L’innocence des bourreaux

abel-innocenceTitre : L’innocence des bourreaux

Auteur : Barbara Abel

Éditeur : Pocket

Genre : Thriller/Polar

Nombre de pages : 343

Prix reçu : Prix du Polar Découverte Les Petits Mots des Libraires

Mots-clés : braquage, supérette, otage, fuite, enquête

Quatrième de couverture

Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé son petit garçon de trois ans seul à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d’acheter des couches pour la nuit. Parmi eux, un couple adultère. Parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent.

Des gens normaux, sans histoire, ou presque.
Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé.
Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s’inversent, la vie de ces hommes et femmes ordinaires bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière est mince. Si mince…
Un huis clos dont la tension psychologique grimpe jusqu’à son paroxysme. Chez Barbara Abel, pas besoin d’artifices, c’est notre quotidien à tous qui peut devenir l’enfer.

Mon avis

Il ne m’aura pas fallu beaucoup de temps pour lire ce livre tellement j’ai adoré l’histoire ! Le récit commence quand Joachim, un jeune homme en manque, décide de braquer une petite supérette afin de pouvoir s’acheter sa prochaine dose. À partir de ce moment, tout bascule pour lui mais aussi pour tous les clients et le caissier du magasin. Ils vont alors se retrouver prisonniers de ce jeune homme armé, ce qui fera ressortir des aspects cachés de leur personnalité et entrainera une forte introspection chez certains. Joachim, lui, ne pense qu’au pouvoir qu’il exerce et à sa prochaine dose mais c’était sans compter sur l’apparition de Théo Verdoux qui était resté dans la voiture pendant que sa mère était retenue en otage…

Puisque c’est un roman policier/thriller, je vais m’efforcer de donner mon avis sans pour autant dévoiler trop de détails de l’intrigue afin de ne pas gâcher l’histoire pour ceux qui souhaiteraient lire le livre 😀

De manière générale, j’ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont assez nombreux donc évidemment, il y en a que j’ai moins aimé à l’instar de Thomas Piscina, comptable qui n’assume pas du tout son infidélité et qui se cherche sans cesse des excuses, et de sa maitresse – oui parce que j’ai beau être féministe, une femme qui aguiche un homme marié (en sachant qu’il est marié) est tout aussi coupable que lui. Malgré cela, je trouve que les autres personnages sont tous attachants à leur manière, et ce même s’ils commettent des choses irréparables. J’ai, d’ailleurs, à de nombreuses reprises, ri grâce à Germaine Dethy, vieille dame un peu – beaucoup – acariâtre qui a toujours le bon mot très ironique pour détendre la situation – ou affoler les autres otages qui prennent ça pour de la provocation^^. De toute évidence, elle cache des choses comme tous les autres mais, au moins, elle apporte de l’humour au tragique de la situation. J’avoue aussi avoir eu un énorme coup de cœur pour Léa Fronsac dont l’histoire était particulièrement touchante et dévastatrice.

Ayant déjà lu pas mal de romans policiers/thrillers ou autres livres à suspens, j’avais un peu peur que la fin soit bateau ou même bâclée mais heureusement, ce ne fut pas le cas. Je ne dirais pas que c’était la meilleure fin que j’ai lue mais je l’ai trouvée assez juste, vraie et réaliste.

Barbara Abel utilise un style clair, direct et très percutant et alterne les points de vue des personnages ; ce qui permet de maintenir un certain suspens et en même temps, permet de mieux comprendre le ressenti des différents personnages et de mieux nous identifier à eux.

Citation

« La déflagration éclate dans le magasin comme un coup de tonnerre. Soudain, c’est le silence. Un silence glacial, total, implacable. Un silence de mort. »

Conclusion

Je recommande très vivement ce livre à tous. Je pense que les non-amateurs de policiers/thrillers pourront également apprécier ce bouquin puisque l’auteure ne raconte pas simplement une enquête policière mais nous livre un huis clos haletant qui explore les raisons qui peuvent pousser des personnes innocentes à transgresser les lois (non pas que ce soit une excuse). Elle nous communique, de cette façon, une autre vision des choses et nous force à ne pas voir le monde uniquement de façon dichotomique mais à approfondir notre réflexion. Et puis, en lisant ce roman, on ne peut que se demander ce que nous aurions fait à la place des protagonistes.

extra1#Coco

Publicités

Une réflexion sur “L’innocence des bourreaux

  1. Pingback: #43 C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s