Paradoxes, tome 1 : Nytayah

szQDjp8OnEJsqvScKOVVQscu7AoTitre : Paradoxes, tome 1 : Nytayah

Auteure : L-A Braun

Illustrateur : Mathieu « Droyd » Josis

Éditeur : auto-édition

Genre(s) : fantasy urbaine

Nombre de pages : 312

Bruxelles en l’an 2147. Le Ministère des Affaires Anormales enquête sur une succession de meurtres étranges. Bientôt, l’inspecteur Jared Thorpe se retrouve mêlé personnellement à cette affaire, découvrant ainsi que des grandes puissances sont à l’œuvre, outre les prémices de la guerre entre vampires et loup-garous.
Il y a bien plus en jeu que sa propre survie ; l’équilibre du monde est menacé. Dans cet affrontement entre le bien et le mal, Jared saura-t-il démêler le vrai du faux, trouver ses véritables alliés et découvrir le rôle qu’il aura à jouer ?

Mon avis

Grâce à Manon d’Ombremont (de qui je squatte parfois le stand en salon 😀 <3), j’ai fait la rencontre d’une personne adorable : Laure-Anne ! Après avoir passé plusieurs salons ensemble, je me suis dit qu’il serait quand même plus que temps que je découvre aussi l’auteure qui se cache derrière ce grand sourire et ce grain de folie. Je me suis donc lancée avec le premier tome de sa trilogie Paradoxes, que j’ai acquis à la Foire du Livre de Bruxelles et que j’ai lu dans le cadre du #PIF2019. 🙂

Rafaël et Jared font partie de la brigade des Affaires Anormales. Ils enquêtent sur une série de meurtres étranges, dont le meurtrier semble être un loup-garou, le problème étant que tous les assassinats n’ont pas été commis par une nuit de pleine lune. La dernière victime est la fille du maire, ce qui complique encore les choses… Alors qu’ils se voient retirer l’enquête, Jared continue à chercher le coupable et va très vite se retrouver personnellement impliqué.

J’ai adoré l’univers fantastico-futuriste proposé par l’auteure. On rentre très facilement dans cette nouvelle société dans laquelle la technologie a pris une place importante, mais aussi dans laquelle les inégalités sociales sont plus fortes que jamais et les créatures de la nuit ont fait leur coming-out. L’auteure a pris le pli de définir les éléments nouveaux et inconnus aux lecteurs dans des notes de bas de page. J’ai trouvé ce système top, ça évite d’alourdir le texte avec des informations descriptives et ça permet de tout de même savoir ce à quoi elle fait référence. Le fait que l’histoire se déroule à Bruxelles était aussi un gros plus pour la petite Belge que je suis. 😀

Un autre élément que j’ai adoré est qu’on ne sait jamais vers quoi on va. Déjà avec les personnages : j’ai cru au départ que ça serait Rafaël le protagoniste principal, puis d’autres arrivent, se font une place, certains par contre se retrouvent assez vite éjectés (voire morts). Il en va de même pour l’histoire. Je ne savais jamais à quoi m’attendre et j’ai eu de nombreuses surprises dans le déroulement  du récit et dans le développement des personnages. Vu la fin de ce tome, je me demande vraiment ce que nous réservent les deux prochains !

J’ai bien accroché au personnage de Jared, même si je le trouvais parfois un peu blasé et impulsif. J’ai aussi adoré le personnage de Shona, jeune vampire, et du duo qu’elle  forme avec Ophélie, sa « goule » (son garde-manger sur pattes :D). J’ai beaucoup apprécié toutes les petites références à la culture pop glissées entre les pages. En discutant avec l’auteure, j’avais déjà remarqué qu’elle avait bon goût et cela se confirme ici !

Léger détail, mais qui a son importance pour le plaisir de lecture : la couverture est toute douce. Voilà, c’est dit 😀

Citations

« Il voulait se promettre qu’il ne laisserait plus passer la chance de connaître son coéquipier. Pourtant, en vérité, il ne parvenait pas à laisser de la place à l’espoir qu milieu de la honte et des regrets. Trop de sentiments se bousculaient dans sa tête, et il ne connaissait qu’un seul moyen de remédier à cela : tout étouffer, tout enfouir au plus profond de sa tête, et se concentrer sur le quotidien. »

« Sourcils froncés, Ophélie lui jeta un long regard circonspect, mais tenter de déchiffrer l’expression d’un vampire revenait à vouloir comprendre à quoi pensait une théière. »

« Jared avait beau travailler dans la Police, il sentait qu’il commençait à douter de l’efficacité de ces mesures. Après tout, les gens continuaient de s’entre-tuer, de mentir, de tromper, de s’infliger douleurs et souffrances… Pourtant, tous ceux qui vivaient de ce côté du mur recevaient tout ce dont ils avaient besoin : rations de nourriture hebdomadaires, travail, enseignement, vêtements, logements. Sécurité et Paix, comme indiquait le blason de la Milice. »

Conclusion

Un univers fantastico-futuriste étonnant, un récit se déroulant à Bruxelles, plein de rebondissements inattendus, des personnages très variés et tout aussi imprévisibles : j’ai beaucoup aimé ce premier tome et j’ai hâte de savoir ce que la suite nous réserve !

extra1

#FungiLumini

5 réflexions sur “Paradoxes, tome 1 : Nytayah

  1. T’es toujours la bienvenue ♥ Même si c’est le stand d’Émilie maintenant et qu’elle a une arbalète 😀 #lesvraissavent
    Ah puis il faut lire Hanafuda :3
    (et la suite de Paradoxes muéhéhéhé)
    (et faut venir nous faire coucou)
    (on se voit à Trolls?)
    (y’a beaucoup de parenthèses dans ce message.)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s