Shame – la trilogie de la honte

couv_284707Titre : Shame – la trilogie de la honte (intégrale)

Auteur: Lovern Kindzierski

Illustrateur : John bolton

Éditeur : Glénat

Genre(s) : BD fantasy érotique

Nombre de pages : 192

Mots-clés : magie, mal, vertu, honte, injure, érotisme.

De la vertu naît le vice

Mère Vertu est la femme la plus pure au monde. Pendant des siècles, elle a vécu sa vie au service des pauvres et des désœuvrés. Sa magie a soigné nombre d’os brisés et de maladies. Elle a aimé et s’est occupée d’enfants qui n’étaient pas les siens. Mais le jour où elle s’autorise enfin une pensée pour elle, un simple vœu de bonheur se transforme en cauchemar. Elle connaîtra enfin la joie d’avoir une fille, mais elle enfantera la personne la plus maléfique que le monde ait jamais connu…
Lovern Kindzierski nous plonge dans un conte de fées sombre à la beauté troublante. Un univers fantastique digne de Lewis Carroll magnifié par la palette de couleurs oniriques de John Bolton.

Mon avis

En feuilletant cette bande dessinée, j’avais du mal à dire si j’adorais ou détestais les dessins. J’ai donc décidé de craquer et d’acheter cette intégrale pour voir si l’histoire m’aiderait à me décider !

Le volume comprend les trois tomes de Shame – La trilogie de la Honte : Conception, Poursuite et Rédemption. On suit l’histoire de Mère Vertu, une vieille femme pleine de bonté et de gentillesse qui n’a qu’un seul regret : ne pas avoir eu d’enfant. Son voeu prononcé à voix haute, quelqu’un l’entend mais pas la bonne personne ! Le démon Injure l’exauce mais son enfant – Honte – est appelée à devenir la personne la plus maléfique du monde. Pour essayer d’éviter l’inéluctable, Vertu construit un lieu clos, nommé Berceau, et fait appel aux nymphes de la nature pour l’aider. Mais tout le monde sait qu’une prophétie se réalise toujours…

honte-163Si je devais décrire cette lecture en un mot, ça serait « originalité« . Cette bande dessinée n’a pas arrêté de me surprendre, autant au niveau des twists scénaristiques que des illustrations mêlant diverses techniques de dessin. L’univers ainsi que les protagonistes ont réussi à me séduire. J’ai particulièrement aimé le personnage de Honte. Elle est née dans un univers féérique mais n’était au final pas désirée par sa mère, qui l’a abandonnée pour la laisser aux soins des nymphes. Pour moi, c’est l’abandon de sa mère qui l’a poussée à devenir telle qu’elle est et à pervertir le monde qui l’entoure. Elle est habitée par une rage de vengeance, une puissante colère et surtout une grande incompréhension : pourquoi Vertu l’a-t-elle abandonnée alors qu’elle prenait soin de tous les autres enfants? Cet amour maternel aurait-il pu la sauver? Vertu passe pour la gentille héroïne qui essaie de délivrer le monde de la noirceur de sa fille mais au final, n’est-elle pas responsable de toute cette cruauté et de cette rancoeur?

Cette bande dessinée n’est pas à mettre entre toutes les mains. Beaucoup des illustrations ont un caractère érotique. La violence, la trahison et la cruauté sont des thèmes centraux au récit – avec une protagoniste maléfique, il fallait s’y attendre. :p Certaines parties de l’histoire sont aussi clairement malsaines : pour vous donner un exemple, le démon Injure – père de Honte – organise la fécondation de sa fille – alors qu’elle est encore très jeune – avec une entité démoniaque afin de perpétrer un rituel. Les nymphes évoluent également. De belles déesses de la nature, elles deviennent des ombres aux formes grotesques, perversions de l’esprit torturé de Honte, qui peut changer sa réalité à souhait.

Les illustrations sont des crayonnés colorés à l’aquarelle. L’ensemble donne un résultat étonnant, que je n’avais encore vu nulle part ailleurs. Je n’ai pas trop aimé les premières pages d’illustrations car elles représentaient Vertu dans sa forme « vieillesse » et étaient dans des tons bruns/orangés. J’ai préféré les dessins dans le reste du livre, avec une préférence pour les représentations de Honte et de Vertu (dans sa forme « jeunesse »), le contraste entre leurs deux univers est détonant !

Citations

shame_16

23547

Conclusion

Une trilogie originale, une histoire étrange additionnée d’illustrations d’un genre unique. Je recommande cette bande dessinée, qui n’est cependant pas à mettre entre toutes les mains !

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

public averti erotique

ovni

#FungiLumini

Publicités

Une réflexion sur “Shame – la trilogie de la honte

  1. Pingback: #35 C’est lundi! Que lisez-vous? | Livr'aisons littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s