Octavie d’Urville, tome 1: sous l’ombre du vampire

octavie-coverTitre : Octavie d’Urville, tome 1: sous l’ombre du vampire

Auteure : Esther Brassac

Éditeur : éditions du chat noir

Genre(s) : urban fantasy young adult

Nombre de pages :374

Quand on est une fée fantôme maigrichonne, de surcroît incapable de se dématérialiser avant 22 h 43, la vie n’est pas facile.
Quand, en plus, une naïade, tellement belle que c’en est choquant, a le toupet d’emménager dans un appartement adjacent au vôtre, les choses se gâtent.
Mais lorsque votre patron et ami, un vampire métamorphe au caractère de cochon, trouve le moyen de se volatiliser sans crier gare alors qu’il attend avec impatience un colis très spécial, là, ça devient franchement invivable.
Octavie d’Urville, la fée fantôme la plus complexée de Londres, est bien décidée à enquêter sur sa disparition. Heureusement, Gloria, sa meilleure amie, et Clyde, démon schizophrène, vont la soutenir.
C’est alors que, submergée par les problèmes à ne plus savoir où donner de la tête, la vie décide de mettre sur sa route un charmant rouquin aux yeux verts qui ne laissera pas notre détective débutante indifférente.

Mon avis

J’avais adoré La Nuit des Cœurs Froids, premier roman de l’auteure, et le rendez-vous Livres et Gourmandises m’avait permis de me replonger le temps d’une nouvelle dans cet univers. J’avais donc hâte de me lancer dans cette nouvelle série en trois tomes, dans la veine young adult. J’adore le graphisme contrasté que Miesis propose avec sa couverture en noir et blanc, et après lecture, je peux vous dire qu’elle colle parfaitement à ce roman. L’ouvrage est aussi parsemé de petits chats noirs, de grimoires et de chaudrons, ce qui donne une aura magique au texte !

Octavie est une fée-fantôme qui va bientôt fêter ses 25 ans. Elle travaille dans une boutique de sorcellerie dirigée par le vampire métamorphe Swann Blackwood. Elle est très complexée par son apparence, elle se trouve trop maigre, même si elle passe son temps à manger. Ce n’est cependant pas son seul problème. En effet, le monde surnaturel est en pleine crise : entre un affaiblissement génétique général des êtres magiques qui fait qu’Octavie ne peut se « fantômiser » qu’à partir de 22h43 exactement et la disparition récente de nombreux Supras (créatures surnaturelles), elle a de quoi s’inquiéter. C’était sans compter sur le départ subit et inattendu de son patron, ainsi que l’apparition d’un beau jeune homme plein de mystères dans sa vie. Octavie ne sait plus où donner de la tête !

L’histoire est racontée à la première personne. Une des particularités de ce roman est qu’on suit l’héroïne d’un point de vue interne. On sait tout ce qu’elle fait, et surtout tout ce qu’elle pense, mais rien de plus. J’ai trouvé ce choix très intéressant et original, même si parfois les pensées d’Octavie dévient un peu trop de l’intrigue (surtout quand elle pense à un charmant jeune homme de sa connaissance :p ). J’ai trouvé qu’on s’attachait énormément à Octavie grâce à ce processus d’écriture, ainsi qu’aux gens qui l’entourent.

J’avais parfois un peu de mal à comprendre la relation entre Octavie et Gloria, sa meilleure amie. Au début, leur amitié nous est présentée comme géniale, les deux meilleures copines qui passent tout leur temps ensemble et qui se disent tout. Or, ce n’est pas du tout l’impression que j’ai eue pendant ma lecture : Octavie râlait tout le temps sur les intrusions de Gloria ou sur sa personnalité et elle ne lui révélait que le strict nécessaire.

À côté d’Octavie, j’ai adoré le personnage de Clyde, le démon schizophrène (mais qui se soigne :p ) compagnon de Swann. C’est quelqu’un d’hyper-émotif et de déterminé quand il s’agit de sauver l’homme qu’il aime. Alors que Swann l’a abandonné sans rien dire, il va tout faire le retrouver, car c’est son âme sœur. J’ai trouvé ce couple super mignon ! 🙂

J’ai également adoré le monde proposé par l’auteure, subtil mélange de réalité et de magie, où les fées, les vampires et les zombies vivent en harmonie parmi les humains. De plus, l’histoire se déroule à Londres, ville magique par excellence où l’époque victorienne a laissé son empreinte. S’il y a bien un endroit qui m’a fait rêver, c’est la boutique du Chaudron qui fume, où Octavie travaille. Ce lieu, rempli d’objets magiques, se compose de plusieurs pièces aux ambiances très différentes, mais toujours féeriques. Je rêverai de parcourir les rayons de ce magasin !

Au fur et à mesure que l’enquête d’Octavie sur la disparition de Swann avance, on découvre des indices, mais qui, mis bout à bout, ne sont pas faciles à déchiffrer. C’est avec grand plaisir que j’ai suivi notre héroïne, qui nous emmène dans des endroits improbables pour dénicher des éléments d’investigation surprenants. Tout ça ne se passe évidemment pas sans embûches !

Si ce premier tome conclut la trame principale de cette histoire, énormément d’éléments et de personnages restent énigmatiques et beaucoup de mystères encore non résolus, de quoi donner très envie d’avoir le tome suivant entre les mains !

Citations

« Je poussai la porte et entrai dans le royaume de la sorcellerie. Une odeur de cire d’abeille, mêlée aux parfums des plantes médicinales, s’insinua dans mes narines. Je la respirai avec délectation. »

 » – Non, trancha Swann. Je te l’interdis.

Ça, c’est juste le mot à ne pas prononcer devant moi. Autant me donner mille fois plus envie de désobéir. Interdit, ça laisse entrevoir des merveilles ou des horreurs qui titillent ma curiosité d’une manière insupportable. »

« Après une brève crise de lâcheté, je poussai le vantail. Elle eut le bon sens de ne pas couiner (merci !). Un silence sépulcral m’accueillit. Brr, je n’en menais pas large. Allez, quand il faut y aller, faut y aller. J’entrai dans le hall. »

Conclusion

Une protagoniste fée-fantôme super attachante, un récit plein de rebondissements, à la première personne, qui nous immerge dans un monde mêlant réalité citadine et féerie, un univers à part entière comme seule Esther Brassac en à le secret !

extra1

#FungiLumini

Publicités

2 réflexions sur “Octavie d’Urville, tome 1: sous l’ombre du vampire

  1. Pingback: #58 C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s