Apostasie

apostasie_webTitre : Apostasie

Auteur : Vincent Tassy

Éditeur : éditions du chat noir (Collection Griffe Noire)

Genre(s) : fantastique, gothique

Nombre de pages : 333

Mots-clés : solitude, forêt, magie, beauté, noirceur

Anthelme croit en la magie des livres qu’il dévore. Étudiant désabusé et sans attaches, il décide de vivre en ermite et de s’offrir un destin à la mesure de ses rêves. Sur son chemin, il découvre une étrange forêt d’arbres écarlates, qu’il ne quitte plus que pour se ravitailler en romans dans la bibliothèque la plus proche.
Un jour, au hasard des étagères, il tombe sur un ouvrage qui semble décrire les particularités du lieu où il s’est installé. Il comprend alors que le moment est venu pour lui de percer les secrets de son refuge.
Mais lorsque le maître de la Sylve Rouge, beau comme la mort et avide de sang, l’invite dans son donjon pour lui conter l’ensorcelante légende de la princesse Apostasie, comment différencier le rêve du cauchemar ?

Mon avis

Comment résister à cette couverture de Marcela Bolivar, à la fois mystérieuse et poétique, alliant à merveille noirceur et beauté? Elle représente selon moi parfaitement l’univers proposé dans ce livre. Je connaissais Vincent Tassy pour son travail de chroniqueur dans Obsküre Magazine et ce fut un véritable plaisir que de découvrir sa plume d’auteur à travers ce roman.

Anthelme, le protagoniste d’Apostasie, est un être solitaire qui se nourrit de littérature. Il erre pendant un temps à travers le monde puis découvre un endroit magnifique où il décide de s’installer. Ce lieu est peuplé d’arbres rouges, d’une faune et d’une flore étranges au charme surprenant. Il y fait la rencontre de Lennox, un petit chat pas comme les autres. La découverte d’un mystérieux livre l’amène à la Maison des Effraies. Il y trouve un monde à la fois ténébreux et merveilleux, horrible mais plein d’espoir, où l’étrange Aphelion règne en maître accompagné de son serviteur Alvaron.

Le propriétaire des lieux nous conte la légende teintée de magie et d’amour meurtri de la princesse Apostasie. On passe d’histoire en histoire, digressions enchanteresses qui rappelle l’enchâssement de récits des contes des « Mille et une nuits ». On sort envoûté de cette fable dont on aurait voulu ne jamais voir la fin. Après avoir écouté cette histoire, Anthelme n’a plus qu’une idée en tête : retrouver la princesse disparue et la libérer de l’enchantement qui l’emprisonne depuis des siècles… Va-t-il y parvenir?

L’auteur nous propose un récit poétique et mélancolique. Le roman est peuplé de valeurs antagonistes qui pourtant s’y marient parfaitement : l’horreur et la beauté, l’espoir et la désillusion, le monde réel et le rêve. Le personnage principal m’a énormément touchée par sa sensibilité, sa fragilité et son obstination dans sa quête de l’impossible. Je me suis sentie proche de lui, de son amour pour la nature, pour la littérature de l’étrange, de son besoin de s’éloigner du monde pour mieux se retrouver.

Ce roman est – entre autres – un récit vampirique. Il se dégage des vermines – nom donné par l’auteur à son nid de vampires – une tristesse mélancolique, une envie profonde de mort, une folie qui les rend attachants et fascinants. L’éveil du premier d’entre eux est énigmatique, voire mystique. Après des siècles de vie, ils n’ont qu’une envie : pouvoir enfin mourir. Leur nature d’immortels le leur refuse. Leur quête de mort est intrinsèquement liée à la recherche d’Anthelme de la princesse disparue.

Citations

« – Est-ce nécessaire?

-Voyons, Anthelme. Tu aurais dû oublier le sens de ce mot. C’est une histoire. Rien ne doit être nécessaire dans une histoire. Ainsi tout le devient. Tout est surprise. »

« Ça faisait mal de la regarder, si mal. Mais on ne pouvait pas détacher son regard d’elle, non ; il fallait la regarder, longue et brisée dans sa robe noire, et avoir mal avec elle ; parce qu’elle semblait porter en son sein toutes les tristesses du monde, et pourtant elle était là, bien là, face à nous. Revêtue comme une oriflamme du noir qui la rongeait. Vivante. »

« C’est ce qu’il faut faire, étreindre ce qu’on ne reverra plus, étreindre ce qui va tomber en poussière, étreindre ce qui me tue. Étreindre l’ombre, le corps enfoncé dans sa propre nuit, et fermer les yeux, comme lui, et se fermer le cœur, comme lui; que tout se taise. »

Conclusion

Je recommande ce récit magique et poétique, qui m’a totalement envoûtée : une lecture qui sort de l’ordinaire et qui emmène le lecteur dans un endroit unique qu’il voudrait ne jamais quitter. Le retour à la réalité après le séjour dans la Sylve Rouge est aussi dur pour le lecteur que pour Anthelme !

coup de coeurovni

#FungiLumini

Bonus:

Découvrez l’univers musical de l’auteur avec « Moonflower » d’Angellore, chanson en lien avec Apostasie : https://www.youtube.com/watch?v=EFPvcqnnkS4

Advertisements

8 réflexions sur “Apostasie

  1. Pingback: #04 – C’est lundi ! Que lisez-vous ? | Livr'aisons littéraires

  2. Pingback: A-Z Challenge | Livr'aisons littéraires

  3. Pingback: Les Imaginales 2016 | Livr'aisons littéraires

  4. Pingback: Livres et Gourmandises : Vampire malgré Lui (12/12) | Livr'aisons littéraires

  5. Pingback: Les coups de cœur Livraisons Littéraires 2016 | Livraisons Littéraires

  6. Pingback: Lake Ephemeral | Livraisons Littéraires

  7. Pingback: Livres et Gourmandises : Montres enchantées (17/17) | Livraisons Littéraires

  8. Pingback: Effroyable porcelaine | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s