Cosmopolis

CosmopolisTitre : Cosmopolis

Auteur : Don Delillo

Éditeur : Babel

Genre : roman

Nombre de pages : 222 pages

Traduction : traduit de l’anglais (américain) par Marianne Véron

Prix reçus : le National Book Award, le PEN / Faulkner Award et le Jérusalem Prize

Mots-clés : Société contemporaine, argent, pouvoir, classes sociales

Résumé

Eric Packer est un business man américain. Toute l’histoire tourne autour de la journée de ce personnage. Il est riche, excentrique et va passer sa journée à arpenter les rues de New-York dans sa limousine. Il va se retrouver dans des situations improbables et croiser la route de beaucoup d’autres personnages. Ce livre est une réflexion sur la société et son fonctionnement.

Extrait

L’argent falsifie le temps. Autrefois c’était le contraire. Le temps d’horloge a accéléré la montée du capitalisme. Les gens ont cessé de penser à l’éternité. Ils ont commencé à se concentrer sur les heures, les heures d’homme, en utilisant la main-d’œuvre plus efficacement.

Mot sur l’auteur

Don DeLillo est un écrivain américain contemporain.

Mon avis

Le personnage principal de cette histoire est tout simplement détestable. Il décrit tous les événements auxquels il assiste ou participe de manière très détachée, distante, même si certains de ces événements sont parfois brutaux. Ce qui en dit long sur la cruauté et le manque d’empathie du héros. Je n’ai donc pas aimé ce personnage auquel il est franchement difficile de s’identifier et étant donné que l’histoire entière tourne autour de lui, j’ai eu des difficultés à trouver des qualités à ce livre.

Les événements auxquels il assiste au cours d’une journée le changent dans sa personnalité et même si le but de cette démarche semble être de vouloir rendre le héros plus humain aux yeux du lecteur, à mes yeux, il n’en est devenu que plus abjecte. De plus, la suite des événements semble complètement absurde et déstructurée, l’auteur m’a complètement perdue dans son histoire. Parfois, j’ai simplement eu l’impression que le but même du livre était simplement de choquer son lectorat et que c’est la raison pour laquelle certains passages de l’histoire se produisent. Les motivations des personnages ne sont jamais expliquées et même si tout serait justifiable par la folie, une telle explication n’est jamais suggérée dans le texte.

Peut-être que ces problèmes découlent d’une traduction trop approximative, je n’ai pas lu l’ouvrage dans sa langue originale, je ne peux donc pas en juger, mais j’en garde une mauvaise impression générale.

Il faut pourtant admettre que l’ouvrage propose un jugement intéressant sur la société contemporaine : les plus riches et les plus pauvres entrent en collision et le monde nous apparaît alors sous son plus mauvais jour. L’auteur fait ressortir les aspects les plus mauvais de l’homme et la nature humaine nous est montrée sous un jour très peu favorable… Personnellement, ce livre m’a dérangée. Il m’a donné à voir un monde caricaturé et beaucoup trop cynique. Mais même si je n’ai pas aimé le style, la manière de montrer les choses, il faut tout de même avouer qu’il m’a amenée à réfléchir sur l’hypocrisie et les contradictions qui régissent notre société.

Conclusion

Je recommande le livre aux amateurs d’un genre apocalyptique. Ceux qui aiment porter un regard cynique sur notre société aimeront sans aucun doute !

Déception rectangle

#Marty

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s