Le loup des steppes

le loup des steppesTitre : Le loup des steppes
Auteur : Hermann Hesse
Éditeur : Livre de Poche

Genre : roman, autobiographie fictive
Nombre de pages : 224 pages
Traduction : traduit de l’allemand par Juliette Pary

Mots-clés : solitaire, marginal, amour, folie

 

Résumé

Cette histoire est celle d’un homme vivant au début du siècle dernier et ayant reçu une éducation bourgeoise mais qui ne parvient pas à trouver sa place dans la société. Se considérant lui-même comme un marginal, il s’est attribué le surnom de Loup des steppes  parce qu’il estime ne pas avoir sa place parmi les hommes.

Pourtant, il éprouve des difficultés à assumer cette position par rapport au reste de la civilisation et il se sent profondément malheureux et inapte au bonheur de façon générale… C’est pourquoi il projette de mettre fin à ses jours dans un futur proche. Mais un jour, il va faire une rencontre impromptue qui va changer le cours de son existence.

Extrait

Ne comprends-tu pas, toi l’instruit : si je te plais, si je suis importante à tes yeux, c’est parce que je représente une sorte de miroir pour toi ; c’est parce que au fond de moi, il y a quelque chose qui te répond et te comprend. En vérité tous les hommes devraient être des miroirs les uns pour les autres. se répondre et se correspondre ainsi. Mais les originaux comme toi se comportent précisément de façon trop étrange ; ils se laissent facilement ensorceler et s’égarent, si bien qu’ils deviennent incapables de distinguer et de lire quoi que ce soit dans le regard des autres et deviennent totalement indifférents. Cependant, lorsqu’un original de la sorte finit tout de même par rencontrer un visage qui le regarde vraiment, où il distingue une forme de réponse, de parenté, alors, naturellement, il éprouve de la joie.

Mot sur l’auteur

Hermann Hesse (1877-1962) était un romancier, poète et essayiste allemand. Il a obtenu de nombreux prix pour ses ouvrages dont le prix Nobel de littérature en 1946. Son ouvrage Le loup des steppes a été interdit sous le régime nazi.

Mon avis

Le Loup des steppes raconte l’histoire d’un homme pas comme les autres. Elevé dans un milieu bourgeois, Harry Haller se distingue des autres car il ne parvient pas à penser comme eux. Ce monde l’ennuie et il s’en démarque par sa façon de penser.

Quand on sait que le livre a été écrit en 1927, on se rend compte que les idées que l’auteur y expose sont plutôt « osées », surtout en Allemagne. Le livre véhicule des idées opposées au nazisme, le personnage principal a été traumatisé par la violence de la première guerre et souhaite en éviter une deuxième… contrairement à ses contemporains. On le voit tout particulièrement dans une scène du livre dans laquelle Harry Haller parle d’un de ses essais philosophiques avec un de ses anciens collègues : ils sont en total désaccord et il s’exclut automatiquement, comme s’il savait que ce n’était pas la peine d’argumenter sur sa position tant elle est différente de celle du reste de la société.

Harry se considère comme ce qu’il appelle un « loup des steppes ». Solitaire et ne trouvant pas sa place dans la société, il s’en exclut petit à petit. Mais au fond de lui, il reste toujours un peu de l’homme qu’il a été avant de devenir loup. Une part de lui aime toujours la compagnie des autres et ne peut se résoudre à vivre constamment en marge. Tiraillé entre ces deux identités, il se tourne alors vers la seule solution qui lui semble envisageable : le suicide. Même si l’idée le terrifie, il est trop malheureux pour envisager la vie.

Mais alors qu’il est au plus bas, il fait une rencontre étonnante qui va changer le cours de son existence. Il va alors apprendre à aimer la vie et surtout, il va apprendre à espérer à nouveau. Mais cette rencontre, bien qu’elle lui sauve la vie, pourrait le conduire en enfer…

Si la totalité du livre est plutôt réaliste, la fin bascule dans un semi-rêve, une espèce de voyage au plus profond de la conscience d’Harry. Le décor est alors surnaturel et on découvre la folie qui anime le personnage depuis le début. J’ai moins aimé cette partie du livre : si j’avais de la compassion, voire de la pitié pour Harry au début du livre, l’aspect cruel et fou de sa personnalité m’a complètement dégoûtée…

J’ai globalement été séduite par ce livre, il y a cependant deux passages qui étaient moins à mon goût. Le premier passage décevant était bizarrement le prologue. L’auteur nous présente le livre en l’introduisant comme le roman d’Harry Haller retrouvé par le neveu de sa logeuse après son départ. Ce qui est étrange c’est que ce neveu semble avoir été relativement proche d’Harry mais que dans son histoire, il ne fait mention à aucun moment de cet homme. Je n’ai donc pas vraiment compris l’intérêt de cette démarche… Le deuxième passage que j’ai moins apprécié était la toute fin du livre, lorsqu’Harry bascule dans la folie. C’était un peu trop abstrait et absurde à mon goût ! Par rapport au reste de l’ouvrage qui est assez cohérent dans l’ensemble, j’ai trouvé que ça détonnait un peu.

Conclusion

Je recommande ce livre, il était très intéressant et le style était vraiment agréable, je n’irais pas jusqu’à dire que c’était un coup de cœur, mais il vaut assurément la peine d’être lu !12310692_10207042204746367_5255589426605542608_n

#Marty

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s