Passage

41kzkksuvl-_sx307_bo1204203200_

Titre : Passage
Auteur : Connie Willis
Editeur : J’ai lu
Genre : science-fiction
Nombre de pages : 925
Mots-clés : expérience de mort imminente, mort, paradis, croyance, hôpital, recherche scientifique, science-fiction

Quatrième de couverture

A l’hôpital Mercy General, la psychologue Joanna Lander s’est spécialisée dans les EMI, les expériences de mort imminente. Elle tente de rassembler les bribes d’éléments que ramènent ceux qui, pendant quelques minutes, sont passés de l’autre côté. Hélas, les sujets sont rarement assez lucides pour fournir des données fiables. Lorsqu’un brillant neurologue, le docteur Richard Wright, lui propose de travailler sur des EMI artificielles simulées par l’injection d’une drogue psychoactive, elle accepte sans hésiter. Elle ne se doute pas qu’elle vient de s’engager sur une voie qui pourrait bouleverser toutes les théories scientifiques sur les EMI, et sur la mort elle-même.

Mon avis

Passage de Connie Willis est l’un des trois livres de mon challenge de Makoto Shinkai, le réalisateur du film d’animation Your Name. Si vous n’avez toujours pas eu l’occasion de voir ce film, n’hésitez pas, il est toujours présent dans quelques salles en Belgique ! Lors de sa sortie au Japon, les librairies japonaises avaient proposé à ses lecteurs trois romans qui ont inspiré le réalisateur. Il s’agissait de La cité et les astres, Passage et le recueil de nouvelles Océanique. Suite à cette lecture, je peux donc mettre ce challenge à jour, ainsi que celui du Popsugar car ce livre fait plus de 800 pages ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman aussi conséquent !

Avec Passage, je continue également mon initiation au genre de la science-fiction. Si La Cité et les astres m’avait emmenée loin dans le temps, au cœur d’une cité utopique des derniers hommes, ici j’ai vécu dans une temporalité et un environnement en tout point comparable au nôtre. Dans ce roman, nous suivons le docteur Joanna Lander, brillante psychologue spécialisée dans les EMI – les expériences de mort imminente. Si ses recherches n’avancent que doucement dû au manque d’objectivité dans les témoignages qu’elle recueille, elle va réaliser un énorme bond en avant lorsqu’elle se met à participer aux projets du neurologue Richard Wright, fraîchement embauché au Mercy General. Celui-ci a en effet développé une manière, à l’aide d’une drogue, de créer artificiellement des EMI et d’observer les différentes zones du cerveau sollicitées. Les découvertes de ces deux spécialistes bouleverseront la conception des EMI, de la mort et de la médecine.

Ce livre de plus de 900 pages est composé de trois parties. La première s’attache à nous présenter le cadre et les personnages. Via le prisme de Joanna, on découvre son métier qui consiste à interroger les survivants de crise cardiaque ou autre accident et d’analyser ces témoignages pour comprendre le phénomène scientifique à l’origine des expériences de mort imminente. Si l’on associe généralement les EMI à des visions d’une vie après la mort, Joanna est loin d’être aussi catégorique, contrairement à son collègue le docteur Mandrake, persuadé qu’il est question d’un royaume divin. Lorsque le docteur Wright lui propose de travailler avec lui, Joanna se montre dans un premier temps sceptique, mais décide rapidement de s’y lancer pour pouvoir elle aussi avancer dans ses propres recherches et clouer le bec à ce charlatan de Mandrake. Après avoir remis de l’ordre dans les volontaires de l’expérience, les deux médecins se lancent dans l’étape concrète. Et ces expériences confirment qu’il s’agit du même phénomène que les EMI. Les volontaires ont des visions de tunnel, de lumière éblouissante, de personnages lointains blancs et inondés de lumière, une sensation d’apaisement… Avec le lecteur d’imagerie du cerveau, le docteur Wright est également capable d’analyser les diverses parties de l’organe sollicitées, les différents neurotransmetteurs activés et les hormones qui se mettent au travail. Durant la deuxième partie du récit, Joanna se trouve contrainte de prendre elle aussi part à l’expérience dû à plusieurs contre-temps avec les volontaires. Sans vous raconter ce qui se passe, elle est à son tour envoyée dans cet au-delà dont on ignore tout. Particulièrement éveillée lors des séances, elle se lance dans une investigation pour comprendre la symbolique et le sens caché de ce qui lui arrive et de ce que représente les EMI. La troisième et dernière partie du roman nous offre bien sûr le dénouement de l’histoire ainsi que la conception de l’auteure concernant ces phénomènes.

Un conseil, ne lisez pas les avis disponibles sur Babelio si vous comptez vous lancer dans Passage. J’ai malheureusement été spoilée, ce qui a quelque peu gâché une partie de ma lecture. Cela ne m’a pourtant pas empêchée de dévorer ce livre en moins d’une semaine ! Le style de Connie Willis est très fluide, simple et nous embarque de manière folle dans cette enquête sur le sens des EMI. On ne peut s’empêcher de tourner les pages les unes après les autres pour comprendre ce que voient les différents personnages et surtout Joanna. Si j’ai été conquise par le sujet et par la narration de manière générale, il faut tout de même dire que ce roman est beaucoup trop long ! L’auteure aime faire durer le suspense et ajoute de ce fait beaucoup de détails superficiels ou des redites qui rallongent le récit inutilement. J’ai plus d’une fois lu des pages en diagonale, sautant les passages inintéressants pour aller à l’essentiel.

Au niveau de la palette des personnages, j’ai trouvé qu’elle était bien fournie et qu’elle apportait un certain plus au récit car diverses émotions passaient par son biais. La meilleure amie amène par exemple de la joie et du rire, le neurologue du sérieux et également un peu d’amour, Mandrake, le docteur fou, du ridicule, Maisie, une patiente atteinte d’une cardiomyopathie, de l’inspiration mélangée à de la tristesse et de la peur… Sans aborder les autres personnages secondaires qui arrivent par la suite et que j’ai tout autant apprécié que ceux-ci !

Enfin, la conception de l’auteure concernant les EMI et la mort m’a plutôt plu. Comme nous ne savons pas ce qui se passera après notre mort, il est permis de tout imaginer, même les scénarios les plus fous ! On se questionne beaucoup sur comment réagir face à la définition donnée dans le livre, si l’on aimerait que ce soit le cas ou non. Sans vous en dire davantage, j’ai trouvé la définition donnée ici plutôt convaincante, ni trop édulcorée, ni trop dure.

Quoi qu’il en soit, Passage a su attiser ma curiosité jusqu’au bout et m’a donné envie de lire d’autres oeuvres de Connie Willis ! Avec @fungilumini, on parle déjà peut-être de réaliser une lecture commune de la série Blitz. Si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à me le faire savoir 😉

Citations

« Ils disent que les morts ne peuvent nous parler, mais ils le font ! Les gens cités dans ce livre sont morts il y a longtemps, en plein océan, à des milles de tout lieu habité, mais ils nous parlent. Ils nous adressent toujours des messages… des messages d’amour, de courage et de mort ! Voilà ce que sont l’histoire, les sciences et les arts. Ce qu’est la littérature. Ceux qui ont quitté ce monde avant nous nous envoient des messages du passé, d’outre-tombe, parce qu’ils ont des choses à nous dire sur la vie et la mort ! Ecoutons-les ! »

« La véritable torture de l’enfer n’était peut-être pas due au feu et au soufre, la damnation pouvait être d’entretenir de l’espoir quand la poupe se dressait hors des flots, que les flammes, la lave ou le train arrivaient droit sur vous. C’était d’imaginer qu’il existait encore un moyen de s’en tirer, d’être sauvé in extremis. Comme dans un film. »

« Elle avait eu tort, au sujet de la punition des morts… Ce n’était ni l’espoir ni l’oubli, mais le souvenir des promesses non tenues et des adieux négligés, quand il était impossible d’y remédier. »

Conclusion

Passage m’a énormément plu, bien qu’il ne s’agisse pas d’un coup de cœur à cause des nombreuses longueurs et redites tout au long du livre. La quête du sens des expériences de mort imminente et plus largement de la mort a su me captiver et me pousser à terminer ce roman le plus rapidement possible. Grâce au style fluide de Connie Willis, il est impossible de ne pas aimer cette histoire de science-fiction qui nous fait autant rire que pleurer, et qui nous rend surtout impatients et curieux concernant le sens de la mort et de l’au-delà !

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

#Yuixem

Publicités

3 réflexions sur “Passage

  1. Pingback: POPSUGAR Reading Challenge – 2017 | Livraisons Littéraires

  2. Pingback: Deux nouveaux challenges | Livraisons Littéraires

  3. Pingback: #57 C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s