La Horde du Contrevent – Lecture commune 04

twitter-post

« La folie n’est plus folle, dès qu’elle est collective. Je crois que j’aurais pu faire n’importe quoi, le plus absurde, tant que nous le ferions ensemble ; ensemble, je sens la puissance de chacun, physique et mentale, j’avais confiance en nous, et j’éprouvais cette profondeur du lien qui nous cousait à même la vague. »

Avis de FungiLumini

On retrouve notre Horde en plein milieu de la flaque. Un courant léger commence à les entraîner et le pire se profile : un siphon est en train de se former ! La Horde va devoir faire face à cette catastrophe naturelle en n’ayant aucun appui, aucun point où se retirer pour attendre que la tempête passe. Et au fond du siphon, des ombres se profilent… Ce chapitre a vraiment été génial ! La tension qui y règne, l’attente de voir le siphon se résorber alors qu’il semble avancer sans fin vers eux, et surtout ce sentiment d’impuissance face aux forces de la nature. Un instant de lecture d’une grande intensité, j’ai adoré !

Le chapitre suivant est au départ plutôt désolant: la Horde a subi de lourdes blessures et des pertes humaines depuis les derniers mois et cela se ressent sur le moral du groupe. Or, c’est cette volonté, ce courage qui fait tenir le contre et qui fait avancer les hordiers. Ce passage est triste, déprimant, mais grâce à Caracole et à sa théorie sur le vif, un nouvel espoir naît, qui va donner la force à la Horde de continuer et de finalement sortir de la flaque. Ils sont les premiers à y parvenir, mais cet instant mémorable , voire historique, est cependant un epic fail parce que personne ne les attend à l’arrivée : ils sont sortis au mauvais endroit et doivent encore marcher des kilomètres avant la prochaine ville. C’est dans ces moments qu’on se dit que Damasio a quand même un sacré sens de l’humour :p

Arrivés en ville, le caractère impulsif et violent de Golgoth leur attire les fougues de l’Exarque, maître des lieux. Pour se venger, celui-ci ne leur donnera accès à la porte d’Urle, leur chemin vers l’Extrême-Amont, que s’ils réussissent trois épreuves. Golgoth et Erg passent leurs épreuves sans qu’on nous les raconte. C’est la joute verbale de Caracole contre Sélème le Stylite qui va être contée dans ce chapitre, un exercice des plus compliqués qui  m’a personnellement bluffée. Une telle maîtrise du phrasé est incroyable, même si on se doute que l’auteur a mis plus de temps à écrire ces vers que Caracole déclame en quelques instants. Les deux artistes se lancent des phrases plus incongrues les unes que les autres, on se croirait à certains moments dans une battle de rap. :p On sent cependant bien que la Horde n’a pas que des amis dans la ville et que le combat s’annonce serré.

Dans le dernier chapitre de cette lecture, Oroshi et Sov vont visiter un lieu absolument incroyable : une tour bibliothèque qui est formée par les ouvrages qui la composent. Les briques sont les « livres », des tablettes d’argile ou d’autres matériaux où sont inscrites les sagesses du monde. Ils vont essayer d’en apprendre plus sur ce qui les attend en Extrême-Amont et sur la neuvième forme de vent. La vérité est parfois dure à appréhender et on se rend compte qu’une phrase peut changer la vision du monde d’une personne. Comment nos héros vont-ils continuer leur voyage avec ce qu’ils ont appris dans la tour? Vont-ils le révéler aux autres membres de la Horde? Il y a aussi un énorme suspense à la fin de ce chapitre sur qui est vraiment Caracole, et le plus frustrant est que je ne suis pas sûre que nous aurons la réponse dans les pages qui suivent. J’ai passé un super bon moment de lecture avec cette partie et ça va être dur d’attendre un mois pour la suite !

Avis de Yuixem

Mon avis se confirme, je suis à fond entrée dans l’histoire et j’adore ! J’ai beaucoup apprécié ces trois nouveaux chapitres et devoir mettre en pause cette lecture commune sera plus difficile que je ne l’aurais imaginé.

La Horde aura particulièrement souffert dans la flaque après avoir affronté le Corroyeur, mais aussi après avoir peiné face à un énorme siphon. Le chapitre concernant cet évènement fut vraiment passionnant, bien que je pense que cette rencontre aurait pu être évitée si Golgoth avait davantage écouté ses compatriotes. Tout en pensant qu’ils aillaient tous y passer et qu’ils apercevaient déjà l’au-delà, j’ai été marquée par la narration et l’explication philosophique voire spirituelle que l’auteur nous donne.

La dernière ligne droite pour quitter la flaque n’a pas non plus été de tout repos. Un de nos braves amis s’est laissé piéger par une île-méduse et Callirhoé, blessée, est au bout de ses forces physiques et morales. Je continue d’être choquée par le non-respect des femmes qui règne dans cette troupe. Seule Oroshi est traitée différemment, mais ce n’est pas pour autant qu’elle vient en aide à ses camarades. Sinon, j’ai beaucoup aimé l’arrivée des loutres dans la Horde qui a apporté à nos personnages, ainsi qu’au récit une certaine fraîcheur.

Enfin, après avoir regagné la terre, nous avons un gros saut dans le temps de quelques jours qui nous amène à une série d’épreuves opposant la Horde aux divers champions d’Alticcio. Dans cet épisode, plutôt que de nous conter une course ou un combat, l’auteur a choisi de nous présenter une joute de déclamations ! Lire ces échanges fut plus que divertissant ! Je n’ai pu décrocher mes yeux des pages, époustouflées par les phrases qui s’enchaînent les unes après les autres. Encore une fois, j’ai été bluffée par Alain Damassio !

Le final du dernier chapitre nous laisse sur un beau cliffhanger, donnant envie de poursuivre sur le champ ma lecture pour en découvrir plus sur le passé de Caracole et sur l’étrange assassin qui vient de faire son entrée ! Vivement la prochaine étape !

Avis de Coco

J’étais déjà mitigée lors des chapitres précédents et ce ne fut guère mieux ici. Contrairement à Fungi Lumini et Yuixem, j’ai eu vraiment beaucoup de mal à poursuivre ma lecture.

Après avoir affronté le Corroyeur, la Horde toujours dans la flaque, doit faire face à un autre ennemi : un siphon. Je ne dirais pas que je n’ai pas apprécié lire comment ils se sont débrouillés pour faire face à cet évènement mais sincèrement, je les ai trouvés très longs à repérer ce qu’il se passait ! Pour des gens si entrainés, si connaisseurs, ils auraient sincèrement pu réagir plus rapidement quand ils ont senti les changements de courant. Encore une fois, la Horde perd un de ses membres qu’on ne connaissait pas très bien, ce qui fait qu’on s’en fiche un peu. Après ce passage, il leur reste encore un dernier effort à fournir pour sortir de la flaque mais évidemment, ils vont encore perdre quelqu’un. Et là, je suis vraiment en colère contre l’auteur ! Certains personnages de la Horde ont vu à travers le siphon ce qu’il pouvait se passer (dans un avenir direct blablabla) mais PERSONNE ne réagit et du coup, Barbak meurt bêtement comme la vision l’avait montré. Intérêt ? Aucun. Merci, j’adooooore ce genre de passage. Au final, ils sont sortis de là, et ils ont perdus trois hordiers : Karst, Sveziest et Barbak, merci Golgoth et ses idées brillantes (pourquoi l’auteur n’a-t-il pas encore tué ce personnage sérieusement ?!).

Fungi Lumini et Yuixem ont déjà résumé les chapitres qui suivent donc je vais me contenter de dire ce que j’en ai pensé : beaucoup, beaucoup, beaucoup trop longs pour pas grand-chose. En commençant cette lecture commune, j’avais justement peur de ces passages à rallonge qui décrivent, décrivent, décrivent à n’en plus finir et dans lesquels on se perd totalement et malheureusement, ces chapitres n’ont été, pour moi, que de longs paragraphes avec peu d’intérêts. Si la joute verbale paraît impressionnante – même avec des mots inventés ne signifiant rien – je me demande combien de temps l’auteur a pris pour l’écrire. Enfin, bravo à lui pour ça. Par contre, de nouveau, énorme coup de gueule (et je rejoins Yuixem !) pour toute la misogynie présente dans ces pages et incarnée dans sa forme la plus pure par cet abruti de Golgoth. Je ne sais pas si vous trouvez ça agréable à lire mais personnellement, lire le mot « pute » toutes les deux phrases à la place de « fille » ou de « femme » quand le Traceur parle, ça me met sur les nerfs et ça ne me donne pas du tout envie de continuer à lire. Heureusement qu’il n’est pas seul.

Cela dit, je continue d’aimer le fait qu’on en apprenne plus sur des personnages comme Callirhoé, Aoi ou encore Steppe et Silamphre mais aussi qu’on leur laisse plus la parole. D’ailleurs, j’ai trouvé que le « craquage » de Callirhoé est un des seuls vrais moments de réaction à la mort des autres personnages. Et encore une fois, comme Yuixem, j’ai apprécié la venue des loutres qui a apporté beaucoup de calme et de joie à la fois dans ma lecture et dans le Horde.

J’attends – et encore plus après la lecture de ces chapitres – d’en apprendre plus sur Caracole mais aussi sur Oroshi qui m’intrigue de plus en plus.

« Tu ne cesses de mourir, de te disloquer, de perdre consistance, de ralentir. Et tu ne cesses de te répéter. Ça te tue. Ça tue tout le monde d’ailleurs! »


Les blogs qui participent 

Voyages imaginaires

A touch of blue Marine

Lectoplum

Avez-vous déjà lu ce livre? Dites-nous ce que vous en pensez 🙂 N’hésitez pas à nous rejoindre !

#Yuixem #FungiLumini #Coco

Advertisements

Une réflexion sur “La Horde du Contrevent – Lecture commune 04

  1. Pingback: #48 C’est lundi! Que lisez-vous? | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s