Pourquoi j’ai mangé mon père

couv31602140.jpg

 

Titre : Pourquoi j’ai mangé mon père
Auteur : Roy Lewis
Editeur : Editions Pocket
Genre : humour
Nombre de pages : 192
Mots-clés : paléolithique, Histoire, humour, famille

Quatrième de couverture

Ernest, un jeune homme préhistorique du Pléistocène moyen raconte les aventures de sa famille et en particulier de son père Édouard, féru de sciences et pétri d’idées généreuses. Pour échapper aux prédateurs de l’Afrique orientale, Édouard invente successivement le feu, les pointes durcies à la flamme, l’exogamie et l’arc. Seul l’oncle Vania voit cette débauche de progrès d’un mauvais œil et ne se prive pas de critiquer Édouard, en profitant toutefois de ses dernières trouvailles : si son cri de ralliement est « Back to the trees! », il le pousse volontiers auprès d’un foyer rassurant.

Le reste de sa famille est également inventif : la mère découvrira la cuisson des aliments alors que Ernest et ses frères se distingueront chacun à leur manière, tel William, qui tentera de domestiquer un chien, Alexandre qui à l’aide de morceaux de charbon dessinera des images contre les rochers ou encore Oswald qui poussera, en bon chasseur, la famille à la vie nomade.

L’incendie accidentel de la savane, le don du feu à des tribus adversaires, puis la découverte de l’arc donnent lieu à de nombreuses controverses conduisant au dénouement tragique qui justifie le titre français.

Mon avis

J’ai décidé de lire Pourquoi j’ai mangé mon père dans le cadre du POPSUGAR Reading Challenge pour la catégorie « Un bestseller d’un genre que vous ne lisez pas habituellement ». En effet, je ne lis jamais de romans humoristiques. D’ailleurs, je n’accroche pas non plus aux séries ou aux films qui sont sensés faire rire… Je ne rigole par exemple pas beaucoup en regardant Friends. Vous voyez donc à quel point je ne suis pas réceptive à l’humour. Mais voilà, j’ai voulu me prouver que non, je n’étais pas si insipide que ça ! Faudra croire que je le suis, parce qu’évidemment il ne m’a pas plu xD

Pourquoi j’ai mangé mon père raconte l’histoire de la famille d’Ernest et surtout de son père Edouard, grand inventeur passionné. Celui-ci est bien décidé à faire évoluer l’espèce humaine qui n’en est encore qu’à ses débuts et qui est encore très vulnérable face aux dangers de la nature. Sa plus grande découverte est bien sûr le feu, élément fondamental qui a permis à l’Homme de devenir ce qu’il est. Tout au long du livre, il inventera de nouvelles pratiques et boostera la créativité des autres membres de la famille, faisant de ceux-ci le clan le plus évolué des alentours. On verra ainsi naître les lances, la peinture, la domestication, les vêtements, la cuisine ou encore l’arc à flèches, tout en observant les défauts de l’Homme qui se dessinent au fur et à mesure.

Bon commençons par la critique du titre :p Pourquoi j’ai mangé mon père pose d’entrée la question et attise l’intérêt du lecteur qui attend avec impatience la raison pour laquelle le héros en est arrivé à manger son père ! Un bon conseil, oubliez rapidement le titre français pour vous rappeler de celui anglais : The Evolution man. Le livre ne s’attache pas du tout à répondre à cette question, s’intéressant davantage à raconter l’histoire d’Edouard, le père de famille et de ses inventions successives. La réponse vous ne l’aurez qu’en fin de livre et, personnellement, je ne l’ai pas du tout trouvée drôle. Ma première attente pour cette oeuvre ne fut donc pas comblée.

Ensuite, je n’ai pas trouvé la narration adéquate à l’histoire. Pourquoi j’ai mangé mon père est en effet raconté à la première personne du singulier, abordant le point de vue d’Ernest, un des fils d’Edouard. L’auteur ne développe absolument pas son personnage, le rendant totalement insipide. On n’a jamais réellement accès à ses pensées ou ses émotions. Comme il ne transmet que les faits se déroulant autour de lui, une narration à la troisième personne aurait été plus que suffisante et ne m’aurait pas donné de fausses attentes, une fois de plus.

Concernant le côté humoristique de ce roman, il se trouve bien évidemment dans les jeux entre les époques. L’auteur traite des différentes inventions des hommes préhistoriques avec un vocabulaire moderne ou encore en évoquant notre quotidien. Un exemple vaut bien mieux que dix pages d’explications :

« (…) De caverne en caverne et non sans mal, j’ai fini par atteindre la Palestine. C’était en pleine bagarre.
-Entre qui?
-Entre immigrants d’Afrique et néanderthaliens.
-Pas assez de gibiers? Demanda père.
– Que si! Tout abonde dans ce pays, il pisse le lait et le miel. Mais y a quéque chose dans l’air qui rend agressif. Ils se battaient et s’appariaient. Drôle de jeux.
-C’est plus ou moins la même chose dit père. Mais faut surveiller ça : en plein pléistocène, des singes velus qui se croisent en Palestine avec des singes pelés, savoir ce que ça va donner?
-Des prophètes barbus vivant de miel et de sauterelles, m’aventurais je à dire. (…) »

Si parfois j’ai tout de même eu un petit sourire sur les lèvres, je dois dire que la plupart du temps les notes d’humour me laissaient de marbre. Je trouvais même parfois cela lourd, allongeant les scènes sans but réel et me faisant lire en diagonale pour aller plus vite.

Avec ces différents passages, j’ai eu l’impression que l’auteur souhaitait critiquer l’évolution, le développement technologique ou même la nature humaine. Malheureusement, si on soulève quelques critiques, elles restent discrètes, n’entrant jamais dans le vif du sujet. On survole donc davantage ces passages plutôt qu’on s’y intéresse. Encore un aspect j’aurais souhaité voir plus développé.

Avec tout ça, il ne fait aucun doute que je n’ai pas aimé Pourquoi j’ai mangé mon père. Pourtant, le livre se laisse lire simplement, même s’il n’est pas spécialement divertissant ou même intéressant. J’ai eu envie de l’abandonner au début, mais une fois rentrée dedans, je tournais les pages sans réellement m’en rendre compte, heureusement ! J’ai par exemple beaucoup aimé le personnage du père avec son caractère inventif, créatif et tellement généreux. Je trouve également que ce roman s’inscrirait parfaitement dans un cours d’histoire pour enfants ou adolescents, rendant la classe plus amusante. Mais je n’y ai trouvé pour moi aucune nourriture de l’esprit…

Citations

« Dès le moment que vous prenez pour but de devenir omnivore, il faut , comme le mot l’indique, apprendre à manger de tout…/ …Comme petit enfant, on m’a encore élevé strictement selon ces principes. Oser dire à maman qu’on ne voulait pas de ceci ou de cela, de la fourmi pilée, du crapaud mariné, c’était vouloir s’attirer une bonne baffe. »

« Cela prendrait des siècle à me faire repousser une fourrure. Et d’autres siècles à m’en débarrasser ensuite, quand le climat se réchaufferait.
Imagine que j’invente une fourrure amovible ? Tiens il y a une idée là-dedans…, dit-il songeur, tandis que l’oncle Vania grognait de mépris. »

« Non, ça ne peut plus aller, en tant qu’espèce nous sommes stagnants, et être stagnants, c’est la mort. Nous avons le feu, mais nous ne savons pas le fabriquer. Nous tuons de la viande, mais nous perdons notre temps à la mastiquer. Nous avons des lances trempées au feu, mais la portée n’en dépasse pas cinquante-cinq mètres… »

Conclusion

Pourquoi j’ai mangé mon père est un roman humoristique sur l’histoire. N’étant pas une amatrice du genre, je n’ai donc pas vraiment accroché au récit que j’ai trouvé inintéressant et parfois très lourd. Mes attentes concernant cet ouvrage n’ont malheureusement pas été comblées. Il faut croire que le genre humoristique n’est pas fait pour moi, je ne m’intéresserai donc certainement plus à ce type de livre…

Déception rectangle

#Yuixem

Publicités

3 réflexions sur “Pourquoi j’ai mangé mon père

  1. Pingback: POPSUGAR Reading Challenge – 2017 | Livraisons Littéraires

  2. Pingback: #46 C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s