Le syndrome du papillon

Syndrome Papillondeveloppe.indd                  Titre : Le syndrome du papillon

Auteur : Maxence Fermine

Éditeur : Michel Lafon

Genre : roman

Nombre de pages : 253

            Mots-clés : adolescents, hôpital psychiatrique, Asperger, autisme, papillon, syndrome, amour

Quatrième de couverture

Hugo Mars, 17 ans, n’est pas un garçon comme les autres. Atteint d’un mal étrange, le syndrome du papillon, il est interné en hôpital psychiatrique.

Mais la vie est parfois surprenante. Car c’est là qu’il fait la plus belle rencontre de son existence. Celle de Morgane Saint-James, une jeune fille aux cheveux roux et aux yeux verts, gothique et lunaire…

Hugo tombe aussitôt sous son charme. Jusqu’à ce que la jeune fille disparaisse…

Mon avis

J’avais demandé ce livre à Noël parce que la couverture me plaisait énormément avec ses couleurs pastel… hélas, c’est à peu près tout ce que j’ai vraiment aimé dans le livre. Je trouvais également que le résumé était assez intriguant mais malheureusement, je pense qu’il trompe un peu le lecteur. En effet, en le lisant, je m’attendais à ce que la disparition de Morgane soit mystérieuse ou nous révèle quelque chose à propos d’Hugo, Morgane ou même de l’hôpital psychiatrique mais il n’en est rien. L’histoire nous est narrée par son protagoniste, à savoir Hugo. Celui-ci se retrouve interné à l’hôpital psychiatrique surnommé Graceland par ses locataires en raison de sa ressemblance avec la demeure du King. On apprend au fil des pages la raison pour laquelle il a été interné, personnellement, j’ai trouvé que cette excuse était un peu légère mais bon, soit admettons. Là-bas, il n’entretient qu’une relation amicale avec Zach, un dépressif suicidaire qui se rate sans arrêt jusqu’au jour où il rencontre Morgane Saint-James, une jeune fille atteinte du syndrome d’Asperger. Leur relation amicale évolue rapidement en une relation amoureuse, un peu trop vite d’ailleurs, ce qui fait que j’ai eu un peu de mal à adhérer à leur histoire. Tout se passait bien jusqu’à ce Morgane disparaisse… Attention SPOILER en fait, ses parents sont venus la récupérer pour la ramener à la maison… À partir de ce moment, Hugo va partir à sa recherche et par conséquent, s’évader de Graceland.

L’histoire m’est donc apparue comme très décousue et peu crédible. Je n’ai également pas compris le but de ce récit, pour moi, la trame narrative n’est pas présente ou du moins pas assez construite, pas assez étayée. On se demande un peu pourquoi on lit l’histoire et où cela va nous mener. Plusieurs fois, j’ai eu l’impression qu’on tournait en rond et qu’au final, le récit n’avançait pas. J’aurais vraiment aimé une histoire plus complète et mieux définie.

En ce qui concerne les personnages, j’ai beaucoup apprécié Hugo. Personnellement, j’ai trouvé qu’il avait vraiment le caractère d’un adolescent de 17 ans, à la fois très gamin mais tout en étant mature pour certains sujets. Néanmoins, j’ai nettement moins aimé Morgane, principalement parce que le personnage n’était pas assez développé à mon goût. Au final, on ne la connait pas vraiment, on sait qu’elle est atteinte du syndrome d’Asperger, qu’elle est obsédée par sa maladie et qu’elle est violoniste mais c’est à peu près tout. Je suis un peu plus mitigée concernant Zach, son côté dépressif était un peu trop présent par moment et j’ai trouvé que les rapports qu’il avait avec Hugo étaient parfois très agressifs et j’avoue que ça ne m’a pas plu.

J’ai été très déçue par la fin. Elle ne résout absolument rien et nous laisse sur notre faim. Quand on a fini de lire le livre, on ne peut que penser « ok, très bien mais après ? ». Encore une fois, on revient à notre problème de trame narrative pas assez construite. Il y a quand même un point positif : le style de l’auteur. Je l’ai trouvé facile à lire, très bien adapté au public ciblé et en parfait accord avec les personnages.

Citations

« Dans la vie, on rencontre six ou sept personnes à qui on peut vraiment parler. C’est tout. Et encore, probable qu’on les perdra de vue et qu’on les reverra jamais. C’est triste à dire, mais c’est la vérité. Les autres, on fait que les effleurer, les supporter ou , pire, les subir. Surtout les subir. »

« La couleur de l’avenir, je m’en fichais éperdument. Il pouvait être noir corbeau, c’est pas ça qui me tracassait le plus. J’aurais eu davantage la frousse si on m’avait dit qu’il serait rose bonbon ou vert fluo. »

Conclusion

En conclusion, je ne recommanderais pas ce livre parce qu’il ne m’a clairement pas convaincue. La trame est trop peu présente et pas assez construite. Si j’ai vraiment bien apprécié le personnage d’Hugo, les autres personnages me sont apparus bien fades et manquant de construction. Le message de liberté qui est derrière ainsi que le style sont très sympathiques mais ça ne suffit malheureusement pas à me faire aimer ce roman.

pas convaincue

#Coco

Le Guide du Voyageur Galactique – Lecture commune 10

372299

Nous sommes arrivées au deuxième tiers du tome 5 : Globalement Inoffensive (Mostly Harmless).

Avis de Coco

Nous voici déjà (ou enfin, c’est selon) à l’avant-dernière échéance de notre lecture commune et force est de constater que je ne suis toujours pas emballée par ce tome…

Mon avis sera assez bref puisque je n’ai absolument pas aimé cette partie que j’ai trouvée beaucoup trop longue. On retrouve Ford et Arthur, toujours séparés, vivant chacun sa petite aventure. Ford est toujours dans les locaux du Guide mais essaie de s’en aller sans ameuter toute la sécurité du bâtiment. J’avoue que cette partie m’a particulièrement ennuyée, j’ai trouvé les descriptions trop longues et elles n’avaient, à mon sens, aucun intérêt. Le seul point positif, c’était le petit robot, rebaptisé Colin par Ford, qui était nettement moins pénible que dans le premier tiers du livre. Arthur, quant à lui, parcourt toujours l’univers et recherche encore Fenny (ou du moins, je pense qu’il la recherche encore, ce n’était pas très clair^^) et va se retrouver sur la même planète que Trillian. Heureux hasard, il va l’entendre à la radio et la reconnaître – enfin il n’est pas sûr de la connaitre mais il en a l’intuition. Tout ça pour dire qu’ils vont se rencontrer et que Trillian va annoncer une grande nouvelle à Arthur : il a un enfant. Plus précisément, une fille nommée Random – dont on ne connait pas l’âge à cause de tous les voyages dans l’espace-temps. Puisqu’il ne se souvient pas avoir eu des relations avec Trillian, celle-ci lui explique qu’en fait, elle a fait appel à un donneur et que le seul qui fait partie de l’espèce humaine c’est lui. Pour ma part, je trouve que ça devient carrément n’importe quoi mais, vous allez me dire que c’est un peu le but d’un tel livre.

On en sait toujours pas plus sur Zaphod, l’endroit où il se trouve, ce qu’il fait, avec qui… Trillian fait une référence à ce cher président en disant que Random n’est pas de lui, simplement parce que biologiquement parlant, ce n’était pas possible. J’attends de voir s’il apparaîtra dans la fin de ce tome, j’attends également les retrouvailles entre Arthur et Ford, et malgré tout, je suis curieuse de savoir ce que Random va apporter à l’histoire.

Avis de Fungi Lumini

Tout comme Coco, cette partie ne m’a pas beaucoup plu. Dans la trame narrative de Ford, j’ai trouvé que le surplus de détails et de descriptions, voire l’ajout d’éléments qui n’ont pas grand chose à voir avec la scène, a ralenti l’action, au point qu’elle n’était plus très intéressante et un peu confuse. Il y a plusieurs chapitres sur sa tentative de fuite des locaux du Guide Galactique, mais toute l’action aurait pu tenir en un. La seule chose que j’ai aimée est le petit robot Colin, qui est toujours en mode peace and love !

Dans ces scènes, on apprend aussi le retour des Vogons, la race d’aliens qui avait détruit la Terre. J’ai un problème de compréhension avec la suite de l’histoire. En effet, dans le tome 4, la Terre a réapparu par magie (on ne sait toujours pas comment), et dans ce tome, Arthur est à la recherche d’une planète qui ressemble à la Terre pour s’y installer parce que sa planète n’existe plus… Je ne sais pas si j’ai raté quelque chose à un moment, mais si quelqu’un peut m’éclairer, je suis preneuse 😀

Un autre élément m’a profondément dérangée : au début de ce tome Fennchurch disparaît. Arthur la cherche un peu au début, mais dans cette partie du tome, c’est comme si elle n’existait plus ! Il n’en parle plus, refait sa vie autre part et quand il apprend qu’il a une fille, ne se demande même pas ce que Fennchurch en aurait pensé ! L’auteur décrivait quand même Fennchurch comme l’amour de la vie d’Arthur et au moment où elle n’est plus là, c’est comme si elle n’avait jamais existé. J’ai un peu le même sentiment de tristesse que dans le tome 1, quand la Terre entière est détruite (avec tous ses habitants) et qu’Arthur n’est triste que pour sa maison. Où sont passés les sentiments, les émotions?

Bon, après, le fait qu’Arthur ait une fille, qui en plus s’appelle Random (« Aléatoire » en français) et que Trillian lui amène sans même lui demander son avis quand elle ne peut plus s’en occuper (alors qu’il n’a rien demandé), c’est un peu n’importe quoi quand même ! :p Dans ce tome, on reste sur de l’absurde et du non-sense purs et durs. Dans le tout dernier chapitre, j’ai cru voir une référence à Star Wars épisode VI, mais je ne suis pas certaine. J’ai quand même hâte de découvrir un peu plus le personnage de Random, qui a l’air d’une ado rebelle qui n’écoute rien de ce qu’on lui dit et qui risque de le regretter.

Bref, pour moi, cette partie de l’histoire s’étire longuement pour pas grand chose et ne m’a pas convaincue :/


classique

Avez-vous déjà lu ce livre? Connaissez-vous l’univers de Douglas Adams? Dites-nous ce que vous en pensez 🙂

#FungiLumini  #Coco

L’innocence des bourreaux

abel-innocenceTitre : L’innocence des bourreaux

Auteur : Barbara Abel

Éditeur : Pocket

Genre : Thriller/Polar

Nombre de pages : 343

Prix reçu : Prix du Polar Découverte Les Petits Mots des Libraires

Mots-clés : braquage, supérette, otage, fuite, enquête

Quatrième de couverture

Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé son petit garçon de trois ans seul à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d’acheter des couches pour la nuit. Parmi eux, un couple adultère. Parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent.

Des gens normaux, sans histoire, ou presque.
Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé.
Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s’inversent, la vie de ces hommes et femmes ordinaires bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière est mince. Si mince…
Un huis clos dont la tension psychologique grimpe jusqu’à son paroxysme. Chez Barbara Abel, pas besoin d’artifices, c’est notre quotidien à tous qui peut devenir l’enfer.

Mon avis

Il ne m’aura pas fallu beaucoup de temps pour lire ce livre tellement j’ai adoré l’histoire ! Le récit commence quand Joachim, un jeune homme en manque, décide de braquer une petite supérette afin de pouvoir s’acheter sa prochaine dose. À partir de ce moment, tout bascule pour lui mais aussi pour tous les clients et le caissier du magasin. Ils vont alors se retrouver prisonniers de ce jeune homme armé, ce qui fera ressortir des aspects cachés de leur personnalité et entrainera une forte introspection chez certains. Joachim, lui, ne pense qu’au pouvoir qu’il exerce et à sa prochaine dose mais c’était sans compter sur l’apparition de Théo Verdoux qui était resté dans la voiture pendant que sa mère était retenue en otage…

Puisque c’est un roman policier/thriller, je vais m’efforcer de donner mon avis sans pour autant dévoiler trop de détails de l’intrigue afin de ne pas gâcher l’histoire pour ceux qui souhaiteraient lire le livre 😀

De manière générale, j’ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont assez nombreux donc évidemment, il y en a que j’ai moins aimé à l’instar de Thomas Piscina, comptable qui n’assume pas du tout son infidélité et qui se cherche sans cesse des excuses, et de sa maitresse – oui parce que j’ai beau être féministe, une femme qui aguiche un homme marié (en sachant qu’il est marié) est tout aussi coupable que lui. Malgré cela, je trouve que les autres personnages sont tous attachants à leur manière, et ce même s’ils commettent des choses irréparables. J’ai, d’ailleurs, à de nombreuses reprises, ri grâce à Germaine Dethy, vieille dame un peu – beaucoup – acariâtre qui a toujours le bon mot très ironique pour détendre la situation – ou affoler les autres otages qui prennent ça pour de la provocation^^. De toute évidence, elle cache des choses comme tous les autres mais, au moins, elle apporte de l’humour au tragique de la situation. J’avoue aussi avoir eu un énorme coup de cœur pour Léa Fronsac dont l’histoire était particulièrement touchante et dévastatrice.

Ayant déjà lu pas mal de romans policiers/thrillers ou autres livres à suspens, j’avais un peu peur que la fin soit bateau ou même bâclée mais heureusement, ce ne fut pas le cas. Je ne dirais pas que c’était la meilleure fin que j’ai lue mais je l’ai trouvée assez juste, vraie et réaliste.

Barbara Abel utilise un style clair, direct et très percutant et alterne les points de vue des personnages ; ce qui permet de maintenir un certain suspens et en même temps, permet de mieux comprendre le ressenti des différents personnages et de mieux nous identifier à eux.

Citation

« La déflagration éclate dans le magasin comme un coup de tonnerre. Soudain, c’est le silence. Un silence glacial, total, implacable. Un silence de mort. »

Conclusion

Je recommande très vivement ce livre à tous. Je pense que les non-amateurs de policiers/thrillers pourront également apprécier ce bouquin puisque l’auteure ne raconte pas simplement une enquête policière mais nous livre un huis clos haletant qui explore les raisons qui peuvent pousser des personnes innocentes à transgresser les lois (non pas que ce soit une excuse). Elle nous communique, de cette façon, une autre vision des choses et nous force à ne pas voir le monde uniquement de façon dichotomique mais à approfondir notre réflexion. Et puis, en lisant ce roman, on ne peut que se demander ce que nous aurions fait à la place des protagonistes.

extra1#Coco

#42 C’est lundi, que lisez-vous?

11885228_1108891765822087_8734220511729122092_n

Ce que j’ai lu:

brooklyn-paradis

lewis-shiner-fugues

abel-innocence

Ce que je lis en ce moment:

81-1QFDJReL

372299

Rendez-vous vendredi pour la première partie du dernier tome de cette trilogie 😀

product_9782070464234_195x320

vampire-pyjama

Ce que je compte lire:

le piège de lovecraft

Et vous?

Quelles sont vos lectures actuelles? Que comptez-vous lire par la suite? Dites-le nous en commentaire 🙂

TEXT

Les Comptines Malfaisantes – tome 3 : Histoires de Chats

Livres et Gourmandises : Une femme nommée Shizu (1/10)

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

1Q84 – Lecture commune 16 – END

La Horde du Contrevent – Lecture commune 01

Après la chute

Livres et Gourmandises : Montres enchantées (11/17)

#Spécial – Book and Bed Tokyo

#Coco

Fugues

Titre : Fugueslewis-shiner-fugues

Auteur : Lewis Shiner

Éditeur : Gallimard

Genre : Science-fiction

Nombre de pages : 489

Traduit de l’américain par Jean-Pierre Pugi

Titre original : Glimpses

Prix reçus : World Fantasy Award en 1994

Mots-clés : Rock, musique, voyage dans le temps, album

Quatrième de couverture

Ray Shackleford, réparateur de matériel hi-fi, se noie dans l’alcool et la musique pour tenter d’oublier une vie de couple chaotique et les brimades de son père. À la mort de ce dernier, sa vie bascule. Il se découvre un don singulier : il a le pouvoir de se projeter dans l’univers de ses groupes de rock favoris, d’enregistrer des versions inédites de leurs chansons. Poussé par Graham Hudson de Carnival Records, il accepte d’enregistrer l’album mythique et inédit des Doors : Celebration of the Lizard. Mais ces fugues vers le passé sont-elles sans conséquence ?

Mon avis

J’ai ENFIN fini ce livre 😀 J’avoue que j’ai pas mal perdu ma motivation à certains moments donc ça a été particulièrement long mais comme je n’aime pas abandonner une lecture, il m’a juste fallu beaucoup plus de temps^^

L’histoire est celle de Ray, réparateur de matériel audio – principalement de vieilles radios – qui, un jour, va se retrouver projeté des décennies en arrière. Il revient alors à l’époque de Morrison et va finir l’album Celebration of the Lizard « avec » lui. Une fois de retour au temps présent, Ray fait découvrir l’album à Graham, un producteur qui le diffusera comme album « piraté » et qui poussera Ray à réitérer l’expérience par la suite. Ce qu’il fera par deux fois. Entre ces « fugues », ces retours dans le temps, Ray vit sa vie du mieux qu’il peut : il essaye de faire le deuil de son père, de la relation conflictuelle qu’ils entretenaient, il voyage et remet en cause son mariage.

Je ne sais pas trop comment me positionner par rapport à ce bouquin… j’ai adoré les passages relatifs à la musique, par contre, j’ai nettement moins apprécié les moments où nous sommes plongés au cœur du quotidien de Ray. Effectivement, ces sessions musicales nous offraient une vision de ce qu’étaient les séances d’enregistrement à l’époque, de comment les artistes se comportaient entre eux et avec le public mais cela permettait aussi d’imaginer ce qu’aurait été le monde de la musique si ces albums avaient été réellement terminés et toute l’influence qu’ils auraient pu avoir sur l’époque actuelle. En tant que grande fan de musique – et encore plus de rock –, j’ai trouvé ce point de vue assez développé et très intéressant. Et malheureusement, c’est la seule chose qui m’a vraiment intéressée dans le bouquin. De fait, pendant le reste de la lecture, je me suis clairement ennuyée. L’auteur nous raconte la vie de Ray qui bien qu’elle soit remplie de voyages, de sport et – parfois – de son travail n’a pas vraiment été passionnante. Personnellement, j’ai trouvé que ces passages tiraient trop en longueur et ne nous brassaient que du vide. De plus, j’ai vraiment détesté le personnage de Ray qui m’est apparu comme un homme lâche qui ne pouvait pas assumer son mariage ou plutôt l’échec de son mariage (je suis désolée mais un gars qui ne sait pas dire à sa femme que cela ne va plus de son côté et qui attend d’avoir couché avec une autre femme dont il est soi-disant tombé amoureux après seulement deux secondes pour enfin partir, il me fallait réellement quelque chose d’extraordinaire pour que je l’aime bien – ce qu’il n’a clairement pas été le cas).

Je dois toutefois souligner que, malgré cet aspect qui m’a bien ralenti dans ma lecture, l’auteur possède une écriture plutôt fluide et qui se prête assez bien à ce récit puisqu’on s’imagine sans problème en compagnie de Morrison, Hendrix et les autres.

Conclusion

Au final, je ne sais pas trop si j’ai aimé ou non ce livre. Je ne dirais pas non plus que j’ai détesté… Les passages qui concernent uniquement la vie privée de Ray ainsi que sa personnalité et son comportement m’ont clairement déplus mais en même temps, ces petits moments où il côtoie les artistes et où la musique domine m’ont transportée. Je ne sais pas si je le conseillerais, j’ai plutôt envie de dire que s’il est dans votre PAL, commencez-le et voyez si ça vous plait et s’il n’y est pas, ajoutez-le seulement s’il vous tente vraiment beaucoup 😀

indécise

#Coco

Brooklyn Paradis (Saison 1)

Titre : Brooklyn Paradis (Saison 1)brooklyn-paradis

Auteur : Chris Simon

Éditeur : Éditions du Réalisme Délirant

Genre : Thriller

Nombre de pages : 90

Format : Epub

Mots-clés : drogue, criminels, canapé, riche, chiner

Quatrième de couverture

Courtney Burden a tout : un riche et beau mari, Jeb ; deux magnifiques enfants, Cameron et Sawyer ; un métier créatif et une brownstone de trois étages à Brooklyn, New York, là où tout le monde veut vivre. Alors pourquoi chine t-elle dans les rues ? A-t-elle un problème ? Est-elle cinglée ? Non, juste une chineuse compulsive qui adopte les objets pour se rassurer…
Avait-elle besoin de ramasser ce canapé au petit matin au bord du fleuve et de le ramener chez elle ? Non, mais elle le croyait abandonné sur ce parking paumé. Sauf qu’il ne l’était pas. Et qu’il appartient à des gars pas cool du tout, qui tiennent à leurs affaires… Et que ces gars, super vénères, vont tout faire pour le récupérer. Et ça, c’est le début de la fin pour Courtney et les siens.
Cocaïne, gangsters, argent et sexe : les meilleurs ingrédients pour faire exploser une famille modèle. Il y a une bonne dose d’humour aussi… pour sauver les meubles.

Mon avis

Encore une agréable découverte grâce à Laure Lapègue qui m’a gentiment proposé de lire cette première saison de Brooklyn Paradis.

J’ai vraiment bien apprécié cette courte lecture. J’ai trouvé l’histoire très drôle et très cocasse. Pour moi, le – gros – point fort de ce récit est son originalité. En effet, Courtney, mère de deux enfants Sawyer et Cameron et épouse de Jeb est une chineuse « professionnelle », elle ramène tout ce qu’elle trouve intéressant et qui avait été abandonné, au grand dam de son mari et de son majordome Harlan. L’histoire débute alors que Michaël et Dan sont chargés de transporter un canapé rempli de cocaïne au Chinois Sam Lee Ming. Lors d’une de leur pause, ils le déposent sur le trottoir, ils le laissent alors sans surveillance pendant quelques minutes – minutes qui vont suffire pour que Courtney embarque le canapé – puisqu’elle le trouve irrésistible 😀 De là découlent alors de nombreux rebondissements et une longue recherche pour Michaël et Dan.

J’ai beaucoup aimé la forme de l’histoire, effectivement, celle-ci est découpé sous forme d’épisodes – exactement comme une série – ce qui permet de rythmer la lecture et de maintenir le suspense. Avec un format aussi court, il n’est jamais évident de développer plusieurs personnages. Néanmoins, nous apprenons rapidement à connaitre les personnages principaux. Personnellement, j’ai beaucoup apprécié le personnage de Courtney même si j’avoue ne pas comprendre son besoin de chiner ^^ et que certains de ses commentaires/préjugés – envers la babysitter et son majordome – m’ont un peu déplu. Au final, elle reste tout de même très drôle parce qu’elle en se rend absolument pas compte de la situation dans laquelle est s’est fourrée. Je suis assez indifférente envers Jeb – qui n’est pas assez présent à mon goût et envers Sawyer, le plus jeune des fils. J’ai bien aimé Michaël même s’il est un peu cliché. Par contre, j’ai détesté Dan, trop lâche, trop peureux et surtout trop infidèle ainsi que Cameron, le fils ainé qui est juste un ado hyper prétentieux – sincèrement, je l’aurais bien remis à sa place quelques fois 😀

Le style de l’auteur s’accorde parfaitement avec la forme du récit : il est clair, direct et concis. Le seul petit bémol que je pourrais citer est celui de la « surprésence » du sexe dans l’histoire. Je comprends bien que cela soit nécessaire à certains moments mais à d’autres, je ne voyais franchement pas son utilité. Cela m’a un peu fait penser à la scène de sexe que l’on met dans un film juste pour en avoir une alors qu’elle n’apporte rien – personnellement, je déteste vraiment cela, ça m’énerve au plus au point. Malgré ce petit bémol, ce livre reste tout de même plaisant à lire et la fin donne vraiment envie de lire une deuxième saison.

Conclusion

Je conseille ce livre à tous, amateurs du genre ou non. Son format permet une lecture différente : agréable, rythmée et toujours surprenante. Vous passerez, à n’en pas douter, un bon moment d’évasion.

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_ndivertissant rectangle 2

Venez découvrir cette histoire haletante, captivante et entrainante sur le site Booknseries qui publiera le livre sous forme d’épisodes hebdomadaires à partir du 26 janvier 🙂

#Coco

Chanson Douce

chanson-douce

Titre : Chanson Douce

Auteur : Leïla Slimani

Éditeur : Gallimard

Genre : Roman

Nombre de pages : 240

Prix reçus : Prix Goncourt 2016

Mots-clés : nounou, infanticide, meurtre, vie quotidienne

Quatrième de couverture

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoutant.

IMG_0100

Quand j’ai lu ce livre, il n’avait pas encore gagné le Prix Goncourt mais était déjà en lice et je n’avais entendu à son sujet que des critiques positives. Je vous avoue tout de suite que je ne comprends pas trop toutes les éloges faites à son sujet. Je m’explique…

J’ai bien aimé l’histoire en elle-même, je trouve cela très intéressant de raconter l’histoire de cette famille qui va être décimée par une nounou dont ils ne se sont pas méfiés et qu’ils considéraient presque comme l’un des leurs. Évidemment, la critique de la société qui se cache derrière cette histoire est plus qu’acerbe. Je ne vais pas revenir sur tous les points parce que je pense que beaucoup d’autres chroniques en ont déjà fait le tour ; cela dit, je vais quand même évoqué des points qui m’ont dérangé dans ce livre. Tout d’abord, la critique de la famille et de l’organisation de celle-ci : les parents travaillent trop, délaissant leurs enfants au bon soin d’une nounou. Ok, je comprends le message, je comprends qu’on veuille que les parents s’occupent plus de leur progéniture, que la société soit moins dictée par la loi du travail et de l’argent mais ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi ici, dans ce livre (et c’est peut-être juste mon impression personnelle qui ne concerne que moi), c’est le personnage de Myriam qui semble être le plus visé. Elle reprend le travail et tout de suite la société pense que c’est mal qu’elle veuille sortir de chez elle pour faire autre chose que de s’occuper de ses enfants. C’est d’ailleurs ce que pense – un peu – Louise. Je ne dis pas que Paul, le père, n’est pas visé mais encore une fois, il est plus facile d’abattre la critique sur la mère (malheureusement, je pense que les gens vont plus réagir en disant « oui, elle ne devrait pas travailler autant » plutôt que « c’est bien l’auteure nous démontre que la société dicte encore trop aux femmes comment vivre leur vie » et je ne sais même pas si l’auteure a vraiment voulu démontrer ça d’ailleurs). Cela m’a profondément dérangé et je n’ai pas du tout aimé mon ressenti face à cela. D’ailleurs, je ne comprends pas non plus pourquoi Myriam est la seule des parents à ressentir de la culpabilité quant au fait de travailler… mais bon, c’est peut-être juste mon côté féministe qui ressort trop^^

Ensuite les personnages, j’ai bien aimé Myriam et Paul, pour le coup, j’ai vraiment trouvé que c’était une bonne description du couple moderne – qu’on aime ou pas. Je n’ai pas trop d’avis sur les enfants même s’ils m’ont semblé très fidèles aux enfants d’aujourd’hui. Par contre, j’ai détesté Louise, et cela n’a rien avoir avec le fait qu’elle soit coupable. Je n’ai juste vraiment pas aimé sa personnalité ni même ses méthodes d’éducation que ce soit avec sa propre fille ou les enfants de Myriam. Encore une fois, je comprends (ou du moins je pense comprendre 😀 ) la critique faite à travers le personnage qui souffre de la différence de classe, et par conséquent des rapports d’agent, entre elle et ses employeurs, du regard des autres sur elle, sur sa fille et leur relation, etc. mais encore une fois, je ne comprends pas en quoi, toute cette colère refoulée et qu’on ressent très bien au fil des pages, pourrait mener au crime comme étant la seule solution possible.

En ce qui concerne le style de l’auteure, j’ai trouvé que c’était bien écrit et j’ai bien aimé le fait qu’elle utilise des mots ou des expressions qui dérangent afin de faire réagir son public.

Au vu des nombreuses critiques positives, je m’attendais à beaucoup mieux et j’ai vraiment été déçue par ma lecture. Je sais que ce que je dis a l’air négatif mais globalement j’ai quand même bien aimé le livre et la critique de la société qui en est faite même si je suis sure que cela ne changera absolument rien à la façon dont nous vivons aujourd’hui.

Conclusion

Je suis plutôt mitigée vis-à-vis de ce livre, j’ai été déçue par cette lecture mais néanmoins je ne le déconseillerais pas surtout s’il fait déjà partie de votre PAL ou de votre liste d’envie.

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

Déception rectangle

#Coco

Réceptions littéraires de Noël – Coco

lucy-1

Tout d’abord: bonne année! 😀 J’espère que vous avez bien profité du passage à l’an neuf et que 2017 sera rempli de beaucoup, beaucoup de lectures 😀 Comme Yuixem et FungiLumini, j’ai reçu pas mal de livres à Noël, merci Père Noël 😉

almanach-laforge

Vous êtes né le même jour qu’Elvis Presley et vous ne le saviez pas. Lui non plus d’ailleurs. Saviez-vous qu’Helter Skelter des Beatles a été diffusé dans une cour de justice pour régler une affaire de meurtre ? Saviez-vous que les organisateurs des JO de Londres en 2012 avaient contacté les Who pour savoir si Keith Moon, le batteur, était disponible ? Alors qu’il est mort en 1978 !
Éric Laforge vous propose, pour chaque jour de l’année, différentes rubriques dont : le disque à écouter, une citation, les naissances, c’est aussi arrivé le même jour et l’histoire du jour… Plus de 3 000 informations parfois très insolites sur le rock, la pop, le blues et le R&B à découvrir dans cet almanach.

Je pense que c’est le livre que je désirais le plus à Noël, je suis donc plus qu’heureuse de l’avoir reçu! J’ai hâte de le découvrir et j’espère apprendre encore plein d’anecdotes sur le monde du rock 🙂

galfard

Vous êtes à quelques milliers de kilomètres au-dessus de la surface du Soleil. Sa puissance est à couper le souffle. D’énormes boules magnétiques gonflent et se percent, éjectant vers l’espace des milliards de tonnes de matière brûlante qui transpercent votre corps éthéré. Le spectacle est extraordinaire et vous vous demandez soudain, avec une légère jalousie, ce qui rend le Soleil si spécial par rapport à la Terre. Imaginez que vous puissiez voyager à travers les étoiles jusqu’aux confins de notre galaxie, plonger au cœur d’un trou noir, entrer dans le monde quantique? Vous êtes tenté ? Voici enfin un livre pour vous ! Laissez Christophe Galfard vous entraîner dans une ébouriffante odyssée cosmique aux frontières du savoir, des mystérieux champs qui peuplent l’Univers jusqu’aux instants précédant le Big Bang. Un merveilleux ouvrage qui se dévore comme un thriller, et une nouvelle façon, accessible à tous, de conter la grande aventure de la science.

En tant qu’amatrice d’astronomie et d’astrophysique, j’espère que cet essai sera à la hauteur de toutes les critiques positives que j’ai pu entendre à son sujet.

339056._SX640_QL80_TTD_

Do you love networking to advance your career? Is adulthood an exciting new challenge for which you feel fully prepared? Ugh. Please go away.

These casually drawn, perfectly on-point comics by the hugely popular young Brooklyn-based artist Sarah Andersen are for the rest of us. They document the wasting of entire beautiful weekends on the internet, the unbearable agony of holding hands on the street with a gorgeous guy, and dreaming all day of getting home and back into pajamas. In other words, the horrors and awkwardnesses of young modern life. Oh and they are totally not autobiographical. At all.

Adulthood Is a Myth presents many fan favorites plus dozens of all-new comics exclusive to this book. Like the work of fellow Millennial authors Allie Brosh, Grace Helbig, and Gemma Correll, Sarah’s frankness on personal issues like body image, self-consciousness, introversion, relationships, and the frequency of bra-washing makes her comics highly relatable and deeply hilarious.
FungiLumini vous avait déjà présenté cette BD (chronique à relire ici) et je suis tout à fait d’accord avec elle, ce livre est un pur petit bijou, j’ai hâte que le deuxième tome sorte 😀

Syndrome Papillondeveloppe.indd

Hugo Mars, 17 ans, n’est pas un garçon comme les autres. Atteint d’un mal étrange, le syndrome du papillon, il est interné en hôpital psychiatrique. Mais la vie est parfois surprenante. Car c’est là qu’il fait la plus belle rencontre de son existence. Celle de Morgane Saint-James, une jeune fille aux cheveux roux et aux yeux verts, gothique et lunaire… Hugo tombe aussitôt sous son charme. Jusqu’à ce que la jeune fille disparaisse…

J’ai entendu pas mal d’échos positifs concernant ce livre et j’aime beaucoup les couleurs utilisées pour la couverture donc j’espère que ce sera une belle lecture.

que-ta-volonte-soit-faite

« Les enfants de toute l’Amérique avaient le Croquemitaine pour se raconter des histoires qui font peur, à Carson Mills, ils avaient Jon Petersen. »
Pour son vingtième roman, Maxime Chattam dresse le portrait d’une petite ville du Midwest américain des années 60 jusqu’au début des années 80, avec pour fil rouge l’évolution de Jon Petersen – pervers psychopathe – de son enfance jusqu’au point culminant de sa sinistre carrière criminelle.

Maxime Chattam, un de mes auteurs français préférés! Je suis ravie d’avoir reçu ce livre qui manquait à ma collection 😉

gamer1

Sur les serveurs de La ligue des mercenaires, les gamers la connaissent sous le nom de Stargrrrl, une soldate redoutable, une combattante aguerrie, une dangereuse tireuse d’élite dont il ne vaut mieux pas se retrouver dans la ligne de mire. Derrière ce visage se cache Laurianne, une jeune fille douée en maths et adepte de course à pied, qui partage le plus clair de son temps entre l’école et l’écran de son ordinateur. Son univers s’écroule le jour où son père lui annonce leur déménagement. À sa nouvelle école, tout ce qu’elle souhaite, c’est passer incognito, se fondre dans le décor, tel Arno Dorian. Peu de chance que ça arrive! Malgré tous ses efforts, Laurie n’arrive pas à garder sa langue dans sa poche et réussit le tour de force de se faire à la fois adopter par la gang des geeks et se mettre à dos la clique la plus influente de l’école. Autour d’elle, les coups les plus tordus s’enchaînent, lui faisant souhaiter de retourner près de Sam, son meilleur ami, avec qui elle ne compte plus les heures passées à jouer à La ligue, et le seul vraiment capable de lui faire oublier tous ses malheurs.

gamer2

Les derniers jours n’ont pas été de tout repos pour Laurianne et ses amis, et les choses ne semblent pas près de s’améliorer. Malgré les heures passées à tenter de découvrir qui sont les auteurs derrière la page Facebook qui rend la vie de Margot si misérable, Laurianne fait face à un mur. Elle devra peut-être chercher de l’aide dans les recoins les plus obscurs d’internet, avec tous les dangers que cela comporte. À l’école, la peste de Sarah-Jade continue de régner en tyran, mais Laurianne a un plan pour la remettre à sa place. Seulement, elle ne peut pas impliquer ses amis, car ils pourraient tous avoir de sérieux problèmes. Comme si ce n’était pas assez, on rapporte des événements inquiétants sur les serveurs de La Ligue des mercenaires… Des gamers racontent avoir été la proie d’attaques bizarres, aussi foudroyantes que dévastatrices. Si certaines théories sont farfelues, les plus sérieuses font froid dans le dos. Ce qui n’empêche pas les quatre amis de parfaire leur entraînement en vue du tournoi de la Ligue qui doit avoir lieu dans quelques jours. Si seulement ils savaient ce qui les attend…

Deux livres sur l’univers des jeux-vidéos (forcément mes proches ont pensé à moi 😀 ), j’espère qu’ils me plairont autant que Player One^^

sully

Now a major motion picture from Clint Eastwood, starring Tom Hanks—the inspirational autobiography by one of the most captivating American heroes of our time, Capt. ‘Sully’ Sullenberger—the pilot who miraculously landed a crippled US Airways Flight 1549 in New York’s Hudson River, saving the lives of all 155 passengers and crew.
On January 15, 2009, the world witnessed a remarkable emergency landing when Captain « Sully » Sullenberger skillfully glided US Airways Flight 1549 onto the Hudson River, saving the lives of all 155 passengers and crew. His cool actions not only averted tragedy but made him a hero and an inspiration worldwide. His story is now a major motion picture from director / producer Clint Eastwood and stars Tom Hanks, Laura Linney and Aaron Eckhart.
Sully’s story is one of dedication, hope, and preparedness, revealing the important lessons he learned through his life, in his military service, and in his work as an airline pilot. It reminds us all that, even in these days of conflict, tragedy and uncertainty, there are values still worth fighting for—that life’s challenges can be met if we’re ready for them.

Je suis allée voir le film un peu avant Noël et j’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça mais ça m’a vraiment donné envie de lire le livre 🙂

disney-guide

Depuis plus de 90 ans, Disney révolutionne la façon de raconter les histoires, pour les petits et pour les grands.
De La Belle au bois dormant à La Reine des Neiges, en passant par la création du premier studio en 1923, la première apparition de Mickey et le développement des parcs, ce guide explore tous les aspects du monde fabuleux de Disney.
Agrémenté d’illustrations et de photos rares issues des Archives de The Walt Disney Company, ce livre vous plongera dans un univers magique et captivant.

La très grande fan de Disney que je suis ne peut qu’apprécier ce livre 😀 Je ne l’ai pas encore lu mais je l’ai un peu feuilleté et les illustrations sont vraiment magnifiques.

november-criminals

Qui je suis ?
Addison Schacht, 18 ans. Je deale un peu d’herbe, mais bon, à mon échelle, rien de bien méchant. Je ne glande rien au lycée, mais à mon niveau, ça n’a rien d’étonnant. De toute façon, ce qui vous intéresse, c’est ce qui s’est passé.
Tout a commencé le jour où Kevin Broadus, un type du lycée, a été abattu. Le jour où, parce que tout le monde s’en foutait, j’ai décidé d’enquêter, avec Pelle, ma pote « et plus si affinités ».
Après, si vous voulez connaître la suite, il va falloir vous accrocher…

Je ne connaissais pas du tout ce livre avant de le recevoir et j’avoue que le résumé me fait déjà bien rire… 😀

abel-innocence

Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé sa fille de trois ans seule à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d’acheter ce qui manquait pour son repas.
Parmi eux, un couple adultère, parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent…
Des gens normaux, sans histoire, ou presque.
Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour récupérer quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s’inversent, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière est mince. Si mince…

Il est temps que je découvre enfin cette auteure belge qui s’adonne à un genre que j’aime tout particulièrement: le thriller/polar.

abel-je-sais-pas

C’est le grand jour de la sortie en forêt de l’école maternelle des Pinsons. La météo clémente et l’enthousiasme des éducateurs comme des enfants donnent à cette journée un avant-goût de vacances. Tout se déroule pour le mieux jusqu’au moment du retour, quand une enfant manque à l’appel. C’est Emma, cinq ans, une des élèves de la toute jeune institutrice Mylène Gilmont. C’est l’affolement général.
Tandis que deux enseignantes ramènent le groupe d’enfants au car, les autres partent aussitôt à sa recherche. Mylène prend une direction différente, s’aventurant donc seule dans la forêt. Au bout d’une demi-heure, les forces de l’ordre sont alertées. Un impressionnant dispositif est mis en place et l’équipe du capitaine Dupuis se déploie dans la forêt avec une redoutable efficacité. Et puis Emma réapparaît.
Le soulagement de ses parents arrivés sur place, Camille et Patrick, est à la hauteur de l’angoisse qu’ils ont éprouvée. Visiblement, il y a eu plus de peur que de mal pour la petite. Pourtant, la battue doit continuer avant la tombée de la nuit, car cette fois, c’est Mylène qui ne revient pas. Camille a retrouvé sa fille. En vérité, elle ne le sait pas encore, pour elle, le cauchemar ne fait que commencer.

Deux pour le prix d’un 😀

king-bazar

Un homme qui revit sans cesse sa vie (et ses erreurs), un journaliste qui provoque la mort de ceux dont il prépare la nécrologie, une voiture qui dévore les badauds… 20 nouvelles pour la plupart inédites, précédées chacune d’une introduction du maître sur les coulisses de leur écriture.

Stephen King, une valeur sûre 😀

king

Part memoir, part master class by one of the bestselling authors of all time, this superb volume is a revealing and practical view of the writer’s craft, comprising the basic tools of the trade every writer must have. King’s advice is grounded in the vivid memories from childhood through his emergence as a writer, from his struggling early career to his widely reported, near-fatal accident in 1999 – and how the inextricable link between writing and living spurred his recovery.

Ça faisait longtemps que je voulais ce livre de Stephen King en VO donc je suis ravie qu’on me l’ai offert 😀

#Coco

#35 C’est lundi! Que lisez-vous?

11885228_1108891765822087_8734220511729122092_n

Ce que j’ai lu:

Hahaha je viens de me rendre compte que ça faisait longtemps (deux mois pour être précis^^) que je n’avais pas fait un « c’est lundi, que lisez-vous? » mais j’ai eu tellement de choses à faire que malheureusement je n’arrive pas à trouver le temps de lire  😦

dark-harvest

chanson-douce

(La chronique viendra bientôt, faut juste que je trouve le temps de l’écrire 😀 )

Ce que je lis en ce moment:

Faut vraiment que j’arrête de commencer d’autres livres et que je termine les deux premiers de cette liste 😀

81-1QFDJReL

lewis-shiner-fugues

372299

Rendez-vous vendredi pour la fin du troisième tome 😀

vampire-pyjama

Ce que je compte lire:

le piège de lovecraft

 

Et vous?

Quelles sont vos lectures actuelles? Que comptez-vous lire par la suite? Dites-le nous en commentaire 🙂

TEXT

Journal d’un marchand de rêves

1Q84 – Lecture commune 12

Shame – la trilogie de la honte

Challenge Littérature de l’Imaginaire

Livres et Gourmandises : Montres enchantées (3/17)

#Coco