Le Beffroi

CouvBeffroi-670x1024Titre : Le Beffroi

Scénariste : Simon Spurrier

Illustrateur : Jeff Stokely

Coloriste : André May

Traducteur : Achille(s)

Éditeur : Akileos

Genre(s) : science-fiction, enquête

Nombre de pages : 208

Le Beffroi est une montagne de métal et de pierres, une vaste cité qui se dresse au milieu d’un désert radioactif et dans laquelle se pressent un million de résidents humains et non-humains. Une cité en guerre avec des fanatiques religieux et déchirée par la tension entre une classe dirigeante humaine, les “sculptés” (des hybrides modifiés génétiquement) et des non-humains.
En tant que capitaine des gardes urbains, Shå, une “sculptée” est responsable de la sécurité de ce grand bazar et mène une enquête sur une série de meurtres épouvantables de notables commis au moment même où une nouvelle baronne doit être couronnée et que les conflits internes et externes à la cité arrivent à un niveau des plus critiques…

Mon avis

Je n’avais pas du tout entendu parler de ce comics avant de le voir chez mon libraire. Comme d’habitude, j’ai craqué pour la couverture 😀 Mais pas seulement : sur la quatrième de couverture, les artistes Brian K. Vaughan (qui a fait la série Saga, énorme coup de cœur) et Rick Remender (Tokyo Ghost, giga coup de cœur) en disaient beaucoup de bien ! De plus, en le feuilletant, même si je n’ai pas tout de suite accroché aux dessins, l’univers semblait assez original. Il n’a donc pas fallu me pousser beaucoup pour que je craque sur ce titre. :p

Shå, capitaine des gardes urbains sculptée, se voit confier une enquête qui touche directement aux membres de la famille royale. Le marquis vient de mourir (de mort naturelle, lui :p) et c’est sa fille aînée qui prend la succession du beffroi, immense tour dans laquelle les hauts niveaux sont pour l’élite (surtout des humains) et les bas-fonds pour le petit peuple (majoritairement des « sculptés », originaires de la planète (ils peuvent donc respirer son air sans souci, contrairement aux humains) avec des physiques fort différents). L’ancienne gouvernante des princesses se voit cruellement assassinée, yeux arrachés, dans une ruelle. L’ancienne marquise se fait agresser lors d’une visite de charité à l’hôpital. Le médecin royal est également assassiné et la liste ne s’arrête pas là. Qui en veut à la famille royale et pourquoi? Ces meurtres tombent au mauvais moment puisque les différents peuples de sculptés doivent venir réaffirmer leur allégeance à la nouvelle marquise et que la pax, tentative de paix avec les cruels zoarims, est en pleine négociation. Shå parviendra-t-elle à trouver le coupable?

J’ai adoré l’univers présenté : on est sur une planète inconnue où divers peuples d’origines très différentes sont rassemblés. On comprend vite que les humains sont arrivés bien après tout le monde, mais comme d’habitude, ils se sont élus supérieurs aux autres et ont construit une tour géante – le Beffroi – de laquelle ils surplombent tout le monde. Les autres créatures qu’on croise sont fascinantes : les gobelins consanguins messagers, les medusi (comme Shå), le jacasseur qui ressemble à une grosse plante, mais qui rappelle aussi les claqueurs dans le jeu vidéo The Last of Us, et plein d’autres encore. On pourrait croire qu’avec toutes leurs capacités spéciales, c’est eux la force de cette planète, mais les humains ont pris le dessus sur eux. Ma seule petite déception dans cette BD est qu’on n’entre pas plus en profondeur dans les origines de la cité.

J’ai également adoré les personnages de ce comics. En particulier l’héroïne, Shå. Elle n’a pas de souvenirs de son passé. La seule chose qu’elle se souvienne, c’est son arrivée au beffroi, seule et nue. Elle a dû monter les échelons elle-même. C’est un personnage très fort, physiquement et mentalement, mais on sent qu’elle renferme des secrets, qu’elle se cache même à elle-même. Elle est medusi, donc elle a des tentacules blanchâtres dans le dos qu’elle peut sortir ou cacher à sa guise. Elle peut aussi changer de forme ou soigner ses blessures en reformant sa peau, mais cela lui demande beaucoup d’énergie. Elle aime aussi beaucoup le sarcasme et l’ironie, ce qui la rend encore plus sympathique à mes yeux 😀 Un personnage assez complexe que j’ai adoré suivre.

Elle était parfois accompagnée d’un petit gobelin messager dénommé Pug. Quand il a le temps, il aide Shå dans sa mission de garde urbaine. Il est assez collant et jure beaucoup (comme Shå d’ailleurs, heureusement que les injures sont écrites en « @#%$ » 😀 ). D’aspect assez repoussant, on s’attache pourtant très vite à lui.

L’histoire était passionnante. Au début de chaque chapitre, une planche nous montre une bribe du passé assez énigmatique. A nous de mettre les pièces du puzzle ensemble. L’enquête ne s’essouffle jamais, on n’a qu’une envie, continuer la lecture pour savoir qui est le meurtrier ! (Je n’avais d’ailleurs pas deviné qui il était avant que son identité ne soit révélée!) Mais ce n’est pas tout, on en apprend énormément sur l’histoire de la famille royale et là encore, des révélations très surprenantes vont être faites. Bref, vous allez être étonné par le tournant que prend le récit !

Dernier point, mais pas des moindres, le travail d’illustration de la bande dessinée. Je n’ai pas adhéré tout de suite à l’univers graphique, que je trouvais un peu simple. Mais cette simplicité cache beaucoup de détails qu’on n’aurait pas vus dans un dessin plus chargé. Le choix d’utiliser des couleurs assez vives est à la fois surprenant et très intéressant. On voyage entre le passé et le présent, et entre les différents niveaux du beffroi : on se repère dans le temps et l’espace grâce à des indications dans les cases. Et le travail d’arrangement des cases est très varié, passant de dessins pleine page à des cases plus régulières, à des successions de cases rondes, à des empilements un peu aléatoires. Cet album déborde d’originalité !

Citations

LeBeffroi-11

BanniereBeffroi-1024x276

Conclusion

Vous l’aurez compris, j’ai absolument tout aimé dans ce comics : l’histoire surprenante, l’univers S-F incroyable, les personnages forts et attachants, le travail graphique super original. Je ne regrette pas du tout cet achat impulsif et vous recommande grandement de vous jeter sur ce petit bijou !

coup de coeur

#FungiLumini

8 réflexions sur “Le Beffroi

  1. Pingback: Le Beffroi — Livraisons Littéraires – musnadjia423wordpress

  2. Pingback: #74 C’est lundi! Que lisez-vous? | Livraisons Littéraires

  3. Pingback: Bilan 2017 – Fungi Lumini | Livraisons Littéraires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s