Duma Key

Titre : Duma KeyDuma Key

Auteur : Stephen King

Éditeur : Le Livre de Poche

Genre : Fantastique

Nombre de pages : 855

Prix reçu : Prix Bram Stoker du meilleur roman en 2008

Traduit de l’anglais (États-Unis) par William Olivier Desmond

Mots-clés : ile, peinture, art, horreur

Quatrième de couverture

Duma Key, une île de Floride à la troublante beauté, hantée par des forces mystérieuses, qui ont pu faire d’Edgar Freemantle un artiste célèbre… mais, s’il ne les anéantit pas très vite, elles auront sa peau !

Mon avis

Voilà un bon petit Stephen King comme on les aime qui ravira tous les fans du genre et du maitre de l’horreur.

L’histoire est donc celle d’Edgar Freemantle qui, à la suite d’un terrible accident, perd son bras droit et garde des lésions mentales irréversibles. S’ensuivent alors des moments de réadaptation et de rééducations qui auront vite raison de son mariage avec Pam (cela dit, ce n’est pas pour cela que je trouve qu’elle est une mauvaise femme, dans pareille situation, on aurait tous réagi différemment et ici, elle a choisi ce qu’elle croyait être le mieux pour elle). Sur les conseils de son psy, Edgar décide donc de changer de décor et déménage sur l’île de Duma Key. Là-bas, il se lie d’amitié avec Wireman, son avocat et Elizabeth, la vieille dame atteinte d’Alzheimer, à qui il tient compagnie mais surtout il se met à peindre des tableaux de plus en plus lugubres au fil du temps et qui auront toute leur importance dans le récit (mais si je vous raconte en quoi ils sont importants, ce n’est pas drôle et puis je ne vais pas vous gâcher tout non plus^^).

Même si j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, une fois dedans, j’ai dévoré ces quelques 800 pages. Comme tout bon thriller (et surtout tout bon King), le rythme est bien posé, l’intrigue nous embarque complètement mêlant à la fois les moments effrayants (oui, je l’avoue, y a des moments où j’ai eu les boules 😀 ) et les moments de tendresse notamment dans la relation d’Edgar avec ses deux filles ou encore sa relation avec Wireman, personnage qui m’a d’ailleurs beaucoup plus, surtout dans son excentricité. J’aimerais vous en dire plus sur les personnages mais alors je vais un peu spoiler le livre et je ne ferai pas ça 🙂

Au niveau du style, on reconnaît très bien le style distingué de Stephen King. Toujours aussi travaillé, on sent que les mots et les expressions sont choisis avec soin pour servir au maximum le récit et les émotions suscitées chez le lecteur. Cependant, certains monologues d’Edgar m’ont un peu dérangée de par leur vulgarité mais encore une fois, ce vocabulaire sert encore et toujours l’histoire puisqu’il traduit la colère dont est rempli Edgar. Mais que cela ne vous empêche pas de le lire parce que c’est vraiment une petite merveille !

Conclusion

Je recommande vivement ce livre à tous et en particulier aux fans du fantastique, de l’horreur qu’on aime ou non Stephen King. Pour les néophytes, je vous le conseille aussi, vous découvrirez un genre, un univers et un auteur que vous ne pourrez plus lâcher par la suite 😀 . Ce bouquin est donc un incontournable du genre, à ranger à côté des classiques tels que Sac d’Os ou Shining.

12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

public averti horreur

Random Word Challenge

13219938_10207691189731176_618260860_n

#Coco

Publicités

Une réflexion sur “Duma Key

  1. Pingback: #09 C’est lundi, que lisez-vous? | Livr'aisons littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s