Histoires de ténèbres et de lumière

thumbnail101.571757d61608fTitre : Histoires de ténèbres et de lumière

Auteur : Allan E. Berger

Éditeur : ELP éditeur

Genre(s) : recueil de nouvelles

Nombre de pages : 126

Mots-clés : souterrains, histoire, savoir, expérience

Fermez les yeux. Sombrez. Le monde extérieur s’efface. Votre conscience se brouille. Combien êtes-vous, finalement, à résider dans votre château intime ? Qui vient de se lever tandis que vous êtes allongés ? Qui dirige maintenant ? Qui a pris le trousseau de clés ? D’autres hantent les couloirs de votre demeure. Vous dormez, locataire.

Sous terre, dans un monde parallèle à celui du sommeil, la nuit perpétuelle déroule ses magies. Des comportements étranges s’y développent. La conscience se double d’inconscience, la voix de Dionysos se superpose à celle d’Apollon. Dans les couloirs secrets sous les villes ou dans l’obscurité des grottes, toutes sortes de rencontres qui, d’ordinaire, ne quitteraient pas les domaines du conte et du rêve, deviennent absolument, irrémédiablement jouées. Là-dessous, votre lampe, en repoussant l’ombre, n’y dévoile que de la pénombre, après tout, alors vos pensées s’en teintent.

Je vous propose un petit voyage à l’intérieur de la terre. Vous y découvrirez des rites et des architectures étranges. Y règnent des mots qu’on ne saurait cerner que sur le divan du psychanalyste. Voici vos antipodes, qui pourtant vous fondent et vous structurent. Au grand jour, vous vous en nourrissez.

Mon avis

Je remercie Babelio et les éditions ELP de m’avoir permis de lire ce livre grâce à la dernière Masse Critique de littérature générale. Je l’avais sélectionné car la couverture m’intriguait, ornée de symboles mystiques et de couleurs sombres, et le résumé me tentait énormément. ELP est une maison d’édition numérique, qui propose certains de ses livres en format papier.  J’ai reçu ce livre en format papier.

La quatrième de couverture annonçait un recueil de nouvelles dans lequel le lecteur ferait un voyage autant physique que psychologique, durant lequel il découvrirait des univers magiques, des croyances ancestrales, de nouvelles cultures. Un voyage au centre de la Terre, des rêves et de la psyché, où l’obscurité côtoie la lumière. Malheureusement, ce n’était pas le cas.

J’ai trouvé le prologue intéressant : on se retrouve dans un cabinet de curiosités avec un petit garçon qui peigne les cheveux d’une tête réduite jivaro. A partir de ce moment, j’ai su que le récit serait réaliste plutôt qu’imaginaire, mais étant fort intéressée par l’anthropologie, il me tardait de découvrir de nouvelles coutumes, de nouvelles cultures venant des quatre coins du monde. Le prologue, tout comme la quatrième de couverture, n’introduit pas du tout aux éléments qu’on va retrouver dans la suite du recueil.

Le livre comprend six nouvelles ancrées dans notre culture, chaque nouvelle étant elle-même divisée en plusieurs parties. Chaque récit relate une expédition dans des souterrains. On y découvre une faune et une flore particulière. Les descriptions sont très détaillées mais n’ayant moi-même jamais fait d’exploration de souterrains, j’avais parfois du mal à m’imaginer certaines situations.

On sent que l’auteur est un spécialiste du sujet. Il décrit avec précision les sous-sols, utilisant des termes techniques qu’il explique au lecteur. J’ai trouvé la façon d’introduire certains éléments un peu trop pédagogique, mais au moins, le lecteur n’est pas perdu à cause de concepts qu’il n’appréhende pas.

Si ce livre ne m’a pas plu, c’est surtout parce que j’ai eu l’impression qu’il ne se passait rien durant ces récits. A part des descriptions d’expédition, il n’y a pas de véritable action. J’ai aussi eu l’impression pendant tout le recueil de  n’être qu’une spectatrice lointaine : je ne faisais pas vraiment partie de l’expédition, je ne faisais que regarder ce qu’il se passe sans y prendre part et j’ai trouvé ça dommage. Même si je n’ai pas vraiment apprécié le contenu des nouvelles, j’ai aimé la plume de l’auteur, agréable à lire, qui mêle avec fluidité fiction et réalité.

Citations

« Elle était belle, pensive et sage. Elle avait le regard noble. Et moi, j’ai toujours été seul, et toujours j’ai été transi d’amour pour ma Dame qui viendrait un jour. J’ai toujours été seul malgré les amis, seul avec un rêve pitoyablement romantique. »

« Nous remontions le ruisseau sur un lit de galets calcaires parsemé de roches tombées des flancs du canyon. Dans l’eau peu profonde, des petites taches noires collées aux cailloux attirèrent mon regard : c’étaient des escargots de rivière, de deux espèces assez communes mais dont l’une a la particularité de ne supporter que des eaux non polluées. J’y vis un signe favorable. »

Conclusion

Ce livre ne m’a pas plu, car il ne correspond selon moi pas du tout à ce qui était annoncé en quatrième de couverture. Il nous plonge dans la réalité des souterrains avec de longues descriptions très précises des endroits à découvrir sous terre. Je suis sûre que ce livre plaira à certaines personnes, car la plume de l’auteur est agréable, mais il n’est pas fait pour moi.

Déception rectangle

#FungiLumini

 

Publicités

Une réflexion sur “Histoires de ténèbres et de lumière

  1. Pingback: #13 C’est lundi, que lisez-vous? | Livr'aisons littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s