Livres et Gourmandises : Bal Masqué (9/16)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Bal Masqué

Éditeur : éditions du Chat Noir

Illustration de couverture : Marcela Bolivar

bal-masqué

Nouvelle : Le maître des masques

Auteure : Lucie G. Matteoldi

Résumé : un pacte avec une fée qui tourne mal.


Bière de la semaine

La bière belge est maintenant classée au patrimoine culturel de l’Unesco ! Un peu de culture en plus chaque semaine en découvrant les spécialités belges 😉

DSC00079

Affligem Blonde

Une mousse dense couronnant une bière claire et dorée. Alors que la saveur de la première gorgée s’installe en bouche, la rondeur des fruits tropicaux donne une touche finale rafraîchissante. Les arômes de houblon, de levure et d’épice se libèrent sur de fortes notes de banane. Équilibrée et rafraîchissante (6,8 %)

La ville d’Affligem se situe entre Bruxelles et Gand. Elle abrite une abbaye qui date de l’an 1083. Actuellement, les moines vivent dans une abbaye construite en 1870 à côté des ruines de celle d’origine. Ils obéissent aux règles de Saint-Benoit et ont brassé de la bière jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.


J’avais eu un énorme coup de cœur pour la nouvelle When time drives you insane de Lucie G. Matteoldi dans le recueil Montres enchantées et j’avais donc hâte de me replonger dans son univers et surtout de retrouver sa plume ! Je n’ai pas été déçue à ce niveau-là : son style est toujours particulier, poétique et recherché comme je l’aime. Un vocabulaire riche, des répétitions qui donnent un rythme au texte, un découpage spécifique et esthétique des phrases. Un travail d’orfèvre de la langue française !

Alistair, le protagoniste de l’histoire, est un jeune homme vivant en Irlande. Il semble perdu entre la réalité et la folie. Au centre de la pièce dans laquelle il se trouve, un masque renaît une fois de plus de ses cendres, comme pour le narguer. Notre personnage est lié à l’objet par magie, mais cet enchantement qui semblait lui plaire au départ lui pèse aujourd’hui. Cette nuit, il va tenter de briser le sort, mais pour ça, il faut qu’il retrouve le maître des masques et qu’il le convainque de reprendre son masque. Alors qu’il a donné son âme pour obtenir ce présent, que lui reste-t-il de plus précieux à échanger pour qu’on lui retire?

J’ai trouvé l’idée de la nouvelle très originale : un bal masqué dans un autre monde, une autre dimension peuplée par les fées et les humains qui ont pactisé avec elles, dans un contexte irlandais du XXIe siècle. J’ai bien aimé le protagoniste, consumé par la folie et le désespoir, nostalgique mais aussi déterminé à mettre fin à son malheur coûte que coûte.

J’ai aussi beaucoup aimé le maître des masques, personnage fascinant et mystérieux, mais j’ai trouvé qu’on manquait un peu de détails sur lui. Quand on lit les dernières lignes de la nouvelle, j’ai eu une impression de trop peu concernant son histoire. J’ai parfois trouvé certains passages de la nouvelle un peu longs, répétitifs, par exemple concernant le ressenti d’Alistair et ses actions, alors qu’on ne sait pas non plus grand-chose des succès que lui a conférés le masque ni de son passé avant le « don ».

La scène du bal m’a fait penser au début du bal dans le film « Labyrinth« , dans lequel la jeune fille entre dans la salle de bal alors que personne ne semble la remarquer. Elle voit le roi des gobelins, qui est plutôt inaccessible, mais qui finit par la rejoindre, tout comme cela se déroule pour Alistair et le maître des masques. Les gens qui les entourent n’ont pas vraiment de visages et on se rend compte qu’ils sont contrôlés par le maître. Il y a aussi l’idée des bulles de souvenirs qui flottent et l‘imagerie du miroir très présente qu’on retrouve dans le texte et le film. Je ne sais pas si cette scène a inspiré l’auteure, mais j’ai bien aimé retrouver cette ambiance spéciale, un peu malsaine, mais tellement belle.

Extrait

« Ce serait beau. Une pluie grise de flocons tristes recouvrant le monde de son silencieux linceul oublieux. Et lui, étendu là, au milieu de tout, au cœur du rien, suffoquerait doucement sous l’épais manteau délétère né de la fournaise menteuse, de son pacte féerique. Et lui, lui serait libre, libre tel le cygne éreinté finalement affranchi de son chant suprême…
Oh quel macabre merveilleux pour enchanter de son esthétique sépulcrale l’amère désolation de son sort… »

Conclusion

Une nouvelle sur les fées irlandaises et leurs cadeaux empoisonnés. Un protagoniste qui se cherche et qui pactise avec le mystérieux maître des masques pour enfin découvrir sa vraie potentialité. Un texte poétique au style recherché dont le bal masqué m’a un peu rappelé le film « Labyrinth » !

extra1

Nouvelle 9/16

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’une bière ) par semaine 😉

  1. Bal de Brume – Estelle Faye
  2. L’Orchidée Rouge – Maude Elyther
  3. Le sang te va si bien – Marianne Stern
  4. Les larmes de Lucrèce – Élie Darco
  5. En trois exemplaires – Emmanuelle Nuncq
  6. Lacrimosa – Dee L. Aniballe
  7. Têtes de Tigre – Cécile Duquenne
  8. Le masque de la mort noire – Claire Stassin
Publicités

Une réflexion sur “Livres et Gourmandises : Bal Masqué (9/16)

  1. Pingback: #68 C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s