Les 3 p’tits cochons

9782897861520Titre : Les 3 p’tits cochons

Auteur : Christian Boivin

Éditeur : ADA éditions

Genre(s) : horreur

Nombre de pages : 240

Trois individus qui trempent dans le voyeurisme, la pornographie, le cannibalisme et la nécrophilie.

Une étudiante universitaire menant une vie bien rangée qui se retrouve à la morgue après avoir consommé du Flakka. 

Un tueur à gages qui revient dans sa ville natale afin de mettre sa soeur en terre et qui découvre de troublantes vérités à son sujet.

Une rousse excentrique à la libido débridée et dénuée de tout sens moral, capable de pervertir les âmes les plus pures.

Mon avis

J’entends parler de la collection des contes interdits depuis ses débuts, mais je n’avais encore jamais réussi à en trouver en librairie en Belgique ! (et encore, où je l’ai acheté, il ne restait que 2 choix alors que la collection en comporte 11…) J’étais donc ravie d’enfin pouvoir découvrir un de ces ouvrages qui allient à la fois adaptation de conte et déviances humaines, sans aucun tabou. Je dois aussi mentionner que le prix est plus qu’attractif, 10€ pour un livre grand format, c’est vraiment top !

On va ici suivre plusieurs personnages, alternant entre le passé et le présent : en effet, on découvre Peter à la morgue venant identifier le corps de sa sœur Alicia. On revit également les derniers jours de la vie de la jeune femme, avant qu’on ne la retrouve courant nue sur l’autoroute puis à l’hôpital en overdose. On a aussi parfois de petits flashs de Juliette, la voisine et amie d’Alicia.

Ce que personne ne sait, c’est que Peter est en fait un tueur à gages accro à la violence. La mort d’Alicia lui paraissant suspecte, il va enquêter pour venger sa sœur. J’avoue avoir été un peu déçue par le début. Il ne se passe pas grand-chose, et vers la moitié du livre, je me demandais toujours pourquoi ce livre était dans cette collection. Heureusement, quand Peter a identifié les coupables, ça s’est enfin un peu corsé ! En fait, le début du roman multiplie plutôt les scènes de sexe, et la fin celles de violences et tortures extrêmes.

On est clairement dans un monde d’hommes, dans lequel les femmes sont des jouets, manipulées contre leur gré, ou avec leur assentiment. Quoi qu’elles fassent au final, c’est l’homme qui parvient à ses fins. Cette ambiance hyper macho, dans laquelle la femme est regardée et traitée comme un objet ne m’a pas vraiment plu non plus, même si quelques retournements de situation sont intéressants de ce côté-là.

Si plusieurs expressions typiquement canadiennes m’ont fait sourire, j’ai aussi l’impression que certaines tournures de phrases étaient très différentes du français « traditionnel » et cela a peut-être aussi joué sur mon appréciation du récit. J’ai aussi détesté le personnage principal pour cette raison : son mélange constant d’anglais/français a ajouté  une couche à son attitude hautaine et macho au possible, un tout qui m’était totalement antipathique.

Les scènes finales m’ont parues un peu longuettes, mais j’ai par contre adoré la morale de l’histoire. C’est d’ailleurs assez ironique que ce roman soit écrit par un homme quand on y réfléchit. 😉

Citations

« Elle paraissait nerveuse. Elle était nerveuse. « Quelle fille ne serait pas nerveuse avant de faire ça?  » demanda-t-elle à son reflet. C’était vraiment la chose la plus étrange qu’elle avait eue à faire à ce jour. »

« Il est un prédateur partant à la chasse. Il est l’ange de la mort. Il n’a pas d’arme sur lui et n’en a cure : ses poings sont des armes fatales. »

Conclusion

J’avoue que je m’attendais à vraiment pire avec cette collection et cette couverture. Ce fut une lecture divertissante, sans plus. Et comme je détestais le personnage principal, ça n’a pas aidé :p Je pense quand même tenter encore l’un ou l’autre livre de cette collection, vu que ce sont des auteurs différents pour la plupart des ouvrages.

#FungiLumini

6 réflexions sur “Les 3 p’tits cochons

    • Au Club de Ville 2 à Charleroi ! Peut être que du coup il y a moyen de les retrouver dans les autres librairies Club de Belgique? À enquêter 😉

      J’aime

    • Je ne sais pas si tu choisis le numérique parce que c’est moins cher, mais sur amazon, ça m’a étonné de voir que le prix du papier et du numérique était le même 😮 c’était effectivement assez noir (ce que j’aime beaucoup habituellement), mais la plume de l’auteur ne m’a pas plu du coup ça n’a pas fonctionné :/ je pense réessayer la collection mais avec un autre auteur du coup !

      Aimé par 1 personne

  1. Pingback: #117 C’est lundi ! Que lisez-vous? | Livraisons Littéraires

  2. Pingback: Le joueur de flûte de Hamelin | Livraisons Littéraires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s