Spirale

spirale-integraleTitre : Spirale

Auteur/ Illustrateur : Junji Ito

Éditeur : Delcourt/ Tonkam

Genre(s) : manga horreur fantastique

Nombre de pages :662

De prime abord, Kurouzu ressemble à une banale petite ville de campagne. Mais, au-delà des apparences moroses, existe un mal profond, terrible et indicible qui plane au-dessus des habitants. Une pression hypnotique, un malaise poisseux qui corrompent les coeurs, les âmes et les esprits de victimes impuissantes.

Mon avis

Junji Ito est connu comme le maître de l’horreur dans le domaine du manga, et je trouve qu’il porte bien son titre ! C’est grâce à la vidéo de la booktubeuse Lemon June sur cette intégrale que je l’ai découverte, et je dois dire que cette obsession de la spirale m’a beaucoup intriguée. J’ai reçu ce livre à mon anniversaire (merci maman/papa 😀 ) et je n’ai pas pu m’empêcher de le lire directement ! Si j’ai un conseil à vous donner, lisez ce livre chez vous, car il est vraiment lourd à porter :p

L’intégrale commence avec des petits récits d’horreur qui semblent liés entre eux uniquement par l’élément de la spirale et les deux protagonistes. Petit à petit, les histoires acquièrent une continuité, qui nous mène de plus en plus près de l’œil de la tempête. On est irrémédiablement attiré vers le centre, guidé par les mouvements de la spirale. J’ai trouvé l’évolution de la trame narrative fascinante, avec ce motif de la spirale renouvelé à chaque fois dans un nouveau thème, plus effrayant encore que le précédent.

Il faut quand même le souligner, ce manga n’est pas fait pour les âmes sensibles. Les choses qui s’y déroulent sont malsaines, horribles, souvent insensées. Certaines scènes sont clairement choquantes à la fois dans le dessin et dans les thèmes qu’elles abordent. La ville dans laquelle les protagonistes habitent est lugubre et la suite d’événements tragiques et inexpliqués qui s’y déroulent ferait fuir les gens normaux. Mais les citoyens sont ancrés depuis trop longtemps dans ce lieu et ne semblent pas se rendre compte de l’horreur qui les entoure, jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour fuir.

J’ai beaucoup aimé le couple de protagonistes de ce manga. Kirié est la jeune femme qui raconte les faits étranges qu’elle a vécu dans la ville. Shuichi, son petit ami, est un jeune homme bizarre qui croit en la malédiction de la spirale. Il essaie de convaincre Kirié de quitter la ville tant qu’ils le peuvent encore, mais elle ne veut pas abandonner sa famille. Le couple reste soudé quoi qu’il arrive. À aucun moment ils ne pensent à se séparer, malgré le fait que Shuichi veut partir mais pas Kirié, ou encore que Shuichi soit un garçon très étrange au comportement asocial. Leur amour est le plus fort (même s’ils ne se montrent pas très proches physiquement) et ils vont plusieurs fois se sauver la vie !

Le motif de la spirale est absolument partout dans les illustrations. Il est fascinant d’observer chaque case et de découvrir des spirales qu’on n’aurait pas vues juste en feuilletant le manga. L’auteur a aussi une façon très particulière de dessiner les traits des gens fous ou monstrueux, que je trouve très réussie et qui donne à ses histoires plus de force. Ses idées pour des histoires d’horreur dérangeantes sont originales, des concepts inédits. La fin de cette histoire nous emmène d’ailleurs dans un endroit inimaginable et étonnant.

Il y a un essai à la fin, qui analyse ce manga par rapport au mode de fonctionnement de la société japonaise. J’ai trouvé ce texte intéressant, même si son auteur poussait parfois un peu trop loin les comparaisons à mon goût.

Citations

J’ai essayé de prendre des illustrations softs pour que ceux qui voudraient voir la chronique, mais avec une âme sensible puissent quand même la lire 😀

The-Dark-Depths-of-Junji-Ito-5

img_1144

Conclusion

Pour une fois, de véritables histoires d’horreur, originales et malsaines à souhait. Un trait de dessin noir, qui dépeint à merveille la folie qui habite les habitants de la ville. Des protagonistes qui semblent réfléchir à ce qu’ils font, contrairement à leur entourage. Et ce motif de la spirale qui revient partout, dans les textes comme dans les illustrations. Bref, j’ai adoré cette intégrale !

extra1

public averti horreur

#FungiLumini

Publicités

5 réflexions sur “Spirale

  1. J’aime beaucoup la couverture du manga, même si, le motif de la spirale mis à part, il ne semble pas beaucoup refléter l’ambiance générale de l’histoire, beaucoup moins édulcorée et plus pesante. Puisqu’en ce moment je tente des découvertes plus tirées vers l’étrange et le repoussant (à demi-regret, pour mon cœur de faiblarde), ce pourrait être une lecture très prenante.

    Aimé par 1 personne

    • C’est quand même vraiment macabre malsain, donc si tu n’as pas l’habitude de l’horreur, je ne pense pas que je te recommanderais de commencer avec celui-ci 😮 A toi de voir si tu te sens le courage d’affronter la malédiction de la spirale 😀

      J'aime

  2. Pingback: #65 C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s