Ce qui nous hante #PLIB2022

Titre : Ce qui nous hante

Auteur : Sacha Bazet

Illustrateur : Vince Haig

Éditeur : Mnémos (Naos)

Genre(s) : thriller fantastique

Nombre de pages : 512

#ISBN9782354088040

Après un long sommeil dans son coin de forêt, le château de Loubet reprend enfin vie. Le temps d’un été, il accueille la création d’un opéra contemporain par de jeunes artistes venus de tout le pays. Absorbés par leurs ambitions, leurs conflits et leurs espoirs, Bassem, Thelma et Giulia ne voient pas les griffes de la demeure au passé macabre se refermer sur eux.

Seul le solitaire Gaspard soupçonne quelque chose : un certain Camille, un inconnu moqueur et invisible, s’est insinué dans les pages de son journal intime. Entre deux railleries, il le met en garde contre les dangers anciens qui rôdent dans les couloirs du château…

Découvrez un thriller fantastique haletant, où se croise une galerie de personnages modernes et attachants qui ne vous laisseront pas indifférents. Un roman où le surnaturel est au service de thématiques profondes et intimes.

Attention : ce château vous hantera longtemps…

Mon avis

Ce qui nous hante me faisait très envie depuis un moment déjà : pour sa sortie, la maison d’édition avait préparé un super teasing avec des petits jeux pour découvrir le roman, ce que j’ai trouvé super sympa ! La couverture est très belle, à la fois moderne et ancienne, tout comme l’intérieur du livre, parsemé d’éléments de décor relatifs au monde de l’opéra. Une partie des dialogues se fait de façon manuscrite et cela ressort dans la mise en page du récit, ce que j’ai beaucoup apprécié !

On suit une troupe de jeunes artistes qui se retrouve dans le château de Loubet pour une résidence en vue de préparer l’opéra Anna et Aud. Les jeunes gens commencent les répétitions, mais des choses étranges se passent, anodines, mais anormales. Petit à petit, les présences qui hantent le château se révèlent, ainsi que leurs douloureux secrets…

J’ai eu peur au départ de me perdre dans ce grand groupe de personnages, car en plus de la troupe d’une trentaine de jeunes et de leurs professeurs, la plupart sont hantés par un fantôme, ce qui double encore leur nombre. Heureusement, chacun ressort par son individualité, et les duos fantôme/artiste se forment assez rapidement dans notre esprit. J’ai pour ma part beaucoup aimé Thelma et Esther, deux jeunes femmes assez différentes, mais qui s’assument pleinement et qui n’ont pas peur de prendre action pour faire avancer les choses. Il était également intéressant de voir comment la personnalité des fantômes influençait la façon d’être et les relations des vivants.

L’ambiance générale du roman est assez sombre, pesante : les personnages savent que quelque chose ne va pas, mais n’arrivent pas à mettre le doigt sur ce qui cloche. Quand ils dévoilent petit à petit les secrets du château, la tension commence à monter : ils tentent d’en sortir, sans succès, ils fouillent le passé, mais n’y découvrent que mort et malheur, ils communiquent avec les fantômes, mais ceux-ci ne sont pas souvent très coopératifs. La nourriture commence à manquer. Le château lui-même semble être un personnage silencieux, mais omniscient, qui a une influence néfaste sur ces habitants. Les protagonistes vont devoir faire preuve de persévérance pour passer outre ce désespoir ambiant et tenter de sauver leurs camarades apathiques.

Le début de chaque chapitre nous présente un extrait de l’opéra en cours de préparation : une histoire de pacte avec le diable et de fraternité. Il était intéressant de voir comment ce récit entrait en résonance avec ce qui se déroulait dans le château. J’ai aussi bien aimé le fait que les chapitres soient des actes et des scènes, une petite touche qui nous rapproche encore du monde du théâtre. Tous les jeunes, qu’ils soient acteurs, musiciens, couturiers, créateurs de décors, sont d’ailleurs là pour une chose : faire avancer leur carrière dans un opéra dirigé par trois pointures du milieu. C’est cette ambition qui va au départ leur faire fermer les yeux sur les étrangetés de leur quotidien, mais c’est aussi celle-ci qui va ensuite les pousser à agir.

Citations

« Cela faisait bien longtemps maintenant que domestiques et artisans n’avaient pas foulé le sol de sa cour. Les années étaient passées, impitoyables, avaient terni son éclat jusqu’à ce qu’il n’ait presque plus rien du joyau étincelant qu’il avait été. Presque. »

« Fais-moi confiance, gamin. La vie est plus drôle avec moi. Certainement plus drôle que dans un asile d’aliénés, en tout cas. Alors si tu crois que je vais te laisser te faire interne, tu te fourres le doigt dans l’œil jusqu’à l’os.
De toute façon, tu peux toujours essayer. Personne ne réussira à te faire sortir.
Vous êtes tous coincés ici. »

Conclusion

Un bel objet-livre qui renferme de sombres secrets : une troupe d’artistes prêts à tout pour briller se voit confrontée aux fantômes des lieux dans une dualité étonnante et surtout détonante ! Un château qui ne veut pas laisser ses hôtes partir, une ambiance sombre et pesante à souhait, un passé douloureux qui hante le présent : une lecture qui m’a beaucoup plu !

extra1

#FungiLumini

2 réflexions sur “Ce qui nous hante #PLIB2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s