1Q84 – Lecture commune 03

106049092

C’est déjà le moment de publier notre avis sur les chapitres 11 à 15 de notre lecture d’1Q84 !

Attention aux spoilers et accrochez-vous bien, ces 5 nouveaux chapitres nous dévoilent petit à petit les dessous de l’intrigue principale… Si jusqu’ici Haruki Murakami posait seulement les bases de l’intrigue et nous donnait le décor de celle-ci, dans ces chapitres, on est complètement immergés dans l’histoire !

Avis de Marty

Ces nouveaux chapitres étaient vraiment très intéressants ! On en apprend de plus en plus sur les liens qui unissent les histoires de Tengo et Aomamé. Mais l’auteur parvient à nous laisser des indices au sujet de ces liens de manière très subtile. Par exemple, aucun des deux personnages ne cite jamais le nom de l’autre. C’est grâce à des référence à certains événements provenant du passé de ceux-ci de que l’on comprend de quelle manière ils sont liés.

Dans ces nouveaux chapitres, on apprend les détails de la rencontre entre Aomamé et la vieille dame qui l’emploie. Aomamé est officiellement professeure de sport, elle donne des cours à des femmes souhaitant apprendre à se défendre contre un potentiel agresseur. C’est par le biais de son métier qu’elle a fait la rencontre de la vieille dame qui lui a alors demandé des cours particuliers et des séances de massages et d’étirements supplémentaires. De fil en aiguille, elles en sont venues à établir un projet commun : celui d’éliminer les hommes cruels qui persécutent leurs femmes. L’auteur nous a aussi dévoilé un autre pan de la personnalité d’Aomamé en nous racontant ses amitiés. Ainsi, nous avons fait la rencontre de Tamaki – la meilleure amie d’Aomamé qui s’est suicidée à cause de son mariage malheureux et dont Aomamé a tué le mari pour se venger – et d’Ayumi – la nouvelle amie d’Aomamé, une policière aux tendances lesbiennes qui entraîne Aomamé dans des histoires où les limites de sa vie sexuelle sont repoussées. Enfin, on apprend que notre héroïne est secrètement amoureuse du petit garçon qu’elle côtoyait sur les bancs de l’école primaire mais qu’elle n’a jamais essayé de retrouver…

Du côté de Tengo, on apprend qu’il a enfin fini de réécrire La Chrysalide de l’air. Après s’être entretenu avec le maître de Fukaéri, il en a appris plus sur les circonstances qui ont amené la jeune fille à quitter sa famille. Ses parents se sont faits piéger dans une secte et elle les a quittés pour rejoindre le maître qui était un ami de ses parents. À son retour, elle s’est totalement renfermée sur elle-même et n’a jamais voulu parler de ce qui était arrivé à ses parents. On pense qu’ils sont sans doute morts aujourd’hui… Quoi qu’il en soit, elle n’a jamais été scolarisée, elle a de gros problèmes de dyslexie et elle ne veut pas dire si ce qu’elle raconte dans le livre s’est réellement produit ou non. Tous ces détails rendent l’opération de Tengo et Komatsu assez dangereuse, mais il est trop tard pour reculer. Il reste à Tengo une seule scène à réécrire : celle des deux lunes dans le ciel.
On en apprend également plus sur la jeunesse de Tengo. On savait déjà qu’il détestait partir sur la route les dimanches avec son père, mais cette fois, on apprend qu’il croisait souvent une jeune fille qui, elle aussi, était obligée de suivre sa mère qui était témoin de Jéhovah et qui allait à la recherche de nouveaux disciples tous les dimanches. Un jour, il a protégé cette jeune fille à l’école parce que d’autres enfants se moquaient d’elle et qu’il la comprenait, contrairement aux autres. On a également appris comment, grâce à une institutrice, il avait pu arrêter de suivre son père les dimanches. Celle-ci avait réussi à le convaincre et avait épaulé l’enfant dans ses choix. Dès qu’il en a eu la possibilité, il a quitté le domicile familial et s’est inscrit à des activités lui permettant de percevoir une bourse scolaire. C’est ainsi qu’il a brièvement fait partie de la fanfare de son école. De plus, on comprend de mieux en mieux la haine que Tengo éprouve envers son père : il est persuadé qu’il n’est pas son véritable père et que son père serait plutôt l’homme qui lèche les seins de sa mère dans sa vision. Il voudrait alors connaître l’identité de son père et savoir où se trouve sa mère…

Ainsi au terme de ces chapitres, nous pouvons faire un état des lieux des liens qui semblent unir nos deux personnages principaux.  Sans que cela ne soit dit clairement, on comprend que le petit garçon qui suivait son père les dimanches pour récolter des redevances et la petite fille qui suivait sa mère qui était témoin de Jéhovah étaient Tengo et Aomamé. Ils ne se sont jamais oubliés et Aomamé semble ressentir une affection particulière pour Tengo. De plus, la symphonie de Janáček semble les lier : elle connait très bien ce morceau sans parvenir à se l’expliquer et il l’a joué dans le cadre de la fanfare de l’école. Enfin, Tengo doit réécrire un extrait de La Chrysalide de l’air racontant l’apparition d’une deuxième lune dans le ciel car c’est un événement qu’aucun lecteur ne pourrait connaître, or, à la fin du 15ème chapitre, Aomamé se rend compte qu’il y a deux lunes dans le ciel ! Et même si elle est persuadée d’assister à ce phénomène pour la première fois, elle n’ose en parler à personne car cela pourrait être une caractéristique de la nouvelle réalité dans laquelle elle se trouve… Les deux héros appartiendraient donc à deux mondes parallèles et le lien entre eux serait le livre de Fukaéri !

Encore une fois, j’ai eu beaucoup de mal à interrompre ma lecture au terme de ce chapitre. Si l’auteur a en partie répondu aux questions que je me posais lors de ma dernière lecture, il a aussi fait surgir d’autres questionnements auxquels j’ai hâte d’avoir une réponse… Aomamé et Tengo pourront-ils se rencontrer malgré la réalité qui les sépare ? Fukaéri a-t-elle assisté au dédoublement de la réalité ? Connait-elle le moyen d’inverser cette tendance ? Qu’est-il arrivé à ses parents ? Qui sont les véritables parents de Tengo ? Quel rôle Ayumi va-t-elle jouer dans cette histoire ? Rendez-vous dans deux semaines pour le savoir !

Avis de Yuixem

Tout comme Marty, j’ai à nouveau été comblée par ces cinq nouveaux chapitres. Haruki Murakami est mon écrivain préféré et après la découverte d’1Q84, je ne l’en aime que davantage ! Pour ne pas revenir sur tout ce qu’il se passe – vous avez déjà lu le résumé complet de Marty -, je ne vous donnerai que mon avis sur certains passages qui m’ont particulièrement plus.

Cette fois-ci, on pénètre de plus en plus dans l’intimité de nos deux héros, Tengo et Aomamé. On découvre leurs enfances respectives et leurs sentiments profonds : elle au sujet de sa relation avec Tamaki et lui au sujet de son père. D’une manière très « murakamienne », on se rapproche des personnages petit à petit, à travers les divagations de leurs pensées. J’apprécie tout particulièrement cette façon de faire car elle nous permet de nous identifier plus facilement aux personnages. En effet, nous sommes comme eux, avec des réflexions intempestives alors que nous sommes occupés à autre chose.

Le mystère du livre La Chrysalide de l’air est toujours complet. Alors que dans les chapitres précédents, nous avions eu droit à un avant-goût, ici on apprend que Tengo a simplement fini de le réécrire sans plus de détails, pour ma plus grande déception ! Enfin, j’ose espérer que nous découvrirons son contenu dans les prochaines pages ! Surtout que le monde d’1Q84 et le livre semblent intimement liés !

La romance fait également enfin son apparition dans le roman. Alors que pour l’instant nos deux héros n’avaient que des histoires peu sérieuses et sans réel lendemain, Aomamé nous dévoile être amoureuse d’un garçon depuis l’école primaire – qui s’avère être Tengo ! A cette nouvelle, je replonge dans le merveilleux roman Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, où l’histoire d’amour était elle aussi pure, profonde et diablement complexe ! Avec une telle révélation, on souhaite plus que tout que les chemins des deux protagonistes se croisent le plus rapidement possible, non seulement pour que leur amour éclate, mais aussi car ils possèdent tous deux des informations cruciales sur le monde parallèle d’1Q84 !

Alors qu’on avait déjà plein de questions au sujet des personnages, de leurs relations, de l’histoire de Fukaéri et du monde d’1Q84, certaines reçoivent des éclaircissements, mais de nouvelles interrogations sont introduites ! Qui est le père de Tengo ? Qu’est-il advenu des parents de Fukaéri ? Est-ce que ce dont elle parle dans son livre est réel ? Que signifie l’apparition de cette seconde lune de couleur verte ? Aomamé et Tengo se trouvent-ils réellement tous les deux dans le monde parallèle ? S’il reste un peu moins de la moitié du livre à terminer, j’ai bien peur que le mystère s’épaississe et que nous n’ayons ces réponses que dans les prochains volumes !

Je suis vraiment heureuse d’avoir entrepris cette lecture commune ! Si chaque fois je suis triste de quitter le roman, je suis plus qu’enchantée de le retrouver ! Si vous n’avez pas encore commencé cette lecture, n’hésitez pas à l’entreprendre, vous ne serez pas déçus !

***

Et vous, qu’avez-vous pensé de ces 5 nouveaux chapitres ? Quelles sont vos attentes pour les prochains ? N’hésitez pas à partager avec nous vos impressions de lecture !

Prochain rendez-vous, le 25 mars !

#Yuixem & Marty

Publicités

Une réflexion sur “1Q84 – Lecture commune 03

  1. Pingback: 1Q84 – Lecture commune | Livr'aisons littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s