Juste un peu de cendres

918ckkT194LTitre : Juste un peu de cendres

Auteur : Thomas Day

Illustrateur : Aurélien Police

Éditeur : Glénat Comics

Genre(s) : fantastique

Nombre de pages : 128

 

Le monde est en danger. Problème : ils sont les seuls à le voir…
Ashley Torrance, dix-sept ans, a un secret. Elle voit des choses dont les autres n’ont pas conscience. De ses yeux vairons, elle peut déceler la véritable nature de certains individus. Derrière leur apparence humaine se cachent des êtres effrayants liés entre eux par des filins de cendre et comme habités par un feu obscur. Qui sont ces monstres et quel est leur but ? Sur internet, Ash rencontre Bruce et Sunny, des jeunes gens qui partagent le même pouvoir. Ensemble, ils décident de prendre la route pour retrouver un dénommé Pilgrim. Le seul qui semble savoir la vérité.
Entre road-movie à la Stephen King et fable d’apocalypse crépusculaire, Juste un peu de cendres est un récit à la fois violent et mélancolique, formant le miroir de la société de consommation américaine et de la décadence humaine. Après Wika, Thomas Day revient à la bande dessinée et associe sa plume à Aurélien Police, talentueux graphiste et illustrateur qui signe ici son premier album.

Mon avis

Quand deux artistes français proposent un projet comics original dans le domaine de l‘imaginaire, on n’a pas d’autre choix que de se jeter dessus à sa sortie ! De toute manière, avec de telles illustrations, comment résister : la couverture est juste sublime ! Le titre est intrigant juste ce qu’il faut, même si on découvre assez vite pourquoi « juste un peu de cendres ».

Ashley est née avec les yeux vairons et le pouvoir de voir des choses que la plupart des gens ne perçoivent pas. Certaines personnes, souvent des êtres désespérés exclus de la société, ont deux visages : celui qu’ils montrent au monde et leur vraie nature, qu’on ne définit jamais vraiment, mais que je situerais entre le démon et le zombie.Pour protéger sa famille, Ashley décide de quitter le domicile familial et de partir sur les routes américaines avec un gars rencontré sur internet qui voit les mêmes choses qu’elle. Ensemble, ils vont essayer de trouver d’autres gens comme eux pour les avertir et les aider, mais aussi tenter d’éradiquer les créatures qui les assaillent. Mais que peut-on faire contre une armée en marche quand on est deux?

J’ai absolument tout aimé dans ce comics. L’histoire était originale, sombre à souhait. Elle mêlait le monde réel à un univers fantastique inédit, ainsi qu’à un passé ancré de croyances païennes. Les personnages étaient très nuancés, aucun ne se ressemblait, et tous amenaient quelque chose d’unique à la quête. C’était un récit plein de violence et de massacres, mais l’illustration ne tombait jamais dans l’obscène ou le gore. Le caractère démoniaque des êtres passait par des nuances rouge/orange dans le dessin.

J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ashley. C’est une jeune fille simple, malgré les traumatismes qu’elle a vécus. Elle suit Bruce sur la route, mais elle continue de penser par elle-même et de suivre ses intuitions. Elle doit faire des choix qui vont bouleverser son existence et celles d’autres personnes, mais n’hésite pas longtemps sur le chemin à emprunter. J’ai aussi été fascinée par le personnage d’Owen et par son incroyablement triste histoire. Un personnage très touchant.

Petit détail que j’ai appris dans ce livre : David Bowie n’avait apparemment pas les yeux vairons, mais souffrait d’une mydriase permanente à l’œil gauche. Voilà. 😀

Si j’ai adoré le scénario, c’est les graphismes de ce comics qui m’ont totalement bluffée. Un style que j’ai trouvé proche de celui de Bastien Lecouffe-Deharme, tout en étant beaucoup plus dynamique dans la mise en page. (Après, je ne pense pas que Bastien L-D ait déjà fait de la bande dessinée 😉 ) La façon dont les cases habillement agencées et l’arrière-plan se fondent l’un dans l’autre pour former un tout visuellement magnifique m’a impressionnée. Un travail digital sur ordinateur, mais en partie réalisé sur base de vraies photographies. Le graphiste explique  dans le cahier bonus à la fin de l’ouvrage que les fonds basés sur des cendres est en fait le premier jet du manuscrit qu’il a brûlé dans une poêle à frire, puis photographié !

Le cahier bonus explique aussi les choix de l’auteur ou du dessinateur pour certains éléments, comme les personnages. Il y a aussi une description étape par étape du travail graphique effectué pour réaliser une planche, ce que j’ai trouvé super intéressant !

Citations

juste un peu de cendre day police planche 01

9782344014493-p-7g-59eda120a4043

Conclusion

Un coup de cœur pour ce comics à quatre mains francophones ! L’histoire est originale et sombre, les personnages attachants et nuancés. Les graphismes et leur mise en page sont juste incroyables. Foncez sur cet ouvrage, il en vaut largement la peine !

coup de coeur

#FungiLumini

4 réflexions sur “Juste un peu de cendres

  1. C’est vrai que la couverture est magnifique.
    … mais tu nous as cassé le mythe des yeux de Bowie. 😉
    Tu écris toujours aussi bien et tu nous donnes vraiment envie d’acheter et de lire ce livre.

    J'aime

  2. Pingback: Juste un peu de cendres : Coup de cœur… – Thomas Day

  3. Pingback: #80 C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

  4. Pingback: Cookie Monster | Livraisons Littéraires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s