1Q84 – Lecture commune 14

106049092

Pour la première fois en 2017, retrouvez notre avis sur la lecture commune d’1Q84 ! Ces chapitres 16 à 20 ont été riches en rebondissements, mais l’histoire vous a-t-elle plu? Découvrez notre avis ci-dessous…


Avis de Marty

Ces chapitres ont tout simplement été déroutants ! Si certains passages semblaient s’étirer en longueur et redire sans cesse ce que nous savions déjà, d’autres passages m’ont quant à eux fait retenir mon souffle pendant plusieurs pages! En effet, jamais nos trois personnages principaux n’ont été aussi proches qu’au fil de ces derniers chapitres…

Au travers des chapitres dédiés à Ushikawa et Aomamé on se rend compte qu’en fait, les trois histoires ne se déroulaient pas sur la même ligne du temps. En effet, celle de Tengo semble bien plus avancée! Lorsque l’histoire d’Ushikawa reprend sur sa filature de Tengo, on s’aperçoit qu’à ce moment-là, Fukaéri habitait encore l’immeuble et que Tengo se trouvait toujours dans la ville des chats, au chevet de son père. Ushikawa suit d’ailleurs Fukaéri qui semble s’apercevoir de sa présence: alors qu’il est caché derrière une vitre sans teint supposée le dissimuler, la jeune fille regarde droit dans sa direction et semble même croiser son regard. Elle le regarde d’ailleurs pendant de nombreuses secondes ce qui ébranle fortement le détective… Il a l’air intimidé par la jeune fille, comme si elle avait été capable en un regard de se glisser au plus profond de son âme et de le comprendre, ce qui ne le laisse pas indifférent. J’ai trouvé ce moment particulièrement touchant… Par ailleurs, dans le même intervalle de temps, Ushikawa se fait à son tour harceler par le mystérieux collecteur de la NHK et pourtant, il ne le voit pas ressortir dans le vestibule, ce qui semblerait étonnamment nous conforter dans l’idée qu’il s’agirait d’une forme de présence du père de Tengo. Lorsque Fukaéri quitte l’immeuble de façon définitive, Ushikawa ne la suit pas car son instinct lui dicte de rester là, comme s’il présentait que Tengo ne tarderait pas à refaire surface. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit quelques jours plus tard. Comme nous le savions déjà, Tengo avait décidé de retourner observer les deux lunes depuis le toboggan et pourtant Aomamé ne s’était pas manifestée, et heureusement car Ushikawa suivait alors le jeune homme. En regardant dans le ciel, le drôle de personnage a lui aussi vu les deux lunes et a bien sûr fait le rapprochement avec la Chrysalide de l’air!

C’est en parcourant les chapitres dédiés à Aomamé que l’on comprend pourquoi la jeune femme ne s’était pas précipitée sur le terrain de jeux lorsque Tengo s’y trouvait. En effet, peu avant que Tengo n’arrive, Tamaru avait passé un coup de fil à Aomamé pour la prévenir qu’Ushikawa avait rodé autour de la Safe House. Il lui avait donné une description précise de l’homme pour qu’elle puisse le reconnaître s’il la retrouvait. Ainsi, à cause de ce coup de fil qui l’avait poussée à abandonner sa garde quelques minutes à peine, elle avait manqué le passage de Tengo et n’avait vu que brièvement l’ombre d’Ushikawa dans la rue et qu’elle avait alors pris pour un enfant. De façon inattendue et pour la première fois, le narrateur est alors intervenu de façon directe dans l’histoire pour s’adresser à nous, lecteurs. J’ai été assez déboussolée par cette intervention car je ne m’y attendais pas le moins du monde! Le narrateur soulignait dans ce passage le bon timing auquel nous venions d’assister car si Aomamé était sortie, elle n’aurait retrouvé Tengo que pour une courte durée étant donné qu’Ushikawa n’aurait eu aucun scrupule à la dénoncer aux Précurseurs… Même si cette incursion était brève et inoffensive, je me suis sentie gênée dans ma lecture par cette petite parenthèse opérée par le narrateur. Par ailleurs, l’histoire d’Aomamé devient encore plus intéressante quand Ushikawa se manifeste une deuxième fois sur le toboggan – sans que cet événement ne se soit encore produit dans les chapitres d’Ushikawa – car au départ notre héroïne pense qu’il s’agit de Tengo, mais en y regardant de plus près, elle reconnait dans la silhouette l’homme que Tamaru lui avait décrit. Etant donné qu’il s’était assis exactement à la même position que Tengo et opérait les mêmes gestes, Aomamé a compris qu’il voyait lui aussi les deux lunes et que la nuit précédente, il avait dû suivre Tengo, sans doute dans le but de retrouver sa trace. Elle décide alors de s’armer de son revolver et de s’habiller de façon à ce qu’on ne la reconnaisse pas pour suivre le détective et en apprendre davantage à son sujet. Ainsi, elle l’a suivi jusqu’à l’immeuble de Tengo, et dans le hall d’entrée, elle a tout de suite reconnu son nom de famille. N’étant pas sûre à 100% qu’il s’agissait bien de Tengo, elle prit le risque de sonner à sa porte mais personne ne lui répondit… Cette partie de l’histoire m’a vraiment tenue en haleine car j’ai encore une fois cru qu’ils allaient enfin se retrouver! Malheureusement ce ne fut pas le cas et Aomamé dût rentrer chez elle et informer Tamaru de ce qui venait de se produire. Bien que celui-ci ne fut pas heureux d’entendre que la jeune fille avait pris autant de risques, il promit d’essayer d’en savoir plus sur le Monsieur «Kawana» qui habitait l’immeuble et sur son lien avec Ushikawa, et ce, en essayant de faire en sorte que Tengo ne soit pas blessé.

Enfin, du côté de Tengo, l’histoire a avancé de manière normale, selon la ligne du temps à laquelle nous étions habitués. On a retrouvé l’écrivain et son éditeur et on en a ainsi appris plus sur l’enlèvement de Komatsu. Celui-ci a été séquestré pendant plusieurs jours par les Précurseurs. Ceux-ci lui ont dit que la publication de la Chrysalide de l’air avait entraîné des événements fâcheux dans leur secte: leur Leader a cessé d’entendre les voix sur lesquelles toutes leurs croyances étaient fondées suite à cet événement et puis, selon eux, il serait décédé de façon naturelle. A cause de cette mort, ils avaient décidé d’abandonner leur vengeance contre Komatsu et Tengo mais ils demandaient tout de même à Komatsu de ne pas réimprimer le livre, ni de lui faire une publicité quelconque pour limiter les dégâts qu’ils avaient causés. Ils lui ont aussi demandé d’informer le Professeur Ebisuno de la mort des parents de Fukaéri. Komatsu ayant peur pour sa vie, avait promis d’honorer toutes leurs requêtes. Ce que Tengo ne dit pas à Komatsu, c’est qu’il était déjà en train d’écrire un livre dans la continuation de ce premier récit… D’autres questions sont ensuite soulevées par Tengo: si le Leader de la secte est mort, qui le remplacera? Fukaéri est-elle une Mother ou une Daughter? La secte a-t-elle besoin d’une autre Mother qui donnerait naissance à une autre Daughter pour permettre au nouveau Leader d’à nouveau entendre les voix? Bien sûr, en tant que lectrice, je pense de plus en plus que ce nouveau Leader serait Tengo et la nouvelle Mother, Aomamé, mais il serait tout de même farfelu d’imaginer que nos deux héros finiraient pas se retrouver à la tête d’une organisation qu’ils semblent vouloir faire tomber. Mais après tout, dans ce récit, tout semble possible…

A la fin de ces chapitres, de nouvelles questions sont soulevées: Ushikawa a-t-il compris qu’il se trouvait dans une réalité parallèle? Est-il toujours fidèle aux Précurseurs? A-t-il vu Aomamé quand elle l’a suivi et a-t-il remonté sa trace? Tamaru sera-t-il plus fort qu’Ushikawa? Retrouvera-t-il Tengo et pourra-t-il réunir nos deux héros? Tengo et Aomamé seront-ils les nouveaux leaders de la secte? La suite au prochain épisode…

Avis de Yuixem

Ces cinq chapitres m’ont vraiment tenu en haleine tout le long. Le rythme s’est enfin accéléré, surtout depuis que l’on suit les mêmes moments d’après trois points de vue. Je commence à apprécier le rajout du personnage d’Ushikawa car cela donne une certaine tension au récit. Pourtant je me demande toujours quel sera son rôle dans le monde parallèle d’1Q84.

D’ailleurs sa filature porte enfin ses fruits ! Il découvre ainsi que Fukaéri vit avec Tengo. Ushikawa est subjugué par la jeune fille, par sa beauté mais surtout par l’aura qu’elle dégage. Car en effet, pour une raison qu’il ignore, l’adolescente a ressenti sa présence et est capable de le regarder au travers de la caméra qu’il utilise pour photographier les passants de l’immeuble. Même si sa découverte est de taille, Ushikawa se doit de rester concentré sur son objectif principal qui est de retrouver Aomamé. Notre enquêteur fera ainsi une autre avancée importante. En suivant un soir Tengo qui est rentré de la Ville de Chats, il fait l’immense découverte de la co-existence de deux lunes dans le ciel. Tous les personnages voyant cette réalité sont liés de près à l’histoire de La Chrysalide de l’air, mais quel est donc le lien entre celle-ci et Ushikawa ?

J’ai beaucoup aimé également la partie d’Aomamé qui s’est montrée beaucoup plus active que d’habitude. Tout d’abord, j’ai été heureuse de comprendre pourquoi Tengo et elle n’avait pas été réuni dans le chapitre précédent, remerciant même le destin de les en avoir empêché car cela aura conduit tout droit la jeune femme dans les griffes d’Ushikawa. Mais j’ai surtout adoré la partie où Aomamé se met à suivre notre étrange énergumène. La proie devient le chasseur ! Et sa prise de risque lui permettra de découvrir où vit Tengo, rapprochant encore un peu plus nos deux protagonistes de leurs retrouvailles. Cependant, on a peur également pour elle, car on ignore encore si Ushikawa a vu et pris en photo la future mère.

Du côté de Tengo, on est happé par le récit de Komatsu qui a été séquestré par les Précurseurs. Grâce à son histoire et aux théories qu’ils établissent ensemble, on se refamiliarise avec les termes de MOTHER/DAUGHTER et PERCEIVER/RECEIVER, que j’avais pour ma part plutôt bien oublié. On se plonge à nouveau au plus profond du fantastique qui se faisait plus discret récemment.

Avec ces cinq chapitres, je me pose de plus en plus de questions comme Marty : quel est le rôle d’Ushikawa ? Tengo et Aomamé deviendraient-ils les deux nouveaux leaders des Précurseurs ? La petite chose qui se développe dans le ventre d’Aomamé mettra-t-elle 9 mois à naître comme tout autre être humain ? Mais malgré mon intérêt qui reste constant pour cette histoire, je commence à m’inquiéter de la fin aux vues des pages qui s’amenuisent. Comment Murakami arrivera-t-il à nous  livrer une fin digne de ce nom en seulement une centaine de pages ? J’espère ne pas être déçue au terme de cette aventure !


Nous espérons que vous avez autant hâte que nous de connaître le fin mot de l’histoire et de dévorez les 10 derniers chapitres avec nous… Alors rendez-vous dans deux semaines pour lire notre avis sur l’avant dernière partie de la saga!

#Yuixem & Marty

Publicités

2 réflexions sur “1Q84 – Lecture commune 14

  1. Pingback: #38 C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livraisons Littéraires

  2. Pingback: 1Q84 – Lecture commune | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s