La dernière geste, deuxième chant : l’héritage du rail

Titre : La dernière geste, deuxième chant : l’héritage du rail

Autrice : Morgan of Glencoe

Illustrateur : Zariel

Éditeur : ActuSF (Naos)

Genre(s) : fantasy urbaine

Nombre de pages : 495

Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile…

Après les débuts en fanfare de la série La Dernière Geste de Morgan of Glencoe, romancière et harpiste professionnelle, voici enfin le deuxième tome très attendu des lecteurs et lectrices.

Lire la suite

Dans l’ombre de Paris

69451Titre : Dans l’ombre de Paris

Autrice : Morgan of Glencoe

Illustrateur : Benjamin Zariel Chaignon

Éditeur : ActuSF (collection Naos)

Genre(s) : fantasy urbaine

Nombre de pages : 456

Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux. 
Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. » 
Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

Lire la suite

I.R.L.

couv_irl_330Titre : I.R.L.

Auteure : Agnès Marot

Éditeur : Gulf Stream éditeur (collection électrogène)

Genre(s) : science-fiction

Nombre de pages : 445

Mots-clés : télé-réalité, vie privée, amour, jeu vidéo, choix.

Je m’appelle Chloé Blanche et j’ai grandi à Life City. Comme tous ses habitants, j’ignorais que nous étions filmés en permanence. J’ignorais que nous étions un divertissement pour des milliers et des milliers de foyers. J’ignorais que nous étions les personnages de Play Your Life, l’émission qui fait fureur hors de Life City, IRL. J’ignorais surtout à quel point nous étions manipulés. Puis j’ai rencontré Hilmi, le nouveau à la peau caramel. Le garçon qui faisait battre mon cœur, mais que ceux qui tirent les ficelles ne me destinaient pas. C’est ainsi que j’ai découvert ce que nous étions, à Life City : les personnages d’un immense jeu vidéo.

Mon avis

Pour la semaine de l’amour, quoi de mieux qu’un livre tout rose ! En effet, la collection Électrogène se démarque des autres par la tranche du livre de couleur : elle adopte ici le rose flash, couleur principale de la couverture d’I.R.L. Le point de départ de l’histoire est la romance : Chloé est amoureuse d’Himli, le nouveau super craquant, et son attirance semble réciproque. Seulement, tout ne se passe pas comme prévu.

Le titre du roman donne le ton de la lecture. IRL est un terme geek pour dire In Real Life/ Dans la réalité. On rencontre Chloé, notre protagoniste, dans Life City au moment où elle découvre qu’elle fait partie d’un jeu vidéo géant, où des gens jouent les personnages de la ville et où ceux qui ne peuvent pas se payer un accès au jeu peuvent regarder en live sur leur télé les événements de la vie quotidienne des personnages. Si Chloé prend conscience de ce monde parallèle au sien, c’est parce qu’un mystérieux adjuvant – L. – lui permet de voir les caméras cachées un peu partout dans la ville. Aucun endroit n’est épargné. Les notions d’intimité ou de libre arbitre sont inconnues. L. lui affirme qu’il veut l’aider à s’enfuir de ce monde d’illusions, mais comment une personne formée de lignes de code – certes avec des sentiments et des émotions, mais sans enveloppe corporelle – va-t-elle pouvoir sortir dans le monde réel?

La frontière entre la réalité et le virtuel, entre l’humanité et l’intelligence artificielle est une des questions centrales de ce livre. Quel degré de conscience, d' »humanité » est-ce qu’une création peut acquérir. Une autre réflexion importante porte sur la télé-réalité, le voyeurisme malsain qu’elle entraîne et la notion de choix. J’ai trouvé que l’auteure se questionnait énormément et posait les bases  pour une réflexion intelligente sur ces sujets délicats. Une chose que j’ai trouvé incroyable est le fait que l’auteure ait réussi à me faire me sentir beaucoup plus proche de Chloé, qui est pourtant une IA, que des humains du monde réel futuriste. Dans la façon dont les personnages sont traités, on a vraiment l’impression que les IA sont proches des humains : une fois matérialisées dans le monde réel, qu’est-ce qui les différencie de nous au final ?

L’auteure cite pas mal de références à des jeux vidéo (Les sims, Second Life) et à des œuvres de fiction littéraire, musicale ou cinématographique. Une petite liste des références citées est proposée par l’auteure à la fin du livre : elle explique brièvement les œuvres et pourquoi elle les a utilisées dans ce contexte. Un petit complément sympa pour ceux qui aiment aller plus loin !

J’ai beaucoup aimé la façon dont le récit passait du monde réel à Life City, à différentes temporalités. L’auteure a réussi à structurer son récit de manière à ce que les révélations viennent au compte-goutte et nous tiennent en haleine, sans nous perdre dans la ligne du temps et des lieux. C’est un livre que j’ai dévoré, je n’avais pas envie de le lâcher tellement les actions s’enchaînaient. On a qu’une envie, savoir si Chloé va parvenir à ses fins ou non, et quels sacrifices elle va encore devoir faire pour réussir.

Citations

« Normalement, Hilmi n’aurait même pas dû me remarquer. Il ne m’aurait parlé que pour me demander où était Elsa et ce qu’elle pensait de lui, et il m’aurait fendu le cœur, comme tous les autres garçons dont je me suis crue amoureuse. Zazou m’aurait demandé si ça m’embêtait qu’elle sorte avec lui, et j’aurais nié, trop honteuse pour avouer que je craquais encore pour un mec inaccessible.
Mais nous avions partagé cette dans que vous n’aviez pas prévue, au Life Club ; cette danse restée secrète qui avait tout changé. Et ce jour-là, devant le lycée, Hilmi n’est pas passé à côté de moi sans me voir. »

« À vos yeux, ce que j’ai vécu ce jour-là ressemble à un mauvais rebondissement de film de série B, un de ceux que vous regardez le dimanche après-midi en râlant parce que le scénario est mal ficelé et l’héroïne geignarde. J’ai un scoop pour vous : vous ne feriez pas mieux. Vous n’apprendrez pas à vous battre par un miracle de l’esprit, à repousser un agresseur dix fois plus lourd que vous et à vous enfuir avec les honneurs ; vous ne vous relèveriez pas de cette agression avec la ferme intention de vous venger dès que vous auriez amélioré votre kung-fu. La vérité, c’est que si ça vous arrive, vous rentrerez chez vous en pleurant de honte et vous ferez bien gentiment ce qu’on vous a ordonné parce que, pour la première fois, vous réaliserez à quel point vous tenez à votre vie. »

Conclusion

L’auteure joue avec la frontière entre le réel et l’irréel pour nous donner une histoire trépidante, qui nous tient en haleine du début à la fin. La romance est l’élément déclencheur de la prise de conscience de Chloé et va la faire pousser ses limites, toujours plus loin, afin d’aider les gens à qui elle tient. Une lecture palpitante qui apporte une réflexion très intéressante sur l’évolution de notre société ultra-connectée.

extra1

#FungiLumini

saint-valentin

Bonus

J’ai rencontré l’auteure aux dernières Halliennales et j’en ai profité pour lui acheter ce livre. Je lui avais dit que j’avais lu tellement de bonnes critiques que j’avais envie de lire son livre. Je peux maintenant dire que les chroniqueurs avaient raison parce que ce livre a été une excellente lecture ! J’ai aussi eu la chance de rencontrer le personnage de Cindy IRL et elle m’a fait une petite dédicace 😀

dsc00018

Le Livre des Âmes – Bethany

LeLivreDesAmesTitre : Le Livre des Âmes – Tome I Bethany

Auteur : Sylvie Ginestet

Éditeur : Livr’S Editions

Genre(s) : fantastique

Nombre de pages : 292

Mots-clés : mort, choix, livre, volcan

Bethany est née en 1049, dans un petit village de pêcheurs en bord de mer. La vie était rude à cette époque et l’espérance d’une vie longue et prospère bien mince. À vingt-deux ans, le jour de son anniversaire, sa vie bascula dans le vide de la haute falaise près de la forêt. Elle n’avait pas voulu cela, elle avait glissé. Alors qu’elle planait vers les vagues à vive allure, une main s’était tendue vers elle. Elle l’avait attrapée comme un mince espoir. Ce jour-là dans les eaux glacées de la mer d’Iroise, elle rencontra celui qui allait changer sa mort… Arny, Mathilde, Breanna et les autres ont tous un point commun : ils ont croisé Bethany.

Elle est la petite main préférée de la Mort. Celle qui sait si bien choisir pour lui les plus belles âmes. Ces âmes qui rendent la mort patiente…

Mais patiente jusqu’à quel point ?

Mon avis

Il y a un moment déjà que j’avais envie de découvrir la maison d’édition Livr’S, nouvelle dans le paysage de l’édition belge et de l’imaginaire. Je me suis lancée à la foire du livre de Bruxelles : j’ai acheté cet ouvrage de Sylvie Ginestet (qui me l’a gentiment dédicacé 🙂 ) et je n’ai pas été déçue ! Le fait que ce livre était un tome 1 me gênait un peu vu que je préfère habituellement les one-shots, mais la quatrième de couverture m’a totalement séduite et je me suis plongée dans l’univers de Bethany.

Elle est une des petites mains de la Mort : elle l’aide à trouver de jolies âmes, de celles qui égayeront son quotidien et l’éloigneront de l’ennui. La relation entre ces deux personnages est très touchante. Ils se parlent peu, communiquent par des gestes, des regards. Au fil des pages, leur attachement l’un pour l’autre évolue.Il y a une simplicité et une poésie qui se dégagent de leur complicité et qui sont belles à lire.

Bethany transmet un livre aux personnes qu’elle veut faucher pour la Mort. Chaque ouvrage est écrit spécifiquement pour la personne visée. J’ai particulièrement apprécié entrer dans le quotidien de ces lecteurs. On découvre leur univers, leurs petits manies, leurs habitudes de lecture et on s’attache à eux. Il y a également cette petite voix en nous – amateurs de littérature – qui nous dit qu’on aurait probablement accepté ce mystérieux livre à la couverture ancienne. La Mort rôde dans ce récit, approche le lecteur mais elle n’est pas effrayante. Elle est fascinante.

Même si l’auteure décrit des situations sombres et mortelles, sa plume est douce et légère. Ce récit aurait pu être noir et déprimant, mais je l’ai trouvé pour ma part original et prenant, avec une touche de mélancolie. Au final, tout est question d’équilibre entre la Mort et la Vie.

Citations

« Un bruit de grattement à peine perceptible lui venait aux oreilles et elle s’en réjouissait. Le grattement d’une plume sur le papier. Lorsque le Livre commençait à écrire, plus rien ne pouvait arrêter sa progression. Les dés étaient jetés, c’était ainsi. »

« Les flammes oscillaient dans la cheminée, mélange de jaune et de rouge. Sa robe virevoltait au gré de ses tours, lorsqu’elle changeait de sens, la jupe se collait à sa peau, épousant les courbes de ses jambes. Plus il jouait fort, avec intensité et profondeur, plus s’installait dans la pièce un état de grâce divine, une transe rouge et noir, clairsemé de reflets jaunes.

La Mort lui allait si bien. »

Conclusion

Je recommande ce livre qui dévoile un aspect original de la Mort, sans pour autant tomber dans le drame ou la déprime. Un livre tout en poésie et en douceur.

Attention toutefois, si une jeune inconnue vous propose un livre ancien, je vous déconseille de l’accepter 😉

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

#FungiLumini

Bonus

L’auteure a écrit ce livre en écoutant le groupe Epysode et a mêlé les paroles de leurs chansons à ses écrits. Je vous invite à découvrir ce groupe et, pourquoi pas, à écouter leur musique pendant votre lecture du Livre des âmes. 🙂