Binti

binti-5Titre : Binti

Autrice : Nnedi Okorafor

Illustrateur : Benjamin « Zariel » Chaignon

Éditeur : ActuSF (label Naos)

Genre(s) : space opera

Nombre de pages : 316

Maîtresse harmonisatrice du peuple Himba, Binti est vouée à reprendre la boutique d’astrolabes de son père… Mais l’incroyable don pour les mathématiques de l’adolescente lui ouvre les portes de la prestigieuse université interplanétaire Oomza.

Binti embarque sur le Troisième Poisson à l’insu de sa famille. Mais au cours du trajet, les Méduses, ennemies millénaires des humains, abordent le vaisseau pour en massacrer les passagers. Commence alors pour Binti un combat pour sa survie et celle de ceux qui lui sont chers.

Mon avis

Je ne devais au départ pas recevoir ce livre, puis le destin en a décidé autrement… et bien lui en a pris ! Merci ActuSF pour ce roman hors norme, comme il en existe peu actuellement. La couverture est juste sublime avec ces reflets dorés et son design épuré et étoilé, je l’adore ! Ce qui m’ennuyait un peu était, comme d’habitude, qu’il s’agissait d’un tome 1 sans que cela soit indiqué sur la couverture, même si j’avoue avoir du mal avec ce à quoi correspond exactement ce livre : j’ai vu sur certains sites « intégrale », sur la couverture il n’y a aucune mention, à l’intérieur, il est écrit « t. 1″… Au final, j’ai eu l’impression de lire trois novellas avec la même protagoniste, à des périodes différentes de sa vie. J’aurais peut-être aimé une note de l’éditeur au début pour aiguiller un peu la lecture et le contexte.

Binti est une jeune femme Himba, peuplade minoritaire qui fabrique les astrolabes sur Terre. Maitresse Harmonisatrice de grand talent, elle est appelée à succéder à son père dans la boutique familiale d’astrolabes. Seulement voilà, Binti a été acceptée à l’université d’Oomza et va décider de s’y rendre contre l’avis de sa famille et les coutumes de son peuple. Le voyage ne va cependant pas se passer comme prévu.

Ce roman se divise en trois parties : le départ de Binti et son voyage vers l’université, sa vie sur place, et son retour chez les siens. Si la protagoniste voyage beaucoup physiquement, elle fait surtout un important voyage intérieur, découvrant qui elle est vraiment et comment les événements passés ont construit la personne qu’elle est maintenant. J’ai beaucoup aimé suivre son cheminement interne et la voir s’épanouir dans la direction qu’elle a choisie et non celle qui semblait s’imposer à elle. Elle a soif d’aventures et de connaissances et se laisse porter par ses envies plutôt que par des obligations sociales. Un très beau message à passer : ne laissez jamais quelqu’un décider de votre vie pour vous ! La jeune femme expérimente dans sa quête des traumatismes qui la marquent à jamais, mentalement et physiquement, mais elle apprend à vivre avec, pas à pas.

En tant que Maitresse Harmonisatrice, Binti se sert des mathématiques à chaque instant. Elle se met à arborescer lorsqu’elle doit réfléchir, se calmer, méditer… ce qui l’aide à trouver l’harmonie et à communiquer. Lorsqu’elle était petite, elle a trouvé un étrange objet fait d’une matière inconnue : elle la nomme edan, mais une dame du désert lui a dit qu’il s’agissait d’une pierre des dieux. Grâce à cet objet et à ses capacités, elle va réussir à communiquer avec les Méduses, peuple vu comme barbare et ennemi de la Terre. L’edan va devenir son objet d’étude principal à l’université et elle va tenter, non sans mal, de percer ses secrets.

Un autre personnage important du roman est Omzu, premier étudiant méduse à l’université d’Oomza. J’ai trouvé qu’il était très intéressant, de par sa nature, ses valeurs et dans sa relation avec Binti et aux autres. C’est un personnage qui ne parle pas beaucoup et j’aurais beaucoup aimé lire certains passages sous son point de vue.

L’univers proposé par l’autrice est tout à fait différent du nôtre. Bien que le récit se déroule au départ sur Terre, celle-ci n’a rien à voir avec notre planète actuelle. Les peuples n’y sont plus  les mêmes, les technologies sont très différentes, la façon de penser certaines choses, par contre, est assez proche… malheureusement. Il est assez aisé de quitter la Terre et de voyager dans l’espace, ici avec des vaisseaux « vivants ». L’université est à une dizaine de planètes de la Terre. Là aussi, le paysage est très différent et les habitants sont de races/espèces variées. Un dépaysement total et plus que bienvenu !

Citations

« J’ai physiquement ressenti la force de sa menace. La sensation est d’abord arrivée par vague dans mes orteils pour remonter le long de mon corps jusque dans mon crâne. J’ai ouvert la bouche, soudain à bout de souffle. Voilà ce que cela voulait réellement dire d’avoir peur de la mort, cela n’avait rien à voir avec ma première soumission. »

« Morte. Quand je suis partie de chez moi, j’ai signé mon arrêt de mort. Je n’avais pas prié les Sept avant de partir. Je ne pensais pas que l’heure était venue. Je n’avais pas fait mon pèlerinage comme une vraie femme. Je croyais revenir plus tard en tant que femme adulte pour l’accomplir. J’avais quitté ma famille. Je pensais que j’aurais la possibilité de retourner auprès d’eaux quand j’en aurais terminé. »

« Quand tu affronteras tes peurs les plus profondes, quand tu seras prête, avait-elle dit. Ne fuis pas. Tiens-toi bien droite, résiste et affronte-les. Si tu y parviens, jamais elles ne te referont de mal. »

« Des larmes ont commencé à couler. Ma famille avait raison. Durant trois ans, ils m’avaient poussée, ma mère, mon père, mes sœurs, mes frères, mes tantes et mes oncles. Ils étaient tous tellement persuadés de ce que j’étais, que j’avais un don. C’était bien le cas et à cause de ce don tout était en train de changer. Moi, je voulais danser, c’est tout. »

Conclusion

Un récit initiatique passionnant en trois parties : Binti va se dresser contre le destin choisi pour elle par ses pairs et suivre sa propre voie, avec toutes les conséquences que cela aura pour elle. Une quête d’identité dans un univers futuriste fascinant. Une très belle lecture !

extra1

#FungiLumini

2 réflexions sur “Binti

  1. Pingback: Binti, de Nnedi Okorafor – Les Chroniques du Chroniqueur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s