American Gods – Lecture commune 01

Cargo

Avis de Marty

J’ai beaucoup aimé la première partie de ma lecture d’American Gods ! L’auteur nous balade encore beaucoup, ce qui fait qu’en tant que lecteur, on ne comprend pas encore tous les aspects de l’intrigue, mais de manière générale, ma curiosité a été piquée et j’ai hâte d’en apprendre davantage et de découvrir le premier épisode de la série.

Dans ces premiers chapitres, on fait la rencontre du personnage d’Ombre. Après plusieurs années en prison, il est maintenant à l’aube de sa libération. De nature méfiante, il a le pressentiment que quelque chose de mauvais va lui arriver et de fait, à quelques jours de sa remise en liberté, sa femme décède. Il est donc libéré plus tôt pour qu’il puisse assister à son enterrement.

Comme le premier chapitre est ponctué de flashbacks, on a déjà bien pu se familiariser avec le petit couple :

«Ce soir-là, il l’avait embrassée – un baiser au daiquiri – et il n’avait plus jamais eu envie d’embrasser quelqu’un d’autre.»

J’ai eu de la peine en lisant les lignes de l’annonce de sa mort… Ombre a l’air d’être un homme bon et aimant, même si l’on apprend qu’il est en prison pour cause de braquage et je trouve ce personnage très attachant.

Il part donc de prison et monte dans un avion pour rejoindre sa ville. A cause de turbulences, son avion est dévié et il doit prendre un autre, avion à bord duquel il fait la rencontre de Voyageur. Dès qu’il le rencontre il s’en méfie et pour cause, cet homme semble déjà tout connaître de lui avant même de l’avoir rencontré. Il lui propose alors de travailler pour lui, sans lui dire exactement de quel genre de travail il s’agit. Se sentant agressé par ce personnage étrange, Ombre descend de l’avion plusieurs arrêts avant le sien (je ne savais même pas qu’il existait des avions qui faisaient plusieurs escales…) et il décide de poursuivre sa route en voiture. Lorsqu’il fait arrêt dans un restaurant d’autoroute, il tombe à nouveau sur Voyageur qui semble l’avoir suivi.

Voyageur lui fait alors des révélations étonnantes : sa femme serait morte dans un accident de la route, à bord de la voiture de son meilleur ami, Robbie. Il appuie même ses propos par un article issu d’un journal local. Assommé par la nouvelle et sachant qu’il ne pourrait pas retravailler dans la salle de sport de son ami après sa mort, il accepte sur un coup de tête de travailler pour Voyageur en tant que garde du corps à condition de ne rien faire d’illégal. Dans ce même restaurant il fait la rencontre d’un leprechaun avec qui il se bat et qui lui donne une mystérieuse pièce en or…

Le lendemain il se rend à l’enterrement de sa femme, Laura, et y rencontre Audrey, la femme de Robbie et meilleure amie de sa femme. Il apprend alors que Laura et Robbie avaient une liaison et qu’ils sont morts parce qu’elle avait voulu lui faire une gâterie au volant… pas très glorieux comme façon de mourir ! Pourtant, Ombre garde son calme et rend hommage à sa femme en lui offrant la pièce en or qu’il avait gagné la veille.

En retournant à sa chambre d’hôtel après l’enterrement, il se fait agresser par un homme rondouillet qui semble en vouloir à Voyageur… Mais la soirée ne s’arrête pas là puisqu’il reçoit la visite de sa femme morte dans sa chambre ! Elle semble être revenue grâce à la pièce en or qu’il lui avait donnée et a tenu à lui expliquer sa liaison avec Robbie et lui demander pardon… De nouveau Ombre semble accepter ce qu’elle lui dit sans s’énerver mais en étant tout de même surpris par son apparence macabre.

Le lendemain, Ombre et Voyageur quittent la ville et se rendent à Chicago où ils rencontrent Czernobog et les sœurs Zorya. Voyageur semble vouloir convaincre Czernobog de le rejoindre dans une mission, mais en tant que lecteur, on ne sait toujours pas de quoi il en retourne ! Grâce à un pari, Ombre parvient à le convaincre de les rejoindre mais cela a un prix : il doit le laisser lui mettre un coup de marteau mortel sur la tête à la fin de leur mission… Cette même nuit, il fait la connaissance d’une des sœurs Zorya qui lui confie une pièce d’argent pour le protéger.

A la fin de chaque chapitre, on fait aussi la rencontre de personnages fantastiques, comme Bliquis, la mangeuse d’hommes; Odin, dieu protecteur des normands; Essie, anglaise exilée en Amérique et croyant aux lutins,… Je ne comprends pas encore très bien le rôle que ces histoires sont censées jouer dans le récit global, mais j’ai hâte de l’apprendre !

Je suis donc pressée de lire la suite de l’histoire pour savoir de quoi la mission dont parle Voyageur sera faite mais aussi pour en apprendre davantage sur ce personnage étrange…

Avis de Fungi Lumini

Après avoir vu le trailer de la série American Gods, je n’avais qu’une envie, me jeter sur le livre ! L’univers de Neil Gaiman semblait à la fois intrigant, dangereux et magique. J’avoue que ce qui m’a le plus plu, c’est le caractère et la folie qui débordaient de chaque personnage. Je lis le livre en anglais, donc j’espère qu’on s’y retrouvera facilement. Quand je vois par exemple que le nom du personnage « Wednesday » a été traduit par « Voyageur » en français, j’ai un peu peur…

Shadow est en prison, pour un braquage, dont la raison nous est encore inconnue. Quand il en sort, il apprend que sa femme vient de mourir. Dans l’avion qui le ramène chez lui, il croise (même si on se doute que ce n’est pas un hasard) Wednesday qui lui propose du travail – job dont on ne connait pas vraiment la nature. Le personnage de Shadow m’a étonnée dès le départ. Quoi qu’il se passe autour de lui, il reste calme, prend les choses avec philosophie et laisse la colère aux autres. Au premier abord, il semble dénué d’émotions (par exemple, il ne pleure pas quand on lui annonce que sa femme est morte, alors qu’ils avaient l’air très amoureux), mais plus on avance dans l’histoire et plus on se rend compte que c’est une façade et qu’il est plus intelligent qu’il n’y parait. Je me demande s’il va craquer à un moment et partir en mode détraqué, comme les personnages qui l’entourent. :p

J’ai adoré les dieux qu’on a rencontré jusqu’à maintenant, avec une préférence pour Mad Sweeney, un Leprechaun tout droit importé d’Irlande, assoiffé de violence gratuite et d’alcool. On a du mal à savoir si Shadow sait à qui il a affaire ou s’il fait juste son boulot sans poser de questions. Wednesday est en train de mettre ses pièces sur l’échiquier et j’attends avec impatience de connaitre la suite de son plan ! Le rôle d’autres personnages, comme la femme de Shadow ressuscitée d’entre les morts, reste encore mystérieux.

J’ai beaucoup aimé les petits intermèdes à la fin de certains chapitres, qui nous décrivent comment les croyances sont arrivées en Amérique et comment elles perdurent avec le temps. On y découvre à chaque fois une autre époque, de nouveaux personnages et surtout une nouvelle divinité et les rites qui lui sont associés. J’ai trouvé le tout très instructif en restant divertissant et passionnant.

Il faut quand même que je vous dise que j’ai été choquée par une des scènes/interludes de ce livre. Oui, moi, choquée ! 😀 Désolée si je vous spoile, mais je dois le mentionner au cas où ils le montreraient dans la série : alors que ce qui semble être une prostituée fait l’amour avec son client, elle lui demande de la vénérer. À partir du moment où il le fait, il prend son pied comme jamais, mais après l’orgasme, il se retrouve à moitié avalé par le vagin de la prostituée ! Oui, avalé. Et elle finit tranquillement d’engloutir son « repas » et s’endort, comme si tout était normal. :p Une scène que je n’aurais jamais cru lire, mais qui m’a plu par son originalité et énormité.

Comme vous vous en doutez avec cet avis, j’adhère totalement à l’univers American Gods et je n’ai qu’une envie, continuer cette lecture qui va nous emmener, je le sens, sur des sentiers étranges et funestes.


« There was a woman sitting on the side of his bed. He knew her. He would have known her in a crowd of a thousand, or of a hundred thousand. She sat straight on the side of his bed. She was still wearing the navy-blue suit they had buried her in.
Her voice was a whipser, but a familiar one. « I guess, » said Laura, « you’re going to ask what I’m doing here. » »

Les blogs qui participent 

A touch of blue Marine

Avez-vous déjà lu ce livre? Dites-nous ce que vous en pensez 🙂 N’hésitez pas à nous rejoindre !

#Marty #FungiLumini

Lecture Commune – American Gods

Bonjour à tous et à toutes !

Nous sommes heureuses de vous proposer une nouvelle lecture commune ! Comme vous le savez peut-être, une série basée sur le livre American Gods de l’auteur anglais Neil Gaiman se prépare. Le premier épisode devrait arriver début mai, c’est pourquoi nous avons décidé de lancer cette lecture commune. Neil Gaiman, connu pour des ouvrages comme Coraline, L’étrange vie de Nobody Owens ou encore Stardust, développe des univers originaux, assez sombres mais teintés de magie. Pouvoir comparer les mondes étranges que l’écrivain a imaginé avec l’adaptation graphique de la série devrait être super intéressant ! Ce livre est une grosse brique, puisqu’il fait 750 pages. On s’est donc dit que ça serait plus sympa de le lire ensemble, pour se motiver à avancer dans ce pavé, classique de la littérature anglaise. Marty lira ce livre en français et Fungi Lumini en anglais. Nous vous proposons de découvrir le livre dans cet article et de nous rejoindre dans cette lecture, si vous le souhaitez. 🙂


Résumé

17796215_10154641087263165_5412046397638119599_n

A peine sorti de prison, Ombre rencontre Voyageur, un personnage intrigant. Dieu antique, comme le suggèrent les indices énigmatiques qu’il sème à longueur de temps, fou furieux ou bien simple arnaqueur ? En quoi consiste le travail qu’il propose à Ombre ? En acceptant d’entrer à son service, ce dernier plonge au cœur d’un conflit qui le dépasse, opposant héros mythologiques de l’Ancien Monde et nouvelles idoles profanes de l’Amérique. Mais comment savoir qui tire véritablement les ficelles : ces entités légendaires saxonnes issues de l’aube des temps ou les puissances du consumérisme et de la technologie ? A moins que ce ne soit le mystérieux M Monde.

Bande-annonce de la série


Les étapes de la lecture commune

American Gods comporte 20 chapitres. Voici les dates auxquelles nous vous donnons rendez-vous pour découvrir les différentes étapes de ce livre :

Chapitres 1-4 : 21 avril

Chapitres 5-7 : 5 mai

Chapitres 8-10 : 19 mai

Chapitres 11-13 : 2 juin

Chapitres 14-17 : 16 juin

Chapitres 18-20 : 30 juin

Si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à participer, à partager l’image ci-dessous sur votre blog et à commenter à tout moment les différentes étapes de cette lecture commune ! Si vous regardez la série, n’hésitez pas non plus à nous dire en commentaire ce qui vous a plu ou ce qui vous choque dans l’adaptation !

Nous vous donnons donc rendez-vous le 21 avril pour découvrir les premiers chapitres d’American Gods. 🙂

Cargo

#Marty #FungiLumini

Demain les chiens

Titre : Demain les chiens
Auteur : Clifford D. Simak
Editeur : J’ai lu
Genre : Science-fiction
Prix : International Fantasy Award 1953
Nombre de pages : 348
Mots-clefs : chiens, homme, humanité, civilisation, futur, évolution, robots

 

Les hommes ont disparu depuis si longtemps de la surface de la Terre que la civilisation canine, qui les a remplacés, peine à se les rappeler. Ont-ils véritablement existé ou ne sont-ils qu’une invention des conteurs, une belle histoire que les chiens se racontent à la veillée pour chasser les ténèbres qui menacent d’engloutir leur propre culture ?

Mon avis

C’est la première fois que je lis un livre de la sorte. Je ne suis pas une grande amatrice de science-fiction en général, mais je dois avouer que ce livre a réussi à capter toute mon attention et à me faire réfléchir…

La première qualité de ce livre est sa construction assez remarquable. L’histoire est divisée en huit petits récits à la fois indépendants les uns des autres et pourtant reliés entre eux par l’évocation de certains événements et personnages. En effet, on retrace l’historique d’une famille et c’est le seul lien entre chacun des récits. Parfois, on saute des générations, mais on retrouve toujours la trace d’un «Webster» ou d’une de ses actions dans chacune des nouvelles.

L’histoire débute dans les années 80 et raconte comment le concept des villes a commencé s’effriter. Le livre ayant été écrit dans les années 50, c’est une totale projection de l’auteur dans le futur. Il imagine ainsi comment l’évolution des moyens de communication, des modes de transport et des prix des logements en ville ont conduit les hommes à fuir les villes et à migrer vers les campagnes. Dans ce contexte, on rencontre le premier de la lignée des Webster qui aura un véritable impact sur l’Histoire de l’Homme.

Au fil des récits et des siècles, la race humaine évolue… et déçoit! Certains Webster sont bons et essaient de faire évoluer l’espèce dans le bon sens, d’autres sont pris au piège de leurs travers et ne parviennent pas à faire les bons choix. Au fil du temps, l’homme évolue aux côtés d’autres espèces: les extraterrestres qu’il rencontre dans son exploration de l’espace et qui le font avancer au niveau technologique et dans sa philosophie; les mutants, dérivés de l’homme, qui vivent en marge de la civilisation et en opposition avec l’homme et qui tentent même parfois de court-circuiter cette espèce voisine dont ils dérivent.

Sur Terre, il continue à apprivoiser le monde et à le dessiner selon ses besoins et ses envies. Ainsi, il se construit des compagnons de vie; il crée le robot, véritable assistant (ou esclave ?) qui le seconde dans toutes ses tâches; le chien, que l’homme dote de parole et équipe d’un compagnon sous la forme de robot pour qu’il puisse lui être égal. Ces changements sont inscrits dans le code génétique de l’animal et deviennent héréditaires si bien que l’espèce canine peut s’élever au même rang que l’espèce humaine. Mon seul souci est que l’homme ne le fait pas de manière désintéressée, il le fait simplement pour qu’une autre espèce puisse lui donner d’autres pistes de réflexion pour servir sa propre espèce…

Au fil des millénaires un seul autre personnage traverse les récits: celui de Jenkins, un robot au service de la famille Webster. On observe ainsi ce pauvre robot assister au déclin de l’espèce humaine et à l’avènement de la canine.

Les récits qui nous sont donnés à lire sont en fait les seuls récits qui attestent encore de l’existence de l’Homme et que les chiens, lisent, au temps présent du livre, comme une œuvre de fiction et surtout comme si l’homme n’avait jamais existé.

Si certains passages sont parfois amusants, tous sont intéressants mais tristes. L’actualité nous le montre bien, l’espèce humaine est souvent égoïste et meurtrière, et c’est sans doute, comme le message promu par le livre le laisse entendre, ce qui la mènera à sa perte. Si certains d’entre vous ont déjà vu/lu «La Planètes des singes», ils devront y retrouver certaines similitudes !

Conclusion

J’ai tout simplement adoré ce livre ! J’ai bien sûr préféré certaines histoires à d’autres, mais dans l’ensemble on peut dire que chacun des récits apporte son lot de réflexions… Mon seul conseil: fatalistes et pessimistes, abstenez-vous, ce livre incarne sans doute vos plus grandes peurs, nul besoin de les accentuer…

#Marty

#45 C’est lundi ! Que lisez-vous?

11885228_1108891765822087_8734220511729122092_n

Ce que j’ai lu :

harry_potter_and_the_cursed_child_script_book_cover

51i-esyxwtl-_sx303_bo1204203200_

 

Ce que je lis en ce moment :

C’est avec cette lecture surprenante que je renoue avec la lecture! Après plusieurs semaines d’absence sur le blog, j’ai enfin repris le temps de me plonger dans un livre, et il faut dire que celui-ci ne m’a pas vraiment laissé le choix tant il est passionnant… Chronique à suivre très vite!

demain-les-chiens-de-clifford-d-simak

 

Ce que je compte lire :

a-rebrousse-temps-philip-k-dick

 

Et vous?

Quelles sont vos lectures actuelles? Que comptez-vous lire par la suite? Dites-le nous en commentaire 🙂

TEXT

 

 

Dark Museum American Gothic

Au gré du vent

Lake Ephemeral

Calendar Girl – Février

#Marty

1Q84 – Lecture commune 16 – END

106049092

C’est officiel ! Nous avons enfin terminé la saga 1Q84 de Haruki Murakami ! Avec la pause que nous avons prise entre le deuxième et le troisième tome, il nous a semblé qu’elle était presque interminable ! Mais voilà, nous l’avons fait et nous pouvons en être fières ! Qu’avez-vous pensé des derniers chapitres ? Et du troisième volume de manière générale ? Et puis, bien évidemment, de l’ensemble de la saga ?


Avis de Marty

Et voilà nous y sommes, nous avons enfin fini la lecture d’1Q84… Après environ un an à avoir trimbalé un des tomes partout où j’allais, je peux enfin déposer le dernier opus sur une étagère de ma bibliothèque…

Commençons d’abord par revenir sur les derniers chapitres de la trilogie avant de donner un avis sur l’histoire dans sa totalité. Les premières pages s’ouvrent sur Aomamé, attendant impatiemment des nouvelles de Tamaru et cachée dans son appartement. Quand enfin le téléphone sonne, elle apprend qu’Ushikawa est mort et surtout… Que Tengo se souvient d’elle et qu’il a accepté de se rendre sur le toboggan le lendemain à 19h pour s’enfuir avec elle. Elle prépare alors ses affaires et s’habille exactement de la même manière que lorsque qu’elle est entrée dans le monde 1Q84. On comprend qu’elle va essayer de revenir dans son monde en remontant l’échelle de secours qui l’avait menée là où elle est aujourd’hui.

Un peu avant ce moment, Tengo reçoit l’appel déconcertant de Tamaru. S’il ne sait d’abord pas très bien s’il peut lui faire confiance, mais il est très heureux d’apprendre qu’Aomamé veuille le revoir. Par contre il est très intrigué et ne comprend pas très bien comment elle a été mêlée à cette histoire… Quoi qu’il en soit, il est prêt à la retrouver et à tout quitter avec elle. Il prépare donc toutes ses affaires, mais doit encore attendre une longue journée avant de la retrouver. Ce moment de l’histoire était assez beau, on ressent dans les descriptions de Murakami l’attente se mêler au désir et notre impatience grandit presque autant que celle de Tengo au fil des lignes!

Le moment le plus pathétique du livre arrive ensuite lorsque le dernier chapitre sur Ushikawa commence. En effet, ce pauvre espion de la secte a été ramené dans leur fief, il est horrible, rendu rigide par la mort et on apprend qu’on va vulgairement brûler son corps pour le faire disparaître. Ce personnage aura eu une mort presque aussi misérable que le reste de sa vie et c’est assez attristant. Le seul détail intriguant de sa mort est que des Little People sortent de son corps et se mettent à tisser une Chrysalide de l’air… On assiste également à l’interrogatoire de Tête-de-moine par ses supérieurs qui ont été furieux d’apprendre que leur espion avait été tué et qu’Aomamé était introuvable et pourtant vraisemblablement à l’origine du meurtre de leur homme. En se creusant les méninges, Tête-de-moine a alors une révélation: Tengo habitait dans l’immeuble dans lequel le corps d’Ushikawa avait été retrouvé! Il se précipite alors dans une voiture avec Queue-de-cheval et ordonne à ses hommes restés en ville de prendre Tengo en filature pour qu’il puisse les mener à Aomamé… J’ai alors retenu mon souffle pendant quelques pages car Murakami est un auteur capable de nous faire croire à un happy-end alors qu’en fait, ce ne sera pas du tout le cas. J’ai donc eu très peur que la secte mette la main sur notre petit couple…

Heureusement, cela n’a pas été le cas. Tengo s’est rendu au point de rendez-vous et Aomamé l’a rejoint au sommet du toboggan. Cet instant était très tendre et pour être tout à fait honnête, j’aurais aimé que le livre s’arrête à cet instant romantique et encore plein d’énigmes et de possibilités. J’ai personnellement trouvé que le reste des pages était superflu. Depuis trois tomes, on n’attend que leurs retrouvailles, et quand ce moment arrive enfin, quand leurs mains se joignent le plus simplement du monde comme elles l’avaient fait pour la première fois sur les bancs de l’école, et bien selon moi l’histoire était complète, il n’y avait plus besoin de mots.

Et pourtant l’histoire a repris après ce moment hors du temps. Les deux héros se mettent en route, dans la foulée Tengo apprend qu’il est le père de l’enfant que porte Aomamé, et quand il fait le lien avec son étrange nuit d’amour avec Fukaéri, le jeune homme semble étonnamment accepter sans trop de problème cette hypothèse! Ils ont ensuite pris leur courage à deux mains et ont remonté l’escalier de secours jusqu’à la voie express. Comme on s’en doutait, arrivé au sommet, il n’y avait plus qu’une seule lune dans le ciel. Cependant, un détail semble chiffonner Aomamé. Dans son souvenir, le tigre figurant sur la publicité Esso bordant la voie express tournait la tête dans l’autre sens. On pourrait penser qu’elle ne se souvenait pas bien de ce détail, mais cela ne ressemble en aucun cas au personnage: depuis le début de la trilogie, elle ne laisse jamais rien au hasard et fait preuve d’un sens de l’observation hors du commun. On se doute donc que quelque chose cloche… De fait, Aomamé pense aussi qu’ils ont pu atterrir dans un troisième monde, une sorte de troisième réalité parallèle. Mais les deux héros ne s’en formalisent pas, hèlent un taxi et se trouvent une chambre d’hôtel. Et c’est là que je trouve que la fin gâche un peu le reste de l’histoire: on passe d’un romantisme pur à une description d’un acte sexuel bizarre…

Bref cette fin me semble un peu bateau, j’avoue avoir été déçue par le dernier chapitre. Il ne sert pas à grand-chose, sinon à désacraliser un amour d’enfant… De plus, quitte à rajouter un chapitre si superflu, j’aurais franchement préféré avoir des réponses à mes questions! En effet, on ne sait toujours pas comment est morte Ayumi, si elle s’est réincarnée en Kumi, qui a tué la mère de Tengo, qui est son véritable père, si l’enfant qu’Aomamé porte est celui de Tengo ou du leader, s’ils sont à nouveau dans une réalité parallèle, si Fukaéri est une daughter ou une mother,… Bref, je reste un peu sur ma faim!

De façon globale, je suis mitigée sur ce livre. Si l’histoire dans son ensemble m’a assez plu, je ne suis pas sûre d’avoir compris toutes les subtilités liées au monde 1Q84 et aux chrysalides de l’air… En plus, je pense que tout aurait facilement pu être résumé en un gros tome. Les descriptions étaient souvent trop longues… Mais dans l’ensemble, je suis quand même tombée sous le charme de Tengo et d’Aomamé, bien qu’ils soient complètement bizarres, je m’y suis attachée… Et j’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Tamaru! Il aura fallu une sacrée dose d’imagination à l’auteur pour nous sortir une histoire pareille, et il faut quand même reconnaître qu’il a bien assemblé toutes les parties du récit et en a fait un ensemble cohérent, intrigant et globalement agréable à lire… Je crois quand même que cette lecture commune va me manquer!

Avis de Yuixem

Je me sens à la fois triste et heureuse d’avoir enfin terminer 1Q84. Triste, parce qu’il faut dire que je m’étais tout de même fort attachée à Tengo et Aomamé. Et heureuse en même temps, parce que je commençais à trouver la fin longue.

Voici d’abord un petit résumé rapide des cinq derniers chapitres. Ceux-ci ont finalement réunis nos deux amoureux, pour mon plus grand bonheur ! J’ai trouvé la scène de leurs retrouvailles très touchante, d’une grande pureté et pleine d’émotions. J’avais presque la sensation de tenir, moi aussi, la main de Tengo. Leur besoin qui se révèle ensuite de devoir se sentir l’un près de l’autre et de ne jamais se lâcher est adorable et Murakami retranscrit parfaitement leurs sentiments et sensations. Mais très vite le temps reprend son cours, car il n’y a pas une minute à perdre face à la menace que représentent les Little People. Surtout quand on sait que ceux-ci se sont mis à filer une nouvelle chrysalide de l’air à l’aide des cheveux du corps d’Ushikawa… Finalement, ce personnage n’aura servi que de portail pour ces étranges énergumènes. Au terme de notre aventure, l’histoire se termine pour le mieux pour la jeune famille qui vient de se former. En remontant les escaliers qu’Aomamé avait descendu au début du premier tome, Tengo et elle arrivent dans un monde où seule une lune règne en reine dans le ciel. Pourtant, on ignore s’ils sont retournés dans l’année 1984 ou s’ils ont encore été envoyés dans une troisième dimension. Mais maintenant qu’ils sont à présent réunis, ils sauront faire face à tous les obstacles qui pourraient se présenter devant eux.m

Voilà comment se termine cette longue saga de Haruki Murakami… Et je dois dire que ma première impression lorsque je l’eu fini fut de la déception. De manière générale, je n’ai pas trop aimé ce troisième tome que j’ai trouvé long et la plupart du temps inintéressant. Et surtout, je n’ai pas du tout aimé la fin qui se révèle être un tout gentil, rose et mignon : « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». En un mot, la boucle est bouclée avec ce troisième tome qui clôt l’histoire de la même manière qu’elle avait commencée, c’est-à-dire avec la descente, pui remontée d’Aomamé de l’escalier se trouvant sur l’autoroute. La manière de quitter le monde d’1Q84 m’a semblé trop simple et ne m’a pas convaincue. Et puis j’ai eu envie de crier à l’auteur : « Et le fantastique dans tout ça ! A quoi aura-t-il servi ?! » Murakami nous aura appâtés tout au long des premiers tomes pour attiser notre intérêt sur cet univers, pour finalement nous laisser en plan, sans aucun détail ou réponse vis-à-vis de toutes nos questions au sujet des Précurseurs et des Little People. Si je savais que l’auteur était connu pour faire entrer le fantastique dans le quotidien de ses personnages pour ensuite les ramener à leur pauvre condition, j’ai trouvé ici que tout le développement du monde d’1Q84 n’est jamais entré en profondeur. Chose qui m’a évidemment beaucoup déçue. Si je devais à présent résumer la saga, je dirais qu’il s’agit avant tout d’une histoire d’amour très pure entre deux enfants que le temps a éloigné et où le fantastique ne sert que de mobile à leurs retrouvailles.

Au terme de ma lecture, j’ai donc trouvé que la saga aurait pu être raccourcie à deux tomes, tellement j’ai trouvé qu’il y avait des longueurs. Pourtant, si je reste déçue de cette saga, je dois avouer avoir été tout de même séduite par son style, comme toujours. J’ai été portée par l’histoire d’1Q84 pendant la majeure partie de ma lecture et me suis fortement attachée aux personnages. Le talent de Murakami pour décrire ses protagonistes et rendre leur quotidien intéressant me surprend toujours. Cependant, j’ai eu l’impression qu’il s’est senti un peu dépassé par le monde qu’il a construit, n’allant jamais jusqu’au bout des choses, abandonnant  un détail pour un autre… En conclusion, je ne retiendrai pas du tout 1Q84 comme une grande oeuvre de Haruki Murakami, qui se trouve être tout de même mon auteur contemporain préféré. Je recommande davantage ses précédentes oeuvres telles que La Fin des temps ou La Course au mouton sauvage.

Sans trop m’éterniser sur tout mon ressenti sur la saga d’1Q84, je terminerai mon avis sur le fait que j’ai été heureuse d’entreprendre cette lecture commune avec Marty, car je pense que je n’aurais jamais réussi à la terminer sans une source de motivation extérieure ! Cette première expérience fut une grande réussite de mon côté et j’ai hâte de continuer ce type d’aventure avec d’autres personnes et ouvrages !


Nous mettons ainsi un point final à la première lecture commune que nous avions lancée sur notre blog ! N’hésitez-pas à rédécouvrir tous nos avis concernant chaque étape de la lecture sur ce lien !

Nous vous donnons encore rendez-vous pour la lecture commune du Guide du voyageur galactique qui se poursuit jusqu’au 10 mars ! Par ailleurs, une nouvelle lecture commune commence pas plus tard qu’aujourd’hui ! Ne manquez pas ce nouveau rendez-vous !

#Marty & #Yuixem

1Q84 – Lecture commune 15

106049092

C’est officiel, la fin est proche ! Nous voilà à notre avant-dernier rendez-vous avant de poser un point final à cette lecture commune qui nous aura occupées pendant presque une année entière – en comptant les pauses :p Qu’avez-vous pensé de ces cinq nouveaux chapitres ? 😀


Avis de Marty 

Ces chapitres étaient sans doute les plus captivants depuis le début de cette histoire. Les événements semblent enfin s’accélérer et pour une fois, il n’y a pas eu un seul temps mort dans le récit et surtout, le découpage des chapitres par personnage perd peu à peu de son sens, puisque toutes les histoires se recoupent sans cesse.

Le premier chapitre s’est ouvert sur Tengo qui s’est fait réveiller par un appel de Kumi Adachi, au milieu de la nuit, qui lui annonçait la mort de son père. Tengo a donc sauté dans le premier train pour retourner dans la ville des chats et c’est pour cela qu’il a manqué l’arrivée d’Aomamé à sa porte…

Entre temps, Ushikawa était donc retourné au parc pour observer les deux lunes et avait donc manqué la rencontre entre Tengo et Komatsu et également son départ pour la ville des chats. En revanche, il a pu apercevoir Aomamé dans le hall et même la prendre en photo. Grâce à son instinct, il se doute directement que c’est elle, mais il est trop lent et ne peut la suivre. Pendant ses longues périodes de réflexion en solitaire, on apprend un détail déterminant pour l’histoire de Tengo: sa mère, dont il n’a que de brefs souvenirs, est effectivement morte comme son père le lui avait appris, en revanche, ce que l’on ignorait, c’est qu’elle avait été assassinée! Elle avait quitté son père pour son amant, dont on ignore toujours l’identité, et elle avait pris Tengo avec elle, elle aimait donc profondément son enfant. Cependant, elle avait été retrouvée étranglée et son amant, principal suspect, s’était évaporé dans la nature. Cette partie de l’histoire d’Ushikawa fait écho à celle de Tengo, qui assiste à l’enterrement de son père. Parmi les effets personnels que celui-ci lui a laissés, il découvre une photo de famille de lui, bébé, son père et sa mère et sur ce cliché, ils semblent tous heureux. Pourtant, plus tard dans le récit, quand il attend que son père soit incinéré, Kumi Adachi patiente avec lui et lui raconte qu’elle se souvient de sa propre mort avant sa réincarnation: elle aurait été étranglée! A ce moment, on ne peut s’empêcher de se demander s’il ne s’agit pas de l’esprit de sa mère… ce qui serait très étrange étant donné que ces deux là ont eu des rapports sexuels. Mais bon, ce ne serait pas la première relation incestueuse du récit, pas de quoi se formaliser… Mais si ce n’est pas sa mère, il se pourrait que ce soit Ayumi, puisqu’elle aussi est morte étranglée. Kumi Adachi lui dit alors de repartir et de ne plus penser à son père pour pouvoir aller de l’avant, mais cela est difficile pour Tengo, car il a besoin de connaître la vérité sur son enfance. Il se résigne cependant à rentrer chez lui.

De son côté, Ushikawa vit ses derniers instants. Une personne s’est introduite dans son appartement, l’a endormi et ligoté et comme on s’en doutait, cette personne n’est autre que Tamaru. Interrogeant Ushikawa de manière musclée, il parvient à lui soutirer beaucoup d’informations: il sait donc qu’Ushikawa travaille pour les Précurseurs et il connait toutes les informations qu’il a rassemblées, sans pour autant en avoir informé ceux pour qui il travaille. Comme on s’en doutait, il constitue une menace bien trop grande pour Aomamé et la vieille dame et Tamaru décide donc de le tuer; sa mort était violente et je dois avouer qu’elle m’a même attristée! Ensuite, il appelle le numéro des Précurseurs qu’il avait obtenu en torturant Ushikawa et il leur dit qu’il a tué leur enquêteur. Les Précurseurs ont alors une démarche étonnante: ils demandent à Tamaru d’organiser une rencontre entre eux et Aomamé! Ils prétendent ne plus lui vouloir de mal et plus encore, ils disent avoir besoin d’elle pour à nouveau entendre les voix! Mais Tamaru ne sait pas encore s’il peut leur faire confiance et honnêtement, je ne me fierais pas à eux non plus…

Aomamé est la seule à ne rien savoir de tout ce qui se trame, elle reste comme à son habitude cloîtrée dans son appartement et elle ne peut que réfléchir. Quand elle repense à sa condition, elle se dit que finalement, sa grossesse n’a peut-être aucun lien avec les Little People étant donné qu’ils devraient avoir perdu tout pouvoir depuis la publication de la Chrysalide de l’air et la mort du Leader… En revanche elle s’inquiète beaucoup au sujet des démarches que Tamaru est en train d’entreprendre concernant Ushikawa et Tengo. Elle ne peut s’empêcher de craindre que Tamaru ne l’empêche de revoir Tengo pour protéger la vieille dame, elle sait qu’elle n’est plus maîtresse de son destin et cela l’inquiète beaucoup.

Au terme de ces chapitres, on obtient des bribes de réponses, et les questions continuent à se multiplier: Tamaru va-t-il empêcher les retrouvailles de Tengo et Aomamé? Va-t-il organiser la rencontre exigée par les Précurseurs? Aomamé va-t-elle s’enfuir pour essayer de retrouver Tengo? Que veulent les Précurseurs? Est-ce le père de Tengo qui aurait tué sa mère? Se serait-elle réincarnée en Kumi Adachi? Qu’est devenu son amant? Et la petite amie plus âgée de Tengo? Pourquoi reste-t-il un chapitre sur Ushikawa si celui-ci est mort? La réponse dans la suite et fin du livre!

Avis de Yuixem

Cette fois-ci, je n’ai pas du tout été emballée par la lecture des parties d’Aomamé et de Tengo. Je commence à sentir des longueurs dans le récit et le fait que le rythme ne s’accélère toujours pas commence à me gêner. Je suis actuellement entrée dans un état d’impatience vis-à-vis d’1Q84, espérant vite terminer ma lecture pour en finir avec ce livre… Je me pose même la question sur la nécessité de faire trois gros volumes pour raconter l’étrange histoire que vivent Aomamé et Tengo. Je pense relire l’ensemble de mes avis avant de vous livrer dans deux semaines mon avis définitif sur cette saga.

Parmi les cinq chapitres de cette étape, deux abordent le point de vue de Tengo et un celui d’Aomamé. Il ne se passe rien de réellement intéressant de chacun de leur côté : Tengo s’occupe de la crémation de son père et de son deuil vis-à-vis de ce dernier et des secrets qu’il a emportés avec lui dans la mort ; Aomamé, de son côté, se remet de son expérience avec « le Nabot » et profite de son temps pour relire La Chrysalide de l’air, réfléchir à son rôle dans le monde d’1Q84 et se laisse absorber par ses instincts maternels.

Par contre du côté d’Ushikawa, il se passe beaucoup plus de choses, et pas très jolies ! Alors que sa filature avait enfin porté ses fruits, le voilà pris en otage par un homme, supposément Tamaru. Le dernier chapitre fut vraiment terrifiant et nous avons pu découvrir le côté obscur du garde du corps de la vieille dame et d’Aomamé qui paraissait jusqu’alors être un gentil nounours. Après avoir soutiré à sa victime toutes les informations dont il avait besoin, il a finalement mis fin à ses jours dans d’atroces souffrances… Même si je n’étais pas très fan d’Ushikawa, je trouve qu’il ne méritait pas de mourir de la sorte. Cette partie se termine avec une conversation avec la secte des Précurseurs qui annonce à Tamaru qu’ils ne veulent aucun mal à Aomamé et qu’ils aimeraient même discuter avec elle… On ne doute pas un seul instant qu’ils sont après sa « petite chose » ! Avec cette fin, je me demande réellement qu’elle a été le rôle d’Ushikawa dans ce troisième tome. Je doute tout de même qu’il n’ait plus aucune apparence dans la suite du récit. Comme il a également vu les deux lunes, j’ose espérer que les Little People ont prévu quelque chose pour ce pauvre personnage.

Maintenant qu’il ne nous reste plus que la dernière étape, je ne me suis pas empêchée de lire immédiatement la suite. A l’heure où j’écris cette critique, il ne me reste plus qu’une trentaine de pages. Et pour résumer parfaitement le sentiment qui m’a habité à la fin de la lecture des cinq chapitres de cette étape, voici une petite citation d’une pensée de Tengo :

« Mais il eut le sentiment que c’était depuis que Fukaéri avait fait son apparition qu’il vivait continûment dans un lieu où les questions étaient plus nombreuses que les réponses. Il avait cependant la vague sensation que ce chaos se dirigeait peu à peu vers son dénouement. »  

Vivement la semaine prochaine pour mettre un point final à l’aventure d’1Q84 !


Pour ceux qui nous suivent, j’imagine que vous avez autant hâte que nous de savoir le fin mot de cette histoire ! Nous vous donnons donc rendez-vous dans deux semaines pour découvrir la fin de la formidable aventure de Tengo et Aomamé !

#Marty #Yuixem

Un an ! Joyeux anniversaire ! 

cropped-12196169_10153756472303750_3939555953040111535_n.jpg

Il y a tout juste un an, l’aventure Livr’aisons Littéraires commençait. Cette année est passée tellement vite et a été pleine de rebondissements : le lancement du blog, les premières chroniques, les divers challenges et rendez-vous littéraires commencés, la mise en pause de plusieurs d’entre nous puis leur retour triomphal, … Mais elle fut surtout riche en nouvelles expériences, belles rencontres et surtout en une montagne de lectures passionnantes.

Faisons un peu le point sur cette première année sur la blogosphère.

  • Le blog a eu plus de 5100 vues !
  • Nous avons posté à quatre 250 articles !
  • Vous êtes 195 à nous suivre sur Facebook…
  • … 679 sur Twitter…
  • … et 188 sur Instagram !

Merci à tous et à toutes de nous suivre chaque semaine !

Les 5 articles que vous avez le plus vus

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’encyclopédie curieuse et bizarre volume II – Les chats par Guillaume Bianco

– Prince captif – 1. L’esclave par C.S. Pacat

– Goodbye Gandhi par Mélanie Talcott

– Elvira Time² -Jail Time par Mathieu Guibé

– Chroniques de Pemberley par Marie-Laure Sébire

N’hésitez pas à aller les découvrir si ce n’est pas encore fait ! 😀


En 2017, le blog va continuer à vous proposer plusieurs chroniques chaque semaine avec autant de plaisir qu’en 2016. De plus, nous vous avons également concocté plusieurs activités pour l’année à venir !

Des lectures communes avec :

Le rendez-vous « Livres et Gourmandises«  se poursuivra notamment avec:

  • La suite de Montres enchantées aux éditions du Chat Noir
  • Bal Masqué aux éditions du Chat Noir
  • Une femme nommée Shizu de Shûsaku Endô

Vous pourrez nous rencontrer à plusieurs événements littéraires, dont la Foire du livre de Bruxelles et Trolls et Légendes !

Plusieurs challenges littéraires sont également au programme :

  • Yuixem participe au challenge de Hayao Miyazaki (article à venir)
  • Coco participe au challenge Disney (article à venir)
  • Fungi Lumini participe au challenge de l’imaginaire

Et enfin, nous reprendrons les semaines à thème pour certaines périodes telles que la Saint-Valentin, les grandes vacances, Halloween ou encore Noël !

J’espère que ce petit programme vous donne envie ! N’hésitez pas à y participer, à partager et à venir discuter avec nous en commentaires !

Encore un tout grand merci de nous suivre et de partager avec nous notre passion pour la lecture et les livres au quotidien !

#Coco #FungiLumini #Marty #Yuixem

 

1Q84 – Lecture commune 14

106049092

Pour la première fois en 2017, retrouvez notre avis sur la lecture commune d’1Q84 ! Ces chapitres 16 à 20 ont été riches en rebondissements, mais l’histoire vous a-t-elle plu? Découvrez notre avis ci-dessous…


Avis de Marty

Ces chapitres ont tout simplement été déroutants ! Si certains passages semblaient s’étirer en longueur et redire sans cesse ce que nous savions déjà, d’autres passages m’ont quant à eux fait retenir mon souffle pendant plusieurs pages! En effet, jamais nos trois personnages principaux n’ont été aussi proches qu’au fil de ces derniers chapitres…

Au travers des chapitres dédiés à Ushikawa et Aomamé on se rend compte qu’en fait, les trois histoires ne se déroulaient pas sur la même ligne du temps. En effet, celle de Tengo semble bien plus avancée! Lorsque l’histoire d’Ushikawa reprend sur sa filature de Tengo, on s’aperçoit qu’à ce moment-là, Fukaéri habitait encore l’immeuble et que Tengo se trouvait toujours dans la ville des chats, au chevet de son père. Ushikawa suit d’ailleurs Fukaéri qui semble s’apercevoir de sa présence: alors qu’il est caché derrière une vitre sans teint supposée le dissimuler, la jeune fille regarde droit dans sa direction et semble même croiser son regard. Elle le regarde d’ailleurs pendant de nombreuses secondes ce qui ébranle fortement le détective… Il a l’air intimidé par la jeune fille, comme si elle avait été capable en un regard de se glisser au plus profond de son âme et de le comprendre, ce qui ne le laisse pas indifférent. J’ai trouvé ce moment particulièrement touchant… Par ailleurs, dans le même intervalle de temps, Ushikawa se fait à son tour harceler par le mystérieux collecteur de la NHK et pourtant, il ne le voit pas ressortir dans le vestibule, ce qui semblerait étonnamment nous conforter dans l’idée qu’il s’agirait d’une forme de présence du père de Tengo. Lorsque Fukaéri quitte l’immeuble de façon définitive, Ushikawa ne la suit pas car son instinct lui dicte de rester là, comme s’il présentait que Tengo ne tarderait pas à refaire surface. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit quelques jours plus tard. Comme nous le savions déjà, Tengo avait décidé de retourner observer les deux lunes depuis le toboggan et pourtant Aomamé ne s’était pas manifestée, et heureusement car Ushikawa suivait alors le jeune homme. En regardant dans le ciel, le drôle de personnage a lui aussi vu les deux lunes et a bien sûr fait le rapprochement avec la Chrysalide de l’air!

C’est en parcourant les chapitres dédiés à Aomamé que l’on comprend pourquoi la jeune femme ne s’était pas précipitée sur le terrain de jeux lorsque Tengo s’y trouvait. En effet, peu avant que Tengo n’arrive, Tamaru avait passé un coup de fil à Aomamé pour la prévenir qu’Ushikawa avait rodé autour de la Safe House. Il lui avait donné une description précise de l’homme pour qu’elle puisse le reconnaître s’il la retrouvait. Ainsi, à cause de ce coup de fil qui l’avait poussée à abandonner sa garde quelques minutes à peine, elle avait manqué le passage de Tengo et n’avait vu que brièvement l’ombre d’Ushikawa dans la rue et qu’elle avait alors pris pour un enfant. De façon inattendue et pour la première fois, le narrateur est alors intervenu de façon directe dans l’histoire pour s’adresser à nous, lecteurs. J’ai été assez déboussolée par cette intervention car je ne m’y attendais pas le moins du monde! Le narrateur soulignait dans ce passage le bon timing auquel nous venions d’assister car si Aomamé était sortie, elle n’aurait retrouvé Tengo que pour une courte durée étant donné qu’Ushikawa n’aurait eu aucun scrupule à la dénoncer aux Précurseurs… Même si cette incursion était brève et inoffensive, je me suis sentie gênée dans ma lecture par cette petite parenthèse opérée par le narrateur. Par ailleurs, l’histoire d’Aomamé devient encore plus intéressante quand Ushikawa se manifeste une deuxième fois sur le toboggan – sans que cet événement ne se soit encore produit dans les chapitres d’Ushikawa – car au départ notre héroïne pense qu’il s’agit de Tengo, mais en y regardant de plus près, elle reconnait dans la silhouette l’homme que Tamaru lui avait décrit. Etant donné qu’il s’était assis exactement à la même position que Tengo et opérait les mêmes gestes, Aomamé a compris qu’il voyait lui aussi les deux lunes et que la nuit précédente, il avait dû suivre Tengo, sans doute dans le but de retrouver sa trace. Elle décide alors de s’armer de son revolver et de s’habiller de façon à ce qu’on ne la reconnaisse pas pour suivre le détective et en apprendre davantage à son sujet. Ainsi, elle l’a suivi jusqu’à l’immeuble de Tengo, et dans le hall d’entrée, elle a tout de suite reconnu son nom de famille. N’étant pas sûre à 100% qu’il s’agissait bien de Tengo, elle prit le risque de sonner à sa porte mais personne ne lui répondit… Cette partie de l’histoire m’a vraiment tenue en haleine car j’ai encore une fois cru qu’ils allaient enfin se retrouver! Malheureusement ce ne fut pas le cas et Aomamé dût rentrer chez elle et informer Tamaru de ce qui venait de se produire. Bien que celui-ci ne fut pas heureux d’entendre que la jeune fille avait pris autant de risques, il promit d’essayer d’en savoir plus sur le Monsieur «Kawana» qui habitait l’immeuble et sur son lien avec Ushikawa, et ce, en essayant de faire en sorte que Tengo ne soit pas blessé.

Enfin, du côté de Tengo, l’histoire a avancé de manière normale, selon la ligne du temps à laquelle nous étions habitués. On a retrouvé l’écrivain et son éditeur et on en a ainsi appris plus sur l’enlèvement de Komatsu. Celui-ci a été séquestré pendant plusieurs jours par les Précurseurs. Ceux-ci lui ont dit que la publication de la Chrysalide de l’air avait entraîné des événements fâcheux dans leur secte: leur Leader a cessé d’entendre les voix sur lesquelles toutes leurs croyances étaient fondées suite à cet événement et puis, selon eux, il serait décédé de façon naturelle. A cause de cette mort, ils avaient décidé d’abandonner leur vengeance contre Komatsu et Tengo mais ils demandaient tout de même à Komatsu de ne pas réimprimer le livre, ni de lui faire une publicité quelconque pour limiter les dégâts qu’ils avaient causés. Ils lui ont aussi demandé d’informer le Professeur Ebisuno de la mort des parents de Fukaéri. Komatsu ayant peur pour sa vie, avait promis d’honorer toutes leurs requêtes. Ce que Tengo ne dit pas à Komatsu, c’est qu’il était déjà en train d’écrire un livre dans la continuation de ce premier récit… D’autres questions sont ensuite soulevées par Tengo: si le Leader de la secte est mort, qui le remplacera? Fukaéri est-elle une Mother ou une Daughter? La secte a-t-elle besoin d’une autre Mother qui donnerait naissance à une autre Daughter pour permettre au nouveau Leader d’à nouveau entendre les voix? Bien sûr, en tant que lectrice, je pense de plus en plus que ce nouveau Leader serait Tengo et la nouvelle Mother, Aomamé, mais il serait tout de même farfelu d’imaginer que nos deux héros finiraient pas se retrouver à la tête d’une organisation qu’ils semblent vouloir faire tomber. Mais après tout, dans ce récit, tout semble possible…

A la fin de ces chapitres, de nouvelles questions sont soulevées: Ushikawa a-t-il compris qu’il se trouvait dans une réalité parallèle? Est-il toujours fidèle aux Précurseurs? A-t-il vu Aomamé quand elle l’a suivi et a-t-il remonté sa trace? Tamaru sera-t-il plus fort qu’Ushikawa? Retrouvera-t-il Tengo et pourra-t-il réunir nos deux héros? Tengo et Aomamé seront-ils les nouveaux leaders de la secte? La suite au prochain épisode…

Avis de Yuixem

Ces cinq chapitres m’ont vraiment tenu en haleine tout le long. Le rythme s’est enfin accéléré, surtout depuis que l’on suit les mêmes moments d’après trois points de vue. Je commence à apprécier le rajout du personnage d’Ushikawa car cela donne une certaine tension au récit. Pourtant je me demande toujours quel sera son rôle dans le monde parallèle d’1Q84.

D’ailleurs sa filature porte enfin ses fruits ! Il découvre ainsi que Fukaéri vit avec Tengo. Ushikawa est subjugué par la jeune fille, par sa beauté mais surtout par l’aura qu’elle dégage. Car en effet, pour une raison qu’il ignore, l’adolescente a ressenti sa présence et est capable de le regarder au travers de la caméra qu’il utilise pour photographier les passants de l’immeuble. Même si sa découverte est de taille, Ushikawa se doit de rester concentré sur son objectif principal qui est de retrouver Aomamé. Notre enquêteur fera ainsi une autre avancée importante. En suivant un soir Tengo qui est rentré de la Ville de Chats, il fait l’immense découverte de la co-existence de deux lunes dans le ciel. Tous les personnages voyant cette réalité sont liés de près à l’histoire de La Chrysalide de l’air, mais quel est donc le lien entre celle-ci et Ushikawa ?

J’ai beaucoup aimé également la partie d’Aomamé qui s’est montrée beaucoup plus active que d’habitude. Tout d’abord, j’ai été heureuse de comprendre pourquoi Tengo et elle n’avait pas été réuni dans le chapitre précédent, remerciant même le destin de les en avoir empêché car cela aura conduit tout droit la jeune femme dans les griffes d’Ushikawa. Mais j’ai surtout adoré la partie où Aomamé se met à suivre notre étrange énergumène. La proie devient le chasseur ! Et sa prise de risque lui permettra de découvrir où vit Tengo, rapprochant encore un peu plus nos deux protagonistes de leurs retrouvailles. Cependant, on a peur également pour elle, car on ignore encore si Ushikawa a vu et pris en photo la future mère.

Du côté de Tengo, on est happé par le récit de Komatsu qui a été séquestré par les Précurseurs. Grâce à son histoire et aux théories qu’ils établissent ensemble, on se refamiliarise avec les termes de MOTHER/DAUGHTER et PERCEIVER/RECEIVER, que j’avais pour ma part plutôt bien oublié. On se plonge à nouveau au plus profond du fantastique qui se faisait plus discret récemment.

Avec ces cinq chapitres, je me pose de plus en plus de questions comme Marty : quel est le rôle d’Ushikawa ? Tengo et Aomamé deviendraient-ils les deux nouveaux leaders des Précurseurs ? La petite chose qui se développe dans le ventre d’Aomamé mettra-t-elle 9 mois à naître comme tout autre être humain ? Mais malgré mon intérêt qui reste constant pour cette histoire, je commence à m’inquiéter de la fin aux vues des pages qui s’amenuisent. Comment Murakami arrivera-t-il à nous  livrer une fin digne de ce nom en seulement une centaine de pages ? J’espère ne pas être déçue au terme de cette aventure !


Nous espérons que vous avez autant hâte que nous de connaître le fin mot de l’histoire et de dévorez les 10 derniers chapitres avec nous… Alors rendez-vous dans deux semaines pour lire notre avis sur l’avant dernière partie de la saga!

#Yuixem & Marty

Les coups de cœur Livraisons Littéraires 2016

Cette année 2016 est l’année d’ouverture de notre blog. Il s’en est passé des choses en presque un an ! Depuis son ouverture le 11 janvier 2016, 239 articles ont été publiés ! Presque 5000 vues sur le blog et 2500 visiteurs ! Merci à tous d’être là, de nous lire et de partager avec nous notre passion pour les livres ! 🙂 On vous souhaite une très joyeuse année 2017, plein de bonheur et de coups de cœur livresques pour cette nouvelle année qui commence ! 😉

Fungi Lumini

J’ai lu énormément de belles choses cette année et ce fut très difficile de choisir à peine 5 ouvrages ! Voici mon top 5 des livres qui m’ont le plus marqué en 2016 ! 🙂

5) Hors de portée de Georgia Caldera chez J’ai lu

Grâce au concours photo Licorne organisé par Pygmalion, j’ai découvert les romans contemporains de Georgia Caldera et Hors de portée est celui qui a su en premier me transporter, me faire ressentir toutes les émotions, frustrations des protagonistes et bien plus encore. La romance contemporaine est un genre que je ne lis habituellement pas, mais les personnages de ce livre m’ont énormément touchée et j’ai dévoré ses pages en quelques heures. De plus, j’ai eu la chance de rencontrer l’adorable auteure aux Halliennales : une des rencontres littéraires de l’année 2016 qui m’a le plus marquée ! 🙂

41xr7n10

4) Le Miroir de Peter de John Ethan Py chez L’Homme sans Nom

Je me suis lancée dans ce roman sans savoir à quoi m’attendre et j’ai juste été bluffée. J’avais l’impression de lire du Stephen King français. Les thèmes abordés, la plume et la culture cinématographique et littéraire de l’auteur, les rebondissements et surtout cette fin à laquelle je ne m’attendais pas du tout m’ont totalement séduite. C’est le premier roman de l’auteur que je découvrais, mais sûrement pas le dernier !

miroir-peter

3) Buck – La nuit des trolls d’Adrien Demont dans la Collection Métamorphose

LA bande dessinée qui m’a marquée cette année. Un petit chien-niche super cute comme protagoniste, une histoire originale et incroyable, des techniques de dessins inédites. J’ai adoré cet album qui possède un style unique et inimitable.

Buck-C1C4_160401.indd

2) Le Carnaval aux Corbeaux d’Anthelme Hauchecorne aux éditions du Chat Noir

Anthelme Hauchecorne, c’est mon auteur fétiche. Depuis que j’ai lu Punk’s not dead, je vais de coup de cœur en coup de cœur avec ses romans. Cette année, nous avons eu la chance de voir deux de ses livres publiés: Le Carnaval aux Corbeaux et Journal d’un marchand de rêves (pour lequel j’ai eu l’immense chance de faire partie des bêta-lectrices ❤ ). J’ai longtemps hésité entre les deux pour ce top 5, mais la poésie de la plume d’Anthelme mêlée à l’histoire incroyable et aux magnifiques illustrations du Carnaval l’ont emporté ! 🙂

10984636_1099068340121039_193216362597269093_n

1) Apostasie de Vincent Tassy aux éditions du Chat Noir

Vincent Tassy est mon auteur coup de cœur 2016. Apostasie est son premier roman et c’est pour ma part un sans-faute. De sa magnifique plume poétique et mélancolique à son univers noir et magique, de ses protagonistes uniques en leur genre au déroulement étonnant de son histoire, j’ai absolument tout aimé dans son roman. J’ai eu la chance de le rencontrer en compagnie d’Hilda Alonso (dont le roman Ce dont rêvent les ombres avait aussi été un coup de cœur) aux Imaginales : une très belle rencontre pour ma part ! 🙂 Je me suis également régalée avec sa nouvelle Mademoiselle Edwarda et j’ai été séduite par les mélodies d’Angellore, son groupe de métal. J’ai hâte de voir ce que son actualité 2017 nous réserve !

apostasie_web

Coco

5) Magical Girl of the End de Kentarô Satô

magical-girl-end-01

4) Adulthood is a myth de Sarah Andersen

339056._SX640_QL80_TTD_

Je plussoie tout ce que dit Fungi Lumini dans sa chronique 😀

3) The Curious Incident of the Dog in the Night-time de Mark Haddon

the curious incident

2) Player One d’Ernest Cline

player one

1) Hate List de Jennifer Brown

hate list

Yuixem

5) Entre ici et ailleurs de Vanyda

entre-ici-et-ailleurs-tome-1-entre-ici-et-ailleurs-one-shot

4) Love, be loved, Leave, be left de Io Sakisaka

LbLbL_3D

3) Rashômon de Ryûnosuke Akutagawa

telechargement

2) Dans le grand cercle du monde de Joseph Boyden

9782253087403-001-T

1) Crime de Meyer Levin

51lfOXUQE8L._SX328_BO1,204,203,200_