Les hommes dénaturés

Titre : Les hommes dénaturés

Autrice : Nancy Kress

Illustratrice : Cindy Canévet

Éditeur : ActuSF

Genre(s) : dystopie

Nombre de pages : 296

2030. La fertilité a chuté dangereusement. La vieillesse est devenue la norme, et les jeunes de précieuses ressources nationales.

Dans ce nouveau contexte mondial, la descendance devient une obsession.

Shana, orpheline, voit ses rêves d’intégrer l’armée voler en éclats lorsqu’elle entrevoit ce qu’elle n’aurait pas dû. Lancée dans une quête acharnée pour retrouver sa place, elle croise la route de Cameron, danseur de ballet qui n’a eu d’autre alternative que d’effacer délibérément sa mémoire. Ils trouveront secours auprès du scientifique Nick Clementi, qui craint d’avoir mis le doigt sur une grande conspiration.

Commence alors pour chacun d’entre eux un combat pour rétablir la vérité.

Jusqu’où est-on prêt à aller lorsque les enfants manquent à l’humanité ?

Mon avis

Voilà longtemps que je vois passer les romans de Nancy Kress, il était plus que temps que je découvre cette autrice! Merci à ActuSF pour l’envoi de ce roman : ce titre était d’abord sorti en grand format et est maintenant disponible dans la collection poche Hélios.

Nous sommes dans une société dans laquelle la natalité a grandement baissé. La cause ? Les changements climatiques, la pollution, les ondes, un peu tout ce qui fait polémique actuellement. On ne connait pas la cause de cette diminution, mais surtout on n’y trouve pas de solution. Lors d’une mission de routine, Shana découvre ce qui ne peut exister que dans un cauchemar, et quand elle essaie d’en parler à ses supérieurs, on la fait taire par tous les moyens.

On suit trois protagonistes en alternance, chapitres après chapitre. Nick, un vieux docteur, qui a eu la chance d’avoir des enfants, mais qui a bien du mal à gérer le désir inassouvi de maternité de sa belle-fille et qui prend pitié d’une jeune femme injustement mise au ban de l’armée. Cette victime, c’est Shana, une recrue militaire qui se voit refuser son entrée en fonction à cause de son témoignage dans une sombre affaire, mais qui ne compte pas se laisser faire et qui est prête à tout pour réintégrer son poste. Cameroun, jeune danseur talentueux et délicat, a subi une opération qui lui a volé des fragments de mémoire afin de le protéger de lui-même…mais peut être aussi pour camoufler des preuves ? Trois profils tellement différents qu’on a du mal à voir comment ils vont se trouver, mais cela va arriver et faire des étincelles !

La question de la descendance et de la maternité est centrale et elle pose des questions éthiques dérangeantes : jusqu’à quelles limites peut arriver une femme qui sait qu’elle ne pourra jamais avoir d’enfant mais qui en rêve jour et nuit ? Est-ce qu’être riche donne vraiment tous les droits ? De quoi va être faite la prochaine génération et les suivantes ? On n’a de vision que sur un avenir proche, mais il est loin d’être glorieux… La belle-fille de Nick est prête à tout pour avoir un bébé, à vraiment tout. J’avoue avoir eu du mal à comprendre cet instinct maternel primal et extrême, qui la mène à la dépression, mais c’est peut-être que mon instinct maternel ne s’est pas encore réveillé. 😉

Il est aussi étonnant de voir comment se développe un monde dans lequel il n’y a presque plus que des vieilles personnes, le plus effrayant étant de savoir que la courbe actuelle tend vers ce vieillissement de la population et que ce futur dystopique pourrait un jour être une réalité.

J’ai bien aimé lire ce roman, mais j’avais lu un autre teasing que celui de la quatrième de couverture qui révélait plus de choses sur le fameux secret d’état, et j’ai trouvé qu’au final, il ne se passait pas beaucoup de choses en plus que ce que je m’étais imaginée avec ce résumé, ce qui m’a un peu déçue. La plume de l’autrice est parfois froide et aseptisée, parfois poignante de vérité et de révolte, ce qui donne un rythme assez addictif au tout !

Citations

« Le premier rêve vient quelques jours plus tard, au petit matin, juste avant mon réveil. Je suis en train de courir à toutes jambes, tellement effrayé que je n’arrive pas à y voir clair. Quelque chose me court après. Je le sens se rapprocher. Je trébuche, me retourne, les bras levés pour me protéger le visage. Je m’entends pousser un grand cri. Et ce qui me saute dessus, c’est…un chat. Un petit chat apprivoisé, qui me lèche le bras en ronronnant tandis que je me recroqueville en hurlant. Je me réveille totalement terrorisé. »

« Je découvre que la colère est une partenaire bien plus puissante que la peur. La peur fait trébucher, pousse à la chute ; la colère vous soutient quel que soit le pas que vous choisissez de faire. »

Conclusion

Une société en manque d’enfants sans aucune solution, une population vieillissante, des femmes prêtes à tout pour combler leur désir de maternité : voici le triste portrait du monde dystopique dans lequel vivent nos trois protagonistes que tout oppose. Ils vont découvrir un sombre secret et vont devoir décider en toute âme et conscience quoi en faire. Une chouette lecture, au rythme effréné.

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

#FungiLumini

Une réflexion sur “Les hommes dénaturés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s