Outsphere

fileTitre : Outsphere

Auteur : Guy-Roger Duvert

Illustrateur : Benjamin Sjöberg

Éditeur : auto-édition

Genre(s) : science-fiction

Nombre de pages : 316

Après avoir quitté une Terre mourante du fait des erreurs de nos sociétés, l’Arche, premier vaisseau à coloniser une exoplanète, arrive au bout d’un long voyage de 80 ans. Les colons sortent de leurs caissons cryogéniques et découvrent ce qui doit devenir un nouveau commencement pour l’humanité. Une nouvelle planète, un monde principalement végétal baptisé Eden. Les surprises se cumulent vite : la surface abrite une espèce primitive mais intelligente, des ruines prouvent l’existence de civilisations passées avancées, le système climatique obéit à des règles très particulières. Mais malgré tout cela, la colonisation commence de manière somme toute très classique, avec les traditionnelles oppositions entre militaires, scientifiques, civils.

Mais tout change avec l’arrivée d’un nouveau joueur : un second vaisseau spatial arrive, quelques mois seulement après l’Arche. A son bord, des Terriens partis 60 ans plus tard, bénéficiant d’une technologie plus avancée, et eux même fortement modifiés génétiquement. Capables de se synchroniser et de communiquer télépathiquement entre eux, ils sont devenus une espèce fondamentalement collectiviste, que tout oppose aux traditionnels Terriens individualistes de l’Arche. Les deux peuples essaient dans un premier temps de cohabiter et d’apprendre les uns des autres, mais les obstacles rencontrés, le passé de la planète qui s’avère beaucoup plus riche et mystérieux que prévu, vont rapidement augmenter les tensions. Eden représente-t-il un nouvel espoir, ou au contraire la fin d’une civilisation?

Mon avis

Je remercie l’auteur pour l’envoi de ce livre ! J’avais très envie de lire de la science-fiction pour l’instant et la magnifique couverture de cet ouvrage me tentait énormément et promettait la découverte d’un nouveau monde plein de surprises, mais aussi de dangers. Au vu des noms des chapitres, je pensais qu’il y aurait peut-être un lien avec la mythologie, mais ce n’est pas le cas.

Le vaisseau de l’Arche arrive après de nombreuses années de voyage en orbite de la planète Eden dans le but de la coloniser. Une mission de colonisation qui doit réussir alors que les colons humains ont quitté la Terre mourante. Les recherches et missions de reconnaissance commencent, ainsi que la construction d’Outsphere, une ville sous dôme dans laquelle installer les colons en attendant d’être sûrs que l’atmosphère et les environs ne présentent pas de dangers. Va alors arriver une chose improbable : un autre vaisseau les rejoint, l’Utopia, dans lequel se trouvent des humains 2.0, les Atlantes. La cohabitation va-t-elle être possible ?

J’ai eu un peu peur de me perdre au départ : les différents protagonistes se réveillent de cryogénisation tous en même temps et on a donc un flot de noms/personnages et d’informations les concernant à retenir. Heureusement, ils partent ensuite dans différentes directions (certains restent sur l’Arche, d’autres se dispersent lors de missions d’exploration de la planète…) ce qui nous permet de les reconnaître et de nous y attacher plus facilement.

J’ai adoré découvrir la planète d’Eden. L’auteur nous montre à la fois la facette scientifique, civile et militaire de la mise en place de la nouvelle colonie, de façon très détaillée et cohérente, avec les conflits que cela entraîne entre les trois camps. L’exploration et l’analyse de l’atmosphère orageuse, de la faune et de la flore, mais aussi les découvertes de vestiges anciens, technologies oubliées et autres curiosités étaient passionnantes, mais l’auteur ne nous laisse pas oublier que le danger rôde dans chaque coin d’obscurité et que les colons ne sont pas seuls sur cette planète.

J’ai trouvé l’étude des comportements humains très intéressante. La confiance entre les militaires, civils et scientifiques est déjà source de tension au départ : bien que la survie de la colonisation soit la mission prioritaire pour tous, ils n’ont pas la même façon de l’envisager et les libertés individuelles prennent vite le dessus face à la raison. Malgré la multiplicité des personnages, l’auteur parvient à nous faire nous mettre à la place de ces différents colons, à voir leurs points de vue et les conséquences de leurs décisions sur la colonie, parfois heureuses, mais aussi parfois désastreuses.

La confrontation avec leur descendance « évoluée » ne se fera pas sans heurt non plus. Ces derniers ne connaissent pas l’individualité : ils se synchronisent continuellement entre eux (ce qui implique qu’ils ne mentent jamais, car tous les individus ont accès aux connaissances du groupe) et ont développé des pouvoirs étonnants. Une façon de penser radicalement différente de celle des colons. Ils sont perçus par certains comme une menace, par d’autres comme une bénédiction pour l’avancement de la colonie. Au final, la question se pose : « qu’est-ce qui définit un être humain? »

J’ai beaucoup aimé aussi les retournements inattendus qui frappent la colonie : que ce soit au niveau des tempêtes, des prédateurs, des autochtones ou encore de phénomènes inexplicables qui arrivent au sein de la colonie, on a pas le temps de dire « ouf » qu’un autre événement inquiétant se profile. Un rythme soutenu qui mène à une fin assez épique !

Si j’ai beaucoup aimé ce roman, j’en ai par contre détesté les derniers mots  : « fin du tome 1″… On reparle de mon coup de gueule pour les romans qui n’annoncent pas qu’ils sont en fait des séries ? Je déteste découvrir à la fin qu’en fait ce n’est pas un one-shot. Pas mal de questions restent inexploitées et il sera effectivement très intéressant de continuer à explorer la planète d’Eden et ses mystères, mais pourquoi ne pas annoncer dès le départ que ce ne sera pas un tome unique ?

Citations

« Eden était une chance. Une chance pour tous. Elle serait là pour s’assurer que cette chance, certainement la dernière offerte à l’humanité, ne soit pas gâchée. »

« Pour la première fois, elle comprenait enfin ces grandes personnalités passées. En effet, recevoir un titre, une fonction, ne faisait pas de vous quelqu’un de grand. Mais assumer ces fonctions, en accepter les risques, les difficultés, cela vous rendait plus grand, plus fort. »

« La communauté avait les mêmes informations que lui. Pourquoi donc attendre un peu plus? La décision allait être la bonne, il en était convaincu. Il fut tenté de lancer les ordres immédiatement, mais se rendit compte de l’horreur de sa pensée. Jamais de sa vie il n’avait eu pareille pensée individuelle. Comment oser envisager d’agir sans le soutien de la communauté? »

Conclusion

Un bon roman de science-fiction qui nous emmène à la découverte d’un nouveau monde, à la fois fascinant et hostile. Une multitude de personnages qui nous permettent d’explorer à la fois l’aspect scientifique, militaire et social de la colonisation, tout en découvrant l’évolution de l’humanité.

extra1

#FungiLumini

7 réflexions sur “Outsphere

  1. Plusieurs choses me viennent à la lecture de ton billet :
    – Cette 4e de couv est un peu maladroite et longuette, ça ne donne pas envie 😦 trop de mais, l’enchaînement n’est pas soigné.
    – Si tu veux lire de la science fiction, je te conseille les romans de Scalzi ❤️ mais d’urgence. Et en hard sf y’a la base avec Honor Harrington o/
    – Pour les tomes 1 cachés, je déteste ça aussi mais c’est purement commercial. Les gens aiment de moins en moins les sagas, c’est plus sécurisant de se croire en train de lire un one shot. Tout particulièrement en auto édition ! Mais c’est aussi un pari, est ce que tu aimeras suffisamment la fin pour passer ce sentiment de trahison ou pas ? Moi perso si on me prend pour une bille je ne vais pas plus loin.
    Voilà :3 désolée pour les tirets je voulais rien oublier 😂

    Aimé par 1 personne

    • La quatrième de couverture est effectivement fort longue, mais comme je ne fais que les survoler quand je choisis un livre, ça ne m’avait pas choqué :p
      Je vais checker Scalzi : un que tu recommandes en particulier?

      J'aime

    • Redshirts si tu as regardé les séries sf style star trek ou stargate c’est hyper génial sinon le dernier en date que j’ai lu c’est sa dernière parution, l’effondrement de l’empire. Je compte lire ses autres romans mais je ne l’ai pas encore fait o/

      J'aime

  2. Reçu également en SP, pas vraiment choqué par la quatrième un peu longue, pour l’instant j’ai l’impression d’être dans une sorte de Mass Effect Andromeda/Avatar. Je suis à 25% (1ers contacts avec les « clones »). Pour l’instant, ça me plaît pas mal même s’il on sent qu’un travail de relecture professionnel n’aurait pas été superflu, notamment au niveau des répétitions. Ton avis me fait dire que je vais passer une bonne suite de lecture ^^

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Outsphere (Guy-Roger Duvert), Un Mass Effect like en auto-édition. Good ! – Évasion Imaginaire

  4. Pingback: Outsphere, tome 2 : Le réveil | Livraisons Littéraires

  5. Pingback: Backup | Livraisons Littéraires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s