Ghost Love

Titre : Ghost Love

Auteur : Loïc Le Borgne

Illustrateur : Zariel

Éditeur : ActuSF

Genre(s) : young adult

Nombre de pages : 316

La vie de Mathis a pris un tournant bien sombre depuis que son frère s’est tué en voiture. Oscillant entre soirées alcoolisées avec sa bande d’amis et job étudiant au journal du coin, son été s’étire dans la chaleur et la culpabilité.

Il dérive jusqu’à Éléonore, jeune femme pleine de charme et de mystères. Ses goûts, ses paroles, ses passions s’accordent à merveille à ceux du jeune homme, bien qu’elle refuse tout contact physique…

Sans cesse ramené au manoir abandonné du coin, Mathis s’embarque dans une histoire qui le dépasse, mais qui pourrait bien l’aider à panser quelques plaies.

Mon avis

Après avoir adoré Je suis ta Nuit, j’avais hâte de découvrir ce nouveau roman de Loic Le Borgne, une romance fantastique cette fois. Le résumé en quatrième de couverture était super intrigant et on pouvait se poser la question de la nature de la jeune fille qui va voler le cœur de Mathis. J’ai trouvé dommage que le titre spoile dès le départ cet élément du récit, même si le début nous met rapidement sur cette piste. J’adore l’illustration de couverture, à l’ambiance gothique et mystérieuse.

C’est étonnamment un camionneur qu’on rencontre en premier, allant trop vite sur une petite route de campagne. Il va être confronté à un personnage des plus étranges dans l’habitacle de son véhicule. La narration va d’abord alterner entre cette scène – dialogue de sourds halluciné – et une fête durant laquelle des jeunes gens vont tenter une séance de spiritisme pour le fun. C’est là qu’on rejoint Mathis, notre protagoniste, son meilleur ami fêtard et idéaliste Jaouen, sa douce amie Oriane et la nouvelle arrivée, Éléonore.

Mathis et Éléonore vont peu à peu se rapprocher : ils travaillent tous les deux au journal local, elle comme photographe lui comme rédacteur. Alors que Jaouen et ses camarades décident de monter un camp dans le parc de la ville, place chère à leurs souvenirs d’enfant,, pour contrer un promoteur qui veut détruire le château et créer un gigantesque parc de loisirs, Mathis couvre le sujet et tente d’obtenir des informations auprès des différentes instances. Il va apprendre à connaitre ce lieu, ruine froide et décrépie au premier abord, cachant pourtant bien des secrets.

Mathis tombe petit à petit sous le charme de la jeune fille qui l’accompagne, mais elle se montre étrangement distante. Il va apprendre des choses sur elle qu’il n’aurait jamais cru possible, mais qui vont aussi l’emmener aux portes de l’enfer. Il est attiré par la mort car son frère est décédé il y a peu de temps et il se sent coupable de son accident. Et s’il pouvait communiquer avec lui une dernière fois ? Des sentiments qui vont l’entrainer entre passion et peur, amour et angoisse, lumière et ténèbre.

Une des grandes forces de l’auteur, je trouve, est la vraisemblance des réactions de ses protagonistes : la déception amoureuse ne passe pas en un instant, des situations effrayantes prennent les personnages aux tripes, les paralysent et leur donnent des terreurs nocturnes. On croise des personnages mauvais, animés par le chaos et la destruction, mais on vit aussi des moments d’émerveillement, bribes d’un passé brillant qui refont surface.

J’ai aussi beaucoup aimé le rapport du récit à l’Histoire : le lieu qu’ils essaient de sauver en est rempli et on y croise des personnages historiques importants, notamment issus du monde littéraire. Éléonore n’est d’ailleurs pas une inconnue non plus…

Citations

« Découvrir un lampadaire en plein bois avait quelque chose de magique. Il prouvait que tout était fugitif sur la planète, même les lieux les plus sophistiqués. Rien ne résistait à la ruine, au temps qui passe, et à la puissance du monde végétal. Toutes nos belles réalisations humaines finiraient un jour enfouies sous les plantes. « 

« Que m’importe votre morale ? Je suis mort, nihiliste, terroriste, anarchiste, tout ce que vous voulez. J’aime le chaos, je déteste la mémoire. A force d’épouvante, je supprimerai l’espoir. »

Conclusion

Une chouette romance fantastique : un duo que tout oppose joint ses efforts pour tenter de sauver le manoir de la destruction. Un roman sur la passion et le deuil, entre lumière et ténèbres, ancré dans un lieu en ruines, mais vivant d’Histoire. L’amour peut-il vraiment tout surmonter ? 

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

#FungiLumini

Une réflexion sur “Ghost Love

  1. Pingback: [Chronique fantastique] Ghost love, de Loïc Le Borgne | Les chroniques d'Acherontia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s