Tragic Circus

tragiccircus_prevTitre : Tragic Circus

Auteurs : Cécile Guillot et Mathieu Guibé

Éditeur : éditions du chat noir

Genre(s) : fantastique

Nombre de pages : 213

« Mesdames et Messieurs ! Jouvenceaux et jouvencelles ! Petits et grands ! Approchez, approchez ! Venez assister à un spectacle unique en son genre. Notre cirque vous ouvre ses portes et dévoile ses mystères. »

À chaque prestation, les monstres de foire enchantent les spectateurs : l’enfant funambule, le dompteur de fauves et la charmeuse de serpents, clowns et jongleurs, sans oublier l’effroyable homme sans visage…

Mais que se passe-t-il au cirque Andreani une fois le rideau retombé ? Quels sombres tourments agitent les âmes et enflamment les cœurs ? À moins qu’il n’y ait à l’œuvre une magie pernicieuse… Cela, Cătălina, la nouvelle diseuse de bonne aventure, va tenter de le découvrir, mais même les Tarots ne sauraient la prémunir contre l’indéfectible fatalité…

Mon avis

Une magnifique couverture réalisée par Mina M et un duo d’auteurs que j’apprécie énormément, il ne m’en fallait pas plus pour me jeter sur Tragic Circus ! Le thème du cirque (et plus encore celui du Freak Show) m’intéresse particulièrement et j’espérais bien retrouver cette ambiance typée étrange, mais fascinante, dans ce livre.

Le récit se découpe en deux narrations qui se rejoindront plus tard : celle de Pierre, un musicien sans un sou qui rencontre Hortense, une jeune femme de la noblesse avec une voix enchanteresse, et celle de Cătălina, jeune voyante et guérisseuse qui vient d’intégrer la troupe du cirque Andréani.

Le prologue nous plonge directement dans l’univers à la fois enchanteur, mais aussi un peu effrayant, du cirque. On découvre un à un les différents artistes de la troupe Andréani alors qu’ils se produisent sur scène, sous les yeux ébahis d’un petit garçon. Il y fera une rencontre qui le hantera toute sa vie…

Cătălina est une jeune femme qui recherche désespérément le contact humain depuis la mort de sa grand-mère. Elle maîtrise les arts de la divination et de la guérison par les plantes et c’est donc tout naturellement qu’elle va se tourner vers la troupe Adréani pour essayer de fonder un nouveau foyer. Tout ne se passe cependant pas comme prévu : Cătălina est certes belle et intelligente, mais elle est aussi naïve quant aux relations sociales et se laisse trop facilement manipuler par tout le monde. Même si elle vient d’arriver, les artistes ne lui font pas de cadeau et elle va vite déchanter quant à son envie de faire de cette troupe sa nouvelle famille. Son don de voyance va aussi lui faire découvrir de sombres secrets malsains, enfouis depuis longtemps et qui mettent mal à l’aise.

Si ce récit semble au premier abord plutôt réaliste, des petites touches de magie apparaissent au fil de l’histoire et parsèment le texte de moments envoûtants et poétiques. Attention toutefois que la magie n’est pas toujours bénéfique et peut jouer de mauvais tours, surtout à ceux qui ne la maîtrisent pas.

Si j’ai beaucoup aimé la partie concernant le monde du cirque, j’ai trouvé le début de l’histoire concernant le duo Pierre et Hortense un peu simple. C’était certes une histoire d’amour toute mignonne, mais sans plus. J’ai commencé à vraiment apprécier leur récit quand les narrations se rejoignent.

J’ai aussi un peu regretté le fait que les personnages du cirque ne soient pas beaucoup développés. Si on en apprend beaucoup sur la voyante, le directeur ou l’enfant funambule, l’histoire derrière des artistes tels que Ashera la charmeuse de serpents ou encore Adam le ventriloque sont à peine survolées, alors qu’ils semblaient être des personnages fascinants.

On retrouve dans ce texte la douceur de la plume de Cécile, ainsi que sa maîtrise des codes du monde de la sorcellerie, mais aussi la griffe sombre et poétique, parfois cruelle de Mathieu. J’ai aussi beaucoup aimé le final de ce livre, digne d’un bon épisode d’American Horror Story !

Citations

« Dès le premier instant, Pierre l’avait aimée pour son talent. Ne serait-ce que son timbre, avant même de l’avoir vue, de l’avoir rencontrée. Une sorte d’épiphanie que seule l’âme d’un artiste peut ressentir devant le complètement qui l’unit à l’autre. Elle était pour lui sa voix, et à cet instant, il ne voulut que devenir sa musique. »

« Les seules musiques qu’elle connaissait étaient les chansons que lui chantait sa grand-mère ou le violon des Tsiganes. Les histoires gitanes qui y étaient contées avaient souvent une douce amertume. Elle ressentait la même chose à l’écoute de cette mélopée, l’enchaînement des notes était simple, presque de l’ordre d’une berceuse, et c’était peut-être sa simplicité qui lui donnait sa force. Une force ravageuse, qui vous balayait l’âme. »

Conclusion

Le prologue était exactement dans le ton de ce que j’attendais de ce livre. L’histoire s’est ensuite assagie, toujours envoûtante et intrigante, mais plus assez étrange à mon goût, à quelques exceptions près. Le final m’a surprise et énormément plu ! J’ai passé un bon moment au cirque Andréani, j’ai aimé retrouver la plume de Cécile et Mathieu et leurs univers sombres, romantiques et poétiques, même si j’aurais aimé explorer plus encore le côté sombre de chaque personnage.

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

#FungiLumini

Publicités

Une réflexion sur “Tragic Circus

  1. Pingback: C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s