Ici se cachent les monstres

Titre : Ici se cachent les monstres

Autrice : Amelinda Bérubé

Illustratrice : Natalia Drepina

Éditeur : éditions du chat noir

Genre(s) : fantastique/horreur

Nombre de pages : 318

À 16 ans, Skye se lasse des jeux que lui impose son étrange petite sœur. Si Deirdre l’imagine comme son chevalier en armure, elle, n’a qu’une envie : arrêter de babysitter sa benjamine et traîner avec des ados de son âge.
Lorsque la famille déménage de l’autre côté du pays, Skye y voit l’occasion parfaite d’enfin cesser ces enfantillages et de prendre son indépendance.
Dans leur nouveau quartier, elle arrive rapidement à s’adapter et à se faire des amis, mais pas Deirdre qui, rejetée par tous, développe une fixation sur les marais et fabrique des monstres à l’aide de bâtons et d’os trouvés dans les bois.
Et puis un jour, Deirdre disparaît.
Énième caprice, fugue ou kidnapping ? Skye penche avec agacement pour la mauvaise blague de trop. Mais quand une créature affreuse vient gratter à sa fenêtre au milieu de la nuit, affirmant qu’elle seule peut sauver Deirdre, l’aînée réalise qu’elle avait tort et qu’elle est prête à tout pour ramener sa sœur à la maison.

Mon avis

La magnifique couverture envoutante et mystique en plus de la mystérieuse quatrième de couverture m’ont tout de suite donné envie de me plonger dans ce roman. Et puis, avec un titre qui évoque la figure du monstre, ça ne pouvait que me plaire. 😉 Je ne connaissais pas du tout l’autrice, ce fut l’occasion de découvrir son univers !

La famille de Skye et Deirdre déménage, une opportunité inespérée pour chacune de prendre un nouveau départ, de repartir de zéro. Si c’est le plus grand souhait de Skye, sa petite sœur ne l’entend pas de cette oreille et continue à agir de façon étrange, tout en voulant entrainer son ainée dans ses jeux. Skye parvient à se faire des amis et à paraitre normale aux yeux de ces nouveaux camarades de classe, mais Deirdre s’enfonce de plus en plus dans le mutisme, la colère et joue dans les bois de plus en plus tard jusqu’au jour où… elle n’en revient pas.

On sent dès les premières pages que les deux sœurs cachent de sombres secrets et que le passé ressurgira à un moment ou à un autre. On suit avant tout le point de vue de l’ainée, qui présente sa sœur comme une fille étrange, dont le corps a déjà grandi , mais qui continue à s’habiller et à se comporter comme une enfant, refusant de se laver et passant son temps à s’isoler et à s’inventer des histoires dans la nature. Ses parents n’ont pas facile à savoir comment la gérer et reprochent à Skye de la délaisser, alors que cette dernière a l’impression que chaque pas qu’elle fait vers sa sœur est accueilli par des méchancetés et des piques sur son comportement passé. Vu qu’on n’a qu’un point de vue, il est difficile de juger si c’est la grande sœur qui exagère ou la petite qui est vraiment inquiétante.

Une fois que Deirdre disparait, on tombe rapidement dans le fantastique : s’est-elle vraiment perdue, a-t-elle été enlevée par un homme ou par des créatures de la forêt ? Des racines creusent autour de la maison et envahissent la chambre de Skye. Elle trouve d’étranges poupées d’os, de boue et de bois, des messages de chantage qui la poussent à commettre des atrocités pour avoir une chance de revoir sa sœur. La responsabilité ainsi que sa culpabilité vont la pousser aux extrêmes, mais est-elle réellement prête à faire tous les sacrifices pour revoir sa petite sœur et la ramener à la maison ? J’ai trouvé la fin du livre à la fois très puissante et terrifiante !

L’ambiance globale est assez oppressante, tendue : les fouilles continuent, Skye doit réaliser des « missions » sans se faire voir et ne peut parler à personne de ce qu’elle vit. La nature est omniprésente, mais elle n’est pas salvatrice, plutôt joueuse et cruelle. Le travail sur la maquette de ce roman est très beau et souligne cette ambiance : des trophées de chasses séparent les paragraphes, des photos noir et blanc pleine page délimitent les différentes parties, avec des extraits de poème.

Citations

« J’ai fait tout mon possible pour enterrer cette partie de moi, pour oublier les racines qui s’enroulent dans le noir. Je ne veux pas les suivre. J’ai peur de découvrir à quel point elles s’enfoncent loin. Mais tout ce temps, elles étaient là, en dessous. »

« Elle n’a pas toujours été ainsi. Pas avec moi. Elle était… elle pouvait être magique. Tu vois ? Elle pouvait presque te faire croire n’importe quoi parce qu’elle-même y croyait si fort. »

Conclusion

Un one-shot comme je les aime : sombre, angoissant, étrange et plein de mystères liés au surnaturel ! Skye va devoir faire de nombreux sacrifices pour tenter de récupérer sa sœur des forces qui la retiennent, mais est-elle prête à les faire? Une lecture à l’ambiance inquiétante qui se dévore !

extra1

#FungiLumini

Une réflexion sur “Ici se cachent les monstres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s