Calendar Girl – Juin

calendar-girl,-tome-6---juin-874615-264-432

 

Titre : Calendar Girl – Juin
Auteur : Audrey Carlan
Editeur : Hugo Romance
Genre : Romance érotique
Nombre de pages : 155
Mots-clés : escort girl, romance, humanitaire, homme d’affaire, érotisme, amitié
Quatrième de couverture

Voilà Mia dans la capitale, Washington, DC. Elle n’est pas très enthousiaste sur sa mission du mois, puisqu’elle doit jouer la compagne de Warren Shipley, un homme âgé et surtout l’un des plus riches businessmans des États-Unis. Elle doit lui servir de faire valoir vis-à-vis des hommes d’affaires qu’il veut approcher.

Mais elle va vite changer d’avis lorsqu’elle est accueillie par Aaron Shipley le fils de Warren.

Aaron est non seulement irrésistible physiquement, raffiné, mais aussi le plus jeune sénateur des États-Unis. À trente-cinq ans, il est riche comme Crésus, célibataire, et fait les couvertures de tous les magazines du pays.

Mia, qui pensait que la politique était un monde ennuyeux, va s’apercevoir qu’il n’y a rien de plus excitant que la démocratie. Et, pourtant, il va lui falloir beaucoup de force et de courage pour surmonter de bien tristes événements. Heureusement, elle sera bien entourée…

Mon avis

Je poste vite vite ma chronique avant que le mois de juin ne se termine ! Heureusement avec la série Calendar Girl, même si je suis un peu en retard dans mes lectures, cela se lit généralement d’une traite tellement c’est court ! Un aspect que j’ai définitivement beaucoup apprécié cette fois-ci, puisque je n’ai pas du tout apprécié cet épisode !

Après avoir quitté Hawai, sa soeur, sa meilleure amie et son sexy Saoman, Mia se retrouve à Washington à jouer la pute de service au bras d’un important politicien, qui aurait l’âge d’être son père ! Heureusement pour elle, il ne s’agit que d’un rôle de surface. Warren, son nouvel employeur, n’est pas du tout intéressé par notre escort. Il vise davantage les relations qu’elle pourrait lui faire nouer en se présentant dans des galas. De plus, il s’avère qu’il est déjà amoureux de sa femme de chambre, du coup, les fesses de Mia sont sauves… du moins avec lui ! Arrivée déjà à la moitié de son année, notre héroïne en profite également pour faire le point sur sa vie, sur ses relations et sur ses six prochains mois !

Avec la série de Calendar Girl, j’ai toujours des hauts et des bas. Parfois j’adore, parfois je déteste. Cet épisode-ci fait partie de la seconde catégorie. Mais que n’ai-je pas aimé ? Les paroles trop crues, trop inquisitrices, trop oppressantes de Mia vis-à-vis de Kathlyn, la copine de Warren ? Son besoin de jouer l’entremetteuse à chaque fois commence aussi à me taper sur le système. A force, je trouve qu’elle manque de respect aux gens, imposant juste sa manière de voir et de faire. Mia n’a eu aucun bon rôle dans cet opus et les autres personnages principaux n’ont plus d’ailleurs. Même si Kathlyn est plutôt attachante avec son caractère de maman et Warren, sympathique, je ne me suis pas spécialement attachée à eux. Quant à au fils, on taira ce que je pense de lui !

J’ai, par contre, bien aimé retrouver les anciens personnages, qui ont enfin l’occasion de prouver qu’ils sont bien plus que de simples anciens clients de Mia. Je pourrais chercher encore d’autres aspects qui étaient plutôt bien amenés comme par exemple l’objectif humanitaire de Warren, mais j’ai trop été énervée par le caractère, finalement, si peu mature de Mia.

Plutôt déçue de cet opus, je n’ai aucune envie de me lancer dans le prochain. L’idée de retomber encore dans des stéréotypes, un schéma narratif déjà abordé, et finalement peu de profondeur d’esprit, me fatigue déjà à l’avance… Serait-ce la fin de mes aventures avec Mia ? Je pense tout de même lui laisser un tome de plus. Advienne que pourra !

Citations

« Premièrement, Wes est ma foutue kryptonite et je dois m’en protéger si je veux tenir encore six mois. Deuxièmement, il ne faut jamais juger un livre à sa couverture, même quand elle ressemble à un politicien beau gosse et plein aux as. Troisièmement, les amis sont la famille que l’on choisit, et j’ai les meilleurs amis et la plus belle famille au monde. »

« Je ne suis pas seule. J’ai des gens sur qui compter. Des gens qui me porteront, me protégeront, se battrons pour moi et, surtout, m’aimeront. »

Conclusion

Le mois de Juin fait donc parti de la catégorie des épisodes de Calendar Girl que je n’aime pas. Mia, notre héroïne, m’a déçue au plus haut point. Même si cet épisode n’est pas des plus simples pour elle, cela ne m’a point attendrie. Son besoin indéfinissable de jouer l’entremetteuse, de s’immiscer dans l’intimité des gens, d’imposer ses idées, et puis de toujours se sentir attirer par les beaux mecs et puis de pleurer Wes commence à m’exaspérer. Je laisse une dernière chance au Mister Juillet… mais j’ai peu d’espoir !


Découvrez mon avis sur les autres tomes de la série Calendar Girl !

Calendar Girl – Janvier
Calendar Girl – Février
Calendar Girl – Mars
Calendar Girl – Avril
Calendar Girl – Mai
Calendar Girl – Juin (à venir)
Calendar Girl – Juillet (à venir)
Calendar Girl – Août (à venir)
Calendar Girl – Septembre (à venir)
Calendar Girl – Octobre (à venir)
Calendar Girl – Novembre (à venir)
Calendar Girl – Décembre (à venir)

#62 C’est lundi! Que lisez-vous?

11885228_1108891765822087_8734220511729122092_n

Ce que j’ai lu:

cave

13 reasons why

Shadow house

léa olivier 1

Comme beaucoup, j’ai été pas mal occupée ces derniers temps et ça fait longtemps que je n’ai pas écrit, je vais essayer de m’y remettre vu que j’ai tout de même quelques romans à chroniquer 😀

Ce que je lis en ce moment:

parents à perpet

project viper rising

brooklyn-paradis-saison-2-chris-simon

Ce que je compte lire:

Je ne sais pas trop ce que je compte lire, j’ai toujours envie de lire « Le piège de Lovecraft » et la « Fille d’avant » mais mon avis pourrait changer selon ce que je vois de beau en librairie 😀

Et vous?

Quelles sont vos lectures actuelles? Que comptez-vous lire par la suite? Dites-le nous en commentaire 🙂

TEXT

Le Bureau des Jardins et des Etangs

Asylum

La fille derrière la porte

Livres et Gourmandises : Bal Masqué (2/16)

#Coco

 

 

La fille derrière la porte

hespel_fille-derriere-porte.indd

Titre : La fille derrière la porte

Auteure : Patricia Hespel

Éditeur : Les Nouveaux Auteurs éditions

Genre(s) : suspense psychologique

Nombre de pages : 328

Prix du suspense psychologique 2017

Deux jeunes femmes, deux destins. D’un côté, Emmy, une jeune femme dépressive, fragilisée par les aléas de la vie et, de l’autre, sa voisine, Léna, une battante sûre d’elle qui va vite tenir la première sous son emprise et lui proposer un pacte singulier. Au fil des mois et de cette amitié atypique, un pacte venimeux et addictif s’articule autour de leur longue descente aux Enfers…

Lire la suite

Asylum

13597728Titre : Asylum

Auteure : Madeleine Roux

Éditeur : Harper Collins (Lu en VO)

Genre(s) : suspense/ « horreur »

Nombre de pages : 315

Pour Dan Crawford, un ado de seize ans, un programme estival pour étudiants doués représente la chance d’une vie. Personne d’autre à son école ne comprend sa fascination étrange pour l’histoire et la science, mais au sein du programme préparatoire du Collège du New Hampshire, ces excentricités sont pratiquement des prérequis.

À son arrivée, Dan apprend que la résidence estivale habituelle a fermé ses portes, les étudiants à demeurer dans un édifice qui tombe en ruines, Brookline — un ancien hôpital psychiatrique. À mesure que Dan et ses deux nouveaux amis, Abby et Jordan, explorent les couloirs sinueux et le sous-sol dissimulé de Brookline, ils découvrent des secrets troublants sur les événements survenus entre ses murs… Des secrets qui lient Dan et ses amis au passé sombre de l’asile. Car Brookline n’était pas un hôpital psychiatrique ordinaire. Et certains refusent de demeurer enfouis.

Lire la suite

Le Bureau des Jardins et des Etangs

51gE82PZMaL._SX210_

Titre : Le Bureau des Jardins et des Etangs
Auteur : Didier Decoin
Editeur : Stock
Genre : roman historique
Nombre de pages : 396
Mots-clés : Japon, époque Heian, histoire, littérature, romance, deuil

Quatrième de couverture

Empire du Japon, époque Heian, XIIe siècle. Être le meilleur pêcheur de carpes, fournisseur des étangs sacrés de la cité impériale, n’empêche pas Katsuro de se noyer. C’est alors à sa jeune veuve, Miyuki, de le remplacer pour porter jusqu’à la capitale les carpes arrachées aux remous de la rivière Kusagawa. Chaussée de sandales de paille, courbée sous la palanche à laquelle sont suspendus ses viviers à poissons, riche seulement de quelques poignées de riz, Miyuki entreprend un périple de plusieurs centaines de kilomètres à travers forêts et montagnes, passant de temple en maison de rendez-vous, affrontant les orages et les séismes, les attaques de brigands et les trahisons de ses compagnons de route, la cruauté des maquerelles et la fureur des kappa, monstres aquatiques qui jaillissent de l’eau pour dévorer les entrailles des voyageurs. Mais la mémoire des heures éblouissantes vécues avec l’homme qu’elle a tant aimé, et dont elle est certaine qu’il chemine à ses côtés, donnera à Miyuki le pouvoir de surmonter les tribulations les plus insolites, et de rendre tout son prestige au vieux maître du Bureau des Jardins et des Étangs.

Mon avis

Le Bureau des Jardins et des Etangs m’a principalement attiré par sa quatrième de couverture. Une histoire qui se déroule durant l’époque Heian (12e siècle) est plutôt rare, et encore plus de la part d’un écrivain français ! J’ai donc été intriguée par ce roman et par les quelques critiques que j’ai entendues à son propos.

C’est donc dans un lointain passé et dans un pays bien reculé de notre vieille Europe, que Miyuki vient de perdre brutalement son mari, l’homme de sa vie, Katsuro. Pêcheur de carpes attitré pour les étangs de la cité impériale, Heiankyô, il entreprenait chaque année un voyage vers la capitale pour remettre aux nobles ses plus belles prises. Miyuki se voit donc obligée de suivre les traces de son mari pour honorer le contrat qui existe entre son petit village de province et le Bureau des Jardins et des Etangs. Sur le long chemin qui la sépare de sa destination, elle vivra diverses situations, généralement plutôt désagréables. Cependant, rien ne pourra l’empêcher de mener à bien sa tâche et de découvrir une part de la vie de son mari qu’elle ignorait jusqu’alors.

Si ce roman est loin du genre de la romance, l’histoire d’amour entre Miyuki et son mari tient une place centrale dans le récit. Le voyage qu’elle entreprend équivaut également à son deuil et lui donne l’occasion de repenser à toute sa vie avec Katsuro. A la manière des auteurs japonais, on découvre une vie amoureuse plutôt simple où l’importance de la relation se situe dans la quotidienneté plutôt que dans les effusions de sentiments et d’attentions. On y trouve également un côté érotique qui évoque d’autant plus le lien profond qui unissait ces deux êtres.

Miyuki est donc très touchante à voir son mari dans tous les petits détails de son voyage. Elle se révèle un personnage pleine de naïveté et de pureté. Elle ne voit le mal nul part, est prête à aider son prochain, se montre respectueuse de tout à chacun et finalement ne tient qu’à honorer l’âme de son tendre époux. J’ai beaucoup aimé ce personnage et son chemin initiatique.

Mais ce qui m’a le plus marquer durant toute ma lecture est de très loin le style de Didier Decoin. L’auteur a mis pas moins de 12 ans pour écrire ce roman… et ça se sent ! La quantité d’informations au sujet de l’époque Heian est vraiment incroyable ! L’écrivain a étudié son sujet, sa période et sa littérature pour pouvoir nous offrir son histoire. On trouve d’ailleurs à la fin une bibliographie des ouvrages qui lui ont permis de se documenter. Plus que le simple périple de Miyuki, on voyage – nous lecteur – au coeur du Japon et de sa culture. Les nombreuses et détaillées descriptions nous immergent dans cet univers unique et étranger. On a l’impression de se trouver réellement dans la forêt, de sentir la pluie sur notre peau, de percevoir les différentes odeurs et être ébloui devant la beauté de la capitale. Didier Decoin nous dépeint avec un grand réalisme les diverses saynètes de la vie quotidienne des pêcheurs, des paysans et puis des divers personnages que l’on rencontre au fur et à mesure. De ces descriptions ressort une impression de vision d’estampes japonaises, à la manière des Cents vues d’Edo de Hiroshige, qui a d’ailleurs accompagné l’auteur tout au long de la rédaction de son roman. J’ai donc été particulièrement séduite par la plume de l’auteur qui a su me faire voyager et déployer mon imagination.

J’ai pourtant été gênée par un aspect. J’ai eu l’impression que l’auteur avait fait une liste de ce qu’il voulait mettre dans son roman. Un peu comme :

  • Parler de la vie paysanne – Check
  • Rendre le sexe à la manière japonaise – Check
  • Parler du bouddhisme – Check
  • Parler des conflits historiques de la période – Check
  • etc.

La fin m’a d’ailleurs paru comme étant le check de trop et ne m’a donc de ce fait pas trop plue… J’ai également été un peu perturbée par l’importance de la sexualité et du rapport à l’odeur. Il y avait un aspect sans doute un peu trop pervers pour moi, même si c’était extrêmement bien rendu. Tout cela a eu un impact sur les émotions qui m’ont traversée tout au long de ma lecture. Je n’en ai vécu aucune. Je me suis plutôt sentie comme une étrangère et une simple observatrice de cette histoire ; un sentiment qui ne fera pas de ce roman un coup de coeur.

Citations

« Depuis la mort de Katsuro, la jeune femme vivait dans un brouillard qui assourdissait les sons, détrempait les couleurs. Mais elle pressentait que cette opacité se dissiperait dès qu’elle prendrait la route, et qu’elle verrait alors le monde tel qu’il est en réalité, avec ses aspects positifs et ses pentes néfastes. Puis, lorsqu’elle aurait livré ses poissons, lorsqu’ils glisseraient dans les bassins des temples, sa vie s’empâterait de nouveau, l’obscurité la reprendrait. »

« Les volutes grises du brouillard matinal s’accrochaient aux ronces et aux arbustes dont les rameaux piquetés de fleurs d’un blanc cireux évoquaient des parterres de petites bougies votives. »

Conclusion

Le Bureau des Jardins et des Etangs est un grand roman, surtout pour son écriture magnifique ! L’auteur arrive à nous faire voyager dans le Japon de l’époque Heian et de nous peindre de belles estampes des situations quotidiennes. Sa documentation est juste et impressionnante. Ce voyage se déroule aussi au coeur de l’amour et du deuil auquel l’héroïne doit faire face avec la mort de son mari. J’ai malheureusement eu quelques petites gênes au niveau des différentes thématiques abordées, de la présence importante de la sexualité et du manque d’émotions ressenties.

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

#61 C’est lundi ! Que lisez-vous ?

11885228_1108891765822087_8734220511729122092_n-1

C’est reparti pour une nouvelle semaine ! J’ai un peu du mal à lire dernièrement et surtout à écrire, comme d’habitude ! J’espère pouvoir réussir à me reprendre cette semaine et à vous proposer des titres qui m’ont particulièrement plu récemment !


 Ce que j’ai lu

J’ai tellement de chroniques à écrire ! Les romans seront en priorité, mais je prévois bien de contribuer cette semaine au samedi spécial BD !

N’hésitez pas à lire mon avis sur le manga Plus jeune que moi, sur Manga Mag !

plus-jeune-que-moi-1-akata

Ce que je lis

51VI3y3xo3L._SX302_BO1,204,203,200_

Je change radicalement de genre de lecture !

Ce que je lirai

calendar-girl,-tome-6---juin-874615-264-432

J’en ai un peu marre des romances pour l’instant… du coup ma future lecture risque de changer d’ici là !

Et vous ?

Quelles sont vos lectures actuelles ? Que comptez-vous lire par la suite? Dites-le nous en commentaire 🙂


IMG_0133

Syberia, tome 1 : Hans

American Gods – Lecture commune 05

Les Soeurs Fox, tome 1 : Esprits, êtes-vous là ?

Livres et Gourmandises : Bal Masque (1/16)

Très bonne semaine à tous et à toutes !

#Yuixem

Les Sœurs Fox, tome 1 : Esprits, êtes-vous là?

9782818941744Titre : Les Sœurs Fox, tome 1 : Esprits, êtes-vous là?

Auteur : Philippe Charlot

Illustrateur : Grégory Charlet

Éditeur : Bamboo (Grand Angle)

Genre(s) : BD biographique/ fantastique

Nombre de pages : 48

Un jour, deux sœurs ont fait tourner les tables… 

Une nuit de 1848, dans une petite ferme réputée hantée de Hydesville, Margaret et Kate, les filles du pasteur Fox, établissent un contact avec un supposé « esprit ». Vite colportés, les «évènements de Hydesville » donnent naissance à un véritable phénomène de société. L’engouement pour le surnaturel atteint son comble aux États-Unis : d’innombrables médiums, trois millions d’adeptes, parmi lesquels Victor Hugo, James Fennimore, Cooper et Arthur Conan Doyle, ainsi que de nombreux savants et intellectuels.

Le spiritisme moderne est né.

Lire la suite