Horrorstör

MRhorrorstor.indd

Titre : Horrorstör

Auteur : Grady Hendrix

Traductrice: Amélie Sarn

Graphiste: Andie Reid

Éditeur : Milan et demi

Genre(s) : horreur fantastique

Nombre de pages : 240

Mots-clés : magasin, prison, meubles, angoisse, spiritisme

Il se passe quelque chose d’étrange au magasin de meubles Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées… Les ventes sont en berne, les responsables de rayon paniqués : les caméras de surveillance ne montrent rien d’anormal. Pour lever le mystère, une équipe de trois employés s’engage à rester sur place toute une nuit. Au cœur de l’obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d’inquiétants bruits et finiront par se confronter aux pires horreurs…

Mon avis

J’ai sorti ce livre de ma PAL pour le random word challenge de février (mot : magasin). Le design de ce livre a tout de suite attiré mon attention : il ressemble à tout point de vue au catalogue IKEA. L’introduction du livre spécifie cependant qu’il n’y a aucune référence à cette enseigne bien connue de tous (les références m’ont pourtant semblé multiples 😀 ). Un détail de la couverture annonce tout de même le style du récit : les cadres sont à observer de près ! L’intérieur du livre est tout autant soigné que l’extérieur : il y a dans le livre des représentations des meubles avec leurs descriptions et les détails pour l’achat, un bon de commande, un prospectus sur la philosophie ORSK, etc. La police d’écriture est plutôt grande, ce qui fait que les pages se tournent assez vite !

On entre dans le grand magasin par la porte de service puisqu’on suit la progression d’Amy, une employée blasée qui en a marre de son patron et qui voudrait être mutée dans un autre magasin. Il se passe depuis quelques temps des choses bizarres la nuit chez ORSK et le patron offre à Amy une chance qu’elle ne peut refuser : si elle accepte de passer la nuit dans le magasin avec lui et une autre collègue pour trouver qui saccage le magasin, il appuiera son dossier de mutation.

Le cadre du récit est déjà flippant en général : on se retrouve seul dans un magasin, labyrinthe géant de meubles et d’éléments de maison, durant la nuit. L’ambiance est stressante. Les employés savent qu’il y a un intrus à trouver et qu’ils ne sont que trois pour couvrir toute l’étendue du gigantesque bâtiment. C’était sans compter deux de leurs collègues, fans de surnaturel, qui ont décidé de faire une séance de spiritisme dans le rayon salle à manger. Ils vont réveiller des forces qu’ils ne contrôlent pas et vont devoir survivre à la nuit dans le magasin… Je ne veux pas vous en dire trop mais j’ai trouvé la suite de l’histoire originale, avec des retournements de situation étonnants, des révélations surprenantes sur le passé de l’emplacement du bâtiment et des éléments du décor qui deviennent de véritables objets de torture !

Le point négatif de l’histoire pour moi, ce sont les personnages. Ils sont clichés, ancrés dans des personnalités et des comportements qui n’évoluent pas vraiment. Ça en devient même frustrant pour le lecteur ! Amy, le personnage principale, est exaspérante et ennuyante. Toujours de mauvaise humeur et antipathique, on a vraiment du mal à s’attacher à elle. Même les personnages qui sont sensés être sympathiques paraissent énervants tellement ils sont figés dans une attitude.

Je regrette également certaines lourdeurs dans la traduction proposée : j’ai l’impression de reconnaître la structure anglaise dans la phrase, même si celle-ci reste dans un bon français.

Citation

« Elle baissa les yeux. Elle aurait voulu qu’il ne la voie pas. Elle se tortilla sur sa chaise tandis qu’elle sentait son regard perçant qui la déshabillait, l’écorchait, l’ouvrait en deux et révélait ses entrailles comme sur une table de dissection. »

« – Le temps du sacrifice nécessaire à la renaissance de ma grande oeuvre est venu. Utilisons les matériaux à portée de main pour ouvrir grand le portail. Venez, entrez dans ma manufacture. »

Conclusion

Je recommande ce livre dont j’ai trouvé l’histoire « amusante » (pour une fan d’horreur :p ) et originale. Cet ouvrage mérite d’être dans votre bibliothèque pour son design extrêmement bien travaillé ! Attention tout de même,ce livre est destiné à un public averti.

divertissant rectangle 2

public averti horreur

#FungiLumini

Bonus

La vidéo-trailer pour le livre à découvrir ici : https://vimeo.com/118246970

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s