Loin de lui le soleil

LDLS-couv-1ere-RVBTitre : Loin de lui le soleil

Auteur : Vincent Tassy

Illustratrice : Marcela Bolivar

Éditeur : éditions du Chat Noir

Genre(s) : romance gothique

Nombre de pages : 185

J’ai aimé Alphée dès le premier instant. Comme si je l’avais attendu toute ma vie. Comme si je l’attendais déjà avant même de vivre. Mais de ce premier instant à celui, des années plus tard, où Alphée est devenu Aphelion, qu’y a-t-il eu ? Je ne sais presque rien.
Je voudrais parler de lui malgré tout. Parler de lui, voilà. De sa pâleur, de ses cheveux noirs. De sa voix qu’on entend si peu. De la nuit qui règne sur lui.
Dire son histoire comme je la connais, sans qu’elle ait jamais été dite ou confirmée par lui.
Que chaque mot soit comme prêt à disparaître. Comme une apparition vaine et fragile du désir.
Je ne pourrai pas faire le livre. Seulement l’idée passagère que je me fais du livre.

Mon avis

On arrête tout : le nouveau roman de Vincent  Tassy paraitra pour Halloween et, qui plus est, c’est une préquelle à Apostasie, mon roman préféré de tous les temps. J’ai eu la joie de pouvoir l’acheter en avant-première aux Halliennales et rencontrer l’auteur. Toujours un plaisir 🙂 C’est à nouveau Marcela Bolivar qui illustre à merveille la couverture de cet univers sombre, végétal et envoûtant.

Ce récit est rédigé par Alvare et conte l’histoire d’Alphée. Rien ne dit qu’elle est vraie, que ce n’est pas une vision idéalisée d’une réalité bien plus triste. La plupart des événements sont vécus comme des souvenirs, vus par les yeux d’Alphée au travers des songes d’Alvare. On oscille toujours entre le rêve et la réalité, ne sachant jamais où est la limite, pour notre plus grand plaisir. On finit même par se demander si Alphée existe et si ce n’est pas Alvare qui fait de ses fantaisies une réalité ?

Ce livre est avant tout le récit d’un amour pur, puissant, à toutes épreuves. Un coup de foudre, au premier regard, un amour qui bouleverse au point de ne plus pouvoir vivre pour soi. Cet amour est à la fois celui d’Alphée pour sa mère, et celui d’Alvare pour Alphée. Deux adorations bouleversantes par leur sincérité et leur puissance qui vont guider ce sombre conte onirique.

On évolue dans un monde à la fois féérique et cruellement réel. La nature y est omniprésente. Alphée, sa mère et son frère sont plongés dans un hiver qui semble éternel, attendant éperdument le retour du père. On ressent avec eux le froid, la faim, le désespoir, la tristesse… mais aussi la joie d’être ensemble, les petits bonheurs, les sourires. Ils vivent dans des châteaux, mais ce ne sont pas des lieux de faste et de luxe, ce sont des endroits froids, vides, un toit au dessus de leur tête qu’ils ne peuvent cependant pas appeler maison.

Alphée est un raconteur d’histoires (on avait déjà pu le constater dans Apostasie 😉 ). Quand il parle de fées, elles semblent apparaitre à ses yeux et à ceux de son entourage. Il nourrit dès lors sa famille et lui-même de la magie de ses histoires, racontant les princesses, les fleurs, la féérie, la joie. Ce texte porte un joli message : quoi qu’il se passe autour de nous, quelles que soient les horreurs qui nous entourent ou qu’on subit, l’imagination et le rêve seront toujours là pour nous emporter au loin le temps d’un songe et nous apporter quelques bribes de joie.

On retrouve bien sûr la plume envoûtante de Vincent, avec ce rythme, cette musicalité qui fait sa richesse. Cette sombre poésie, mélancolie mêlant beauté végétale, sentiments profonds et rêve éveillé. Au final, Alvare n’est-il pas un peu Vincent qui nous déclare aussi son amour pour ce personnage fascinant qu’est Alphée, que sa plume a enfanté ?

La couverture du roman mêle, je trouve,  un style proche à la fois de celle d’Apostasie et de celle de Comment le dire à la Nuit. Un personnage en particulier, femme magicienne omnisciente qui enferme Alphée pour en « prendre soin », m’a rappelé la dame en noir de Comment le dire à la Nuit. Se pourrait-il que les deux univers n’en soit en fait qu’un seul et qu’Alphée soit le chainon manquant ?

J’ai adoré lire cette nouvelle incursion dans l’univers d’Apostasie. Je regrette juste qu’elle ai été si courte. J’aurais aimé revoir un peu plus la Sylve Rouge, aller un peu plus loin dans l’histoire d’Aphélion et d’Alvaron au sein même de la forêt couleur sang. Ce sera peut-être pour une prochaine fois.

Citations

« Elle aime les histoires de princesses et de fleurs empoisonnées. Elle aime quand il y a un château enfermé dans un hiver sans fin. Elle aime tout ce qu’il dit, il peut dire n’importe quoi, elle est heureuse de l’écouter. Elle n’entend jamais la fin. »

« Il se fond dans les arbres, devient eux. Devient les clairières, les ruisseaux, les galets. Il est là et il marche, tremble quand tremble la forêt.
Sa tête est pleine de l’écorce des arbres, des lueurs bleues luisant dans les clairières, de l’eau des ruisseaux, des galets au fond des ruisseaux.
Il devient le sang des arbres, des clairières, des ruisseaux, des galets. Coule dans les veines de la forêt. »

« Crie. Meurs pour moi mon amour. Montre-moi comment c’est dans ton corps, pleure. Je suis toi, tu es moi. Nous sommes la douleur. Inévitable. Corps pâles errant dans la chambre obscure. Je t’aime. Souffre. Meurs. Tu es mon temple, tu es mon éternité. Mon miroir et mon mirage. Loin de roi le soleil. Mon aphélie. »

Conclusion

Vous l’aurez compris, ce livre est un gros coup de cœur. Pouvoir replonger dans l’univers de mon roman préféré et en découvrir de nouvelles facettes a été un pur plaisir. La plume de Vincent est toujours aussi magistrale, faisant voyager son lecteur entre le rêve et la réalité avec une musicalité et une sombre poésie incroyable. Un récit d’amour unique, intense et touchant. Une histoire qui prouve encore une fois la force de l’imaginaire. À lire absolument !

12341510_10207042398671215_207821305737772427_n

#FungiLumini

9 réflexions sur “Loin de lui le soleil

  1. Perso je suis pas fan de la couv alors ça a tendance à me freiner XD En même temps, Apostasie avait pas non plus était un livre tout à fait facile à lire pour moi (mais c’était bien quand même, mais je suis pas complètement sûre non plus XDD) Mais en tout cas, t’en parles très bien :O
    Kin

    Aimé par 1 personne

    • Je ne pense pas que cela posera problème, tu auras juste une perception différente des personnages quand tu les rencontreras dans Apostasie 😉
      Dans un cas comme celui-là, c’est limite dommage de ne pas pouvoir oublier une lecture pour pouvoir la redécouvrir à nouveau d’une façon différente dans un autre ordre !

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Bilan 2019 Livraisons Littéraires | Livraisons Littéraires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s