La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert

Titre : La Vérité sur l’Affaire Harry QuebertHarry quebert

Auteur : Joël Dicker

Éditeur : Editions de Fallois

Genre : policier

Lu en format numérique

Nombre de pages : 660

Prix reçus : Grand prix du roman de l’Académie française 2012, Prix Goncourt des lycéens 2012, prix littéraire de la Vocation 2012, Prix Audiolib 2013

Mots-clés : écrivain, enquête, amour, Etats-Unis, livre

Quatrième de couverture

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Mon avis

Autant rentrer dans le vif du sujet tout de suite : j’ai détesté ce livre. Cela me désole un peu parce que tous ceux que j’ai rencontrés m’en parlaient en bien et il a reçu des prix donc on a tout pour croire que c’est un bon livre (on est d’accord que parfois on peut se poser des questions sur les attributions de prix mais c’est un autre débat) mais en fait, non, je n’ai pas du tout adhéré.

Commençons par la fin, celle-ci est vraiment nulle. Je suis plutôt une habituée du genre policier et je suis d’accord sur le fait que parfois (souvent ?), ce genre est assez répétitif mais sérieusement, ici, dès qu’on entre dans le livre, on SAIT qui est le coupable. Sachant qu’il reste plus de 500 pages après, c’est un peu dommage. Tout le monde se doute bien que c’est le personnage qui est là depuis le début mais qui n’est jamais soupçonné (mais quelle surprise !). J’aurais aimé un peu plus d’originalité, surtout venant d’un livre aussi prisé.

Parlons un peu des personnages, on pourrait les résumer en un mot : clichés. Oui, de purs clichés ambulants de « bons » petits Américains. Du shérif à la petite serveuse qui veut absolument épouser un homme riche et célèbre pour sortir de son trou à rat (oui, femme, prends-toi ça dans la figure, tu ne peux pas t’en sortir sans un homme haha) en passant par le PDG (oui oui, vous savez le patron de la maison d’édition de Marcus) qui ne pense qu’à gagner toujours plus d’argent. Alors, oui, on est d’accord, des gens pareils existent dans l’Amérique profonde et même ailleurs (malheureusement) mais ici, tout le monde se retrouve au même endroit et c’est très lourd à lire. Si Dicker voulait lancer une réflexion sur cette société et nous montrer à quel point, il y a des problèmes avec cela, c’est raté, du moins dans mon cas.

Même si Marcus est sympathique, il m’est très vite apparu inutile. Il se lance dans l’enquête pour savoir ce qu’il s’est réellement passé puis finalement abandonne parce qu’il ne peut pas écrire son livre. Oui, bof, ce n’est pas vraiment une enquête dans ce cas-là. Il finit par écrire son livre mais je ne suis vraiment pas convaincue. En ce qui concerne Harry et Nola, je les ai trouvé très naïfs et super niais. Franchement, je peux comprendre pour Nola parce que c’est une gamine de 15 ans mais Harry est censé avoir plus de maturité, enfin, je ne sais pas, un homme de 34 ans, prof d’unif qui se croit dans le monde des bisounours, j’y crois moyennement.

Je ne sais pas quoi vous dire au niveau du style, à part que celui-ci est vraiment plat. J’avoue qu’avec un style pareil, j’ai eu du mal à croire que ce livre ait pu remporter des prix. Sérieusement, pour moi, ce n’était pas vraiment du haut niveau. Le coup de grâce, ce sont tout de même les dialogues ! Je suis désolée de dire ça de cette façon mais ils étaient vraiment pourris. C’est d’une mièvrerie sans nom, à un tel point que ça en devenait ridicule. De nouveau, que Nola parle comme ça, à la limite, ça pourrait se comprendre vu son jeune âge mais Harry, c’est juste une grosse blague.

Sinon, tout comme pour Trois, j’ai un petit problème avec le genre attribué au livre, je sais qu’il est difficile de classifier mais quand même, il ne faut pas exagérer. Il est dit que c’est un roman policier : oui mais en fait non. Ce n’est pas parce qu’on a une enquête que d’office c’est un roman policier, surtout quand on voit le déroulement de l’histoire. Personnellement, j’ai plus eu l’impression que le livre essayait de justifier la relation d’Harry et Nola que de vraiment trouver ce qu’il est arrivé à la petite même si je peux comprendre que les deux vont de pair.

Par contre, et là, je m’excuse d’avance si je choque les gens par mes propos (ce n’est pas le but) mais je suis absolument opposée à cette relation entre Harry et Nola. Heureusement, l’auteur n’évoque aucune relation physique entre les deux. Je pense que si ça avait été le cas, j’aurais carrément arrêté ma lecture. Alors oui, c’est peut-être implicite mais voilà, ce n’est pas dit. Cela dit, ça ne change rien au fait que cette relation m’a profondément dérangée. On parle d’un homme de 34 ans avec une gamine de 15 ans et tout le monde a l’air de trouver ça normal. Quand je vois ça, j’ai envie de crier : WHAT THE HELL IS WRONG WITH YOU PEOPLE ?! Alors, oui, je le reconnais, cela a incommodé certains personnages dans le livre (et j’ai envie de dire « merci » pour ça) mais pas tous dont Marcus, et c’est quand même le personnage principal. On parle tout de même de pédophilie ici ! Alors, oui, j’utilise un terme fort mais sérieusement, le monde part déjà assez en vrille sans qu’on vienne idéaliser ce genre de choses dans les livres (oui oui, ce n’est pas récent mais ce n’est pas une raison pour le faire). J’entends bien les « elle a 15 ans, majorité sexuelle, etc. » oui sauf que non. Surtout si on ajoute les révélations sur Nola dont Harry avait connaissance. Il est désormais certain que la jeune fille savait ce qu’elle faisait. LOL. Cette relation est juste malsaine et je ne comprends pas que les gens ne soient pas plus indignés que ça. Enfin, quand je vois qu’on se pose la question sur le consentement d’une gamine de 11 ans (!!!) ou que personne ne soit choqué que Cloclo ait mis une fille de 14 ans enceinte, je ne sais pas pourquoi je suis encore étonnée de voir que les gens soutiennent ce genre d’histoire. Franchement, ça me donne juste envie de vomir.

Le seul point positif, c’est que le livre se lit vite (dû au style plat ?) et que par conséquent, cela ne représente pas une trop grande perte de temps.

Conclusion

Je n’ai qu’une chose à dire : fuyez, fuyez, fuyez. Vraiment, passez votre chemin et laissez-le sur son étagère en librairie/bibliothèque.

                                Coup de gueulenavetDéception rectangle

#Coco

6 réflexions sur “La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert

  1. Haha, j’ai terminé ce livre il n’y a pas longtemps et ….ce n’est pas un coup de cœur mais j’ai beaucoup aimé, j’ai, entre autre, dévoré les 150 dernières pages! J’ai bien aimé le style que je n’ai pas trouvé plat contrairement à toi! 😉 Sinon, j’avais à un moment pensé au coupable mais pas comme ça, il y avait des éléments en plus disons et je m’étais plus arrêté sur un autre en fait. je trouve qu’il y en avait plusieurs qui avait l’air innocent..donc j’ai bien aimé la fin! Après je lis très rarement des romans policiers (ou en tout cas où il y a une enquête quelle que soit le genre attribué au livre). Ceci explique peut-être cela… Pour ce qui est de la relation entre les deux, je ne la cautionne pas mais elle ne m’a pas empêché d’apprécier le livre!…Bref, mon avis sortira bientôt (dans un mois!?^^) plus détaillé mais après je comprends aussi que tu n’aies pas aimé! 😉

    Aimé par 1 personne

    • Ah j’irai lire ça alors 🙂 Oui, c’est peut-être une question d’habitude pour la fin, même très probablement 😀 Je ne voulais pas dire qu’apprécier le livre revenait à cautionner la relation (si jamais c’est ce qui transparait) mais je vois très peu de gens qui s’en offusquent, ça, c’est un fait et je trouve ça inquiétant pour le monde réel. Après, pour le reste du bouquin (personnages, dialogues, style, etc.), évidemment, chacun a ses goûts et appréciera ou pas, je le comprends.

      Aimé par 1 personne

    • Je ne sais pas quand elle sortira par contre!^^ Peut-être fin juillet! :-/ Oupsss je sis vraiment à labour!
      Non non, ne t’inquiète pas, tu n’as pas l’air de dire ça!! Je voulais juste dire que cela ne m’avait pas empêcher d’apprécier le récit autour contrairement à toi! 😉 J’avoue que je ne sais pas encore ce que je vais dire ou non dans ma chronique à ce niveau d’ailleurs, je t’avoue! Puis, ce n’est certainement pas la même chose mais j’ai une amie qui a dix ans de moins que son copain actuel et ils se sont connus quand elle avait 15-16 ans..Lui en avait 25-26…Bon ce n’est pas 34 mais il n’empêche qu’elle était mineur et lui non etc…Ses parents n’étaient pas fans (on peut comprendre) mais en soi ils sont toujours ensemble…et tout s’est toujours bien passé! Je ne dis pas pour autant que c’est bien ou que je le cautionne mais je pense que les cas peuvent différer et cela explique peut-être pourquoi dans un premier temps cela m’a moins offusqué..bref, les deux histoires ne sont de toute façon pas comparables parce que dans le livre c’est clair que leur relation n’est pas saine surtout vu ce qu’Harry savait…et qu’ils ne comptaient pas mettre les parents au courant…

      Aimé par 1 personne

    • Haha pas de soucis, j’attendrai bien, j’ai aussi mis du temps avant de rédiger ma chronique ^^ Je comprends pour ton couple d’amis, en soit la différence d’âge n’est pas le problème pour moi mais bien le fait que ce soit une mineure dont on abuse. Les histoires ont l’air de ne pas être comparable en effet puis comme tu dis les parents étaient au courant et ça, ça change quand même la donne parce que derrière ça, y a la notion de « menace » d’aller porter plainte ou je ne sais quoi d’autre (mais perso, si j’avais été les parents, je n’aurais pas apprécié du tout et je pense que j’aurai imposé des règles assez strictes). Après, ça dépend également de la personnalité des deux personnes. Ici, non seulement les parents ne sont pas au courant, Nola a les problèmes qu’on connait tout comme Harry mais en plus, ils voulaient fuir et là, on aurait pu l’accuser de kidnapping. Puis, faut être réaliste, à 15 ans, on ne sait rien de la vie même si on croit tout savoir et on reste vraiment influençable.

      Aimé par 1 personne

    • Totalement d’accord avec ce que tu dis! Et effectivement à 15 ans on découvre seulement la vie et ces possibilités et en plus, je pense qu’on a pas les mêmes attentes qu’à 34 ans mais bon ça c’est encore autre chose! La suite dans ma chronique! Mais c’était sympa de discuter, ça m’aidera aussi pour rédiger ma chronique d’ailleurs!^^ Et en soi, je suis aussi d’accord avec ton avis sur les personnages : je n’en ai réellement apprécié aucun, même Marcus. J’aimais bien avancer dans l’enquête avec lui mais je ne l’appréciais pas spécialement, toute son histoire de « Formidable » m’avait vachement rebutée en fait!^^

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: #96 C’est lundi ! Que lisez-vous? | Livraisons Littéraires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s