Thorngrove #plib2020

61gkQArc-ALTitre : Thorngrove

Autrice : Cécile Guillot

Illustratrice : Fernanda Suarez

Éditeur : éditions Lynks

Genre(s) : fantastique/ angoisse

Nombre de pages : 272

#ISBN9791097434373

Thorngrove. Sa forêt d’épines. Son manoir abandonné. Sa légende noire. Ses jumelles maudites.
Lorsque Madeline débarque à Oakgrove et s’intéresse d’un peu trop près à Thorngrove, elle déclenche une série d’événements de plus en plus inquiétants. Et lorsque sa sœur est touchée, Madeline se demande quelles forces obscures elle a bien pu réveiller…

Mon avis

Un nouveau roman de Cécile Guillot, avec une couverture plus que magnifique et une quatrième de couverture qui traite de thématiques qui me plaisent particulièrement : j’ai été obligée de craquer aux Halliennales 😀 Aussitôt acheté, aussitôt dévoré : il ne m’aura fallu que deux jours pour découvrir les plus sombres secrets de Thorngrove… Une lecture parfaite en cette période d’Halloween ! Je l’ai mise dans la catégorie Tu n’en reviendras pas ! du #pumpkinautumnchallenge .

Madeline et Meadow sont sœurs. Elles emménagent avec leur mère dans la petite ville de Oakgrove, car leurs parents se séparent. Sur le chemin, Madeline voit un panneau  indiquant Thorngrove. Lorsqu’elle doit trouver un sujet pour un devoir d’histoire dans sa nouvelle école, elle propose à son partenaire Blaine de s’intéresser d’un peu plus près à ce lieu abandonné. Ses recherches vont tourner à l’obsession : qu’est-il arrivé aux jumelles André, ainsi qu’aux propriétaires suivants ? Dans un même temps, Meadow, déjà fragile psychologiquement, se comporte de plus en plus bizarrement…

On suit principalement Madeline : sa vie à l’école et en dehors, sa situation familiale, ses rêves de plus en plus étranges… Elle sent un changement s’opérer en elle. Bien qu’elle avait déjà eu un accès de violence auparavant, ceux-ci se multiplient quand elle est à Oakgrove. Elle est tout le temps sur le fil, prête à exploser, malgré des efforts pour se calmer… ce qui ne lui amène pas que des amis.

Au contraire, sa sœur, qui était harcelée et vue comme un « monstre » dans son ancienne école à cause de son tempérament rêveur et immature, s’intègre plutôt bien dans ce nouveau cadre de vie. Les deux sœurs s’éloignent l’une de l’autre, Madeline souhaitant surprotéger sa petite sœur et Meadow étant en quête de reconnaissance qu’elle n’était plus une petite fille fragile, mais une jeune femme.

Des éléments étranges surviennent au fil des pages, des choses bizarres qui paraissent anodines, mais qui font monter la tension du récit d’un cran à chaque occurrence. La narration alterne entre de longs chapitres du point de vue de Madeline, de courts extraits poétiques par Meadow, ainsi que des bouts des journaux intimes des jumelles, inaccessibles aux deux sœurs du présent, mais qui ajoutent à l’angoisse grandissante du lecteur.

Seul petit bémol pour moi : la fin. Je l’ai trouvée vite expédiée, alors qu’elle aurait pu proposer tellement plus en ambiance angoissante et stressante, voire en horreur.  (surtout vu ce qui s’est passé avant :p ) L’épilogue manque aussi un peu d’émotions à mon goût, trop court pour explorer certains aspects.

L’objet-livre est quant à lui superbe : il y a déjà cette sublime couverture, mais aussi une mise en page incroyable, avec des ronces qui envahissent petit à petit le texte, devenant plus volumineuses, oppressantes à chaque chapitre. On voit littéralement la malédiction se propager sans rien pouvoir y faire. Certains passages cachent aussi un second message, qui fait froid dans le dos. Et comme toujours, le texte est aéré, ce qui donne un plus grand plaisir de lecture.

Citations

« Mon cœur battit la chamade. J’étais incapable de bouger, les membres tétanisés. Un monstre. C’était ce que mon cœur disait, tandis que ma tête essayait de reprendre le contrôle. Subitement, j’étais redevenue la fillette de quatre ans, effrayée, qui tentait de se cacher sous la couette. »

« Il s’est approché de moi. Il a posé sa main sur mon front. Et j’ai senti. Le néant. Le vide. Tout était noir autour de moi. En moi. J’ai eu si froid. J’ai toujours froid… Le cœur gelé comme un flocon de neige. J’aurais tellement voulu le réchauffer, mais j’ai peur qu’il fonde, qu’il disparaisse, car alors que resterait-il ? Une enveloppe vide, une carcasse, comme ces pauvres animaux morts… »

Conclusion

Une lecture addictive, dans laquelle la tension monte petit à petit, éléments étranges et anodins qui poussent à l’angoisse. Deux sœurs aux caractères opposés se retrouvent au cœur d’une sombre histoire dont elles vont tenter de percer les secrets… à leurs risques et périls. Un roman parfait pour Halloween !

extra1

#FungiLumini

2 réflexions sur “Thorngrove #plib2020

  1. Pingback: Cécile Guillot - Thorngrove - Zoé prend la plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s