Nechtaànomicon – Saison 1

14199351_1630911693867240_2072753812959895622_nTitre : Nechtaànomicon – saison 1 (L’intégrale)

Auteure : Manon Elisabeth d’Ombremont

Éditeur : L’ivre-Book

Genre(s) : Dark Fantasy urbaine

Nombre de pages : 212

Mots-clés : démon, sorcière, sang, vampire, club, sceaux.

Dans une histoire normale, il incarnerait le sombre méchant supposé mourir à la fin dans un affrontement épique contre un beau et vertueux héros. Mais quelqu’un (qui n’a subi aucune menace…) en a décidé autrement. Il a voulu lui donner le rôle principal dans ce récit. Après tout, le bien, le mal, c’est une affaire de point de vue !
L’Ar’narakhe Nechtaàn est aussi ambitieux qu’égocentrique. Son but : détrôner Bélial et devenir le Sat’han de l’Envie. Son problème : il est scellé dans le corps d’un mortel et son ancestral ennemi choisit justement ce moment pour réapparaître…
Et s’il n’y avait que ça !
En prime, un texte inédit, «Quand Alek rencontre Nechtaàn»

Mon avis

Après avoir dévoré les deux premiers épisodes au format numérique, j’ai craqué pour l’intégrale papier du Nechtaànomicon ! Je ne pouvais pas ne pas connaître la suite des aventures de ce démon humanoïde totalement déjanté !

Nechtaàn est le fils de Bélial, Sat’han du cercle de l’Envie. Seulement, il se met son père à dos et celui-ci décide de l’exiler sur Chtonya, retenu par des sceaux qui l’empêchent d’utiliser ses pouvoirs pleinement. Quand on le rencontre, il semble avoir trouvé une solution à son problème : il a engendré avec une sorcière une enfant, dont il compte bien manger l’âme et investir le corps dès qu’elle sera prête. Tout ne se passe cependant pas comme prévu (vous l’aviez deviné? 😀 ) et les ennuis s’accumulent pour Nechtaàn. Comment va-t-il gérer la disparition de sa sorcière, le retour de son pire ennemi, la naissance de sa progéniture démoniaque, sa vie sexuelle débridée et l’incompétence chronique de ses alliés?

Le premier chapitre est un peu compliqué : on y décrit en (très) bref l’univers du roman. Il faut un peu s’accrocher pour les premières pages, mais ensuite l’histoire est hyper prenante. Une fois que j’ai commencé le deuxième chapitre, je n’ai plus pu m’arrêter ! (c’est à se demander comment j’ai tenu après avoir lu les deux premiers épisodes :p ) La fin de chaque chapitre amène un nouveau retournement, une nouvelle surprise qui nous empêche de refermer le livre. Le style de l’auteure est assez direct et immersif. Elle n’hésite pas non plus à faire des petits commentaires extradiégétiques. Les touches d’humour sont fréquentes et m’ont fait sourire à plusieurs reprises. Après, il faut aimer l’humour noir et l’ironie. 😀

Nechtaàn est un protagoniste incroyable. Il est violent, lunatique, malveillant, manipulateur… la liste pourrait encore être longue. C’est un vrai démon avec tous les comportements malsains et pervers que cela implique ! Son univers est sombre et sanglant. J’ai adoré ce antihéros qui ne fait jamais ce qu’on attend de lui. Il donne au récit un ton totalement inédit et original et c’est un des éléments que j’ai préféré dans Nechtaànomicon !

Le sang coule à flots dans le récit. Une chose m’a un peu surprise : on dirait que Nechtaàn est une fontaine intarissable de sang. En effet, il en donne à tellement de gens pour assoir son pouvoir et les rendre accro qu’on peut se demander comment il ne s’évanouit pas souvent par manque d’hémoglobine dans ses veines. La fin laisse beaucoup de questions en suspens, dont certaines trouvent des réponses dans l’épilogue et la petite nouvelle inédite. Il reste cependant encore pas mal de mystères à éclaircir. J’ai hâte de découvrir la suite des aventures de Nechtaàn et de ses « amis » !

L’auteure lance beaucoup de petits clins d’oeil à la culture littéraire de l’imaginaire. Rien que le titre est une référence évidente au livre maudit présent dans l’oeuvre de Lovecraft. L’univers littéraire bit-lit est bien représenté avec par exemple  le nom de la boîte de nuit tiré d’Anita Blake ou le nom Tarabotti (Alexia – Sans Âme et ses suites) donné à un personnage. Les indices littéraires sont aussi accompagnés d’instants musicaux – certains douteux comme Britney Spears :D, d’autres qui font du bien comme Rammstein – ainsi que de moments de  cinéma, notamment l’univers Disney, et de séries. Cornelia, la première incarnation de Nechtaàn, m’a fait penser au personnage de Cordelia dans Buffy contre les vampires/ Angel et le beau prince vampire russe s’appelle Aleksandr, comme l’acteur qui joue le vampire viking canon dans True Blood… Coïncidence? :p

J’ai bien aimé la petite nouvelle inédite à la fin du roman, Quand Alek rencontre Nechtaàn. Elle nous raconte un événement clef de la vie de Nechtaàn. Comme l’auteure le précise, cette nouvelle prend place avant notre histoire, mais elle a été forcée de la raconter après, car Nechtaàn n’accepte pas facilement qu’on lui vole la vedette, même pour un bref instant. Alek, prince vampire, veut aider son frère de sang à retrouver son épouse. Il se laisse distraire dans sa quête et doit accepter de pactiser avec le démon Nechtaàn, encore dans le corps de Cornelia, afin de se rattraper. Une nouvelle qui dévoile des éléments centraux de l’histoire, qui sont abordés dans le roman sans pour autant être explicités en détail. Un joli bonus pour conclure cette première saison !

Citations

« Adossée contre une pierre tombale grise et décrépite, elle observait le ciel étrangement clair tout en tirant une latte sur son joint. Gardant la fumée quelques instants dans ses poumons, elle expira lentement. Fébrile depuis son départ du Cirque, elle comptait tout mettre en oeuvre pour répondre aux exigences de Nechtaàn et mériter sa prochaine dose de sang démoniaque. Le pouvoir coulait dans ses veines, pulsant en rythme avec son cœur et lui donnant l’impression d’être ivre. »

« L’auteur décline toute responsabilité concernant les goûts de Nechtaàn en matière musicale et s’excuse auprès des habitants de Dis pour l’affront qu’ils pourraient y voir à leur démoniaque et stéréotypée image de marque. »

Conclusion

Manon Elisabeth d’Ombremont nous conte un univers sombre et sanglant, dont le protagoniste est un démon, un vrai ! Les événements s’enchaînent, plus imprévisibles les uns que les autres, et la fin annonce un excellent démarrage pour la deuxième saison !

extra1

#FungiLumini

Publicités

3 réflexions sur “Nechtaànomicon – Saison 1

  1. Pingback: #36 C’est lundi ! Que lisez-vous? | Livraisons Littéraires

  2. Pingback: Nechtaànomicon – Saison 2 | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s