La Servante Écarlate – Lecture commune 03

To live is the rarest thing in the world. Most people exist, that is all.

Avis de Marty

Cette nouvelle lecture reprend à un moment très particulier: un enfant va enfin naître. Mais l’accouchement de Janine ressemble plus à un vrai cinéma qu’à un moment authentique. D’un côté, les épouses agissent comme si c’était une des leurs qui allait accoucher, quand manifestement c’est une servante qui souffre réellement en donnant la vie, le résultat est assez risible, c’est assez ridicule à lire. Toutes les servantes respirent avec Janine et souffrent presque avec elle, si bien que certaines d’entre-elles ont même des montées de lait. C’est une petite fille qui naît ce jour-là et elle est immédiatement arrachée à sa véritable mère pour être mise dans les bras de l’épouse du commandant de la maison. Les servantes (et moi-même en tant que lectrice) ne peuvent pas s’empêcher d’être tristes lorsque le sexe du bébé est dévoilé car chacune d’entre-elles sait quel genre de vie elle devra mener. On apprend toutefois une nouvelle subtilité dans les règles de cette société étrange: maintenant que Janine a donné naissance à un enfant, elle sera replacée dans une nouvelle famille pour tenter de réitérer l’exploit. Mais quoi qu’il arrive elle jouira d’une protection spéciale puisqu’elle ne pourra plus jamais être envoyée aux colonies (même si le lecteur ne sait toujours pas très bien ce qu’il s’y passe), ni devenir une antifemme.

Pendant l’accouchement, les servantes profitent de l’agitation pour s’échanger des informations et c’est ainsi qu’on apprend que Moira a réussi à s’échapper du centre de formation des servantes en assommant une tante, en lui volant ses vêtements et en usurpant son identité. Mais on ne sait toujours pas ce qui lui est arrivé après cet épisode, et j’avoue en être très curieuse. Dans la série, on apprend la suite de son parcours, mais déjà à ce stade, livre et série divergent, le suspense reste donc entier!

Mais cet épisode n’est qu’un rebondissement parmi d’autres. La plus grosse intrigue est que le commandant souhaite voir l’héroïne en tête-à-tête, ce qui est à la base interdit. Mon imagination était alors sans limite et à ma grande déception… les deux personnages ont joué au Scrabble. A la fin de la partie, le commandant lui a quand même demandé de l’embrasser comme si elle en avait réellement envie… C’est un peu tordu mais je m’étais attendue à pire de sa part; toutefois nous n’en sommes qu’au début de leurs rencontres, j’imagine que les événements vont prendre une autre tournure par la suite. Au fil de leurs rendez-vous secrets (organisés par l’intermédiaire de Nick dont on ne sait toujours pas très bien quoi penser), le commandant semble vouloir exercer une domination malsaine sur l’héroïne: il prend plaisir à la regarder faire des choses interdites, comme lire un magazine féminin, par exemple. Ainsi elle se met dans une position délicate et il a un pouvoir supplémentaire sur elle. Suite à ces moments volés, ils doivent se revoir au moment de la cérémonie et la gêne est palpable entre eux. Le commandant risque même de se trahir avec un geste tendre envers sa servante, heureusement il se reprend à temps… Leurs rencontres et les cérémonies promettent de devenir des moments de lecture très intenses!

Au cours d’un autre chapitre, on apprend comment l’organisation (ou peut-on dire la secte?) a pris le pouvoir aux Etats-Unis. Après une attaque du congrès, la constitution a été suspendue et les droits fondamentaux des citoyens ont petit à petit été suspendus au nom de la sécurité de tous, sans que personne ne s’y oppose. Mais très vite, les droits les plus basiques des femmes (le droit au travail ou à la propriété par exemple) ont été supprimés. Les héros du livre se sont rendu compte trop tard de l’ampleur de la situation et se sont retrouvés pris au piège d’une société qu’ils n’ont pas vue péricliter. Mais une résistance parmi les femmes semblent se mettre en place! Lors d’une de leurs promenades, l’héroïne et son binôme, Deglen, ont pour la première fois l’occasion et le courage de se parler. C’est ainsi qu’on apprend que les servantes se rebellent et tentent des actions communes. On reste malheureusement sur notre faim puisqu’elles ne peuvent parler trop longtemps de peur d’éveiller les soupçons.

Cette lecture a été pleine en rebondissements, j’ai beaucoup aimé! Je reste un peu sur ma faim et j’ai donc très envie de reprendre ma lecture où je l’ai laissée…

Avis de Fungi Lumini

On reprend la lecture en plein milieu de l’accouchement d’une des servantes. La scène qui présente ce moment, déjà pas très agréable à la base, est totalement improbable. Au nom de leur « cérémonie » pour que l’enfant soit de la femme qui va l’élever et non de la servante, la femme va faire « comme si » elle accouchait en même temps que la servante. Elle est préparée par les autres femmes comme si elle était sur le point de donner vie. Et pour l’accouchement ce n’est pas mieux : la pièce est étouffante de monde, la servante n’a aucune intimité. Cela exacerbe son rôle de récipient porteur de l’enfant.

« But who can remember pain, once it’s over? All  that remains of it is a shadow, not in the mind even, in the flesh. Pain marks you, but too deep to see. Out of sight, out of mind. »

Durant ces premiers chapitres, l’intrigue principale est encore entrecoupée de flash-backs (réels et inventés) de la narratrice. Je trouvais qu’ils tombaient vraiment au mauvais moment et ralentissaient le rythme du récit inutilement. On y retrouve des souvenirs de Moïra, personnage mystérieux qu’on découvre petit à petit, mais aussi des souvenirs de la mère d’Offred, féministe en son temps.

« Anyway what do I need it for, I don’t want a man around, what use are they except for ten seconds’ worth of half babies. A man is just a woman’s strategy for making other women. »

Après cet épisode commence un drôle de manège entre le mari de la maison (the Commander en anglais) et Offred. Ils se voient le soir en cachette pour discuter et jouer au scrabbles, puis finissent la soirée sur un baiser d’au-revoir. J’avoue ne pas avoir bien compris s’ils étaient en plus amants ou pas. Ce petit jeu pourrait coûter très cher à la protagoniste, alors qu’elle n’en retire pas grand chose à part un peu de compagnie. Encore une fois, c’est très malsain de se dire qu’elle passe du temps avec un homme qu’elle n’aime pas et qui la séquestre avec son accord pour lui faire un enfant, tout ça juste pour ne plus être seule.

« But there must be something he wants, from me. To want is to have a weakness. It’s this weakness, whatever it is, that entices me. It’s like a small crack in a wall, before now impenetrable. If I press my eye to it, this weakness of his, I may be able to see my way clear. »

Dans les derniers chapitres, on commence enfin à entrevoir le début de ce qu’il s’est passé aux Etats-Unis pour en arriver où ils en sont actuellement. Je commençais à désespérer d’enfin savoir et c’est donc avec grand intérêt que j’ai lu cette lente descente aux enfers, avec une population apathique rongée par la peur qui se laisse manipulée par les autorités. J’ai hâte de lire la suite de ce qui a tant bouleversé le pays !

 

Avis de Yuixem 

 (À venir) 

 


Avez-vous déjà lu ce livre? Dites-nous ce que vous en pensez 🙂 N’hésitez pas à nous rejoindre !

#Marty #Yuixem #FungiLumini

Publicités

2 réflexions sur “La Servante Écarlate – Lecture commune 03

  1. Pingback: #80 C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

  2. Pingback: Lecture commune – La Servante Écarlate | Livraisons Littéraires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s