequel d’entre eux se réalisera ?

Mon avis

Juste avant mon retour au Japon, je voyais partout sur la blogosphère le livre Everything, Everything de Nicola Yoon. J’avais vraiment envie de l’acheter en numérique, mais malheureusement je ne le trouvais pas en français. Je m’étais alors décidée à le lire en anglais, mais à nouveau le destin a voulu qu’il en soit autrement. La dernière solution était que je le trouve à l’aéroport… mais n’y étant pas non plus, j’ai craqué pour The Sun Is Also A Star de la même auteure. Et ce livre a aussi vécu beaucoup d’aventures… Quoi qu’il en soit, il faut croire que tout comme le destin joue un rôle important dans l’histoire de nos deux héros, il en a joué un énorme dans la mienne aussi :p

Quand on voyage, il se passe beaucoup de choses et pas que des bonnes malheureusement 😭 En attendant mon avion qui me ramènerait au Japon, je me suis achetée un livre en anglais pour tenter de commencer à lire en version originale ! Je le range dans mon sac – où se trouvent toutes mes affaires et une espèce de récipient en plastique rempli d'eau qu'on reçoit dans les avions. Vous imaginez bien la suite ! Coincée entre la fenêtre et un couple qui dormait profondément, je me trémoussais sur mon siège pour m'étirer, n'hésitant pas à écraser violemment mon sac… Quel choc quand j'ai découvert en sortant de l'avion mon sac trempé et mon livre totalement détruit 😭 Heureusement, grâce à lui tous mes appareils électroniques sont sains et saufs ! Mais tout de même, je reste triste pour ce petit livre qui n'a même pas encore eu la chance d'être lu… Enfin, cela ne m'empêchera tout de même pas de le dévorer et de garder un souvenir impérissable en le regardant ! 😋 #Yuixem #bookstagram #thesunisalsoastar #wetbook

A post shared by Livr'aisons Littéraires (@livr_litt) on

The Sun Is Also A Star est sans aucun doute un livre parfait pour la Saint-Valentin ! Il raconte l’incroyable histoire d’une journée où le destin mettra tout en oeuvre pour que Daniel et Natasha se rencontrent, s’apprivoisent et tombent amoureux. Pourtant, tout séparait ces deux personnages. Daniel, un américain d’origine coréenne, est un grand rêveur et romantique. Il croit en l’amour au premier regard, à celui prédestiné et  éternel. Poète au grand cœur, il pense peut-être plus qu’il n’agit. Natasha, elle, est beaucoup plus terre à terre, faisant confiance à tout ce qui peut être prouvé scientifiquement. Déçue par plusieurs expériences, elle pense que l’amour est juste une combinaison de paramètres biologiques. Plus réaliste que passionnelle, elle prévoit de mener une vie bien rangée qui lui apportera le bonheur nécessaire. Cependant, cette Jamaïcaine immigrée sans papier se trouve face à un destin qu’elle ne veut pas accepter : elle sera déportée pas plus tard que ce soir. Lorsqu’ils se rencontrent, Daniel est en route pour un interview afin d’entrer à l’université de Yale ; Natasha part rencontrer un avocat pour tenter de rester aux Etats-Unis. Sur le chemin, ils feront connaissance, parleront d’amour, expérimenteront une étude scientifique et rencontreront leur destin !

Le livre arbore une étrange structure, donnant une voix à Natasha, à Daniel, mais également à toutes les personnes ayant un incidence sur leur journée. On lit ainsi le point de vue de l’agent de sécurité à l’entrée d’un building, celui du conducteur de train ou encore celui de l’avocat. On découvre également le passé des pères de nos deux personnages principaux qui ont également leur rôle à jouer dans le futur de leurs enfants. Si cela parait très confus expliqué ainsi, j’ai trouvé cette manière de faire très intéressante et bien réalisée car elle permet de voir toutes les relations de cause à effet qu’il y a eu dans leur rencontre fortuite. Chaque « chapitre » est d’ailleurs plutôt court, entre une et 5 pages environ. En ajoutant à cela le style très fluide de Nicola Yoon, on dévore le roman à une vitesse hallucinante et sans s’en rendre compte !

De manière générale, j’ai passé un très bon moment avec The Sun Is Also A Star. Je me suis rapidement attachée à nos deux protagonistes, les trouvant tout à fait complémentaire. L’alchimie qui les lie est également magique et adorable. On a l’impression d’être face à un premier amour et ses prémices sont toujours des plus attendrissants. J’ai surtout apprécié voir comment Natasha se laisse peu à peu aller à la rêverie, aux émotions et à l’espoir au fil des déclarations de Daniel ! Pourtant, si j’ai trouvé l’histoire mignonne, je dois dire que je n’ai pas non plus été transportée par tous ces sentiments. C’était peut-être un peu trop mièvre à mon goût.

J’ai par contre beaucoup aimé les deux autres thématiques principales, à savoir la question de l’immigration légale et clandestine, ainsi que la question concernant les attentes des parents. J’ai en effet apprécié découvrir cette facette de l’Amérique que j’imagine beaucoup mais connait en réalité peu. Nicola Yoon, elle-même immigrée, a retranscrit avec beaucoup de talent la richesse, mais aussi la déchirure, d’appartenir à ce pays, tout en ayant des racines dans un autre. La relation entre Daniel et son frère aîné est particulièrement marquante et expose deux façons d’être bien distinctes : arborer fièrement ses origines ou bien les rejeter afin de mieux se mouler dans la société. Grâce aux parents de nos deux héros, on découvre également la facette de ces immigrés qui ont tout laissé derrière eux pour réaliser leur « American dream ». Le fait que l’auteure leur ait donné également une voix a réellement enrichi le texte, permettant d’entrevoir toute l’importance des choix dans une vie. De ceux-ci découlent également la question de l’attente des parents vis-à-vis de la vie future de leurs enfants. Ont-ils le droit d’imposer leur façon de penser en fonction de ce qu’ils ont vécus ? Daniel se tourmente face à cela, ne sachant pas s’il lui faut leur faire confiance ou écouter davantage son cœur. Du côté de Natasha, la jeune fille subit de plein coup tous les choix, souvent fous, de son père, ne pouvant affirmer qui elle est et ce qu’elle souhaite pour sa propre vie. J’ai davantage été touchée par cette question car elle est en lien direct avec ma propre expérience et toutes les interrogations que je continue à me poser au quotidien.

Enfin lire The Sun Is Also A Star a été un grand challenge pour moi ! En effet, c’est la première fois que je lis un livre en anglais ! Et cela s’est mieux passé que je ne l’avais imaginé. S’il y avait évidemment des mots ou des expressions que je connaissais pas, j’ai réussi à le lire au même rythme qu’un roman en français. Ce fut donc une grande réussite que je compte bien remettre à l’occasion !

Citations

« Maybe part of falling in love with someone else is also falling in love with yourself. »

Traduction
Peut-être que tomber amoureux de quelqu’un signifie aussi en partie tomber amoureux de soi-même.

« – Stars are important, » I say, laughing.
– Sure, but why not more poems about the sun? The sun is also a star, and it’s our most important one. That alone should be worth a poem or two. »

Traduction
– Les étoiles sont importantes, dis-je en rigolant.
– Bien sûr, mais pourquoi n’y-a-t-il pas plus de poèmes à propos du soleil ? Le soleil est également une étoile, et il s’agit même de la plus importante pour nous. Il mériterait d’avoir un poème ou deux à son sujet rien que pour cette raison.

« – Do you think it’s funny that both of our favourite memories are about the people we like the least now? » I ask.
– Maybe that’s why we dislike them, » she says. « The distance between who they were and who they are is so wide, we have no hope of getting them back. »

Traduction
– Ne trouves-tu pas drôle que nos souvenirs préférés concernent les personnes que nous aimons le moins aujourd’hui ?, lui demandé-je.
– C’est probablement pourquoi nous les détestons, répond-elle. L’écart entre qui ils étaient et qui ils sont aujourd’hui est si grand que nous n’avons plus d’espoir de les retrouver.

Conclusion

The Sun is Also A Star est une romance vraiment attendrissante entre deux personnages que tout semblait opposé : une fana de science et un amoureux de la poésie. La narration à plusieurs voix permet de ressentir avec force le poids du hasard, mais surtout du destin, qui permettra à ces deux jeunes gens de se rencontrer et de s’aimer ! Un beau roman qui traite également en toile de fond de l’immigration aux Etats-Unis et qui ne laisse donc pas le lecteur indifférent. En conclusion, j’ai passé un excellent moment avec The Sun Is Also A Star, bien qu’il soit loin du coup de cœur.

divertissant rectangle 2

I.R.L.

couv_irl_330Titre : I.R.L.

Auteure : Agnès Marot

Éditeur : Gulf Stream éditeur (collection électrogène)

Genre(s) : science-fiction

Nombre de pages : 445

Mots-clés : télé-réalité, vie privée, amour, jeu vidéo, choix.

Je m’appelle Chloé Blanche et j’ai grandi à Life City. Comme tous ses habitants, j’ignorais que nous étions filmés en permanence. J’ignorais que nous étions un divertissement pour des milliers et des milliers de foyers. J’ignorais que nous étions les personnages de Play Your Life, l’émission qui fait fureur hors de Life City, IRL. J’ignorais surtout à quel point nous étions manipulés. Puis j’ai rencontré Hilmi, le nouveau à la peau caramel. Le garçon qui faisait battre mon cœur, mais que ceux qui tirent les ficelles ne me destinaient pas. C’est ainsi que j’ai découvert ce que nous étions, à Life City : les personnages d’un immense jeu vidéo.

Mon avis

Pour la semaine de l’amour, quoi de mieux qu’un livre tout rose ! En effet, la collection Électrogène se démarque des autres par la tranche du livre de couleur : elle adopte ici le rose flash, couleur principale de la couverture d’I.R.L. Le point de départ de l’histoire est la romance : Chloé est amoureuse d’Himli, le nouveau super craquant, et son attirance semble réciproque. Seulement, tout ne se passe pas comme prévu.

Le titre du roman donne le ton de la lecture. IRL est un terme geek pour dire In Real Life/ Dans la réalité. On rencontre Chloé, notre protagoniste, dans Life City au moment où elle découvre qu’elle fait partie d’un jeu vidéo géant, où des gens jouent les personnages de la ville et où ceux qui ne peuvent pas se payer un accès au jeu peuvent regarder en live sur leur télé les événements de la vie quotidienne des personnages. Si Chloé prend conscience de ce monde parallèle au sien, c’est parce qu’un mystérieux adjuvant – L. – lui permet de voir les caméras cachées un peu partout dans la ville. Aucun endroit n’est épargné. Les notions d’intimité ou de libre arbitre sont inconnues. L. lui affirme qu’il veut l’aider à s’enfuir de ce monde d’illusions, mais comment une personne formée de lignes de code – certes avec des sentiments et des émotions, mais sans enveloppe corporelle – va-t-elle pouvoir sortir dans le monde réel?

La frontière entre la réalité et le virtuel, entre l’humanité et l’intelligence artificielle est une des questions centrales de ce livre. Quel degré de conscience, d' »humanité » est-ce qu’une création peut acquérir. Une autre réflexion importante porte sur la télé-réalité, le voyeurisme malsain qu’elle entraîne et la notion de choix. J’ai trouvé que l’auteure se questionnait énormément et posait les bases  pour une réflexion intelligente sur ces sujets délicats. Une chose que j’ai trouvé incroyable est le fait que l’auteure ait réussi à me faire me sentir beaucoup plus proche de Chloé, qui est pourtant une IA, que des humains du monde réel futuriste. Dans la façon dont les personnages sont traités, on a vraiment l’impression que les IA sont proches des humains : une fois matérialisées dans le monde réel, qu’est-ce qui les différencie de nous au final ?

L’auteure cite pas mal de références à des jeux vidéo (Les sims, Second Life) et à des œuvres de fiction littéraire, musicale ou cinématographique. Une petite liste des références citées est proposée par l’auteure à la fin du livre : elle explique brièvement les œuvres et pourquoi elle les a utilisées dans ce contexte. Un petit complément sympa pour ceux qui aiment aller plus loin !

J’ai beaucoup aimé la façon dont le récit passait du monde réel à Life City, à différentes temporalités. L’auteure a réussi à structurer son récit de manière à ce que les révélations viennent au compte-goutte et nous tiennent en haleine, sans nous perdre dans la ligne du temps et des lieux. C’est un livre que j’ai dévoré, je n’avais pas envie de le lâcher tellement les actions s’enchaînaient. On a qu’une envie, savoir si Chloé va parvenir à ses fins ou non, et quels sacrifices elle va encore devoir faire pour réussir.

Citations

« Normalement, Hilmi n’aurait même pas dû me remarquer. Il ne m’aurait parlé que pour me demander où était Elsa et ce qu’elle pensait de lui, et il m’aurait fendu le cœur, comme tous les autres garçons dont je me suis crue amoureuse. Zazou m’aurait demandé si ça m’embêtait qu’elle sorte avec lui, et j’aurais nié, trop honteuse pour avouer que je craquais encore pour un mec inaccessible.
Mais nous avions partagé cette dans que vous n’aviez pas prévue, au Life Club ; cette danse restée secrète qui avait tout changé. Et ce jour-là, devant le lycée, Hilmi n’est pas passé à côté de moi sans me voir. »

« À vos yeux, ce que j’ai vécu ce jour-là ressemble à un mauvais rebondissement de film de série B, un de ceux que vous regardez le dimanche après-midi en râlant parce que le scénario est mal ficelé et l’héroïne geignarde. J’ai un scoop pour vous : vous ne feriez pas mieux. Vous n’apprendrez pas à vous battre par un miracle de l’esprit, à repousser un agresseur dix fois plus lourd que vous et à vous enfuir avec les honneurs ; vous ne vous relèveriez pas de cette agression avec la ferme intention de vous venger dès que vous auriez amélioré votre kung-fu. La vérité, c’est que si ça vous arrive, vous rentrerez chez vous en pleurant de honte et vous ferez bien gentiment ce qu’on vous a ordonné parce que, pour la première fois, vous réaliserez à quel point vous tenez à votre vie. »

Conclusion

L’auteure joue avec la frontière entre le réel et l’irréel pour nous donner une histoire trépidante, qui nous tient en haleine du début à la fin. La romance est l’élément déclencheur de la prise de conscience de Chloé et va la faire pousser ses limites, toujours plus loin, afin d’aider les gens à qui elle tient. Une lecture palpitante qui apporte une réflexion très intéressante sur l’évolution de notre société ultra-connectée.

extra1

#FungiLumini

saint-valentin

Bonus

J’ai rencontré l’auteure aux dernières Halliennales et j’en ai profité pour lui acheter ce livre. Je lui avais dit que j’avais lu tellement de bonnes critiques que j’avais envie de lire son livre. Je peux maintenant dire que les chroniqueurs avaient raison parce que ce livre a été une excellente lecture ! J’ai aussi eu la chance de rencontrer le personnage de Cindy IRL et elle m’a fait une petite dédicace 😀

dsc00018

#43 C’est lundi ! Que lisez-vous ?

11885228_1108891765822087_8734220511729122092_n

Nouveau rendez-vous du C’est lundi ! Que lisez-vous ?! Quelles sont les lectures qui vous occupent actuellement ? 😀 Personnellement j’ai été un peu dépassée par le nombre de livres que je lis en même temps et par d’autres évènements :p J’avance donc toujours lentement mais sûrement dans chacune de mes lectures !

Cette semaine nous avons décidé de lui donner les couleurs de l’amour ! Comme l’année passée, nous organisons une semaine spéciale Saint-Valentin ! Vous retrouverez donc dans les prochains jours des chroniques sur des livres en rapport avec ce thème à l’eau de rose ❤ N’hésitez pas aussi à retrouver nos chroniques de l’année passée 😀

saint-valentin


Ce que j’ai lu

Vous pouvez déjà retrouvé mon avis sur le roman d’Harper Lee ici 😀 Et vous vous doutez que je vous parlerai cette semaine de The Sun Is Also A Star et de Calendar Girl – Janvier

Ce que je lis

Comme vous pouvez le voir, je lis beaucoup trop de trucs en même temps :p Je pense terminer rapidement Calendar Girl – Février. Et cette semaine, je compte lire principalement La Horde du Contrevent pour respecter l’échéance de la lecture commune ! Les autres livres seront donc probablement en pause jusqu’à vendredi :p Alala, ça ne m’avance pas beaucoup tout ça 😀

Ce que je lirai

telechargement

Bon j’avoue que je ne sais pas encore trop quel livre je lirai après avoir terminé Fils de l’eau et La couleur des sentiments… Pour l’instant j’aimerais commencer celui-là, mais mon humeur livresque risque encore de changer d’ici le prochain C’est lundi ! Que lisez-vous ? que je ferai :p

Et vous ?

Quelles sont vos lectures actuelles ? Que comptez-vous lire par la suite? Dites-le nous en commentaire 🙂


text

Honoré Laragne

Challenge : 50 livres recommandés par Hayao Miyazaki

POPSUGAR Reading Challenge 2017

L’innocence des bourreaux

Le Guide du Voyageur Galactique – Lecture commune 09

Livres et Gourmandises : Montres enchantées (12/17)Livres et Gourmandises : Montres enchantées (12/17)

Bonne semaine !

#Yuixem