Hackeur et contre tous

hackeur

Titre : Hackeur et contre tous

Auteur : Dave Buschi

Éditeur : AmazonCrossing

Genres : Roman, Thriller

Nombre de pages : 486

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Antoine Bargel

Titre original : The Back Door Man

Mots-clés : hackeur, internet, complot, ordinateur, informatique

Quatrième de couverture

Tout à coup, depuis ce matin, les cartes bancaires ne fonctionnent plus. L’argent liquide que vous avez sur vous, c’est tout ce qu’il vous reste. Les banques et les distributeurs de billets sont hors service. Vous ne pouvez pas acheter d’essence ni de nourriture. Tous les commerces sont fermés. Notre société est dépendante de l’ordinateur. Facebook. Twitter. LinkedIn. Nous sommes connectés. Nos comptes bancaires sont sur Internet. On télécharge des applis sur des iPhones, on lit sur des Kindle et on court tous des risques que l’on ne soupçonne même pas. Nous les découvrons avec James Kolinsky, un bon père de famille qui travaille dans le domaine de la sécurité informatique. Sa journée commence plutôt mal quand il est accusé d’avoir engendré les attaques. On veut lui faire porter le chapeau. Sa famille est prise en otage. Pendant les vingt-quatre heures qui suivent, c’est une course contre la montre : James devient hackeur, seul contre tous.

Mon avis

Dans ce livre, Dave Buschi nous raconte l’histoire de James Kolinsky, informaticien, employé au sein d’une grosse entreprise spécialisée dans le domaine de la sécurité informatique qui protège la majorité des banques du pays. Le récit commence lorsque James souhaite faire le plein de sa voiture et souhaite payer par carte bancaire. Problème : les dispositifs électroniques ne fonctionnent pas. James n’ayant pas de liquide sur lui, il est contraint de retourner à son bureau où il garde une petite somme d’argent pour pouvoir payer son essence. Une fois arrivé sur le lieu de son travail, James se rend très vite compte que quelque chose ne va pas. Les bureaux sont censés être fermés pour la journée, or, la sécurité est déployée à son maximum, le directeur et d’autres employés sont présents, etc. Au début, James ne s’en préoccupe pas plus que ça et va seulement récupérer son argent mais quand un garde essaye de lui tirer dessus, il comprend que quelque chose de plus important se cache derrière tout ça. Après un bon nombre de péripéties, James découvre qu’il a été désigné comme bouc-émissaire d’un cybercrime qui se déroule à une échelle mondiale. Il décide alors de combattre ceux à l’origine du crime (mêlant mafia russe, chinoise, son chef et d’autres PDG) et de leur rendre la monnaie de leur pièce en devenant, à son tour, hackeur. En parallèle à l’histoire de James, l’auteur nous décrit aussi l’histoire de Sue, la femme de James, et de leur deux filles Katie et Hannah qui se retrouvent prisonnières de la mafia russe qui veut les éliminer afin de faire passer James pour un déséquilibré qui aurait tué sa famille avant de commettre son cybercrime.

Personnellement, j’ai trouvé que l’histoire était un peu longue et remplie de beaucoup trop de rebondissements hollywoodiens. Cependant, les chapitres – malgré leur grand nombre (130) – sont très courts et se finissent toujours sur un suspense, ce qui donne envie de continuer à lire pour connaitre la suite. L’auteur alterne aussi entre les chapitres qui parlent de James, ceux qui parlent de sa famille et ceux qui parlent de ses ennemis, ce qui permet au lecteur de ne pas se lasser.

En ce qui concerne les personnages, j’ai bien apprécié James ainsi que Sue que j’ai trouvé assez débrouillarde. Par contre, j’ai trouvé que les criminels étaient beaucoup trop caricaturés : les « méchants » sont vraiment des méchants qui tuent tout ce qui bouge sans aucune conscience et sans se soucier de quoi que ce soit. J’aurais aimé voir un peu plus de relief chez ces criminels. Les personnages secondaires ne m’ont pas fait plus d’effet que ça – à l’exception d’Enrique que j’ai vraiment détesté. Ils jouent leur rôle mais ça ne va plus loin.

L’auteur utilise un style très fluide, rapide et concis, ce qui convient parfaitement à ces courts chapitres. Il utilise également énormément de vocabulaire lié à l’informatique – notamment quand James découvre l’étendue de l’attaque et décide de devenir hackeur –, cela ne m’a pas gênée mais je pense qu’un lecteur ne connaissant pas grand-chose au fonctionnement des ordinateurs, du codage, etc. pourrait se retrouver vite perdu parmi tous ces termes.

Conclusion

Ce livre n’est ni fantastique ni mauvais, il est juste bien. Il n’est pas désagréable à lire mais il ne faut pas non plus s’attendre à un chef d’œuvre de la littérature. Une lecture sympathique et divertissante que je recommande à tous ceux qui veulent se changer les idées sans se prendre la tête.

divertissant rectangle 2

Random Word Challenge

septembre-cravate

#Coco

Publicités

4 réflexions sur “Hackeur et contre tous

  1. Pingback: #28 C’est lundi! Que lisez-vous? | Livr'aisons littéraires

  2. Merci de ton avis ^^ je ne connaissais pas ce roman, et malgré ta chronique qui est en demi-teinte, je pense que je vais le lire, car étant en plein dans le 2e jeu « Watch Dogs », qui parle de hackeurs, je cherchais justement un roman sur ce thème 🙂 Cette chronique tombe donc juste à pic ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s