Livres et Gourmandises : Montres enchantées (14/17)

Un nouvelle une gourmandise (1)

Recueil : Montres enchantées

Éditeur : Éditions du Chat Noir

montres-enchantees_1403707772

Nouvelle : Da Sidaniya Rossiia !

Auteure : Marianne Stern

Résumé : une réécriture de la fin de la famille Romanov.


Bière de la semaine

La bière belge est maintenant classée au patrimoine culturel de l’Unesco ! Un peu de culture en plus chaque semaine en découvrant les spécialités belges 😉

DSC00046 (2).JPG

Rochefort 6

La Bière Rochefort 6 est une bière trappiste à fermentation haute, conçue par les brasseurs de l’Abbaye Notre Dame de St Remy à St Remy les Rochefort (Belgique). D’une couleur rouge-brunâtre typique des vieux vins de Bourgogne, la bière est limpide et repose sur un lit de levures. Sa saturation est assez forte, présentant une mousse peu serrée et de durée moyenne. Son arôme pénétrant offre des notes épicées ainsi que des tons de levure aromatiques et profonds. On peut noter une dominante malt – caramel.  A la dégustation, l’attaque est franche et légèrement piquante, la saveur est à la fois douce, ronde et forte, et offre une bouche pleine à l’étalement assez long remontant en fin de bouche avec une légère âcreté et une amertume équilibrée, l’amertume étant la plus nette des 3 bières de l’Abbaye de Rochefort. Le corps s’affirme dans sa plénitude maltée et fruitée alors que quelques tons épicés et piquants viennent nous appeler à une prochaine gorgée. Une bière belge de grande qualité idéale pour s’initier ou se faire plaisir.

À l’œil : robe marron relativement claire et mousse beige.

Au nez : nez fruité et houblonné (raisin, caramel, épices).

À la bouche : équilibre entre sucre et amertume.

Vol. Alc. : 7,5°


J’ai découvert la plume de Marianne Stern dans Les Chroniques d’Oakwood, ouvrage atypique – une série de nouvelles qui s’entremêlent entre elles pour créer un univers se rapportant à la sorcellerie – que j’avais énormément apprécié. C’est donc avec impatience que j’attendais de découvrir cette nouvelle !

L’histoire commence dans le noir le plus complet, autant pour le lecteur que pour la protagoniste. Elle est enfermée dans une pièce obscure qui tangue. Petit à petit, au fil de ses souvenirs qui reviennent, on apprend que cette femme s’appelle Anastasia, qu’elle fait partie de la famille Romanov et que ses parents et ses frère et sœurs viennent de se faire assassiner. Elle aurait dû faire partie des victimes. Comment a-t-elle survécu? C’est dans la suite de cette nouvelle qu’on va le découvrir !

Je ne connais pas beaucoup l’histoire de Russie (à part le dessin animé Anastasia :p ), mais apparemment, il y a toujours eu un doute quant à la mort d’Anastasia lors de cette nuit fatidique qui renversa le destin de sa lignée. Certains disent qu’elle a survécu et est morte bien des années plus tard dans l’anonymat. L’auteure nous propose ici sa version des faits, entre fantastique et steampunk !

Il n’y a pas beaucoup d’actions dans cette nouvelle : tout ce passe à travers des souvenirs, des flashs du temps d’avant. Le récit n’en est pas moins prenant. On revit les derniers moments de la famille Romanov, dans la peur, l’angoisse et l’attente d’une mort violente. La nouvelle est assez courte et se déroule entièrement dans les airs, ce qui donne un sentiment contradictoire de danger et de liberté. J’ai beaucoup aimé certaines images que l’auteure fait passer à travers sa plume, mais je ne vais pas les évoquer pour ne pas vous spoiler 😉

Je ne sais pas si l’auteure a appris le russe, mais il y a plusieurs fois dans le texte des expressions dans cette langue qui n’ont pas de traduction en note de bas de page. Heureusement, le sens de ces phrases est facile à deviner grâce au contexte. Au départ, comme je n’y connais absolument rien en russe, je n’avais pas compris non plus que le titre était du russe xD Je sais maintenant comment on dit « au revoir » dans cette langue grâce à cette nouvelle ! 😀

Extrait

« Pas un son, pas une voix. Ces mots susurrés du bout des lèvres furent aussitôt happés par l’obscurité, cédant la place à ce bruit de fond étouffé que de légères vibrations accompagnaient. Où avaient donc disparu ses sœurs, son frère? Une vague d’effroi la submergea sans prévenir. »

Conclusion

Une réécriture fantastico-steampunk de la dernière nuit de la famille Romanov. Une nouvelle uchronique ancrée dans l’histoire russe et guidée par la jolie plume de Marianne Stern. Une petite leçon de langue russe :p Je recommande ! 🙂

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

14/17

#FungiLumini


Avez-vous lu ce recueil? Si vous l’avez également, n’hésitez pas à me rejoindre dans ma lecture et à venir en discuter en commentaire ! J’avancerai au rythme d’une nouvelle (et d’une bière ) par semaine 😉

  1. Et depuis, je compte les heures – Geoffrey Legrand
  2. Comment meurent les fantômes – Sophie Dabat
  3. Le Toquant – Clémence Godefroy
  4. Allergène – Hélène Duc
  5. Tourbillon aux Trois Ponts d’Or – Fabien Clavel
  6. The Pink Tea Time Club – Cécile Guillot
  7. Je reviendrai – Laurent Pendarias
  8. Le Club des érudits hallucinés – Marie-Lucie Bougon
  9. When time drives you insane – Lucie G. Matteoldi
  10. Derrière les engrenages – Marie Angel
  11. Pacte mécanique – Esther Brassac
  12. La mécamonstruosité de Monsieur Helpiquet – Adeline Tosello
  13. L’agonie des aiguilles – Marine Sivan
Publicités

5 réflexions sur “Livres et Gourmandises : Montres enchantées (14/17)

  1. Pingback: Livres et Gourmandises : Montres enchantées (15/17) | Livraisons Littéraires

  2. Pingback: Livres et Gourmandises : Montres enchantées (16/17) | Livraisons Littéraires

  3. Pingback: Livres et Gourmandises : Montres enchantées (17/17) | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s