Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (12/12)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Vampire malgré lui

Éditeur : Éditions du Petit Caveau

51p9sacblel-_sx351_bo1204203200_

Nouvelle : Mademoiselle Edwarda

Auteur : Vincent Tassy

Genre : récit vampirique

Résumé : un transsexuel est transformé en immortel avant son opération de changement de sexe.

Prix Merlin 2013 de la meilleure nouvelle fantastique


Cocktail de la semaine

Il commence à faire froid, c’est le moment de faire son vin chaud maison et de se pelotonner dans une couverture pour lire ! 🙂

Prenez un mélange vin chaud, ajoutez des fruits (moi c’est orange et pomme 😉 ) et des épices à vin chaud en plus si vous le préférez plus fort !

rosevinchaud.PNG


Après avoir eu un énorme coup de cœur pour Apostasie, j’avais hâte de lire à nouveau Vincent Tassy. J’attendais donc impatiemment d’arriver à la fin de ce recueil pour pouvoir me plonger à nouveau dans l’univers de l’auteur.

On entre dans un monde féminin de plumes et de paillettes. On y fait la connaissance d’un personnage hors du commun : Isidore ou Mademoiselle Edwarda en devenir. Il est né garçon mais sait qu’il ne sera vraiment lui-même que lorsqu’il sera devenu une femme. Isidore est la chenille et il ne deviendra papillon magnifique qu’après son opération pour changer de sexe quelques jours plus tard. Lors de sa dernière nuit en ville, il fait la rencontre de Théodore, un jeune homme envoûtant qui lui promet l’éternité. Ils passent la nuit ensemble, ce qui conclut bien la dernière nuit d’existence d’Isidore. Le lendemain, il se sent fatigué et aperçoit des marques dans son cou, mais seule compte son opération. Il va vite déchanter lorsqu’il se rend compte que son rêve ne pourra finalement pas se réaliser.

Après une entrée dans un monde de couleurs et de légèreté, on se retrouve dans le milieu blanc et aseptisé des hôpitaux. C’est l’endroit où parfois les miracles arrivent mais aussi celui où les rêves se brisent. Isidore ne sera jamais Edwarda, il est perdu, brisé. Il a obtenu l’éternité mais va devoir la passer dans un corps qu’il méprise. L’auteur parvient par ses descriptions à nous faire passer tout le désespoir et la tristesse du protagoniste. Dès le début de l’histoire, on se doute de ce qui va arriver, mais ça nous brise quand même le cœur quand l’évidence nous frappe. On s’attache à Isidore et à ses rêves – le voir échouer si près du but est douloureux.

Vincent Tassy possède une plume incroyable, à la fois poétique et mélancolique, qui fait que j’apprécie énormément le lire. L’histoire ici décrite est bien plus ancrée dans le réel qu’Apostasie, mais elle n’en est pas moins poétique. Le protagoniste vit dans un monde de rêves et d’illusions. Pour lui, la beauté est une valeur essentielle à l’existence et s’il doit mourir, il veut absolument que sa mort soit belle. Il ne veut pas vivre dans ce corps qui va rester à jamais au stade de chrysalide mais ne veut pas non plus mourir si c’est de façon banale, ordinaire. La beauté et l’horreur se côtoient dans ce texte sans pour autant s’opposer.

L’auteur nous introduit beaucoup de référenceslittéraires et musicales – qui donnent un sens plus profond au texte et une ambiance toute particulière. Seul petit bémol pour moi : même si j’ai compris la plupart des allusions, je pense avoir quand même raté quelques subtilités du texte car je n’ai par exemple pas lu  Madame Edwarda de Georges Bataille, ouvrage plusieurs fois cité dans cette nouvelle. Je vais essayer de me rattraper !

Extrait

« Comment ai-je senti que désormais j’étais immortelle? Ce n’est pas juste le cœur qui ne bat plus, le souffle qui n’existe plus, ni les yeux, ni la langue qui ne souffrent plus de leur sécheresse ; c’est en fait ce long vide dans le crâne, cette angoisse d’être comme une pierre creuse, ce vertige d’aller à l’intérieur de soi et de n’y voir plus rien que d’interminables vallons noirs. C’est surtout sentir sur soi les lorgnades des nuages, des murs, des fenêtres, des flaques d’eau, des brindilles d’herbe ou des grains de poussière ; c’est le regard d’un précipice, celui d’une sentence secrète, parfois même celui d’un grand éclat de rire qui vous foudroie jusqu’aux cendres. »

Conclusion

Un très beau texte sur un sujet peu ordinaire mais pourtant tellement prenant, mené par une magnifique plume. Je recommande grandement cette nouvelle !

extra1

1%2f12-1
#FungiLumini


Me voici à la fin de cette anthologie. Faisons un peu le point sur mes lectures. En résumé :

 extra1

Noblesse d’âme

Neverland

Les Naömis

Les dents de Kitty

Dis-moi qui tu manges

Déchéance

Mademoiselle Edwarda

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

Comme un cœur qui bat

Pétrus

Cuttle Feesh

Si tous les rois de la terre

pas convaincue

Chapitre Premier

N’arrêtez pas votre lecture si la première nouvelle ne vous a pas plu, le reste de l’anthologie en vaut franchement la peine ! Vous y découvrirez la figure mythique du vampire revisitée de manière originale par l’imagination débridée des auteurs. Plein de chouettes découvertes, dont certains auteurs dont j’ai tellement apprécié la plume que j’ai commandé leurs romans, bref je recommande cette anthologie ! 🙂


La semaine prochaine, je continue le rendez-vous « Livres et gourmandises » du dimanche avec une nouvelle anthologie : Montres enchantées aux éditions du chat noir !

montres-enchantees_1403707772

Indécis entre fuite et union, le temps est un amant insaisissable. Omniprésent, dès qu’on le regarde, il s’efface pourtant, déjà évanescent. Inlassablement, il permet croissance ou use jusqu’à l’extinction. L’être humain pourchasse depuis toujours ce dieu créateur et destructeur, en quête de son asservissement. Secondes, minutes, heures… L’esprit cartésien a beau le fractionner, il n’en demeure pas moins incontrôlable.
Et si la relecture de notre passé, de notre culture, ou encore du progrès scientifique nous en accordait la maîtrise, l’Homme saurait-il mieux gérer son temps ?
Plongez-vous sans perdre une minute dans cette anthologie et peut-être, parmi ses pages, percevrez-vous le tic-tac de ces montres enchantées.

Les auteurs : Marie Angel, Marie Lucie Bougon, Esther Brassac, Fabien Clavel, Sophie Dabat, Hélène Duc, Clémence Godefroy, Cécile Guillot, Claire Stassin, Geoffrey Legrand, Lucie G. Matteoldi, Pascaline Nolot, Laurent Pendarias, Marine Sivan, Marianne Stern, Vincent Tassy, Adeline Tosello

 

 

 

Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (11/12)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Vampire malgré lui

Éditeur : Éditions du Petit Caveau

51p9sacblel-_sx351_bo1204203200_

Nouvelle : Déchéance

Auteur : Patrice Mora

Genre : récit vampirique

Résumé : World War V


Cocktail de la semaine

Un crémant brut accompagné d’un fond de crème de liqueur de pêche, histoire d’adoucir la boisson. 🙂

aperotime


La nouvelle de cette semaine m’a rappelé un récit de zombie ! Tout dans la narration y fait penser. Un virus inconnu a contaminé une partie de la population de la Terre. À la manière de Resident Evil ou de Walking Dead, les humains et notre protagoniste se retrouvent dans une base souterraine envahie par des créatures hideuses, sans émotions et entièrement guidées par leur soif de chair fraîche. Tous cherchent une sortie afin d’échapper à l’appétit féroce des monstres mais notre héros a un avantage sur les humains : ces créatures le craignent.

L’auteur n’y va pas par quatre chemins pour présenter l’action : du sang gicle, des os se brisent, des intestins sortent. Les descriptions sont franches et donnent une ambiance tendue à la nouvelle. On s’attend à chaque instant à un nouveau massacre, on a peur de se faire surprendre par une créature, bref, on vit l’histoire à fond !

Le protagoniste est partagé entre sa nouvelle nature et sa vie d’avant, dans laquelle il a promis à son fils de le protéger quoi qu’il arrive. C’est pour tenir cette promesse qu’il va essayer à tout prix de sortir de la base militaire. Durant tout le récit, il est partagé entre son instinct et ses souvenirs. Cette dualité est très intéressante et rend le personnage d’autant plus captivant, malgré sa nature monstrueuse. Comme dans tous les récits de zombie, on voit la nature humaine telle qu’elle est réellement et on peut se poser la question : qui est vraiment le monstre dans cette histoire ?

Un seul détail m’a un peu rebutée : la description du lieu de la dernière grosse scène. Je n’arrivais pas à m’imaginer l’endroit et j’ai trouvé la façon de raconter l’action un peu confuse, ce qui a entravé ma compréhension de la scène – mais pas de la nouvelle.

Extrait

 » La seule chose qui lui importe à présent, c’est la nourriture. Manger, par tous les moyens. Il faut calmer la douleur et seule la chair encore vivante possède les attributs nécessaires pour anesthésier la souffrance. Mais au fond de lui, au-delà de son envie de consommer de l’être humain, il espère juste s’éteindre une bonne fois pour toute. »

Conclusion

Une nouvelle proche des récits de zombie, qui devrait ravir les amateurs du genre, un protagoniste à la double personnalité percutante. J’ai beaucoup aimé me plonger dans l’ambiance trash et un peu angoissante de ce récit !

extra1

1%2F12.png#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’un cocktail 😀 ) par semaine 😉

Nouvelle 1 : Chapitre Premier

Nouvelle 2 : Comme un cœur qui bat

Nouvelle 3 : Noblesse d’âme

Nouvelle 4 : Neverland

Nouvelle 5 : Les Naömis

Nouvelle 6 : Pétrus

Nouvelle 7 : Cuttle Feesh

Nouvelle 8 : Les dents de Kitty

Nouvelle 9 : Si tous les rois de la terre

Nouvelle 10 : Dis-moi qui tu manges

Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (10/12)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Vampire malgré lui

Éditeur : Éditions du Petit Caveau

51p9sacblel-_sx351_bo1204203200_

Nouvelle : Dis-moi qui tu manges

Auteure : Malaïka Macumi

Genre : récit vampirique

Résumé : un vampire souffre d’allergies alimentaires


Cocktail de la semaine : le Snakebite

Moitié cidre, moitié bière 😉

dsc00018


Il est bien difficile de nos jours de trouver des gens qui n’ont aucune addiction, qui ne prennent pas de médicaments et qui ont une hygiène de vie irréprochable. C’est pourtant le lot quotidien d’Herbert : il est un vampire allergique au sang impur. Il est malade pendant des journées entières lorsque le sang qu’il boit est « pollué ». Il va rencontrer Andreï qui a trouvé une solution à son problème d’allergie. Cela fonctionnera-t-il ou est-ce que ce nouvel arrivant est un escroc ? Il va falloir goûter son remède miracle pour le savoir…

Cette nouvelle diffère de celles du recueil par le fait qu’on sait directement que le protagoniste est un vampire. Dans les autres textes, la nature du vampire était souvent cachée, voire jamais évoquée, pour plus de mystère. Ici, on sait dès le départ qu’il s’agit d’un récit vampirique.

Le personnage d’Herbert est assez pitoyable et grotesque puisqu’il est un vampire – créature de légende immortelle – mais qu’il souffre d’allergies alimentaires qui au final font de sa vie quotidienne un enfer pire que la mort. Il n’a rien du bellâtre fort et souvent riche décrit dans les livres, c’est un être petit et squelettique qui vit dans un petit appartement miteux. On est loin du mythe de Dracula !

J’ai bien aimé la plume de l’auteure qui est assez légère mais avec une petite pointe acerbe, acide envers la société actuelle et ses clichés. Tout y passe : les stéréotypes sur les gens (surtout les écolos et ceux qui fréquentent les magasins Bio et les bars à punks 😀 ), les lieux, les pratiques sociétales. Les petits traits d’humour – notamment sur le champ lexical du vampire – m’ont fait sourire.

La fin m’a positivement surprise. Je ne m’attendais pas du tout à cela ! Je vous laisse la découvrir par vous-même. 😉

Extrait

 » Depuis quand ne m’étais-je donc pas nourri ? Cinq jours, je crois bien. Cinq jours à chercher un sang pur, un sang sain auquel je ne serais pas allergique. La quête s’était révélée plus difficile que prévue. »

Conclusion

Un récit de vampire qui fait réfléchir sur certains problèmes de la société actuelle, écrit avec une plume légère mais acerbe, un protagoniste à l’opposé du mythe vampirique et une fin surprenante. Je recommande ce récit !

extra1

1%2F12 (3).png

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’un cocktail 😀 ) par semaine 😉

Nouvelle 1 : Chapitre Premier

Nouvelle 2 : Comme un cœur qui bat

Nouvelle 3 : Noblesse d’âme

Nouvelle 4 : Neverland

Nouvelle 5 : Les Naömis

Nouvelle 6 : Pétrus

Nouvelle 7 : Cuttle Feesh

Nouvelle 8 : Les dents de Kitty

Nouvelle 9 : Si tous les rois de la terre

Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (9/12)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Vampire malgré lui

Éditeur : Éditions du Petit Caveau

51p9sacblel-_sx351_bo1204203200_

Nouvelle : Si tous les rois de la terre

Auteur : Olivier Boile

Genre : récit vampirique historique

Résumé : nouvelle relatant les conquêtes de l’armée napoléonienne


Cocktail de la semaine

Un quart de martini extra dry, trois quarts de jus d’orange et quelques gouttes de jus de citron pour un cocktail super rafraichissant 🙂 (avec un bonbon en plus, c’est Halloween quand même 😀 )

DSC00018 (3).JPG


Cette nouvelle se divise en deux points de vue : celui de la soeur de Napoléon – Caroline – et celui de son époux – Joachim Murat. Les transitions entre les points de vue m’ont parfois paru un peu vague, ce qui a perturbé ma lecture à certains moments. Napoléon et sa famille conquièrent tous les territoires qui les intéressent grâce à un nouveau pouvoir qui les rend presque invincibles.

Joachim est en pleine guerre contre les madrilènes. Une guerre sanglante, où il n’y a pas de survivants. Les prisonniers sont abattus, la rébellion éteinte dans le sang. Joachim fait partie de l’élite de Napoléon et a reçu le « pouvoir » pour faire régner la terreur partout où il passe et soumettre les peuples qu’il combat. La narration du côté de Caroline est plus civilisée : on se trouve d’abord au musée, puis dans une diligence. L’univers urbain, la culture, la vie de château et en haute société sont ses lots quotidiens. Elle doit mener ses propres batailles contre les démons qui l’habitent elle et sa lignée.

Cette nouvelle est assez courte mais très dense au niveau du contenu. Tellement dense que je m’y suis parfois un peu perdue… L’histoire est très intéressante et nous fait découvrir une autre version des guerres napoléoniennes, versant qui aurait probablement changé le cours de l’histoire ! Toute l’Europe serait peut-être française à l’heure qu’il est :p J’ai particulièrement apprécié la partie de Caroline et un peu moins la partie de Joachim, trop ancrée dans l’univers de la guerre pour moi.

Extrait

 » Si vainqueurs et vaincus se tiennent côte à côte, ce sont bel et bien ces derniers qui paraissent les plus impétueux. Avoir survécu au carnage, respirer l’air matinal au milieu des cadavres de leurs frères d’armes, leur donne ce supplément d’énergie qui les pousse à la prière, à la confiance, à l’espoir. »

Conclusion

Une histoire courte mais dense, une uchronie sur Napoléon et sa lignée. J’ai apprécié me plonger dans cette petite nouvelle, même si certains passages m’ont un peu déconcertée.

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

1%2f12-2

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’un cocktail 😀 ) par semaine 😉

Nouvelle 1 : Chapitre Premier

Nouvelle 2 : Comme un cœur qui bat

Nouvelle 3 : Noblesse d’âme

Nouvelle 4 : Neverland

Nouvelle 5 : Les Naömis

Nouvelle 6 : Pétrus

Nouvelle 7 : Cuttle Feesh

Nouvelle 8 : Les dents de Kitty

Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (8/12)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Vampire malgré lui

Éditeur : Éditions du Petit Caveau

51p9sacblel-_sx351_bo1204203200_

Nouvelle : Les dents de Kitty

Auteur : Patrice Verry

Genre : récit vampirique

Résumé : Une petite fille avec une malformation dentaire tente de retrouver son père pour comprendre ses origines.


Cocktail de la semaine : le marchand de vin

1 cl de sirop de citron, 3 cl de vin et une bière pour un cocktail hyper rafraîchissant ! 🙂

dsc00018


Kitty est une petite fille toute mignonne mais qui souffre d’une malformation dentaire. Ses camarades se moquent d’elle car elle a de très grandes canines. Elle prend l’habitude de se défendre en mordant et cette manie lui reste à l’adolescence, puis à l’âge adulte. Elle sent qu’elle est différente des autres et part à la recherche de son père pour en apprendre plus sur ses origines. Cette quête n’est pas facile et Kitty doit traverser nombres d’épreuves avant d’arriver à destination.

On vit avec la protagoniste une véritable descente aux enfers : de la petite fille espiègle, elle devient une ado rebelle qui va ensuite devoir passer par le milieu de la drogue et de la prostitution pour tenter de retrouver son père. Une série d’événements durs autant physiquement que mentalement qui touche le lecteur mais qui sera également la clé du mystère de sa naissance. On apprend à connaitre Kitty toute petite et c’est déchirant de la voir se corrompre ainsi pour une quête peut-être vaine.

L’auteur parvient à nous faire aimer cette petite fille pourtant agressive, parfois vulgaire, et pleine de violence et de pulsions. Tout comme elle, on veut connaître la vérité concernant le mystère de ses dents. J’ai juste parfois un peu regretté certaines paroles vulgaires présentes dans cette nouvelle, surtout vers la fin, qui n’étaient pas nécessaires selon moi, vu que l’auteur arrive très bien à faire passer les émotions de ses personnages au lecteur.

Les révélations finales sont surprenantes et surtout choquantes ! J’ai aimé cette fin qui nous dévoile une partie de l’identité de Kitty sans pour autant lever entièrement le voile sur sa nature.

Extrait

 » – Maman ! C’est quoi un vent pire? Ça souffle plus fort? »

«  »Vous devez arrêter de mordre, même pour vous protéger, »lui avait dit le psy. Une fois de plus, la légitime défense avait été reconnue, mais sa réaction aux agressions rendait les gens nerveux. Le troisième incident la concernant s’inscrivait dans une série de faits impliquant des adolescentes. Elle avait été entendue dans le cadre de l’enquête et, au vu de ses antécédents, le commissaire lui avait fortement conseillé cette visite. Pour ne pas mettre sa mère en porte-à-faux avec les autorités, Kitty avait accepté. »

Conclusion

Une nouvelle passionnante, une protagoniste qu’on ne peut qu’aimer malgré les épreuves difficiles qu’elle traverse et une fin choc. Je recommande cette nouvelle ! 🙂

extra1

1%2f12-1

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’un cocktail 😀 ) par semaine 😉

Nouvelle 1 : Chapitre Premier

Nouvelle 2 : Comme un cœur qui bat

Nouvelle 3 : Noblesse d’âme

Nouvelle 4 : Neverland

Nouvelle 5 : Les Naömis

Nouvelle 6 : Pétrus

Nouvelle 7 : Cuttle Feesh

Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (7/12)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Vampire malgré lui

Éditeur : Éditions du Petit Caveau

51p9sacblel-_sx351_bo1204203200_

Nouvelle : Cuttle Feesh

Auteur : Alice B. Griffin

Genre : récit vampirique/ science-fiction

Résumé : un acteur alien métamorphe se glisse dans la peau de Vlad l’empaleur.


Cocktail de la semaine : le cidre doux

J’avais très peu de temps ce week-end et je n’ai pas pu préparer moi-même un cocktail, mais déguster un cidre breton doux dans une bolée en lisant est tout aussi bien 🙂 Sur la carte de la crêperie où j’ai bu mon cidre, ils proposaient un kir breton : même recette que le kir, sauf que le vin blanc est remplacé par du cidre. J’ai bien envie d’essayer la prochaine fois!

sam_5718


Cette nouvelle, assez courte, se passe sur une autre planète. Les habitants sont des extra-terrestres de différents types : le héros est tentaculaire, il y a une banshee, une femme -galaxie, etc. Le mode de vie ne semble pourtant pas si différent de chez nous. Nous trouvons le protagoniste sur le plateau de tournage d’un film où il incarne le célèbre vampire Vlad l’empaleur. Un rôle qui choque sa famille et qui risque de lui coûter cher… Mais qu’importe, que ne ferait-on pas pour la gloire, même éphémère ?

On retrouve tous les stéréotypes d’Hollywood : les soirées mondaines qui finissent en grosses fêtes bien trop arrosées, la rivalité entre acteurs, l’ambiance médiocre de tournage, les amours d’un soir, les trahisons et les faux-semblants. Cuttle, le protagoniste, semble connaître ce milieu mais n’y adhère toujours pas. Il est perdu au milieu des strass et des paillettes et rêve à une vie plus normale, sans pour autant vouloir abandonner les plateaux de tournage.

J’ai beaucoup apprécié le héros, qui se cache derrière de multiples apparences (il est métamorphe) mais qui au final ne souhaite être reconnu que comme lui-même. Il aimerait que les gens remarquent qu’il n’est pas qu’une série de rôles mais bien une personne à part entière. Il va se rendre compte que tout ce qui se gagne par la gloire du métier n’est qu’illusion. Et puis, j’aime beaucoup son nom aussi: Cuttle Feesh, ça me fait penser à un petit poulpe mignon 😀

J’ai apprécié la façon dont la nouvelle était écrite. L’écriture est belle, intense. L’univers décrit en quelques pages à peine est bien construit : on a déjà l’impression d’être sur cette autre planète, au milieu des aliens même si on ne lit que depuis peu de temps. C’est un des éléments que j’ai préféré dans cette lecture !

Extrait

 » – Un soir, ton heure sera venue, tu le sauras. Tu me croiras perdu. Je rejoindrai ma loge après une ultime mauvaise scène. Je ne marcherai plus aussi facilement. Là, tu comprendras qu’il est temps de prendre  ma place. Alors tu viendras me féliciter, avec ton sourire de petit trou du cul. Tu me glisseras quelques mots sur la douceur d’une retraite à l’ombre des hexavarechs. Et avant même que tu aies eu le temps de jouir de ta victoire, je m’offrirai un repas trop gras à la source de ta gorge. »

Conclusion

Une belle lecture, avec un univers très construit, malgré le peu de pages sur lequel il est développé. Une belle écriture qui nous emmène dans un Hollywood à l’autre bout de la galaxie.

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

1%2f12

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’un cocktail 😀 ) par semaine 😉

Nouvelle 1 : Chapitre Premier

Nouvelle 2 : Comme un cœur qui bat

Nouvelle 3 : Noblesse d’âme

Nouvelle 4 : Neverland

Nouvelle 5 : Les Naömis

Nouvelle 6 : Pétrus

Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (5/12)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Vampire malgré lui

Éditeur : Éditions du Petit Caveau

51p9sacblel-_sx351_bo1204203200_

Nouvelle : Les Naömis

Auteur : Jean Vigne

Genre : récit vampirique

Résumé : voyage au cœur de la jungle amazonnienne


Cocktail de la semaine : le Mazout

Moitié bière (j’ai mis de la Cuvée des Trolls 😉 ), moitié coca-cola, ce cocktail (à la couleur peu esthétique, je l’avoue :p ) est hyper rafraîchissant !

dsc00009-3


Je venais à peine de refermer Holomorphose de Jean Vigne (que j’ai adoré 😉 ) quand j’ai commencé cette nouvelle. J’ai encore passé un très agréable moment de lecture avec ce texte et je pense me pencher sur les autres textes de l’auteur dans un futur proche !

Miss Élisa Parker est une lady américaine ornithologue. Elle décide de s’aventurer dans la forêt amazonienne pour répertorier les oiseaux exotiques, tout en prouvant à ses collègues masculins qu’elle est tout aussi capable qu’eux d’explorer des terres hostiles. Tout ce passe relativement bien jusqu’au moment où Monsieur Bukler – l’homme de main qui l’accompagne – tue une chauve-souris. Cet acte signe le début de la fin pour nos aventuriers.

La narration varie entre l’action directement racontée par Élisa Parker et le récit épistolaire de celle-ci avec son fiancé. J’ai trouvé le personnage de Miss Parker particulièrement bien construit. Dans les lettres qu’elle rédige sans pouvoir les envoyer (il n’y a pas de poste au milieu de la forêt amazonienne :p ), elle exprime ses sentiments sur le voyage, ses peurs concernant la forêt, les légendes locales et les gens qui l’accompagnent. Elle ne se défait pourtant pas de ses habitudes de lady, étant vite essoufflée par la marche, ne voulant pas porter les affaires et s’adressant aux gens avec un contentement marqué.

J’ai aimé la façon dont Jean Vigne nous décrit la forêt amazonienne, lieu de merveilles mais où on peut également croiser les pires horreurs, un endroit où on se perd facilement et où tout se construit dans les jeux d’ombres et dans l’ambiance oppressante des feuillages. L’auteur joue avec les mots, mêlant les termes référant à la chauve-souris et au vampire, et nous faisant douter en continu de la nature de l’être auquel on fait face.

Extrait

« Elle lâche son promontoire rocheux, s’allonge pour prendre son envol. Rares sont ceux en cet endroit à pouvoir la défier, une fois dans les airs. Qui, parmi ces viles créatures terrestres, pourrait l’affronter? Ses sens aiguisés accentuent cette divine sensation de ne faire qu’un avec le monde. Une empathie dont la source prend naissance dans les profondeurs d’époques oubliées. »

Conclusion

Une expédition dangereuse qui nous emmène au cœur de la forêt amazonienne, à la découverte de sa faune et de sa flore, pour le meilleur et surtout pour le pire ! Un récit prenant, une écriture fluide qui s’amuse de nos préconceptions sur le mythe du vampire, je recommande cette nouvelle ! 🙂

extra1

1%2f12-4

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’un cocktail 😀 ) par semaine 😉

Nouvelle 1 : Chapitre Premier

Nouvelle 2 : Comme un cœur qui bat

Nouvelle 3 : Noblesse d’âme

Nouvelle 4 : Neverland

Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (2/12)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Vampire malgré lui

Éditeur : Éditions du Petit Caveau

51p9sacblel-_sx351_bo1204203200_

Nouvelle : Comme un cœur qui bat

Auteure : Tepthida Hay

Genre : récit vampirique steampunk

Résumé : un homme contaminé par le virus vampire essaie de freiner sa faim.


Cocktail de la semaine

Je vous propose un cocktail à la violette aujourd’hui ! Dans un verre, mélangez du vin blanc (4/5) bien frais avec du sirop de violette (1/5). J’ai ajouté une rondelle de poire fraîche pour accompagner le tout 🙂

dsc00009-5

dsc00010-4


Le lecteur rencontre Lord Babbethsborough dans la rue en train de promener son chien. Tout est normal jusqu’au moment où l’homme croise une autre personne qui se met à l’insulter. On commence à douter de la nature de notre « héros » à partir de ce moment. Des indices sont disséminés dans le récit et vont nous permettre de comprendre la nature nouvelle du protagoniste.

Je découvre l’auteure Tepthida Hay avec cette courte nouvelle. J’ai aimé sa façon de décrire les décors de son histoire : l’ambiance est sombre et froide, la tristesse et la résignation du personnage principal sont palpables.

Ce qui m’a particulièrement marquée dans ce récit, c’est l’union du thème vampirique aux codes steampunk et plus particulièrement aux automates. C’est le premier récit que je croise qui lie autant ces deux thèmes et j’ai beaucoup aimé ce concept original !

Une belle découverte pour ma part, même s’il est difficile de se faire vraiment une idée du talent de l’auteure sur un si court texte. J’espère bientôt recroiser sa plume dans un texte plus long !

Extrait

« Un grand voile noir recouvrait le miroir au cadre tout en moulures. Il leva la main droite et la referma sur l’étoffe, pour finalement tirer un coup sec. Le tain apparut, son étendue lisse et froide capta les faibles rayons passant par le verre coloré de la porte d’entrée. Avec fureur, Lord Babbethsborough abattit son poing sur la glace, qui s’étoila sans plus de cérémonie.
Les innombrables fragments renvoyaient les fleurs vertes de la tapisserie, mais en aucun cas le reflet tourmenté de Nathaniel. »

Conclusion

Un nouvelle très – trop? – courte dans laquelle le récit vampirique se mêle de façon originale avec  le courant steampunk. Une agréable plume pour une belle lecture !

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

1%2f12

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’un cocktail 😀 ) par semaine 😉

Nouvelle 1 : Chapitre Premier

Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (1/12)

 

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Vampire malgré lui

Éditeur : Éditions du Petit Caveau

51p9sacblel-_sx351_bo1204203200_

Nouvelle : Chapitre Premier (Histoires de Vampires)

Auteur : Jean-Paul Raymond

Genre : récit fantastique vampirique

Résumé : un auteur cherche à commencer un récit vampirique mais n’y parvient pas.


Cocktail de la semaine

Comme c’est l’été et qu’il fait chaud, je vous propose de déguster un bon petit cocktail avec cette nouvelle ! Et quoi de plus rafraîchissant que de la menthe intense en ces temps de chaleur ! Je vous propose donc de mélanger du Get 31 (1/5) avec du Ricqles bien frais (4/5). J’y ai ajouté un raisin sortant du frigo pour garder le cocktail frais le temps de la lecture. 🙂

cocktail1

cocktail 2


Le personnage principal de cette nouvelle est un apprenti auteur passionné par le mythe du vampire et qui voudrait parvenir à écrire un récit vampirique plaisant et innovant. Le récit se divise en deux perspectives : ce qui se passe dans la réalité et ce qui se passe dans le texte de l’apprenti auteur. Ce dernier est souvent interrompu dans son processus d’écriture par le bruit que font ses voisins et par sa femme. J’ai trouvé l’idée de mêler le manuscrit à la réalité originale.

Je ne connaissais pas du tout l’auteur de cette nouvelle. Son style ne m’a cependant pas du tout plu. Je n’avais pas l’impression de lire un texte mais d’écouter quelqu’un parler d’une manière pas très sophistiquée. Même dans les parties où le protagoniste écrit une histoire romancée, on retrouve cette oralité qui m’a dérangée. Le rythme des phrases est haché, le vocabulaire parfois à la limite du vulgaire.

Même si le concept d’entremêler le récit et la réalité était une idée originale, l’histoire en est vite devenue assez décousue : les trop nombreuses interventions d’éléments de la réalité entrecoupent le texte et le rendent obscur. En ce qui concerne la figure du vampire en elle-même, ses déclinaisons – les clichés sont dans cette nouvelle assez poussés –  sont d’abord revisitées pour être au final démolies !

Je sais que le but de ce recueil est de casser l’image romancée qu’on a des vampires, mais j’ai trouvé cette première nouvelle trop en décalage avec l’ambiance sombre et mystérieuse de ce genre de récits. J’espère que la suite de ce recueil me montrera une autre face du mythe.

Extrait

« Mes amis les vampires, dans le monde d’aujourd’hui, ils sont obligés de supporter, un peu comme chacun d’entre nous, des kilos sur les hanches, une dégelée de cholestérol, un pue-la-sueur sous les aisselles, sans compter – quelquefois – un triste manque d’érection !

Moi je ris, dents serrées, avec mon Dracula au bord de la déprime, décapsulant ses petites pilules contre l’hypertension. Tragique réalité ! Et baste, comment y échapper? D’autant que le père Dracul’, il se nourrit plutôt mal ! »

Conclusion

J’attends de lire la suite de ce recueil pour me faire une idée plus précise, mais cette première nouvelle ne m’a pas vraiment plu. Le concept narratif était intéressant et la nature du vampire très différente de la figure mythologique habituelle mais je n’ai pas aimé l’oralité de la plume de l’auteur et l’ambiance générale instaurée dans le récit.

pas convaincue

1%2F12 (1)

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’un cocktail 😀 ) par semaine 😉